Fiches méthode Bac de français 2021

135

Réponses

  • Mais ce qu'il manque, je pense dans vos plans c'est la relation entre le lecteur et l'émotion car après tout on parle de l'émotion du lecteur pas du poète... alors oui vous montrez que le poème peut être émouvant par son thème, son esthétique et sa musicalité mais l'émotion vient du lecteur... Sinon on ressentirait tous la même chose face à une oeuvre d'art or les goûts et les couleurs sont personnels et propres à chaque spectateur/lecteur...
    Après je me trompe peut-être...
  • Je suis d'accord avec petite plume apprentie et invisible. Mon plan rejoint beaucoup le tient petite plume apprentie :) Le sujet était bien les émotion DU LECTEUR et non pas du poète, donc je trouve que développer sur les émotions du poète est HS :|
  • Dans mon introduction, j'ai bien spécifié que le poète transmettait l'émotion au lecteur. Je partais alors de la considération que l'émotion est pour l'un et l'autre identique, le lecteur faisant office de réceptacle.
  • Prosopopée -> alors tu considères que nous sommes tous d'accord et ressentons tous la même chose face à un poème ce qui n'est pas toujours le cas. tu négliges l'identité propres à chacun. On réagis différemment face à une oeuvre d'art, surtout quand elle traite de sujet délicat ou est engagée par exemple. N'as-tu jamais eu un débat avec une quelconque personne (ami/camarade/confrère/prof/élève) sur un poème car vous ne ressentiez pas les mêmes sensations? Que vous ne perceviez pas le même sens? Parfois un poème te déplaît, ou ne te fais rien ressentir, ou bien encore tu ne le comprends pas, tu n'"accroches" pas... pourtant d'autres ne seront pas d'accord avec toi. Il y a donc ici deux ressentis différents, deux émotions, or le poète n'était pas dans les deux situations, même toutes les formes, rythmes, musicalités et images que tu veux ne pourront rien pour émouvoir certaines personnes si elles ont, (in)consciemment un avis différent du tien sur un sujet donné. Le poète ne transmet donc pas toujours son émotion telle quelle.
    Et puis par exemple si le poète nous déclare sa tristesse/désolation face à un événement, tu peux, en tant que lecteur ressentir de la compassion à sa douleur, l'émotion est bien transmise (tu aurais raison sur ce point) mais elles ne sont toujours pas identiques...
    Je ne dis pas que c'est toujours le cas mais ce n'est pas une partie assez négligeable de notre littérature pour seulement la spécifier dans une introduction à mon humble avis...
  • Ce débat est apte à ennuyer tout grammairien pour qui la dissertation littéraire est une guimauve dont parlent les fleurs bleues. Mais pour moi qui suis porté sur la grammaire (bien que ma connaissance collégienne en grammaire ne cesse de se dégrader depuis l'entrée en lycée), on peut tout à fait établir des exactitudes en plus des nuances car la chose tient de la psychologie.
    Par conséquent, je vais me livrer à une antithèse.
    Et puis par exemple si le poète nous déclare sa tristesse/désolation face à un événement, tu peux, en tant que lecteur ressentir de la compassion à sa douleur, l'émotion est bien transmise (tu aurais raison sur ce point) mais elles ne sont toujours pas identiques...
    Tu viens de te contredire : si le poète transmet la colère, deux lecteurs ressentent la colère. Alors quelle différence y a-t-il entre la colère de l'un et la colère de l'autre ?

