Fiches méthode Bac de français 2021

13»

Réponses

  • Merci Floreale, le problème, c'est que les poèmes que tu as trouvé sont des mêmes siècles :/
  • Et tu espères trouver des poèmes sur 10 siècles différents ? :(
  • C'est bien ça le problème... :/
  • Incompréhension de la consigne ou naïveté ?

    Je rêve !!!!!
  • Bonjour
    voilà je suis en 1er et je dois faire une anthologie poétique sur le thème de la mer, je dois trouver 10 poèmes et recouvrant les siècles du XII au XX eme siècle, j'ai déjà des poèmes pour le 16,17,18,19 et 2O éme siècles il me manque ceux du 12, 13,14,15 eme siècle je vous en pris j'arrive vraiment pas à trouver, je suis désespérer, aidez moi s'il vous plaît... :( :(
  • Bonjour, je dois réaliser un recueil autour d'un thème ( que j'ai choisi, donc la mer) qui reprend des poésies des différents mouvements littéraires du 19eme siècle et du 20ème siècle. Une petite partie peut-être consacrée à la chanson.
    Pour chaque mouvement il faut deux poèmes.

    Pour les mouvements j'ai trouvé:
    - romantisme
    - parnasse
    - réalisme
    - naturalisme
    - décadentisme
    - symbolisme
    - dadaïsme
    - surréaliste

    J'ai déjà trouvé des poèmes, mais j'ai beaucoup de mal.

    pour le romantisme : • adieux à la mer - Lamartine
    au bord de la mer - Victor Hugo


    pour le parnasse : • Brise Marine - Stephane Mallarmé
    au bord de la mer - Théophile Gautier
    aux bainx de mer - François Coppée


    pour le réalisme : • la mer - Sully Prudhomme
    • ?


    pour le naturalisme : • au bord de la mer - Maupassant
    • ?


    pour le décadentisme : • o mer immense - jean moreas
    Le bateau ivre - Arthur RIMBAUD


    pour le symbolisme : • Albatros - Baudelaire
    L'homme et la mer - Charles BAUDELAIRE
    La mer est plus belle - Paul VERLAINE


    pour le dadaïsme : • DEVANT LA MER - MAX JACOB
    • ?


    pour le surréalisme : • complainte de la mer - jacques prévert
    Forte mer - Pierre Reverdy
    Marines - Paul Eluard


    J'ai pratiquement rien trouvé, et je ne sais pas comment les repérer, est-ce que vous pouvez m'aider s'il vous plait? J'ai un super site qui me propose pleins de poèmes mais je n'arrive pas à les identifier à un mouvement littéraire

    Et pour le côté chanson je comptais mettre la musique de Renaud - dès que le vent soufflera et CHANT DE LA MER
    PAR JEAN CLAUDE RENARD

    Merci!
  • Toujours mal à l'aise avec ces classifications parfois arbitraires et cette volonté de faire entrer les poètes dans des cases définies.
    Essayons ...
    Un poème "réaliste" de Blaise Cendrars
    Pleine nuit en mer

    La côte montagneuse est éclairée à giorno par la pleine

    lune qui voyage avec nous
    La
    Croix du
    Sud est à l'est et le sud reste tout noir
    Il fait une chaleur étouffante
    De gros morceaux de bois nagent dans l'eau opaque
    Sur le pont les deux acrobates
    Allemandes se promènent

    aux trois quarts nues
    Elles cherchent de la fraîcheur
    Le petit médecin portugais qui accompagne les émigrants de sa nation jusqu'à
    Buenos-Aires digne de

    l'œil en passant devant moi
    Je le vois s'engouffrer avec les deux
    Allemandes dans

    une grande cabine inoccupée
    Deux navires passent à tribord puis trois à bâbord
    Tous les cinq sont éclairés comme pour une fête de nuit
    On se croirait dans le port de
    Monte-Carlo et la forêt

    vierge pousse jusque dans la mer
    En dressant l'oreille et en tendant toutes mes facultés

    d'attention j'entends comme le bruissement des

    feuilles
    Ou peut-être mon chagrin de quitter le bord demain
    Au bout d'un grand quart d'heure je perçois la mince

    chanson d'un émigrant sur le gaillard avant où du linge

    sèche à la lune et me fait des signes


    Blaise Cendrars
    Mer

    Pour le dadaïsme : Tristan Tzara
    soleil nuit

    son roi de glace et son nom descend

    et apparaît en mer dans le poisson le requin son corps

    gardien maritime

    naître

    voracité ouverte aux sons des lances et de la porte verte



    sois ma sœur en large marche de planète

    trop longtemps j’ai vu squelette les



    mannequins aux parapluies dans la mine blanche

    chaude



    et je dessine le pays et tes bijoux sont des yeux vivants

    la vache accoucha un grand œil vivant de douleur ou de fer

    au bord de la mer monte en spirale la sphère

    la tempête



    la vierge écrasa sa chair et mourut dans le désert

    le feu à l’intérieur de grosses pierres volcaniques

    son image et les fruits

    la pluie sera fleur de la famine de la sécheresse

    manteau imperméables de nos cœurs facilite-nous la fuite et l’embarcation du seigneur couvert de plantes
  • Réalisme et surtout naturalisme concernent le roman. Difficile de trouver un "poème naturaliste" ! ça n'a pas trop de sens. Et pour le réalisme, tout dépend si on parle du terme au sens large, ou du courant littéraire, car là encore il s'agit de tableaux, de nouvelles, de romans, pas vraiment de poésie.
  • Merci beaucoup floréale! J'ai un peu de mal à comprendre le poème de Tristan Tzara mais je vais aller faire des recherches! Et est-ce que mes autres poèmes ils sont bien "classés"?

