Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour à tous !

Je suis actuellement en master MEEF 1, enseigner les lettres dans le second degré, et j'ai quelques petits problèmes avec la stylistique : c'est une discipline que je n'avais jamais vraiment abordée dans mes études antérieures, et cela me plombe littéralement pour les sujets de grammaire moderne du CAPES (car cet exercice vaut quand même 6 points à lui tout seul !).

La professeur qui est chargée de nous enseigner cette matière est très brouillonne et très peu claire : au bout de 3 cours je ne sais toujours pas définir exactement ce qu'est un commentaire stylistique, et en quoi consiste exactement l'exercice demandé.

Après avoir consulté un ou deux rapports de jury, je suis mieux arrivé à cerner la chose, et je récapitule (autant pour moi que pour vous) :
- c'est un commentaire composé, souvent binaire
- il faut analyser les faits lexicaux récurrents
- c'est une analyse des faits de langue.

J'aimerais alors savoir comment construire un commentaire stylistique (sur quelles bases partir), et quelles connaissances sont utiles et nécessaires pour cela. Peut être que vous êtes déjà passés par là et que vous pourrez m'éclairer =)

Réponses

  • Bonjour, à confirmer pour être sûr:

    Il existe deux sortes de commentaires qui demandent une démarche inverse:
    - le premier, le commentaire composé, part des idées et des thématiques (argumentées à l'aide du style)
    - le second, le commentaire stylistique, part des effets de style, de la grammaire, du lexique etc pour aller vers les thématiques littéraires qu'ils servent.
    Au capes, il est demandé dans l'épreuve de stylistique d'étudier un fait de langue dans une optique littéraire.

    Je te conseillerais de jeter un oeil sur l'ouvrage de Léo Spitzer, Etudes de style : il met en évidence ce qui fait le style particulier de grands auteurs comme Racine, Claudel...cela te donnera une idée - bon à un autre niveau :) - du travail attendu
  • GiannaGianna Membre

    Bonjour tout le monde,

    Je profite de la situation sanitaire pour réviser encore et toujours le CAPES (héhé !), ça tombe bien car je n'ai pas encore réussi à surmonter toutes mes difficultés en stylistique. Je me permets donc de faire appel à vous, au cas où je ne serais pas la seule dans cette situation et que quelqu'un aurait une solution. Voici mon problème :

    Tout d'abord, il faut savoir que je passe le concours de lettres modernes en candidat libre, donc je n'ai aucun support universitaire. Cependant grâce à internet, aux ressources proposées sur Études Littéraires, et à quelques livres choisis (notamment Leçons de stylistique de Calas), j'ai pu apprendre ce qu'il fallait et j'avais déjà un Master en linguistique. Bref, je crois avoir les connaissances théoriques de base pour réussir l'épreuve, d'ailleurs, devant le texte, je suis capable de relever beaucoup de faits de langues qui servent le commentaire stylistique.

    Là où le bât blesse, c'est que je suis parfaitement incapable de classer les occurrences de manière organisée. Je ne sais pas faire le tri, je n'arrive pas à regrouper les informations en parties/sous-parties, je ne vois jamais quel plan proposer. Calas propose le plan suivant, qui peut servir de trame à l'analyse : I. Éléments macro-structuraux, II. Thème général, III. Figure dominante. Malheureusement, même avec l'aide de cette trame je suis toujours coincée. En plus, je traîne ce problème depuis le lycée ; j'ai beaucoup de choses à dire mais faute de pouvoir tout regrouper en un plan cohérent, je ne dis presque rien. Ma frustration est à son maximum. 🙃

    Ainsi ma question est simple, comment progresser quand on n'a pas la fameuse "sensibilité littéraire" ? Et plus précisément, comment passer du simple relevé d'occurrence à un plan complet qui pourrait satisfaire le jury ?

    Un grand merci à tous !

  • HapoHapo Membre
    7 mai modifié

    Bonjour Gianna,

    Je suis également en pleines révisions pour le Capes. En me plongeant dans les rapports de jurys, j'ai compris que le choix du plan dépendait surtout de l'intitulé de la question. C'est vraiment cela qui doit structurer ton étude. Tu dois repérer les procédés les plus saillants qui peuvent servir ton analyse et qui correspondent à la question posée.

