Fiches méthode Bac de français 2021

Bac de français 2014, série littéraire - Question
Objet d’étude : Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours.
Dans quelle mesure le regard que les personnages de ces textes portent sur le monde révèle-t-il leur état d’âme ?

sujet_bac.png
Mots clés :

Réponses

  • j ai relevais les champs lexicaux du regard et de l ouie ainsi que les contastes entres les couleurs ternes et vives

    Respectez vos lecteurs et appliquez-vous lors de la rédaction de votre message : évitez les abréviations, le langage SMS, limitez l’emploi des majuscules et vérifiez l’orthographe. Merci !
  • Moi j'ai fais description réaliste pour mon I et les états d'âmes des héros. Vous pensez que c'est bien ? Je suis grave stresse je pense m'avoir planté :/
  • Hello,

    Non je ne pense pas que tu te sois planté(e), c'est plutôt dans le sujet. Par contre, j'ai regardé des propositions de correction sur le Net et tous parlent de la fenetre et du rapport à l'exterieur et l'interieur. Avez vous fait parlé de ca? Par ailleurs, j'ai fait trois paragraphes: le regard du perso dans les descriptions à travers une idéalisation, une valorisation du paysage ( Proust, Stendhal, et Flaubert à nuancer), un paysage rendu mélancolique ( Proust à nuancer, Flaubert) et un paysage rendu oppressant et angoissant ( Zola). Qu'en pensez vous? est ce hors sujet?
    merciii
  • webmestrewebmestre Administrateur
    Bonsoir,

    Jean-Luc a rédigé une proposition de corrigé pour la question « Dans quelle mesure le regard que les personnages de ces textes portent sur le monde révèle-t-il leur état d’âme ? »

    Vous trouverez son travail ici :

    arrow.png Corrigé de la question (série littéraire)

    Merci Jean-Luc, et bonne fin de soirée à tous !
  • EmbuEmbu Membre
    Merci pour beaucoup pour cette correction. Le fait de ne pas avoir résumé chaque partie du texte mais d'avoir relevé les procédés littéraires permettant l'introspection des personnages vis-à-vis de leur environnement constituait-il aussi une approche acceptable ?
  • J'ai regardé quelques corrections sur internet, notamment sur le site 'letudiant.fr' et mon travail ne correspond pas vraiment à ce qui y est écrit. :|

    J'ai regroupé le Texte A et le texte D (Stendhal et Proust) car, d'après moi (et certaines de mes ami(e)s en classe de première L) les sentiments retranscrits par les deux personnages étaient plutôt exposés dans un contexte joyeux, vivant et coloré, en adéquation avec le paysage qui les entoure. Ensuite, j'ai regroupé les textes B et C (Flaubert et Zola) puisqu'ils retranscrivaient tout deux des sentiments moroses, tristes, lugubres...froids en quelque sorte. Pensez-vous que j'ai bien fait? :/

    -autre maladresse, ma composition est un peu trop longue, voire beaucoup trop 4 pages, m'enfin, c'est un autre problème!-
  • J'ai vraiment eu du mal..j'ai écrit quand même deux pages de corpus :/
    J'ai dit que le personnage refléter son état d’âme par sa vue sur le monde par les émotions et les procédés qu'il utilise métaphore et tout (par exemple : Stendhal qui rend la prison bonne , les cages etc )
    et quand ils rêvent...
  • Il y avait aussi le rapport étroit entre un paysage paisible vu de l'extérieur et le paysage "transforme" par les états d'âme du personnage et que l'on perçoit à travers lui.. Voila, moi je l'ai pas dit mais ça me semble intéressant !
  • nausnaus Membre
    Bon comme vous le savez le bac de français approche et pour moi en tant que L c'est quand même important, le hic je suis un peu nul et surtout en corpus alors là j'en est fais un sur un ancien sujet de bac . Voici le lien http://www.sujetdebac.fr/annales-pdf/2014/l-francais-premiere-2014-metropole-sujet-officiel.pdf
    Alors s'il vous plait je voudrais votre avis et je prend toute critique c'est hyper important pour moi :)

    Les quatre textes du corpus que nous allons étudier sont tous des extraits romans qui évoquent le regard du personnage sur son environnement. Le premier extrait publié en 1839 est tiré du roman La Chartreuse de Parme du romancier Stendhal, le suivant est quant à lui de Gustave Flaubert, extrait de son célèbre roman Madame de Bovar de 1857.Puis nous verrons également un passage de L’assommoir paru en 1876, livre du chef de file des naturalistes ; Emile Zola ; et pour finir le dernier extrait provient À l’ombre des jeunes filles en fleurs, « Noms de pays : le pays », extrait édité en 1919 par Marcel Proust.
    Alors comment le regard que les personnages de ces textes portent sur le monde révèle-t-il leur état d’âme ?
    Dans un premier temps nous voyons une sorte de paradoxe entre l’endroit où se trouve le personnage et le ressentie éprouvé , c’est même plutôt l’état d’âme de ce protagoniste qui influe sur sa vision du monde.
    En effet dans l’extrait du roman de Stendhal le personnage se retrouve en prison mais « Au lieu d’apercevoir à chaque pas des désagréments et des motifs d’aigreur, notre héros se laissait charmer par les douceurs de la prison. » (l.21-22) ici l’antiphrase entre aigreur et douceur nous montre bien le paradoxe de plus le verbe « charmer » nous montre le ressentie du personnage qui est en décalage avec l’effet qu’il devrait avoir. De même avec l’extrait de Madame de Bovary le personnage se trouve dans ce qu’il semble une charmante maison mais qui est décrite dans des termes très péjoratifs comme « sinuosités vagabondes. » (l.6) , « contours d’une teinte violette, plus pâle » (l.7-8) . D’ailleurs cela semble en parallèle avec son état d’esprit qui est imagé par la comparaison « elle se sentit molle et tout abandonnée, comme un duvet d’oiseau » (l.17-18).
    Cependant nous voyons aussi que les auteurs jouent avec leurs environnements pour illustrer le ressentie du personnage.
    Comme avec l’extrait de Zola où la femme inquiète est dans un quartier morbide qui rappelle sans arrêt la mort « C’était une masure » (l.2), « pourrie par la pluie » (l.3), « devant les abattoirs, stationnaient en tabliers sanglants (…) une odeur fauve de bêtes massacrées. » (l.7-9). Même dans le texte de Marcel Proust où l’auteur veut nous montrer l’émerveillement de son personnage face à ce magnifique levé de soleil imagé par une métaphore filé , rappelé par le champ lexical de la peinture : « pastel » (l.8), « peintre » (l.9), « tableau continu » (l.20) etc. Enfin, Stendhal aussi utilise son environnement pour montrer la vision de Fabrice « ravi par ce spectacle sublime. » , le verbe ravi montre l’état d’esprit du protagoniste et l’expression hyperbolique quant à lui nous renvoie une belle image de sa vision.
    Alors nous en concluons donc que quel que soit le sentiment exprimé , l’auteur peut montrer n’importe quelle image d’un paysage influencé par la vision du personnage qu’elle soit en opposition ou pas avec la réalité et même joué avec cet environnement pour exprimer le ressentiment du protagoniste.
  • Attention :
    Madame de Bovar
    le ressentie
    le ressentiment du protagoniste.

    Prends le temps de lire le corrigé proposé sur le site :
    https://www.etudes-litteraires.com/bac-francais/2014/question-l.php
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.