Imaginez qu'une commission de l'ONU se réunisse pour déterminer la meilleure langue internationale. Elle devra être enseignée à tous les élèves de la planète, au moins comme deuxième langue après la langue maternelle. Les critères généraux de sélection sont les suivants :

PRONONCIATION – Peu dépaysante pour la plupart des terriens, nombre de phonèmes (sons de base) assez réduit, pas de diphtongues, accent tonique peu marqué ou très régulier.

VOCABULAIRE – Il doit bien sûr être suffisamment étendu, mais pas trop pour éviter de solliciter excessivement la mémoire. L'idéal serait un nombre assez réduit de mots, mais auxquels on pourrait ajouter des préfixes et suffixes à volonté, les combiner aussi sans aucune limite.

GRAMMAIRE – Peu dépaysante pour la plupart des terriens et avec le moins possible d'exceptions. L'ordre le plus courant est le suivant : sujet / verbe / complément (ou attribut). Mais on peut admettre une grande souplesse. Les conjugaisons seront réduites au nécessaire.

ÉCRITURE – Il vaut bien sûr mieux un type d'écriture très répandu sur la planète. S'agissant de l'orthographe, elle sera assez simple et proche de la prononciation. Prévoir des complications pour distinguer les homophones courants (tache, tâche) et indiquer les accords muets (64 pages).


Dans ses travaux préparatoires, la commission a retenu 12 langues ayant posé leur candidature, qu'elle va classer par ordre de préférence décroissante. Ces langues sont très diverses pour assurer une certaine représentativité. Les voici par ordre alphabétique :

ALLEMAND – Langue indo-européenne, typique du groupe germanique, écriture latine.

ANGLAIS – Langue indo-européenne, d'origine germanique mais très influencée par le français, écriture latine.

ARABE – Langue sémitique très représentative, écriture arabe.

CHINOIS – Langue monosyllabique (à tons). Pour renforcer les chances de leur langue, les Chinois ont décidé de la présenter avec l'écriture pinyin (latine).

ESPAGNOL – Langue indo-européenne, typique du groupe latin, écriture latine.

ESPÉRANTO – Langue indo-européenne (surtout latine) par son vocabulaire, mais grammaire de type agglutinant, écriture latine.

FRANÇAIS – Langue indo-européenne, globalement latine mais avec un substrat germanique, écriture latine.

HINDI – Langue indo-européenne, typique du groupe indien, écriture dévanagari.

INDONÉSIEN – Langue malayo-polynésienne très représentative, écriture latine.

JAPONAIS – Langue agglutinante (ouralo-altaïque). Pour augmenter les chances de leur langue, les Japonais la présentent avec l'écriture romaji (latine).

PORTUGAIS – Langue indo-européenne, typique du groupe latin, écriture latine.

RUSSE – Langue indo-européenne, typique du groupe slave, écriture cyrillique présentant des analogies avec l'écriture latine.


Il me parait important de souligner qu'une langue classée en dernière position ne sera pas forcément inférieure à la première par ses capacités expressives. Elle sera seulement moins facile à apprendre pour la plupart des terriens, du moins en principe !

Ne tenez sinon pas compte du statut international actuel de ces langues. La suprématie de l'anglais s'explique ainsi par la puissance économique des États-Unis, aussi la présence de pays anglophones importants sur tous les continents. Ne mettez pas non plus automatiquement l'espéranto en tête parce qu'il a une vocation internationale. Idem pour le français et l'espagnol parce que cela nous arrangerait ! Les choix doivent être strictement techniques, selon les critères généraux exposés plus haut.

Bien entendu, vous n'êtes pas censés parler ou écrire couramment ces 12 langues ! Ne répondez que pour celles que vous comprenez plus ou moins, ou dont vous connaissez les caractéristiques principales. Renseignez-vous éventuellement sur Internet.

Il ne vous reste donc plus qu'à classer ces langues par ordre de préférence décroissante, pour celles à propos desquelles vous avez des notions suffisantes, je le répète. Expliquez de préférence vos raisons. Mais sinon, vous n'êtes bien sûr pas obligés de participer à ce sujet s'il ne vous intéresse pas ! ;)
«1

