Mohammed Dib, Printemps

Bonjour tout le monde,
Après de nombreuses heures je reste bloqué.
Je dois faire le commentaire du texte de Mohammed Dib, Printemps.
Printemps

Il flotte sur les quais une haleine d'abîmes,
L'air sent la violette entre de lourds poisons,
Des odeurs de goudron, de varech, de poisson ;
Le printemps envahit les chantiers maritimes.

Ce jour de pluie oblique a doucement poncé
Les gréements noirs et gris qui festonnent le port ;
Eaux, docks et ciel unis par un subtil accord
Inscrivent dans l'espace une sourde pensée.

En cale sèche on voit des épaves ouvertes;
En elles l'âme vit peut-être... Oiseau têtu,
Oiseau perdu, de l'aube au soir reviendras-tu
Rêver rie haute mer, d'embruns et d'îles vertes ?

Je rôde aussi, le coeur vide et comme aux abois,
Un navire qui part hurle au loin sous la brume ;
Je tourne dans la ville où les usines fument,
Je cherche obstinément à me rappeler, quoi ?

Mohammed Dib



Je vous remercie d'avance pour votre aide :)

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Pour te mettre sur la piste : Une évocation inhabituelle du printemps.
    Analyse la présence de la mort alors que le printemps est le nouveau départ de la vie.
    Tristesse au lieu de la joie.
    Un paysage industriel au lieu d'une nature pittoresque.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.