    Je vais m'en prendre à la racine-même de ton raisonnement. Je suis convaincu que l'on ressent les mêmes émotions. Cela dit, il faut avoir de la sensibilité pour recevoir l'émotion à partir d'un texte, chose qui n'est pas donnée à tout le monde.
    N'as-tu jamais eu un débat avec une quelconque personne (ami/camarade/confrère/prof/élève) sur un poème car vous ne ressentiez pas les mêmes sensations? Que vous ne perceviez pas le même sens?
    Le terme "sensation" est bien vague. L'on sent des émotions et des intentions chez l'auteur ; l'on perçoit le sens du texte, si c'est ce que tu voulais dire. Pour l'émotion, voir mon commentaire dessus ; pour le sens, un désaccord est fréquemment dû à des difficultés de langue ou à une lecture trop hâtive, ou à je ne sais quel autre paramètre. Quant aux intentions, il s'agit d'interprétation. Alors là, il faut essayer de bien analyser le texte et replacer l'oeuvre dans son contexte.
    Il m'est effectivement arrivé ici d'avoir un avis différent sur Phèdre, de Racine, mais je me suis rendu compte par la suite que je ne me souvenais plus bien de la pièce et que j'avais répondu avec hâte.
    Parfois un poème te déplaît, ou ne te fais rien ressentir, ou bien encore tu ne le comprends pas, tu n'"accroches" pas... pourtant d'autres ne seront pas d'accord avec toi.
    Là, c'est une question de goût...
    Il y a donc ici deux ressentis différents, deux émotions, or le poète n'était pas dans les deux situations, même toutes les formes, rythmes, musicalités et images que tu veux ne pourront rien pour émouvoir certaines personnes si elles ont, (in)consciemment un avis différent du tien sur un sujet donné. Le poète ne transmet donc pas toujours son émotion telle quelle.
    Mais il ne s'agit pas ici de "ressentis", autrement dit de sentiments, mais d'émotions, deux termes que tu sembles confondre. L'argument est alors hors débat et la conclusion faussée.

    https://www.youtube.com/watch?v=xHoStZlbIo8 En écoutant l'enseignante, j'ai vraiment l'impression que j'obtiendrai ce fameux 14. Si j'ai moins, je serai extrêmement déçu et remettrai en doute mes affirmations.
  • - Je ne parle pas de colère dans cet exemple. Je parle ici de la différence émotionnelle ressentie par le lecteur et le poète puisque tu avais dit "poète transmettait l'émotion au lecteur. Je partais alors de la considération que l'émotion est pour l'un et l'autre identique" or si le lecteur ressent de la compassion face à la désolation du poète ils n'ont pas la même émotion. Je ne me contredis donc pas.

    - Il faut différencier ce que le poète ressent lorsqu'il écrit, ce qu'il veut transmettre, ce qu'il transmet et ce qui est perçu par le lecteur.

    - tu dis "Alors là, il faut essayer de bien analyser le texte et replacer l'oeuvre dans son contexte" mais un auteur écrit-il pour que tu décortiques son texte? Pour que tu épluches et listes tout les procédés et toutes les bases qu'il a utilisé? Non je ne penses pas. Un poème doit faire ressentir l'émotion à sa lecture. On analyse un poème pour comprendre comment l'auteur nous transmet (ou essaye de nous transmettre) une émotion.

    - "Là, c'est une question de goût..." justement c'est là qu'il aurait fallu creuser. Si tu as des goûts différents de ton voisin vas-tu ressentir la même émotion ? Probablement pas.

    - "Mais il ne s'agit pas ici de ressentis" et pourtant on lit bien dans le sujet "que l'on ressent à la lecture"

    Je ne suis pas prof, je ne corrige pas les copies, je te souhaite de réussir :)

    EDIT: je viens de visualiser la vidéo que tu as mis en lien, c'est vrai qu'il n'est pas question du lecteur, je trouve cela bien dommage mais cela reste positif pour toi tu as donc toutes tes chances d'obtenir 14 :)
  • - Je ne parle pas de colère dans cet exemple. Je parle ici de la différence émotionnelle ressentie par le lecteur et le poète puisque tu avais dit "poète transmettait l'émotion au lecteur. Je partais alors de la considération que l'émotion est pour l'un et l'autre identique" or si le lecteur ressent de la compassion face à la désolation du poète ils n'ont pas la même émotion. Je ne me contredis donc pas.
    Non : lecteur ressent l'émotion de désolation du poète et éprouve le sentiment de compassion. Vois comme tu confonds l'un et l'autre.
    - Il faut différencier ce que le poète ressent lorsqu'il écrit, ce qu'il veut transmettre, ce qu'il transmet et ce qui est perçu par le lecteur.