Réponses

  • Il est impossible de juger des langues sur des critères aussi généraux. Je ne vois pas sur quoi peut déboucher cette enquête.
  • JehanJehan Modérateur
    Ne mettez pas non plus automatiquement l'espéranto en tête parce qu'il a une vocation internationale.
    Je le mettrais en tête non pour sa "vocation internationale", mais parce qu'il me semble répondre plutôt bien aux critères énoncés en préambule... Ce qui est loin d'être le cas de la plupart des autres langues candidates.
  • Le problème avec ce sujet c'est qu'il nous demande à faire un choix suivant des critères qui privilégient une langue présentant peu de difficultés. Si l'Anglais a été choisi comme langue internationale, c'est certes parce que le monde anglo-saxon est dominant de nos jours, mais aussi parce que c'est la langue la plus facile à apprendre. Pas d'accents (hormis quelques exceptions calquées sur d'autres langues), pas d'exceptions à en devenir fou (je vise notamment le français) et une conjugaison/grammaire relativement simple (pas de changements avec les pronoms, excepté à la troisième personne ; pas de féminin-masculin ; pas de déclinaisons).
  • JehanJehan Modérateur
    L'espéranto s'apprend très vite aussi...
    Une grammaire simple et sans exceptions.
    Pas de changement du verbe avec les pronoms...
    Et aucun verbe irrégulier, ce qui n'est pas le cas de l'anglais.
    Et lui, au moins, il se prononce comme il s'écrit, il s'écrit comme il se prononce.
  • Pourquoi n'est-il pas enseigné dans ce cas-là ? Parce que l'Anglais a peur d'un détrônement ?
  • JehanJehan Modérateur
    Mais il l'est...
    Et il y a déjà eu sur ce forum toute une discussion traitant de ce sujet :
    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic40342-ressources-pour-apprendre-lesperanto-p2.html

    Lire aussi l'intéressant et très complet article de Wikipedia :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A9ranto
  • en toute logique, il faudrait choisir l'espéranto, une langue construite et conçue justement dans le but de faciliter la communication entre des individus de langues différentes.
  • JehanJehan Modérateur
    Mi tute akordas kun vi, Gabiana... :)
  • Je n'en ai jamais fait, mais je te comprends ! c'est bien la preuve ! :)
  • Mon sujet ne propose pas une seule langue possible. Vous pouvez mentionner plusieurs langues, en les classant selon vos préférences.

    Sinon, je ne suis évidemment pas un expert en langues ! Mais je vais quand même essayer de les classer par préférence décroissante, en fonction bien sûr de leurs aptitudes à devenir des langues internationales pour la plupart des terriens. Je distinguerai la prononciation, le vocabulaire, la grammaire et l'écriture/orthographe, comme déjà indiqué.


    1) ESPÉRANTO – J'en ai une bonne connaissance théorique.

    --- Prononciation peu dépaysante pour la plupart des terriens. Pas de diphtongues. Accent tonique toujours sur l'avant-dernière syllabe.

    --- Vocabulaire de base réduit facile à retenir. L'espéranto ne compte que 20.000 mots de base environ, contre 80.000 en français. Mais il atteint au final 250.000 mots au moins par le jeu des affixes et combinaisons, dépassant ainsi les 200.000 mots anglais ! Encore faut-il préciser que ces 200.000 mots devront tous être appris, alors qu'il suffira de 20.000 mots pour l'espéranto : dix fois moins. Difficile d'être plus efficace !

    --- Grammaire simple de type agglutinant. Les racines des mots ne sont ainsi jamais modifiées. L'ordre habituel est par ailleurs : sujet / verbe / complément (ou attribut). Cet ordre est le plus courant sur la planète. Mais il peut être modifié sans problème en fonction des langues maternelles. L'espéranto est très souple !

    --- L'orthographe suit rigoureusement la prononciation selon ces principes : un son = une lettre / une lettre = un son. Difficile de faire mieux !

    En conclusion, l'espéranto est sans aucun doute la meilleure langue internationale imaginable ! Je doute juste de ses capacités à jouer ce rôle un jour, vu la faiblesse financière des associations d'espéranto.


    2) INDONÉSIEN – Je m'intéresse à cette langue trop méconnue.

    --- Prononciation très claire, généralement peu dépaysante pour la plupart des terriens. Accent tonique très peu marqué, comme en français.

    --- Vocabulaire assez réduit : 20.000 mots seulement. Mais avec les affixes et combinaisons, le vocabulaire croit de manière exponentielle ! Au départ en tout cas, 20.000 mots suffiront pour l'apprentissage, beaucoup moins en fait dans la vie courante. Pour la formation du vocabulaire, la similitude avec l'espéranto est frappante.

