Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour, demain, ayant une interro sur Thérèse Raquin, sur le naturalisme, mon professeur me demanderas de donner des arguments sur du livre en rapports avec le naturalisme, et de donner des exemples précis !
Mais le souci c'est que je ne comprend pas grand chose au naturalisme, donc si quelqu'un pouvais m'aider ! Merci !! :D

Réponses

  • Emile Zola : "J’ai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur des cadavres."
  • Bonsoir,
    Tu peux t'informer sur la Naturalisme en utilisant tes manuels de littérature et les bons sites en ligne.
    Pour ce qui est de Thérèse Raquin, le projet de Zola apparaît clairement dans ces phrases tirées de la Préface du roman :

    - J'ai voulu étudier des tempéraments et non des caractères. [...] J'ai choisi des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur sang, dépourvus de libre arbitre, entraînés à chaque acte de leur vie par les fatalités de leur chair. [...] ce que j'ai été obligé d'appeler leurs remords, consiste en un simple désordre organique, en une rébellion du système nerveux prêt à se rompre.

    - On commence, j'espère, à comprendre que mon but a été un but scientifique avant tout.

    - J'ai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur des cadavres.

    - Quelles que dussent être leurs conclusions [Zola veut parler des critiques éclairés], ils admettaient mon point de départ, l'étude du tempérament et des modifications profondes de l'organisme sous la pression des milieux et des circonstances.

    Zola, Thérèse Raquin, Préface de la seconde édition. éd. Fasquelle - Livre de Poche.

    Comme tu peux le constater, l'Homme est pour Zola un être biologique soumis à l'influence de son milieu et des circonstances de l'existence. Ses sentiments, ses réactions sont dictées par des interactions naturelles et sociales, non par une quelconque instance spirituelle ou divine. Le corps n'est que matière et lieu de réactions "chimiques" et physiologiques.
    Pour étudier ces êtres, Zola adopte un point de vue scientifique ; c'est à dire qu'il ne se pose pas en juge ni en moraliste. Il les fait "vivre" dans une fiction qui va permettre d'illustrer ses théories.
    Un homme, de tempérament sanguin, Laurent s'éprend d'une femme, de tempérament nerveux, Thérèse. Entre eux, Camille, le mari de Thérèse, plutôt lymphatique, constitue un obstacle. Sa disparition s'impose...
    Mais c'est compter sans la présence de l'image de Camille noyé, avec son visage affreux et ses yeux "pourris", qui s'insinue sans cesse entre les deux personnages, allant même jusqu'à entrer dans le lit conjugal ! Pas une seule fois ils ne vont profiter de leur crime, d'autant que leurs tempéraments les exposent à la mésentente (à la fin, chacun médite de tuer l'autre). Pas de remords (ce sont des "brutes humaines", mais un profond dérèglement des sens provoqué par une image obsessionnelle...
    Bien sûr, ce projet et cette vision de l'Homme peuvent apparaître réducteurs et trop systématisées dans le roman, au point même de rendre les personnages invraisemblables.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.