Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour,

Quelle est cette figure lorsque l'on dit "Avouez que ni Cicéron, ni Varron n'eurent la moindre part...", lorsque l'on sous entend l'accord du destinaire?

Merci
Mots clés :
«13456764

Réponses

  • Bonjour à tous!
    Je cherche le nom d'une figure de style, celle qui permet de réunir le fond et la forme d'un propos en symbolisant l'idée contenue dans la phrase par la "forme" de la phrase... Pour être plus claire, voici un exemple: dans l'opéra Isis de Lully, acte IV, le "Choeur de l'hiver" dit "des trembleurs" parle d'une contrée glaciale, et les chanteurs symbolisent ce froid par une diction saccadée, comme s'ils grelottaient. Par exemple aussi, le célèbre vers "pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes": l'allitération donne le sentiment d'entendre ces serpents... Il me semble que cet exercice de style a un nom, mais je ne m'en souviens pas. Quelqu'un peut-il m'aider?
    Merci!
    Marianne
  • henryhenry Membre
    Bonjour

    un petit tour par là, avec "les serpents de Racine, en attendant des réponses précises

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Allit%C3%A9ration

    http://www2.france-jeunes.net/lire-les-figures-de-style-i-22360.htm

    Allitération
    Nom féminin
    Figure de style qui consiste à reprendre volontairement des phonèmes consonantiques. Il s’agit donc de la répétition d’une même consonne.

    voir aussi "Figures de sonorités" sur

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Figure_de_style


    modestement et de mon mieux
  • MurielMuriel Membre
    Bonsoir Marianne,

    Voici un "Dossier" du site. Il contient plusieurs liens (concernant les figures de style) qui te seront utiles.

    Muriel
  • Bonjour,
    ce ne serait pas des sonorités suggestives? :)
  • Je vois ce que vous voulez dire mais je ne crois pas que cette figure de style ait un nom particulier, je ne crois pas qu’elle ait été baptisée, le fait que certains participants bottent en touche en proposant des liens généraux sans répondre précisément à votre question, me paraît être un signe assez fiable vers cette hypothèse, on explique cela par une sorte de synthèse ou d’osmose entre le fond et la forme sans qu’elle soit désignée, me semble-t-il, par un vocable. Si toutefois ce mot existe, j’eusse aimé l’apprendre ut doctior fiam.

    Un exemple célèbre de ce genre est la phrase de Pascal :

    Le silence éternel des ces espaces infinis m’effraie

    où le « je » n’est représenté que par la seule lettre m en tant que complément d’objet direct du verbe, isolée à un endroit arbitraire dans tout le reste de la phrase qui représente précisément cet espace.

    Cela dit tout cela n’est, selon moi, que paroles verbales de type « blablationnel » si je puis dire, il semblerait que la Terre ne tourne pas complètement silencieusement, il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre nous a-t-on enseigné, sauf à être un tout petit peu abruti, on n’a aucune raison de se laisser intoxiquer par de telles constructions.

    Restez libre.

    À bientôt
    Gilles
  • On parle d'Harmonie imitative mais est-ce bien une figure de style, si je puis dire, "officielle" ? À vérifier dans la Fiche du site consacrée à celles-ci
  • MurielMuriel Membre
    Bonjour Léah,

    Il faut sans doute distinguer le nom de la "figure de style" de celui de son "effet".

    Par exemple, dans l'exemple des "serpents", l'allitération en "s" (figure de style) produit une "imitation harmonique" (effet).

    C'est pour cela que j'ai ajouté les liens du site à ceux de Henry, parce que j'ai remarqué que Wikipédia parlait de figure de style quant à l'harmonie imitative...

    Ce n'est que mon impression, c'est aussi pourquoi je n'ai pas apporté une réponse affirmative...

    Muriel
  • Je ne pense pas que "l'harmonie imtitative" soit un "effet"
    L'effet, c'est ce que le lecteur ou l'auditeur ressent
    Est-ce que je ressens une "harmonie imitative" lorque j'entends sont ces serpents qui sifflent sur ?
    Non, je "ressens" (peutêtre, car là tout est question de sensibilité personnelle) des sifflements de serpents. Mais je ne me dis pas que je ressens une "harmonie imititative"
    Enfin, c'est mon sentiment !

    Le TLF dit
    Harmonie imitative. Celle qui, par la sonorité des sons utilisés, imite ou évoque le bruit de la chose signifiée. Des harmonies imitatives dans le langage sont de véritables ou approximatives onomatopées (ROUGNON 1935, p. 8).