    - tu dis "Alors là, il faut essayer de bien analyser le texte et replacer l'oeuvre dans son contexte" mais un auteur écrit-il pour que tu décortiques son texte? Pour que tu épluches et listes tout les procédés et toutes les bases qu'il a utilisé? Non je ne penses pas. Un poème doit faire ressentir l'émotion à sa lecture. On analyse un poème pour comprendre comment l'auteur nous transmet (ou essaye de nous transmettre) une émotion.
    Je parlais d'analyse en vue d'interprétation, ça n'a rien à voir, ce n'était qu'une parenthèse dans mon raisonnement. Je suis d'accord que l'émotion se ressent à la lecture.
    - "Là, c'est une question de goût..." justement c'est là qu'il aurait fallu creuser. Si tu as des goûts différents de ton voisin vas-tu ressentir la même émotion ? Probablement pas.
    Tu supposais que je ne pusse pas aimer un poème. Je t'ai alors répondu que ce n'était pas une question d'émotion ressentie mais de goût (variable, c'est une vérité générale) ; c'est encore autre chose.
    - "Mais il ne s'agit pas ici de ressentis" et pourtant on lit bien dans le sujet "que l'on ressent à la lecture"
    Un ressenti, c'est un sentiment. Ressentir, c'est éprouver, sentir. On ressent une émotion, elle nous traverse, mais on éprouve un sentiment. Le verbe n'a pas grand'chose à avoir avec le substantif fautif. "Ressenti" signifie "sentiment" et ne devrait pas être employé.
    Je ne suis pas prof, je ne corrige pas les copies, je te souhaite de réussir :)

    EDIT: je viens de visualiser la vidéo que tu as mis en lien, c'est vrai qu'il n'est pas question du lecteur, je trouve cela bien dommage mais cela reste positif pour toi tu as donc toutes tes chances d'obtenir 14 :)
    C'est gentil, merci. J'aimerais te souhaiter la même chose mais j'ai l'impression que tu as déjà passé le bac, me trompé-je ?
  • JehanJehan Modérateur
    ressenti [ʀ(ə)sɑ̃ti] nom masculin
    étym. 1985 ◊ de ressentir
    ■ Impression ou sensation, physique ou mentale, que l'on éprouve. Le vécu et le ressenti. Le ressenti corporel.
    (Petit Robert)

    Le Trésor de la Langue française, s'il n'enregistre pas cet emploi substantivé du participe ressenti, enregistre cependant l'emploi substantivé du participe vécu :
    vécu III. − Subst. masc. sing. à valeur de neutre. Expérience vécue, réalité telle qu'elle a été vécue. Le vécu n'est jamais tout à fait compréhensible, ce que je comprends ne rejoint jamais exactement ma vie (Merleau-Ponty).
  • C'est le " d'où vient" qui donnait une dimension très philosophique et psychologique à la question.
    Sommes-nous séparés de ce lieu et la poésie est-elle une réminiscence de ce foyer émotionnel?
  • Merci Litchee pour ta réponse. :D

    helpfr et Marie27, j'aime bien votre plan car je trouve qu'il est bien construit. Cependant, j'ai peur qu'il ne manque le côté personnel de l'auteur et du lecteur. ;)
  • SlimySlimy Membre
    Spartacus a écrit:
    C'est le " d'où vient" qui donnait une dimension très philosophique et psychologique à la question.
    Sommes-nous séparés de ce lieu et la poésie est-elle une réminiscence de ce foyer émotionnel?

    Oui moi aussi quand j'ai vu le sujet, mes premières réflexions n'étaient pas du tout littéraires! J'ai meme eu peur de tomber dans le HS :|

    On est vraiment pas beaucoup à avoir pris la dissert tout de même! J'espère qu'on sera valorisé..
  • La dissertation n'est pas valorisée officiellement mais pour le professeur elle change des nombreux commentaires plus ou moins similaires, plus ou moins bons, et des nombreux écrits d'invention souvent médiocres ou mauvais, à condition qu'elle soit bien faite, d'après mon professeur de latin et de français.
  • Effectivement, Prosopopée, nos professeurs (comme, je le pense, la majorité des professeurs de lettres), accordent un bonus officieux à la dissertation (à la condition évidente qu'elle soit bonne), souvent jugée comme plus difficile et préparant mieux au supérieur.
  • Perdican a écrit:
    nos professeurs (comme, je le pense, la majorité des professeurs de lettres), accordent un bonus officieux à la dissertation.
    Non, je pense que les correcteurs restent professionnels mais disons qu'ils sont soulagés de voir autre chose qu'un énième commentaire composé ou un écrit d'invention pris par facilité apparente (mais trompeuse).
  • A mon humble avis, plus de facteurs rentrent en compte que l'effet de contraste avec des commentaires et des écrits d'invention médiocres (qu'il faut, il va de soi, pendre en compte). Il faut également compter le cliché (infondé dans la majorité des cas) associant le bon élève à la dissertation (pour ne pas évoquer son corollaire avec le mauvais élève choisissant le commentaire), et les instructions données lors des séances d'harmonisation qui doivent certainement valoriser l'exercice au moyen de barèmes avantageux.
  • S'il vous plaît, quelqu'un peut me donner son avis sur mon plan (page 2) ? :) Merci d'avance!
  • haapiiness a écrit:
    Bonjour, voici mon plan: :D