    --- Comme en espéranto, les racines des mots ne sont jamais modifiées. Les noms n'ont pas de genre ni de pluriel, celui-ci n'étant le cas échéant indiqué que par un redoublement du mot. Les verbes n'ont pas non plus de conjugaisons, les temps étant indiqués par des auxiliaires placés avant le verbe. La voix passive est marquée par un préfixe. L'ordre général des mots est le même qu'en français et beaucoup de langues. L'indonésien répugne toutefois aux propositions subordonnées et préfère les juxtapositions d'idées. Il en résulte des phrases assez courtes, dans lesquelles on ne risque pas de se perdre. Proust n'aimerait pas écrire en indonésien !

    --- L'écriture est latine et suit de près la prononciation !

    Pour conclure, il ne fait aucun doute que l'indonésien fait une sérieuse concurrence à l'espéranto pour la facilité d'apprentissage ! Mais il faut savoir que c'est aussi une langue artificielle, faisant des emprunts à la plupart des langues de l'archipel indonésien. Elle a été inventée pour renforcer l'unité nationale. Cela ne l'empêche pas d'être comprise par la plupart des Indonésiens. Seul handicap par rapport à l'espéranto : les mots sont à 90 % d'origine locale, 5 % arabe et 5 % européenne. Bref, il manque des mots d'origine latine. L'espéranto a par contre 70 % de mots latins, 20 % de mots germaniques, 10 % d'autres provenances. Cela le rend plus universel que l'indonésien. En effet, il existe des mots d'origine latine dans de très nombreuses langues, en dehors des langues latines proprement dites : espagnol, français…


    3) ESPAGNOL – Langue pas trop dépaysante par rapport au français !

    --- La prononciation est plus difficile que celle de l'espéranto/indonésien, avec des diphtongues et un accent tonique marqué. Mais tout cela est assez régulier, et il n'existe qu'une trentaine de phonèmes (45 en anglais).

    --- Le vocabulaire de base ne se limite évidemment pas à 20.000 mots comme pour l'espagnol/indonésien. On ne peut pas multiplier les préfixes, suffixes et combinaisons à volonté, comme dans un jeu Lego !

    --- Grammaire évidemment plus difficile que pour l'espéranto/indonésien. L'espagnol est une langue flexionnelle, avec modification des radicaux. Les conjugaisons sont assez compliquées, comme pour toute langue latine.

    --- L'orthographe est simple, suivant de près la prononciation. On peut apprendre l'espagnol en le lisant. Un très bon point pour nos cousins latins, à imiter !


    4) PORTUGAIS – Langue proche de l'espagnol. Un Portugais et un Espagnol se comprennent aux trois quarts, à condition de parler assez lentement. La prononciation chuintante du portugais est peut-être plus difficile à acquérir que celle de l'espagnol (rocailleuse). L'orthographe du portugais est aussi moins simple, bien que les Portugais/Brésiliens n'ont pas hésité à la simplifier considérablement depuis un siècle, multipliant les réformes. Un exemple à suivre en France !


    5) FRANÇAIS – Langue en principe relativement connue sur ce forum !

    --- Prononciation assez facile : 30 phonèmes seulement (45 en anglais), aucune diphtongue, accent tonique très peu marqué. Mieux que l'espagnol, sans comparaison avec l'anglais !

    --- Vocabulaire pas trop étendu, demandant toutefois une bonne appréciation du contexte pour choisir entre les divers sens d'un mot. Mais on s'y retrouve généralement assez vite ! Sur ce plan, le français n'est pas plus difficile que l'espagnol, pas moins non plus !

    --- La grammaire est assez difficile si l'on ne veut pas rester à un niveau élémentaire : conjugaisons compliquées bien sûr, mais surtout beaucoup d'exceptions. Sur ce plan, l'espagnol est plus facile à apprendre.

    --- L'orthographe ne supporte pas la comparaison avec celle de l'espagnol ! Elle indique généralement la bonne prononciation, rend aussi des services pour les homophones et les accords muets. Mais elle comporte beaucoup trop de complications inutiles et d'incohérences, résultant d'un souci étymologique excessif et d'évolutions historiques mal coordonnées. Avec une orthographe plus logique, le français pourrait mieux se positionner comme langue internationale.

    Conclusion : égalité avec l'espagnol pour le vocabulaire, mieux pour la prononciation, moins bien pour la grammaire, loin derrière pour l'orthographe. Le français se tient dans une moyenne honorable. Pourrait mieux faire !


    6) ANGLAIS – Tout le monde en a bien sûr quelques notions.

    --- Prononciation très difficile, sans aucun doute l'une des pires de la planète : 45 phonèmes (30 en français), nombreuses diphtongues, accent tonique très variable, grandes différences de prononciation selon les pays et milieux sociaux. Difficile de faire plus mauvais !

