Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour à tous,
je suis une élève de 1 ES et j'ai un corpus à faire: voici la question En vous appuyant sur des citations précises, vous analyserez la satire de la religion dans ces textes.

Mon corpus ce compose de trois textes:
- L'Héptaméron nouvelle XXIX: de "En la comté de Maine" à "en rendant son van" T1
- Les aventures Indienne de Voltaire de "Pythagore, en entrant" à "Sauve qui peut!" T2
- Jacque le fataliste et son maître de Diderot de "Ce fut alors qu'il arriva" à "Quelle perte pour la religion" T3


Malheureusement je rencontre des difficultés pour trouver les points communs, j'ai pensé au voeu de chasteté qui pourrait rassembler le T1 et le T3 mais je fais peut être un contre sens, j'ai aussi pensé au comique mais je ne sais pas si c'est du gestuelles, de mots et de phrase, de répétition qui relit le T1, T2 et T3 ensemble.


Cordialement.

Réponses

  • Revois bien la définition de satire : texte où l'auteur attaque les vices, les ridicules de ses contemporains.

    Dans la première nouvelle, la satire porte sur le comportement du curé : concupiscence, dissimulation, mensonge ...
  • Bonsoir, et merci de cette aide.

    Je vous remercie pour l'aide dans le première texte, peut on dire que les curé est ridiculisé par sa chute.


    Pour l'instant c'est l'idée qui m'est venue: On peut constater dans les trois textes une forme de comique pour ridiculiser les membres ecclésiastiques comme dans les Aventures Indiennes de Voltaire sur les personnages des juges qui peuvent surement appartenir à l’Eglise vu que celle ci est encore rattaché à la justice « ces juges tenaient tous une queue de vache » (l.9), « ils avaient un bonnet ressemblant parfaitement aux deux oreilles de l’animal » (l. 10) mais aussi dans le texte de Diderot, Jacques le fataliste et son maitre par l’adjectif « vieux » (l.7) devant le mot moines mais aussi par le comique de geste comme dans l’Héptaméron de Maguerite de Navarre, dont le curé se cache dans le grenier, mais tombe à cause d’un van.



    Ou bien aussi


    On peut constater que dans le texte l’Héptaméron de Maguerite de Navarre, le comportement des membres ecclésiastique en remis en question, on peut supposer qu’il entretient une relation secrète avec une jeune femme ce qui est totalement contraire aux règles de l’Eglise « le curé, qui souvent venait visiter sa brebis » mais aussi dans le texte de Diderot « Jacque le fataliste et son maître », la notion d’adultère est reprise « ce vieux coquin accusa le jeune Père d’avoir pris des libertés avec une de ses dévotes dans le parloir » (l. 9-10)
  • haileydoukan a écrit:
    les Aventures Indiennes de Voltaire sur les personnages des juges qui peuvent surement appartenir à l’Eglise vu que celle ci est encore rattaché à la justice « ces juges tenaient tous une queue de vache » (l.9), « ils avaient un bonnet ressemblant parfaitement aux deux oreilles de l’animal » (l. 10)

    Je n'ai pas lu le texte en question mais la justice royale et la justice religieuse sont bien distinctes en France au 18ème et même auparavant : il y avait l'inquisition royale et l'inquisition religieuse, indépendantes l'une de l'autre.
  • Bonsoir Pierre et Jean, dans ce texte, il parle de deux indiens qui se retrouve sur un bucher pour ne pas avoir soutenu les dogmes, je parle donc de la justice religieuse. Merci pour ton aide, elle m'aurait évitée un contre sens énorme
  • En effet si c'est pour une question de dogme cela ne fait pas de doute :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.