Charles Cros, Matin

Bonjour je suis en première et j'ai un commentaire littéraire à faire sur le poème Matin de Charles Cros.
Mais je n'arrive pas à trouver ma problématique ni mon plan...
Voila tout ce que j'ai trouvé et je pense que c'est totalement faux.
I ) La femme, médiatrice entre le poète et le monde
a) le blason de la femme
b) Un symbole divin :mère de la nature
Il me manque encore ma deuxième partie.. Je désespère.. Ce poème ne m'inspire rien ..
De plus je n'arrive pas à trouver le mouvement littéraire de Cros, si vous pouviez me le dire?
Merci à l'avance de votre aide.
Voici le matin bleu. Ma rose et blonde amie
Lasse d’amour, sous mes baisers, s’est endormie.
Voici le matin bleu qui vient sur l’oreiller
Éteindre les lueurs oranges du foyer.

L’insoucieuse dort. La fatigue a fait taire
Le babil de cristal, les soupirs de panthère,
Les voraces baisers et les rires perlés.
Et l’or capricieux des cheveux déroulés
Fait un cadre ondoyant à la tête qui penche.
Nue et fière de ses contours, la gorge blanche
Où, sur les deux sommets, fleurit le sang vermeil,
Se soulève et s’abaisse au rythme du sommeil.

La robe, nid de soie, à terre est affaissée.
Hier, sous des blancheurs de batiste froissée
La forme en a jailli libre, papillon blanc,
Qui sort de son cocon, l’aile collée au flanc.

À côté, sur leurs hauts talons, sont les bottines
Qui font aux petits pieds ces allures mutines,
Et les bas, faits de fils de la vierge croisés,
Qui prennent sur la peau des chatoiements rosés.

Épars dans tous les coins de la chambre muette
Je revois les débris de la fière toilette
Qu’elle portait, quand elle est arrivée hier
Tout imprégnée encor des senteurs de l’hiver.

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Je ne vois pas où tu décèles un "symbole divin" dans ce poème, ni en quoi cette femme serait la "médiatrice" entre le poète et le monde.
    Cros, bien qu'il ait fréquenté le Parnasse à ses débuts, ne me semble appartenir à aucun mouvement littéraire précis. Il fréquentait la bohème littéraire de l'époque, souvent parodique et fantaisiste. (Les Hydropathes, le Cercle des poètes zutistes ).
  • Je suis perdue là..
  • Replace d'abord le poème dans son recueil : Le Coffret de Santal.

    En décembre 1879, dans la seconde édition de ce coffret de santal, Cros dédie plusieurs de ces poèmes, plus particulièrement à quatre femmes. Nina de Villard pour qui il indique dans l’incipit qu'il lui offre son recueil.

    « A Nina
    J’offre ce coffret de Santal
    Ton capiteux parfum d’été
    Seul, parmi d’autres, est resté.
    Quand on fouille au fond de ce coffre,
    Sauf quelques fleurs sèches, il n’a
    Rien qui ne soit à toi, Nina.
    Prends-le; rends fier celui qui l’offre:
    Charles. »

    Sidonie, Mary Hjademaal qu’il épousera le 14 mai 1878 dont il aura deux fils puis à Solange de Ladevignère.

    Et cette adresse au lecteur dans la préface :
    Dans la préface l’auteur s’adresse directement au lecteur.

    « ..Quel encombrement dans ce coffre!
    Je vends tout. Accepte mon offre,
    Lecteur. Peut-être quelque émoi,…. »


    Emoi du poète ? Emoi du lecteur ?

    I. La chambre comme un écrin
    II. La belle endormie (comme un tableau de Manet)
    III. Un regard sensuel et des mots pour le dire
  • Oui, je suis d'accord : avant de parler de symbole divin ou autre, il faut voir la sensualité de ce poème ! Tu peux le comparer à un tableau de nu féminin pour mieux le cerner (Floreale t'indique Manet par exemple)
  • Merci beaucoup , je vais voir ce que j'arrive à faire avec vos conseils :)
  • Bonjour à tous !!

