Baudelaire, L’Idéal

Bonjours
Je passe dans peu de temps mon oral de français et je bloque sur un texte qui est L'Idéal de Baudelaire. Voici le texte

L'idéal

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisfaire un coeur comme le mien.

Je laisse à Gavarni, poète des chloroses,
Son troupeau gazouillant de beautés d'hôpital,
Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses
Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal.

Ce qu'il faut à ce coeur profond comme un abîme,
C'est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,
Rêve d'Eschyle éclos au climat des autans,

Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,
Qui tors paisiblement dans une pose étrange
Tes appas façonnés aux bouches des Titans.


I-une vision de la beauté
1) critique de la beauté contemporaine
2) éloge de la beauté classique

Mon problème est que je n'arrive pas à développer un second axe. A la suite de multiple recherche je pensais : le paradoxe baudelairien bien que beaucoup de site en parle, aucun n'explique ce que c'est.

J'aurais donc besoin de conseils sur mon début de plan mais aussi de l'aide pour le finaliser et si possible une explication du "paradoxe baudelairien".


Merci de me répondre au plus vite

Réponses

  • Suggestion d'analyse ...

    I. La femme, objet d'art, source d'inspiration ...
    Les types de femmes méprisées (dans les deux quatrains)
    Les deux héroïnes ( des tercets)
    L'idéal sous une figuration féminine

    II. Vers quel idéal ? Le beau est toujours bizarre
    De la critique (quatrains) à l'éloge (tercets) : d'un côté refus de productions trop marquées par l'époque avec Gavarni, de l'autre fidélité à un certain classicisme et attrait pour le mal, l'étrange, la modernité.
    Les domaines artistiques évoqués successivement (Des refus et des choix)
    Double postulation : Satan/Dieu - élévation/abaissement- animalité/spiritualité : "opposition irréductible"
    (insatisfaction-difficulté pour le poète à atteindre "le rouge idéal")

    Ce qu'il faut à ce coeur profond comme un abîme,
    Ton personnel et vide incommensurable.
  • Merci beaucoup pour votre réponse mais j'ai du mal à comprendre votre axes 2
  • Le poème est en tension entre l'ordinaire et l'idéal, entre des formes artistiques qui font l'unanimité et l'exigence du poète, entre l'abîme et l'élévation, entre la beauté ordinaire et la beauté selon Baudelaire. On retrouve l'opposition classique entre les quatrains et les sonnets. Ses choix de figures féminines, il les trouve dans la littérature avec Shakespeare ou la sculpture avec Michel-Ange. L'opposition des figures féminines est renforcée par l'opposition des champs lexicaux dévalorisants des quatrains et la valorisation des termes des tercets.
    Cette insatisfaction qui l'habite est synthétisée dans "ces roses pales" qu'il refuse et son "rouge idéal".Le poète est toujours dans cette aspiration, cet entre-deux qui sépare l'abîme du ciel, le spleen et l'idéal. L'idéal vers lequel Baudelaire tend est inaccessible.
  • d'accord merci beaucoup tout est plus claire à présent :D
  • DMTDMT Membre
    BONJOUR J'AI UN COMMENTAIRE LITTERAIRE A FAIRE SUR CE POEME JAI DEJA MA PROBLEMATIQUE: L'IDEAL DE BAUDELAIRE SE TROUVE T-IL DANS LE LAID ?

    Je me suis avance dans mes recherxhes et j'ai reussi a formé un plan

    DANS UN PREMIER TEMPS NOUS VERRONS QUE LE POEME SE CARACTERISE COMME UNE QUETE VERS L'IDEAL CAR LE POETE PASSE DU REJET A L'ELOGE ENSUITE NOUS REMARQUERONS QUE LA FONCTION DU TEXTE EST DE REVELER QUE LE BEAU SE TROUVE DANS LE BIZARRE

    J'ai trouve mes axes mais je n'arrive pas a les développé si quelqu'un veut bien m'aider

    L’Idéal

    Charles Baudelaire

    Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
    Produits avariés, nés d’un siècle vaurien,
    Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
    Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

    Je laisse à Gavarni, poète des chloroses,
    Son troupeau gazouillant de beautés d’hôpital,
    Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses
    Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal.

    Ce qu’il faut à ce cœur profond comme un abîme,
    C’est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,
    Rêve d’Eschyle éclos au climat des autans ;

    Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,
    Qui tors paisiblement dans une pose étrange
    Tes appas façonnés aux bouches des Titans !
  • Quelle problématique vas-tu formuler pour traiter de cet idéal paradoxal ?
  • DMTDMT Membre
    Ma problématique est la suivante : L'idéal de Baudelaire se trouve t-il dans le laid ? ou bien Baudelaire est-il en quête e du graal poétique ?
  • DeliaDelia Membre
    Ce ne sont pas des problématiques.
  • DMTDMT Membre
    Delia pourrais tu m'aider
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Quelques pistes :
    - une forme traditionnelle (celle du sonnet) pour revendiquer un art poétique nouveau,
    - un refus de la convention, des clichés et de la mièvrerie,
    - une revendication, non de la laideur, mais de la force du mal, d'un art nocturne et barbare...
    Baudelaire est ici proche du romantisme frénétique.
  • M44rgauxM44rgaux Membre

    Bonjour j’ai mon oral de français jeudi et je trouve pas de problématique sur l’idéal de Baudelaire

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.