    --- Vocabulaire beaucoup trop étendu : 200.000 mots anglais ; 80.000 en français ; 20.000 en espéranto, mais 250.000 au final ! Cela vient des doublets germaniques/latins, mais plus encore du besoin d'avoir un mot pour chaque sens particulier. L'anglais tient beaucoup moins compte du contexte que le français pour trouver le sens d'un mot. Bref, il faut une mémoire phénoménale pour assimiler l'ensemble du vocabulaire anglais, si l'on ne veut pas en tout cas rester à un niveau élémentaire. Très mauvais pour l'apprentissage !

    --- La grammaire présente bien sûr des subtilités. Mais elle est globalement plus facile que celle du français, notamment pour les conjugaisons. Un bon point pour l'anglais !

    --- L'orthographe est encore pire que celle du français. C'est tout dire ! Elle est complètement décalée de la prononciation.

    Conclusion : l'anglais fait une très mauvaise langue internationale. Il est même dépassé par le français pour trois des quatre points envisagés. Je ne parle même pas de l'espéranto ou de l'indonésien. Doit revoir sa copie sous peine d'être recalé ! Sans la puissance économique des États-Unis, plus des pays anglophones sur tous les continents, on ne voit vraiment pas comment l'anglais aurait pu devenir la première langue internationale. Et c'est le traitre Spalding qui vous le dit !


    AUTRES LANGUES – J'ai des connaissances trop limitées sur les six autres langues pour en parler valablement. Mais je vais quand même en glisser quelques mots.

    --- L'allemand est plus facile que l'anglais pour la prononciation et l'orthographe, plus difficile pour le vocabulaire (peu de mots latins) et la grammaire.

    --- Le russe se tient à peu près au même niveau que l'allemand pour la facilité (ou la difficulté) de son apprentissage. Il est toutefois désavantagé par son écriture cyrillique, beaucoup moins universelle que l'écriture latine, même si elle présente des affinités avec celle-ci.

    --- Le chinois est très difficile pour la prononciation, car c'est une langue monosyllabique. Pour éviter les confusions engendrées par la multiplication des quasi-homophones, il faut prononcer très précisément la syllabe d'un mot. Pas évident pour l'apprentissage ! Si les Chinois abandonnent leur écriture idéographique pour l'écriture pinyin (latine), ils peuvent toutefois augmenter le rayonnement de leur langue. La grammaire chinoise est d'ailleurs assez simple.

    --- Le japonais a une grammaire plus difficile que celle du chinois. Sa prononciation est par contre plus facile, car il ne s'agit pas d'une langue monosyllabique. Si les Japonais remplacent leur écriture idéographique par l'écriture romaji (latine), ils décourageront beaucoup moins ceux voulant apprendre leur langue !

    --- S'agissant de l'arabe et du hindi, je ne peux rien en dire. Mais ces langues sont à mon avis trop désavantagées par leurs écritures pour être des langues internationales. Seule l'écriture latine est vraiment internationale ! ;)
  • Spalding a écrit:
    Conclusion : l'anglais fait une très mauvaise langue internationale. Il est même dépassé par le français pour trois des quatre points envisagés.
    Ça me refait penser à une étude du Naxitis d'ailleurs, qui prévoyait une hausse du nombre de francophones pour 2050, à tel point qu'elle pourrait détrôner l'anglais. Si on prend en compte dans ton sujet les critères de scolarisation, je pense que le français nous réserve de belles surprises.
  • Le français peut en effet faire des progrès. C'est toutefois essentiellement une langue franco-africaine, alors que l'anglais est beaucoup mieux réparti sur la planète. Et plusieurs pays anglophones sont importants économiquement, en premier lieu les États-Unis bien sûr. La France est le seul pays francophone d'un certain poids économique. Pour toutes ces raisons, je ne pense pas que le français pourra supplanter l'anglais comme première langue internationale, même avec une réforme approfondie de son orthographe (un peu trop incohérente).