    Je suis actuellement en 1ère L et j'ai un devoir maison de Français Type Bac à faire.
    Je dois réaliser un commentaire sur le poème "matin" de Cros.
    Voici le matin bleu. Ma rose et blonde amie
    Lasse d'amour, sous mes baisers, s'est endormie.
    Voici le matin bleu qui vient sur l'oreiller
    Éteindre les lueurs oranges du foyer.

    L'insoucieuse dort. La fatigue a fait taire
    Le babil de cristal, les soupirs de panthère.
    Les voraces baisers et les rires perlés.
    Et l'or capricieux des cheveux déroulés
    Fait un cadre ondoyant à la tête qui penche.
    Nue et fière de ses contours, la gorge blanche
    Où, sur les deux sommets, fleurit le sang vermeil,
    Se soulève et s'abaisse au rhythme du sommeil.

    La robe, nid de soie, à terre est affaissée.
    Hier, sous des blancheurs de batiste froissée
    La forme en a jailli libre, papillon blanc.
    Qui sort de son cocon, l'aile collée au flanc.

    A côté, sur leurs hauts talons, sont les bottines
    Qui font aux petits pieds ces allures mutines,
    Et les bas, faits de fils de la vierge croisés,
    Qui prennent sur la peau des chatoiements rosés.

    Epars dans tous les coins de la chambre muette
    Je revois les débris de la fière toilette
    Qu'elle portait, quand elle est arrivée hier
    Tout imprégnée encor des senteurs de l'hiver.

    Pouvez-vous maider a trouver la problématique et les axes s'il vous plait
  • Merci mais je ne comprends pas le lien qu'il peut y avoir avec ceci :
    Replace d'abord le poème dans son recueil : Le Coffret de Santal.

    En décembre 1879, dans la seconde édition de ce coffret de santal, Cros dédie plusieurs de ces poèmes, plus particulièrement à quatre femmes. Nina de Villard pour qui il indique dans l’incipit qu'il lui offre son recueil.

    « A Nina
    J’offre ce coffret de Santal
    Ton capiteux parfum d’été
    Seul, parmi d’autres, est resté.
    Quand on fouille au fond de ce coffre,
    Sauf quelques fleurs sèches, il n’a
    Rien qui ne soit à toi, Nina.
    Prends-le; rends fier celui qui l’offre:
    Charles. »

    Sidonie, Mary Hjademaal qu’il épousera le 14 mai 1878 dont il aura deux fils puis à Solange de Ladevignère.

    Et cette adresse au lecteur dans la préface :
    Dans la préface l’auteur s’adresse directement au lecteur.

    « ..Quel encombrement dans ce coffre!
    Je vends tout. Accepte mon offre,
    Lecteur. Peut-être quelque émoi,…. »


    Emoi du poète ? Emoi du lecteur ?

    I. La chambre comme un écrin
    II. La belle endormie (comme un tableau de Manet)
    III. Un regard sensuel et des mots pour le dire




    Je suis completement perdu !!
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Il me semble que Cros se demande qui est vraiment son amie.
    A toi de le transformer en problématique.
    Le pivot du poème est la métaphore du papillon et du cocon, une méditation sur nature et société.
  • Jehan a écrit:
    Bonjour.

    Je ne vois pas où tu décèles un "symbole divin" dans ce poème, ni en quoi cette femme serait la "médiatrice" entre le poète et le monde.
    Cros, bien qu'il ait fréquenté le Parnasse à ses débuts, ne me semble appartenir à aucun mouvement littéraire précis. Il fréquentait la bohème littéraire de l'époque, souvent parodique et fantaisiste. (Les Hydropathes, le Cercle des poètes zutistes ).


    Bonjour, moi aussi j'ai un commentaire a faire sur ce texte et en cherchant des informations sur Charles Cros j'ai trouvé qu'il appartenant au symbolisme. Donc est ce que ce poème est vraiment un poème symboliste ?? Parce que je le trouve plutot romantique et je ne trouve pas de symboles...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.