    Par exemple, l'on peut s'intéresser à la proposition de correction faite par le jury lors de la session de 2014. Il s'agissait d'étudier la scène 8 de l'acte II du Jeu de l'Amour et du Hasard de Marivaux (https://media.devenirenseignant.gouv.fr/file/capes_externe/43/2/s2014_capes_ext_lettres_mod_2_314432.pdf). La question de stylistique portait sur "l'implicite et l'enchaînement des répliques". Voici le plan proposé par le jury (https://media.devenirenseignant.gouv.fr/file/capes_ext/78/5/lettres_350785.pdf p.83) :

    1. Les différentes formes de l'implicite dans l'extrait
      1. Les injonctions directes
      2. Les énoncés à double-entente
      3. De la double-entente au qui pro quo conversationnel
    2. Différer le dire
      1. La non-réponse aux questions
      2. La désignation détournée et floue du sentiment amoureux
      3. Une euphémisation générale dans les propos de Silvia
    3. Mise en oeuvre d'une sémiologie des personnages : interpréter / mésinterpréter
      1. Sémiologie des attitudes
      2. Sémiologie du discours

    Ainsi, l'on se rend bien compte que c'est à partir du libellé de la question qu'est articulé le plan. Personnellement, j'utilise la méthode suivante : je lis l'extrait et la question posée. Ensuite, je liste tous les procédés stylistiques en rapport avec la question que je trouve dans l'extrait. Et ce n'est qu'après ce relevé que j'effectue un classement des procédés en trois parties qui me paraissent cohérentes.

    Je pense qu'il n'est pas forcément utile de chercher, à tout prix, à faire rentrer un schéma standard de plan dans un texte précis. Ainsi, l'on voit que ce plan retenu par le jury ne suit pas du tout la logique "en entonnoir" que tu évoques. Et, à mon avis,vouloir absolument suivre cette logique pose le risque du hors-sujet autant que d'un passage trop rapide sur des traits stylistiques essentiels de l'extrait. Après, je suis loin d'être un expert, n'ayant encore jamais passé le CAPES. 😉

  • fandixhuitfandixhuit Membre

    Bonsoir,

    Comme le disait Titania en 2014, l’étude stylistique porte sur des "faits de langue".

    Exemple ici : http://ecrivaines17et18.e-monsite.com/pages/17e-siecle/heroines-litteraires/princesse-de-cleves/princesse-de-cleves-analyse-stylistique.html*

    (Facile, davantage pour les élèves).

  • HapoHapo Membre

    Tout à fait.

    J'ajoute d'ailleurs que, parmi les attendus du jury, il est demandé d'avoir un plan apparent sur la copie et que les titres des parties correspondent à des faits de langue précis : pas des idées générales, ni des "analyses psychologiques", hélas trop souvent rencontrées dans les copies selon eux...

    Ainsi, plutôt que de choisir en sous-partie "Le propos de **** est ironique", il faudra plutôt dire, par exemple "L'ironie de *** est mise en évidence par la présence d'antiphrase".

  • fandixhuitfandixhuit Membre

    Oui, c'est cà.

  • GiannaGianna Membre

    Bonsoir Hapo,

    Merci pour ta réponse rapide ! Je ne crois pas que mon problème vienne d'une envie de coller à un moule, j'avais compris que le plan proposé par Calas n'était pas figé et que chaque question appelle un plan particulier. Pour les prémices de l'analyse, je suis contente, j'ai la même méthode que toi : je lis la question posée et l'extrait, deux fois car je fais une première lecture et je note les sentiments que le texte m'inspire (j'ai vu ça sur internet), puis je liste tous les procédés stylistiques.

    Mais c'est après que ça bloque. Quand je fais le sujet que tu as proposé, je me retrouve avec le relevé de toutes sortes de procédés stylistiques (ex : ligne 11, une allitération en [s] et [z]). Comme je n'ai jamais vraiment fait de stylistique, je pensais qu'il valait mieux relever le plus d'occurrences possible au brouillon, quitte à ne pas les intégrer au plan final. Je m'aperçois maintenant que je ne cible pas assez et que je me retrouve avec trop d'éléments disparates, d'où ma difficulté à les organiser. Partant de ce postulat, je reste inquiète, comment puis-je être sûre de ne rien oublier ?

    Je lis dans le rapport du jury qu'il fallait "proposer une analyse des formes de l’implicite, évaluées à partir de l’échange dialogal, également de ses effets dans la relation d’interaction entre les personnages, enfin de ses visées". Avec ces éléments en main, j'arrive effectivement à composer un plan, mais comment suis-je censée le savoir ? Pouvais-je deviner cela à partir du texte, ou est-ce simplement la démarche canonique à adopter à chaque fois que le sujet est l'implicite ?

    Enfin, j'ai lu cette pièce en intégralité il y a quelques mois ; je me souvenais simplement de Silvia comme un personnage à la fois attachant et manipulateur. Le jury est bien plus précis, il dit (en parlant de Silvia) : "son identité de femme (et son orgueil, élément psychologique déterminé par son sexe et sa situation sociale) lui interdit de s[e] livrer [à l'aveu] elle-même." Cette donnée permettait aussi d'orienter le commentaire, mais comment pouvais-je l'inférer à partir du texte étudié ? J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de choses qui ne relèvent pas du texte en lui-même et je ne sais pas trop où les trouver. Même si grâce à toi, j'ai déjà quelques pistes de progression 😀

    Encore merci !

