Bonjour,

Je souhaite passer le latin en spé au bac 2015 (La Vie de Néron, oeuvre au programme). Pour me préparer, je m'entraîne sur le sujet de cette année. Je ne trouve malheureusement pas de correction sur le net, pourriez-vous m'aider?

Cantante eo ne necessaria quidem causa excedere theatro licitum est. ltaque et enixae
quaedam in spectaculis dicuntur et multi taedio audiendi laudandique clausis oppidorum
portis aut furtim desiluisse de muro aut morte simulata funere elati. (l. 27-30)


Ce passage comporte trois ablatifs absolus : relevez-les et précisez la valeur
circonstancielle de chacun. Puis transposez-les du singulier au pluriel ou inversement.

Cordialement,

Marine
«1

Réponses

  • Bonjour Marine.

    Les trois ablatifs absolus sont :
    a) Cantante eo ; compl. circ. de temps.
    b) clausis (oppidorum) portis ; compl. circ. de cause.
    c) morte simulata ; compl. circ. de temps ou de cause (on accepte les deux).

    Transposition :
    a) cantantibus eis (ou iis) ;
    b) clausa porta ;
    c) mortibus simulatis.
  • Merci Jacques! Pour les différentes traductions, faut-il comparer, confronter les textes ou en choisir un seul ? Merci pour votre rapidité :)
  • Il faut choisir la traduction la plus littérale ; votre professeur vous guidera à ce propos. Méfiez-vous des traductions anciennes qui sont publiées sur le Net, ce sont souvent des "belles infidèles", comme on dit.
    Si vous avez des difficultés, n'hésitez pas à nous en faire part ici même.
    Bon courage.
  • Merci de votre disponibilité :)
  • Auriez-vous le paratexte, le chapeau, s'il vous plaît ? Tentant de traduire la première phrase sur un coin de table, je ne vois pas à quoi se rapporte eo.
  • Néron se passionna très tôt pour les courses de char et participa à divers concours.

    eo, c'est Néron.
  • Je sollicite votre aide une nouvelle fois :) . Je travaille sur la traduction du bac. Je ne comprends pas comment est traduit le " apud quas " ?
  • Bonjour,
    Pourriez-vous me donner le passage ?
  • Bonjour Jacques!! Je ne peux pas copier coller je suis désolée... Ça commence comme ça : Insituerant civitates, apud quas musici agones, edi solent , omnes citharoedorum coronas ad ipsum mittere.

    Ah voilà ! : lnstituerant civitates, apud quas musici agones edi soIent, omnes citharoedorum
    coronas ad ipsum mittere. Eas adeo grate recipiebat, ut legatos, qui pertulissent,
    non modo primos admitteret, sed etiam familiaribus epulis interponeret. A
    quibusdam ex his rogatus ut cantaret super cenam, exceptusque effusius2
    , « solos scire audire Graecos solosque se et studiis suis dignos » ait.
  • civitates : les cités
    apud quas : dans lesquelles (Gaffiot apud I,2)
    musici agones : des joutes musicales
    edi solent : ont coutume d'être produites
    instituerant : avaient établi
    ad ipsum mittere : d'envoyer à lui-même
    omnes citharoedorum coronas : toutes les couronnes des citharèdes.
  • Merci beaucoup ! Je bloquais vraiment avec apud quas.. Mais comment peut-on qualifier (grammaticalement) "edi solent" ? Soleo => avoir l'habitude de, au pluriel :avec " civitates" mais le "edi" ?
  • edi : infinitif présent passif.
  • Winter69, ce n'est pas civitates le sujet de solent, mais agones, je vous ai fait le mot à mot !
  • Oui bien sûr... Excusez-moi, c'est une étourderie de ma part :).. Merci Gabiana!

    Je suis un peu lente dans ma version, car je travaille cet été :rolleyes:
    A quibusdam ex his rogatus ut cantaret super cenam, exceptusque effusius, « solos scire audire Graecos solosque se et studiis suis dignos » ait.
    C'est la dernière phrase :)
    A quoi peut-on rattacher le "ut" ?
    Merci d'avance.
  • rogatus ut canteret : prié de chanter
    -
  • Merci Anne! Je pensais que rogatus était rattaché à "ex his" ^^
  • Question :
    De « Et prodit » (ligne 1) à « sermone promisit » (ligne 5), relevez les mots et groupes à l’ablatif. Justifiez pour chacun l’emploi de ce cas.

    Et prodit Neapoli primum ac ne concusso quidem repente motu terrae theatro ante cantare destitit, quam incohatum absolveret nomon. Ibidem saepius et per complures cantavit dies ; sumpto etiam ad reficiendam vocem brevi tempore, impatiens secreti a balineis in theatrum transiit mediaque in orchestra frequente populo epulatus, « si paulum subbibisset, aliquid se sufferti tinniturum » Graeco sermone promisit. (Suétone, Vie de Néron, XX)
    Bac 2014 - Pondychéri

    Réponse :
    Neapoli – complément circonstanciel de lieu où (sans mouvement) ;
    concusso ... theatro – ablatif absolu ;
    motu (terrae) – complément d'agent ;
    sumpto … brevi tempore – ablatif absolu ;
    (a) balineis – complément circonstanciel de lieu d'où ;
    media (in) orchestra – complément circonstanciel de lieu où (sans mouvement) ;
    frequente populo – complément d'agent ;
    Graeco sermone – complément circonstanciel de moyen.

    Ma réponse serait-elle complète ? Si non, qu'est-ce qu'il faudrait y ajouter/corriger ?

    Quelques autres doutes :
    • Le complément du participe présent se construit-il toujours avec génitif (cf. impatiens secreti) ?
    • S'il était question de remplacer les ablatifs absolus par des propositions subordonnées, est-ce que les suggestions suivantes seraient correctes :
      ne concusso quidem repente motu terrae theatro = quamquam theatrum motu terrae repente concussum erat (je pense avoir fait attention à la consecutio temporum); sumpto etiam ad reficiendam vocem brevi tempore = postquam breve tempus ad reficiendam vocem sumptum erat (même remarque) ? J'aimerais surtout savoir si j'avais bien identifier la valeur sémantique...
  • Certains participes présents, employés comme adjectif de qualité, admettent un complément au génitif de relation voisin du génitif partitif (pour ce qui est de) : Corpus patiens laboris.
    Sausy, 256

    Le complément du participe présent se construit comme celui du verbe dont il est issu : vidi milites laborem patientes.

    De plus, selon Gaffiot, impatiens n'est pas un participe mais un adjectif et impatior dérive de impatiens et non l'inverse.
  • La construction au génitif existe. Voir comme exemple le portrait de Catilina par Salluste: "Corpus patiens inediae, algoris", etc.
  • Bonjour ! Je sollicite votre aide une nouvelle fois :) Mon professeur de latin m'a demandé d'étudier les subordonnées d'un passage, mais que dire dans cette étude? Faut-il simplement les relever ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.