    Si l'on se réfère à la facilité d'apprentissage (seul critère dans ce sujet), aucun doute qu'il faudrait choisir l'espéranto ou l'indonésien. Je pense aussi que l'espagnol et le portugais sont mieux qualifiés que le français et l'anglais pour jouer le rôle de première langue internationale, pour les raisons indiquées. Mais comme déjà dit, les critères économiques (et géographiques) sont déterminants. Je ne vois donc pas comment l'anglais pourrait être détrôné à court ou moyen terme. Mais à long terme, on peut tout imaginer ! ;)
  • Et le swahili ? Pourquoi ne figure-t-il pas sur votre liste ? C'est pourtant une langue internationale, le swahili !
    Tel est le défaut de votre sélection : un européen-centrisme à tous crins qui biaise les réponses.
  • JehanJehan Modérateur
    Parce que la mention de l'indonésien, de l'arabe, du japonais et du chinois, c'est très européo-centré ?
  • Personne pour envisager un bel avenir au spanglish ?
  • Rien sur l'italien, dont les bases s'apprennent en trois mois ?
  • Pour l'heure, il semble bien, lorsqu'on voyage un peu, que la langue internationalement la mieux établie, et cela indéniablement pour des raisons politiques et économiques à la base, soit l'anglais.
    Ses difficultés de prononciation par rapport à son écriture sont réelles, mais apparemment, cela n'empêche pas qu'on la pratique, même mal, et la richesse évoquée de son vocabulaire ne semble pas être un grand obstacle pour qui ne prétend pas à en connaître toutes les subtilités.
    On peut regretter cette dictature de l'anglais, mais elle est réelle. Ce qu'il en sera dans quelques décennies, je serais bien incapable de le prédire.
    Le chinois est aujourd'hui considéré comme une langue d'avenir. Assurément, il est parlé par un grand nombre d'individus, et la Chine monte en économie et en puissance, mais même en utilisant le pinyin, le chinois, avec ses tons, n'est pas facile à parler, et demande un gigantesque effort de mémoire pour le maîtriser, en plus de la mobilisation de mouvements buccaux peu familiers aux occidentaux. quant à son écriture, je ne l'évoque même pas; et le chinois pinyin, est-ce vraiment encore le chinois ?
  • @ Gabiana

    Effectivement, le chinois (langue monosyllabique) présente de grandes difficultés de prononciation, peut-être encore plus que l'anglais. Je ne pense pas sinon qu'il détrônera l'anglais comme première langue internationale, même si la Chine dépasse les États-Unis sur le plan économique. Le chinois n'est parlé qu'en Chine, alors qu'il y a des pays anglophones sur tous les continents.

    S'agissant de l'écriture pinyin (latine) du chinois, elle est enseignée dans les écoles primaires en Chine, pour apprendre la grammaire du chinois parlé. Puis les élèves passent à l'écriture idéographique (non phonétique). Je ne pense pas qu'ils l'abandonneront de sitôt. Cette écriture fait partie de leur patrimoine culturel. De plus, il existe diverses langues en Chine, même si le chinois (mandarin, pékinois) est la plus répandue. Avec l'écriture idéographique, tous les Chinois peuvent se comprendre à l'écrit, quelle que soit leur langue orale. Cela renforce l'unité nationale de la Chine. Il faut aussi reconnaitre que cette écriture idéographique est très belle ! :)

    Jehan a écrit:
    Parce que la mention de l'indonésien, de l'arabe, du japonais et du chinois, c'est très européo-centré ?

    J'ai même mentionné le hindi. Et j'ai mis l'indonésien en deuxième position, avant toute langue européenne !

    Sinon, je ne pouvais quand même pas passer en revue les 141 langues officielles de la planète ! Mon échantillon est déjà très représentatif des divers groupes linguistiques.

    L'italien est par ailleurs une très belle langue, peut-être assez facile à apprendre dans la perspective de ce sujet. Mais j'ai déjà envisagé l'espagnol, le portugais et le français : trois langues latines. Avec l'italien, cela aurait fait trop ! Pourquoi pas aussi le roumain, le catalan et le romanche, des langues latines tout aussi estimables que l'italien ?

    S'agissant du swahili, je n'ai rien contre. Mais il ne s'écrit pas beaucoup, me semble-t-il. Quant au spanglish, il n'est pas encore suffisamment reconnu. J'attendrai la création d'une Académie spanglish ! ;)
  • Et si on recommençait tous à parler Latin ? :D :D
  • Tout dépend de la définition que tu donnes au terme "meilleur". Si je m'attarde sur le seul aspect économique, je citerais sans hésitation l'anglais (avec une option sur le chinois). Maintenant, si tu passes à l'Est, le russe n'est pas inutile - 130 millions de Russes pour 350 millions de locuteurs (principalement en Europe) - fais le calcul. En fait, je n'aime pas le principe de compétitivité que l'on pourrait/voudrait faire quant aux langues étrangères. Celui qui aujourd'hui apprend l'anglais partage la passion d'un grand nombre. Il aura des difficultés pour trouver un travail de traducteur (peut-être). Celui qui apprend l’algonquin sera seul sur le marché du travail, mais sans réelle opportunité (oui j'aime assez cette comparaison ridicule). Bref ! Tout ça pour dire simplement - à chacun sa foi ++
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.