    I. Une atmosphère se dégage des textes poétiques
    I.1°) A travers la nature (paysage état d'âme... Demain, dès l'aube, Les Contemplations, Hugo + Crépuscule)
    I.2°) Évocation de croyances/idées abstraites (lecteur plongé dans un autre univers... Poèmes de Ronsard, Carpe Diem, danse macabre, visions du cycle de la vie)
    I.3°) Évocation de thèmes graves qui sensibilisent le lecteur (dénonciation de la guerre,.. L'Enfant, Les Orientales, Hugo + Élégies, Ronsard)


    II. Les poètes font appel à l'imagination du lecteur d'où une perception personnelle
    II.1°) Chaque poème est différent et est perçu différemment par le lecteur selon ses goûts/sensibilité/vécu (identification possible... les deux autres poèmes du corpus, perception du sentiment amoureux différente selon chacun d'où lecteur plus ou moins touché par un poème d'amour)
    II.2°) Utilisation d'images (personnifications, métaphores... La Mort du Loup, Les Destinées, Vigny + Nuit de décembre, Les Nuits, Musset)
    II.3°) L'originalité de certains liens donne au lecteur une nouvelle vision de ce qui l'entoure (Le Parti pris des choses, Ponge + Soleils couchants, Les Feuilles d'Automne, Hugo : donne vie à la nature)



    En introduction, j'ai parlé de l'histoire de la poésie et de l'inspiration des poètes.
    Qu'en pensez-vous, cela vaut une bonne note ? :)
    L'image n'est qu'un procédé et n'implique en aucun cas l'interprétation personnelle du lecteur, il s'agit d'un procédé employé par l'auteur pour capter un aspect d'une réalité, pour transmettre sa perception. Le lecteur ne prend part que dans l'interprétation (cette partie avait toute sa place dans une dissertation sur ce sujet, mais pas dans un tel axe que ton deuxième).
    Ronsard ne transporte pas dans un autre univers, ou alors nous avons des sensibilités et des lectures de ses œuvres radicalement différentes. Hugo n'aborde pas de thèmes particulièrement grave dans les orientales, les châtiments auraient fait figure de meilleur exemple à cet égard (ou bien intervertir ton point sur Ronsard et Hugo).
    Le "Carpe Diem" d'Horace n'a pas non plus grande prédisposition à ouvrir les portes d'un ailleurs, mais, au contraire, à inviter à "cueillir dès aujourd'hui les roses de la vie", en profitant de notre réalité, et non à rechercher un moyen de s'en affranchir.
    Tu as également éludé les marques du registre poétique, ses spécificités, "la poésie est proche parente de la chanson" disait Lionel Ray, il aurait sans doute fallu aborder le rythme, la musicalité ("de la musique avant toute chose", eut dit Verlaine)...
  • Est-ce si mauvais que ça ? Je suis une des meilleures élèves de ma classe en français. :/

    Dans ce cas-là, avec un plan visible, pas de fautes d'orthographe, des exemples bien développés (j'ai écrit 10 pages en tout, avec le corpus), quelle note puis-je espérer obtenir ? :)
  • SlimySlimy Membre
    Moi aussi je stresse un peu pour ma note, j'ai pas pu me relire :S J'ai vraiment peur des fautes d'orthographes..
  • @haapiiness

    Keep cool, tes fautes ne sont pas énormes, c'est (très) loin d'être mauvais!!! J'ai, parmi mes amis, vu de vraies horreurs. En plus, un plan permet mal de juger une dissertation dans son ensemble et si tes exemples sont bien développés, no problem :cool: .
    L'absence de fautes d'orthographe est sans conteste un véritable avantage, car on a tendance à se fixer dessus.

    @Slimy
    Je n'ai pas eu le temps (edit: ni l'envie d'ailleurs) de me relire non plus, et je suppose que le stress est le lot de tout candidat à un examen, en tout cas, tu n'est pas seul.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.