    Ammy pour trouver ces deux mouvements je suis allée sur cette page http://www.jaimelefrancais.org/pages/poesie/courants-litteraires-poetiques-du-xve-au-xixe-s.html et sur les réseaux sociaux nous avons un groupe avec ma classe, et ils ont tous décidé que le naturalisme et le réalisme devaient figurer dans notre recueil, donc voilà
  • Ne cherche pas trop à "comprendre" un poème dadaïste. :/

    J'avoue que "décadentisme" me pose problème.
  • D'accord, merci beaucoup floreale :)
    Je pense que je vais m'arrêter là, car je ne trouve pas d'autres poèmes
  • trevoriatrevoria Membre

    Au secours je dois trouver 10 poèmes, du 12 au 21 ème siècle - J'en ai trouvé 7 et là je sèche il me manque le 12 ème, 13 ème et 14 ème - Quelqu'un peut il m'aider svp

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur

    Bonsoir trevoria,

    Tu vas avoir du mal à trouver, le thème n'étant pas exploité au Moyen-Âge.

    Pour le XIIe siècle, je te propose un extrait du roman de Tristan et Yseult recomposé par Joseph Bédier à partir des œuvres de Béroul et Thomas.

    Écoutez, seigneurs, une aventure douloureuse, pitoyable à tous ceux qui aiment. Déjà Iseut approchait ; déjà la falaise de Penmarch surgissait au loin, et la nef cinglait plus joyeuse. Un vent d’orage grandit tout à coup, frappe droit contre la voile et fait tourner la nef sur elle-même. Les mariniers courent au lof, et contre leur gré virent vent arrière. Le vent fait rage, les vagues profondes s’émeuvent, l’air s’épaissit en ténèbres, la mer noircit, la pluie s’abat en rafales. Haubans et boulines se rompent, les mariniers baissent la voile et louvoient au gré de l’onde et du vent ; ils avaient, pour leur malheur, oublié de hisser à bord la barque amarrée à la poupe et qui suivait le sillage de la nef. Une vague la brise et l’emporte.

    Iseut s’écrie :

    « Hélas ! chétive ! Dieu ne veut pas que je vive assez pour voir Tristan, mon ami, une fois encore, une fois seulement ; il veut que je sois noyée en cette mer. Tristan, si je vous avais parlé une fois encore, je me soucierais peu de mourir après. Ami, si je ne viens pas jusqu’à vous, c’est que Dieu ne le veut pas, et c’est ma pire douleur. Ma mort ne m’est rien : puisque Dieu la veut, je l’accepte ; mais, ami, quand vous la saurez, vous mourrez, je le sais bien. Notre amour est de telle guise que vous ne pouvez mourir sans moi, ni moi sans vous. Je vois votre mort devant moi en même temps que la mienne. Hélas ! ami, j’ai failli à mon désir : il était de mourir dans vos bras, d’être ensevelie dans votre cercueil ; mais nous y avons failli. Je vais mourir seule, et sans vous disparaître dans la mer. Peut-être vous ne saurez pas ma mort, vous vivrez encore, attendant toujours que je vienne. Si Dieu le veut, vous guérirez même… ah ! peut-être après moi vous aimerez une autre femme, vous aimerez Iseut aux Blanches Mains ! Je ne sais ce qui sera de vous : pour moi, ami, si je vous savais mort, je ne vivrais guère après. Que Dieu nous accorde, ami, ou que je vous guérisse, ou que nous mourions tous deux d’une même angoisse ! »

    Ainsi gémit la reine, tant que dura la tourmente. Mais après cinq jours, l’orage s’apaisa. Au plus haut du mât Kaherdin hissa joyeusement la voile blanche, afin que Tristan reconnût de plus loin sa couleur. Déjà Kaherdin voit la Bretagne… Hélas ! presque aussitôt le calme suivit la tempête, la mer devint douce et toute plate, le vent cessa de gonfler la voile, et les mariniers louvoyèrent vainement en amont et en aval, en avant et en arrière. Au loin ils apercevaient la côte, mais la tempête avait emporté leur barque en sorte qu’ils ne pouvaient atterrir. À la troisième nuit, Iseut songea qu’elle tenait en son giron la tête d’un grand sanglier qui honnissait sa robe de sang, et connut par là qu’elle ne reverrait pas son ami vivant.


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.