  • GiannaGianna Membre

    Merci également Fandixhuit, je vais continuer à m'entraîner !

  • CbesnCbesn Membre

    Bonjour,


    J'ai le même problème que Gianna et je suis aussi en candidat libre, je pense qu'il y a quelque chose qui nous échappe. J'ai regardé ce que vous avez posté sur la Princesse de Clèves fandixhuit et c'est très facile en effet puisque le plan est donné. Au concours, il s'agit de faire l'inverse finalement : trouver un plan à partir des faits de langue relevés. Est-ce qu'il y a une méthode pour ça ?


    Merci et bon week-end

  • Titania91Titania91 Modérateur

    Bonjour Cbesn,

    Il faut avoir en tête les grands "faits de langue" :

    • faits syntaxiques (valeurs des temps et des modes, liens au sein de la phrase complexe...),
    • lexicaux (modalisation, connotations...),
    • énonciatifs (points de vues, discours rapportés...),
    • stylistiques (figures de style, rhétorique...)
    • etc

    Pour le reste c'est à appliquer en fonction du texte. Si vous avez du mal commencez par la démarche inverse : partez des idées et retrouvez les éléments stylistiques les plus importants et récurrents. Bon courage ;)

  • CbesnCbesn Membre
    9 mai modifié

    Bonsoir à tous,

    Tout simplement ! Merci Titania, maintenant que vous l'avez énoncé cela paraît évident. Un exemple, si le sujet de cette année porte sur l'hypotypose il faudra rechercher en priorité : le présent de narration, les compléments du nom et du verbe, l'effacement du narrateur, etc., c'est bien cela ?

    J'ai une dernière question s'il vous plaît, je connais quelques grands faits de langue (ironie, rhétorique, modalisation, ...) mais j'aurais été en difficulté sur l'implicite notamment. Est-ce qu'il y a des cours, des ouvrages que je pourrais consulter à ce sujet, qui récapitulent de manière exhaustive ces grandes notions et les éléments textuels qui les composent ?

  • Titania91Titania91 Modérateur

    De mémoire le sujet de stylistique n'est pas très précis, ça reste assez large.

    Pour les ouvrages de référence je n'en avais pas utilisé pour ma part. Il doit y avoir la réponse à votre question dans les bouquins universitaires type "le commentaire stylistique" chez ellipses ou fac nathan.

  • CbesnCbesn Membre

    Merci beaucoup, grâce à vos conseils et à un nouveau livre (La Stylistique de Joelle Gardes Tamine), j'ai l'impression d'avoir fait quelques progrès.

  • Théo27Théo27 Membre
    11 juil. modifié

    Bonjour tout le monde,

    Je suis inscrit cette année au capes externe lettres modernes et une question d'ordre méthodologique me traverse (vivement) l'esprit depuis la fin des épreuves écrites ; elle porte directement sur la question stylistique. Je rappelle rapidement l'intitulé :

    "Vous ferez une étude stylistique de ce texte [une lettre datant du XVIle siècle, écrite dans un langage plutôt emphatique, beaucoup de constructions adverbiales, adjectivales, etc.] en montrant comment l'écriture épistolaire transcrit les émotions."

    Influencé par la question précédente (grammaire) qui portait sur les emplois des adjectifs qualificatifs dans le même texte, mon cerveau a fait une drôle d'association entre les deux questions, association si forte que mon sujet d'étude stylistique s'est basé à son tour sur les utilisations adjectivales (proposant ainsi plusieurs liens thématiques entre ces usages et l'écriture de la lettre). Mon plan, inutile de rappeler les sous-parties, s'est donc construit de la façon qui suit : (I) L'adjectif comme opération linguistique de captation (manoeuvres langagières utilisées pour attirer l'attention de l'allocutaire, développer une/plusieurs intentionnalité.s) ; (II) L'adjectif comme opération linguistique d'emphase ; (III) : Une utilisation adjectivale influencée par la structure des énoncés.

    J'entends bien que le plan présenté ici est assez atypique (voire inadapté) : partir de la nature d'un mot pour y joindre les éléments linguistiques, thématiques saillants du texte (mon analyse ne s'arrête pas bien sûr à l'analyse des adjectifs, elle s'étend aussi aux procédés stylistiques, constructions prépositionnelles/adverbiales, types de phrases, etc.) ; je voulais donc connaître votre impression sur cette méthode utilisée... Est-ce que celle-ci vous semble rédhibitoire ?

    Merci à l'avance.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.