Grammaire française Participe passé

Bonsoir,

Le masculin l'importe sur le féminin pour les accords (même à un contre vingt) mais est-il vrai qu'on tolère parfois l'"accord de proximité" ? Comme ici :

Paul, Alexandre, François, Vincent et Lola sont arrivéEs.

Réponses

  • BTNBTN Membre
    Bonsoir,

    Visiblement l'Office québécois de la langue française le tolère. Cet office baisse dans mon estime ! J'admirais pourtant l'Office québécois pour son combat contre les anglicismes.

    Je propose de remplacer le français par le latin.
  • JehanJehan Modérateur
    Cela dit, un tel accord en genre par proximité était monnaie courante jusqu'au XVIe siècle.

    L'Office québécois le tolère mais le déconseille :
    L’électeur et l’électrice inscrites au registre de la ville pourront prendre la parole. Bien que cet accord ne soit pas incorrect grammaticalement, l’Office le déconseille.
  • BTNBTN Membre
    Mea culpa. J'ai été induit en erreur par une journaliste qui a tronqué l'avis de l'Office !
  • Alors on peut dire que c'est un archaïsme.

    Mille mercis.
  • Bonjour,

    On parle beaucoup du débat sur l'écriture inclusive, le "masculin qui l'emporte sur le féminin"* et certains illogismes qui y sont liés "L'enseignant et la psychologue sont entrés" avec ici un masculin qui suit un féminin.

    Mais est-ce que l'on ne peut tout simplement pas modifier sa phrase pour éviter ça :

    "La psychologue et l'enseignant sont entrés".

    J'ai l'impression que ce n'est pas quelque chose qui se fait souvent alors que ça résout pas mal de conflit.

    Un grand merci !

    * Est-ce que ce masculin ne peut pas être présenté comme un neutre, car il regroupe aussi bien des femmes que des hommes ?
  • ça résout pas mal de conflit.
    Bonjour Simon UA,
    Je ne vois pas en quoi cela résout quelque chose. Tu as deux sujets, l'un masculin, l'autre féminin, peu importe leur place, et le participe se met au masculin pluriel...
  • Mais ça sonne mieux d'avoir le participe passé masculin qui suit le nom féminin (sonorité, aspect visuel...). Ca "choque" moins je trouve que l’inverse.

    Après ça ne résout pas le masculin "qui l'emporte sur le féminin". Encore que là c'est plus un problème de vocabulaire. On en emploie souvent "emporter" comme si c'était un combat, alors qu'on peut dire qu'il s'accorde simplement au masculin. Ou présenter ce masculin comme un neutre.
  • Peu importe la place ? vite dit ! une féministe enragée sera outrée que l'on n'évoque pas la femme en premier, l'homme courtois aussi d'ailleurs.
    Par ailleurs, on m'a toujours appris que si rien ne s'y opposait, il fallait mieux mettre le masculin près du mot à accorder.

    Finalement, vie courante et grammaire s'accordent très bien. ;)

    Simon : il y a une inversion dans votre question. avec ici un masculin qui suit un féminin.
  • Jehan a écrit:
    Cela dit, un tel accord en genre par proximité était monnaie courante jusqu'au XVIe siècle.

    Mais on le rencontre encore bien plus tard :

    "Liaisons dangereuses : liaisons avec des hommes et des femmes dangereuses." (Littré, 1851)
  • Il y avait bien eu quelques arrière-pensées dans le choix du masculin et même quelques conceptions bien exprimées et conformes à des attitudes du passé.


    https://www.slate.fr/story/153675/ecriture-inclusive-masculiniste-grammatical

    https://www.lemonde.fr/culture/article/2012/01/14/genre-le-desaccord_1629145_3246.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8gle_de_proximit%C3%A9
  • Je voudrais soumettre à votre sagacité un cas qui me pose problème. L'emploi de l'adverbe voire...

    Hypothèse 1 : le cinéma, voire la chanson, est admiré par...

    Hypothèse 2 : le cinéma, voire la chanson, est admirée par...

    ou bien...

    Hypothèse 3 : le cinéma, voire la chanson, sont admirés par...

    Hypothèse 4 : le cinéma, voire la chanson, sont admirées par...



    En bref : accord de proximité ou non et usage du singulier OU du pluriel ?

    Merci de vos éclairages...
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Il me semble qu'avec voire, nous sommes dans le même cas de figure qu'une coordination par et même, telle qu'elle est exposée ici :
    http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4542

    Si le deuxième nom n'équivaut qu'à une parenthèse, accord avec le premier nom :
    Le cinéma, voire la chanson [ = (voire la chanson)], est admiré...
    L'accord au féminin singulier avec le deuxième nom est admissible si on veut lui accorder une plus grande importance : Le cinéma, voire la chanson, est admirée...
    L'auxiliaire au pluriel est également admissible si l'on privilégie l'idée d'addition, mais dans ce cas, l'accord du participe passé se fait par défaut au masculin pluriel, et non au féminin pluriel :
    Le cinéma, voire la chanson, sont admirés...
  • C'est un peu ce que je pensais...merci pour votre réponse !
  • mikomasrmikomasr Membre

    Bonjour,

    Maintenant que les choses se sont peut-être (un peu) décantées, j’aimerais savoir quelle est la position de l’EN quant à l’accord de proximité.

    PS. Je sais que le sujet a été maintes fois abordé mais surtout pour donner des avis personnels. Si aujourd’hui un élève utilise ce genre d’accord dans une copie, les correcteurs ont-ils des consignes claires à ce sujet ?

    Merci d’avance.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.