Grammaire française Participe passé

Bonjour,
Dans la phrase suivante, j'ai des doutes concernant l'emploi de "ni" suivi de "qui":
"Karl Rabeder a alors commencé à se sentir esclave d’un travail et d’une vie qui le contraignaient à acheter sans cesse de nouveaux biens dont il n’avait pas vraiment besoin, ni qu’il désirait vraiment."
Est-ce que c'est correct?
Je vous remercie de votre aide.

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Non, tu ne dois pas employer ni ici, mais écrire :
    ...de nouveaux biens dont il n'avait pas vraiment besoin, et qu'il ne désirait pas vraiment.
  • Aucun problème, sauf que "ni" n'est pas suivi de "qui" mais de "que" (élidé). Il suffit pour s'en rendre compte de remplacer le pronom "il" dans "il désirait" par un nom. On ne dira pas par exemple "ni qui Jacques désirait vraiment" ! :rolleyes:

    P-S : Je m'aperçois par ailleurs que ma réponse contredit partiellement Jehan. Croyez-le plutôt ! ;)
  • Bonjour aux pro,

    J'ai lu, mais je ne sais plus où (peut-être Grévisse), que "ni" exigerait en toute rigueur, au minimum, une répétition : ni l'un ni l'autre".

    Que disent les pro de "Etudes littéraires

    Cordialement,
    Paul
  • J'aurais écrit
    ... biens dont il n’avait pas vraiment besoin ni ne désirait vraiment.

    et je supprimerais le premier vraiment ou remplacerait l'un des deux par un autre adverbe.
  • Je vous remercie de vos réponses. En fait, ce n'est pas qui ai écrit la phrase, je l'ai lue sur https://fr-ca.actualites.yahoo.com/millionnaire--il-se-d%C3%A9barrasse-de-sa-fortune-et-vit-avec-1000-euros-par-mois.html
    Merci bien!
  • Bonjour,

    J'aurais allégé en : dont il n'avait pourtant ni besoin ni envie.

    Muriel
  • bonjour Muriel,

    doit-on voir dans votre correction de la phrase une réponse affirmative à mon post 4 ?

    Cordialement,
    Paul
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Anne345 a écrit:
    J'aurais écrit
    ... biens dont il n’avait pas vraiment besoin ni ne désirait vraiment.
    :rolleyes: Ça me paraît vraiment incorrect. Je ne vois pas comment le second membre de phrase peut dépendre de "dont".
  • paulang a écrit:
    J'ai lu, mais je ne sais plus où (peut-être Grevisse), que "ni" exigerait en toute rigueur, au minimum, une répétition : "ni l'un ni l'autre".

    Grevisse donne quelques exemples avec "ni" solitaire :

    "Les cassolettes ne doivent pas coûter cher, ni les parfums qu'on y chauffe." (Étiemble) - La négation est alors "ne...pas", et le second terme apporte une précision supplémentaire.

    "Pour ce dieu caché, les sacrifices humains ni les martyrs ne suffisent." (Sartre) / "Je n'avais faim, ni soif." (Bosco) - La négation du verbe est alors "ne".

    S'agissant de Bosco, je dirais : "Je n'avais pas faim, ni soif." ;)
  • ça n'a ni "que" ni tête :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.