    Et le "Dictionnaire des figures de style'
    HARMONIE IMITATIVE, n.f.
    Imitation, par les sonorités d'une phrase, de la réalité qui y est évoquée.
    [ … ] gemmes rouges de jus (P. Valéry)

    Et sur "la passion des poèmes"
    Onomatopée
    Formation de mots par harmonie imitative : l'onomatopée est la création d'un mot reproduisant dans ses éléments sonores le bruit auquel il s'applique. Par extension, mot formé par harmonie imitative. En tant que figure de style, elle est la figure par laquelle on cherche à suggérer l'image auditive d'un objet au moyen d'un concours particulier de sons verbaux. On dit plus souvent, cependant, harmonie imitative (voir ce mot). Voir aussi allitération.
  • Bonjour,

    J'aimerais savoir comment s'appelle la figure de style qui consiste, dans la description d'un lieu par exemple, à partir d'un détail pour arriver au décor dans son ensemble (ou inversement, partir de l'ensemble pour "zoomer" sur un petit détail) ?
    J'ai su le nom de cette figure de style, mais je ne parviens pas à la retrouver...

    Merci d'avance,
    Miett
  • Bonsoir x) Je souhaite être aidé, car je n'arrive pas à déterminer les figures de styles qui se cachent dans cette phrase là:

    "Bûche calcinée qu'il était condamné à traîner en expiation de quelque obscur péché"

    Ce bout de phrase vient du livre de RAY BRADBURY, Fahrenheit 451.

    Deux figures de style sont présente dans cette phrase. Mais lesquelles? Pour la première partie je pensais à une métaphore.. Mais je ne sais pas vraiment.

    Merci d'avance pour votre aide, en espèrant que vous me répondrez dans la soirée.
  • riaria Membre
    salut ta reponse est juste
    voici la 2emme
    obscur péché =personnification :o
  • Bonjour,j'ai un commentaire à faire sur Le page disgracié,p256-257.J'ai relevé trois expressions,je pense pour chacune que ce sont des figures de style mais je n'en suis pas certaine :
    "je lui serrai le poignet avec tant de violence"l24 Ici ça serait pour moi une hyperbole ?
    "me donnait cette fièvre chaude"l17 Je pensais à un oxymore mais je ne pense pas car un oxymore serait plutôt "un soleil noir" ?
    "bon pères religieux"l39 je pensais un pléonasme car un père religieux est toujours bons.Est ce que c'est ça ?
    "grandes et justes impressions de leur science et probité"l41-42 Je pensais ici aussi à une hyperbole.? :)

    Merci d'avance.
  • pour la 1 je ne crois pas qu'il y ait de figure particulière. Une hyperbole, c'est vraiment une 'ultra-emphase', c'est plutôt épique.
    Pour la 2ème : non ! il ne s'agit pas d'un oxymore (oxymore = deux termes de sens strictement opposés juxtaposés, comme 'un clair-obscur') il s'agit ici d'un pléonasme, puisque par définition la fièvre est chaude, inutile de le redire.
    Pour la 3ème : oui c'est un pléonasme, mais je le vois plus porter sur le fait qu'un père est par définition religieux que parce qu'il est bon.
    pour la 4eme : ast-tu cherché la définition de probité ? Si non fais-le, ça devrait t'aider.
  • merci pour ton aide.Donc j'ai cherché probité : droiture,intégrité,honnêteté scrupuleuse mia sje ne vois pas trop en quoi ça m'aide.
  • je dirais qu'il y a un pléonasme et un oxymore en même temps, mais il me faudrait la phrase complète pour etre sure, parce que je ne sais pas si science est à prendre dans le sens scientifique (la science) ou matière particulière que l'on maîtrise bien.
  • alors la phrase entière c'est : "Je fis mille autres discours ridicules durant mon mal,et comme les lions privés ne se laissent toucher qu'à ceux qui ont accoutumé de leur donner à manger,je n'avais confiance en personne et ne me laissais approcher avec sureté qu'à deux bon pères religieux,que j'avais eu le bien de connaitre avant que mon mal fut arrivé dans une extrémité si grande,et qui m'avaient donné de grandes et justes impressions de leur science et probité"
  • ça serait pas du proust ? XD je pense que tu as mal recopié ce qui rend les choses difficiles : déjà la phrase est longue mais si en plus tu colles des fautes au milieu je ne risque pas de comprendre grand chose. Tu as oublié la métaphore des lions.
  • je crois qu'à la fin de la phrase, sans parler d'hyperbole, il y a effectivement de l'emphase, avec la répétition de 'grande(s)' de la redondance (ça ne va pas jusqu'au pléonasme) avec la probité (les prêtres sont par définition justes et plein de droiture). A voir.
  • non je n'ai pas fait de fautes,je te jure j'avais juste oublié le m de "mal" mais c'est tout lol.merci pour ton aide.Alors il y aurait une emphase,je ne connaissais pas j'ai lu la définition:ici ça serait donc une répétition de "grande" et aussi une petite gradation "grande et juste".
    Pour la probité des pères,je pense qu'il y a un rapport avec le baroque car l'Eglise est remise en cause à cette époque.Est ce que ça pourrait être ça ?
  • salut est-ce que vous pouvez me dire quelle figure de style c'est ?
    "s'il avaient été paresseux aux armes."
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.