Jules Supervielle, L'Âme

Bonjour à tous,
J'ai bientôt un important examen et je dois faire le commentaire d'un poème de Supervielle dans 'les amis inconnus'. Le problème et que je ne comprend ce que l'auteur à voulu exprimer dans son poème... :|
Voila une biographie rapide de l'auteur pour que vous puissiez le comprendre un peu mieux, Jules Supervielle est un auteur du XXème siècle, la période du surréalisme, cependant Supervielle ne suit pas trop ce style littéraire. Supervielle met régulièrement en relief l'Univers qui l'entoure avec les fantômes de son passé, Ayant perdu ses parents très jeunes, il utilise métaphore, paraphrase et autres figures de style pour parler de la mort et du mal-être qui l'habite dans tout les poème qu'il a écrit.

Le poème qu'on m'a demander d'analyser est 'L'Âme' :
Puisqu’elle tient parfois dans le bruit de la mer
Ou passe librement par le trou d’une aiguille
Aussi bien qu’elle couvre une haute montagne
Avec son tissu clair,
Puisqu’elle chante ainsi que le garçon, la fille,
Et qu’elle brille au loin aussi bien que tout près,
Tantôt bougie ou bien étoile qui grésille
Toujours sans faire exprès,
Puisqu’elle va de vous à moi, sans être vue,
En fait en l’air son nid comme sur une plante,
Cherchons-la, sans bouger, dans cette nuit tremblante
Puisque le moindre bruit, tant qu’il dure, la tue.

En remerciant ceux qui pourront m'indiquer la marche à suivre pour comprendre ce poème et m'aider dans mon analyse.
Bonne journée à tous

Réponses

  • D'abord des repères sur la conception de la poésie pour Supervielle :
    "Pour moi ce n’est qu’à force de simplicité et de transparence que je parviens à aborder mes secrets essentiels et à décanter ma poésie profonde. Tendre à ce que le surnaturel devienne naturel et coule de source (ou en ait l‘air). Faire en sorte que l’ineffable nous devienne familier tout en gardant ses racines fabuleuses. […] Je n’ai guère connu la peur de la banalité qui hante la plupart des écrivains mais bien plutôt celle de l’incompréhension et de la singularité. N’écrivant pas pour des spécialistes du mystère j’ai toujours souffert quand une personne sensible ne comprenait pas un de mes poèmes. »

    Jules Supervielle, « En songeant à un art poétique » dans Naissances.
    L ' â m e

    Puisqu'elle tient parfois dans le bruit de la mer
    Ou passe librement par le trou d'une aiguille
    Aussi bien qu'elle couvre une haute montagne
    Avec son tissu clair,


    Puisqu'elle chante ainsi que le garçon, la fille,
    Et qu'elle brille au loin aussi bien que tout près,
    Tantôt bougie ou bien étoile qui grésille
    Toujours sans faire exprès,


    Puisqu'elle va de vous à moi, sans être vue,
    Et fait en l'air son nid comme sur une plante,
    Cherchons-la, sans bouger, dans cette nuit tremblante
    Puisque le moindre bruit, tant qu'il dure, la tue.

    (Les amis inconnus)
    Jules Supervielle fut ce cavalier en poésie qui passe et que l’on ose à peine toucher de peur de le voir s’effriter. Ses mots comme des ailes de papillons semblent si fragiles et ont souvent le soyeux des draps frais.

    De lui on se souvient peu maintenant, sa lumineuse disparition qu’il revient parfois nous dire, ne nous empêche point de flâner dans ses mots vrais et translucides et il continue de nous parler à l’oreille.

    I. L'âme, un thème insaisissable
    Elle, la mouvante
    Elle, la lumineuse
    Elle, l'invisible

    II. Un surnaturel devenu naturel
    Des images concrètes
    Un lexique simple
    Une poésie de l'échange (de vous à moi)
  • Merci beaucoup, je comprend mieux comment analyser ce texte, je n'avais pas saisit comment l'ame était décrite dans ce poème, fluide, invisible.
    Je vais m'inspirer de ton plan pour mon examen. :)

    Bonne journée
  • Et bonne analyse pour ce poème à découvrir. :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.