Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour je suis en 1°ES et j'ai une dissert en Français : "Les classiques pensaient qu'au théâtre la représentation de certaines actions n'était pas souhaitable. Qu'en pensez-vous?"
Mon corpus se compose de HORACE de Corneille ( acte 4 scène 5 ), LORENZACCIO de Musset ( acte 4 scène 11 ), et de ELECTRE de Giraudoux ( acte 2 scène 9).
je sais pas du tout quel plan je pourrais faire j'avais pensé à:

I. les différentes représentations
A. au théâtre classique
B. au théâtre du 20éme siécle

II. les différentes visées
A. au théâtre classique
B. au théâtre du 20éme siécle

Pouvez-vous m'aider et me donner vos avis merci a tous :)
Mots clés :

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    On te demande "Qu'en pensez-vous ?"
    Mais dans quelle partie y réponds-tu ?
  • Je pensais y répondre en conclusion...
  • Le sujet appelle à un plan dialectique : certes... mais... Au-delà de cette opposition...
  • Et pour se sujet se serait quoi le plan dialectique qui serait le mieu?
  • LauraMounier a écrit:
    Je pensais y répondre en conclusion...

    Un peu de logique suffit à comprendre que ce n'est pas satisfaisant, c'est dans ton développement que tu dois y répondre bien évidemment. D'autre part, ce serait pas trop mal d'apprendre à différencier '' ce '' et '' se '' en première.

    Le plan que tu proposes n'est pas satisfaisant, car il vire au catalogue d'histoire littéraire, opposant les époques les unes aux autres.

    Le problème est de savoir si au théâtre il est justifié de tout montrer, en particulier les actions qui heurtent les bienséances ( renseigne-toi sur cette notion ) comme les meurtres , etc. Si on voulait transposer dans un cadre contemporain, je ferais volontiers une comparaison avec la censure au cinéma : jusqu'où, dans un film, peut-on montrer l'horreur, ou la sexualité, etc.
    Si les '' classiques '' ( il faudra expliquer qui ils sont, en faisant référence à des penseurs comme Nicole, Bossuet ) estiment qu'il n'est pas souhaitable de représenter des actions '' interdites '', c'est parce qu'elles heurtent la morale : d'une part elles sont susceptibles de choquer le spectateur, d'autre part elles nuisent à la beauté de la pièce.

    La discussion - si on suit une démarche dialectique - consiste à montrer que la pièce est plus morale si elle représente tout, et si elle ne censure pas certaines actions mais laisse le spectateur faire son propre jugement.
  • Je sais ce que c'est la bienséance, ( pour le "ce" et le "se" excuse moi mais je suis dyslexique encore en première ) sur ce merci pour ta réponse ça m'a un peu plus ouvert les yeux sur ce qui était attendu. Merci :)

    J'ai une autre question, pourquoi la pièce serait plus morale si elle représentait tout?
  • JehanJehan Modérateur
    Jacques te l'a laissé entendre : la pièce ne censure pas et laisse le spectateur juger par lui-même.
  • Mais je comprends pas, parce que même si la pièce représente pas les actions violentes, le spectateur peu aussi juger pas lui-même non?
  • JehanJehan Modérateur
    Mais décider de ne pas représenter les actions violentes, cela suppose à l'avance que ce ne serait pas bon pour le spectateur... Pas convenable... Or, c'est au spectateur de juger par lui-même de cette violence. Si on choisit de ne pas la lui montrer, peut-il la juger ?
  • Non.. merci :)

    du coup pour mon plan : I. représentation d'action violente heurte la moral
    A. susceptible de choqué
    B. nuire a la beauté de la pièce

    II. représentation d'action violente favorise la moral
    A. le tragique moderne
    B.le spectateur juge par lui-même

    III. (je sais pas encore qu'est ce que je pourrai y mettre)
  • Les classiques instaurèrent des règles de représentation en vue du plaisir et du confort de l'honnête homme, individu idéal du XVIIe siècle.
  • Oui je sais, faut que je fasse une partie sur ça ?
  • JehanJehan Modérateur
    En somme, les classiques décidaient de ce qui devait être bon pour le confort moral de leur spectateur idéal...
    Mais le spectateur idéal, l'honnête homme idéal, ce sont des vues de l'esprit.
    Et ce sont des spectateurs réels qui assistent aux représentations.
  • D'accord merci et pour mon plan? il est bien ou pas? :/
  • Cet idéal a été atteint par les hommes de lettres de la cour.
    Il faut se poser une question, évidente mais non moins nécessaire : l'honnête existe-t-il encore au XXème siècle ? Non, mais déduisez-en quelques choses par rapport aux règles.
  • D'accord merci a tous :)
  • LauraMounier a écrit:
    Non.. merci :)

    du coup pour mon plan : I. représentation d'action violente heurte la moral
    A. susceptible de choqué
    B. nuire a la beauté de la pièce

    II. représentation d'action violente favorise la moral
    A. le tragique moderne
    B.le spectateur juge par lui-même

    III. (je sais pas encore qu'est ce que je pourrai y mettre)


    Ta première partie est bonne, encore qu'il faille la détailler et la consolider. Dans ta première sous-partie, tu n'oublieras pas de donner des exemples ( j'ai en tête Clitandre, pièce de 1632 dans laquelle l'héroïne meurt par poison il me semble ... au lieu de mourir par épée, etc. ) . Dans ta seconde sous-partie, insister ( si tu t'en sens capable - car l'idée n'est pas simple ... ) sur le fait que la beauté de la pièce, pour les classiques, est couplée au bien moral à cette époque. Autrement dit, tout ce qui est bon moralement est beau. Dès lors, représenter des actions non morales entraîne une dévalorisation de la beauté de la pièce. Enfin, faire une dernière sous-partie ( le '' C '' ) sur les règles instaurées par les classiques ne me semble pas de trop, en expliquant les bienséances, le principe de vraisemblance, etc.

    Ton antithèse, en revanche, ne convient pas. D'une part, l'idée n'est pas de dire que '' c'est la violence qui favorise la morale '', et la première sous-partie n'a rien à voir ...
    Jehan l'a très bien expliqué : la pièce n'est pas morale si elle prétend enseigner de force quelque chose au spectateur, mais elle l'est si elle permet au spectateur de développer sa propre faculté de jugement. Il convient tout d'abord de faire un point sur ce qu'on appelle '' morale '' : le premier sens, c'est celui d'un contenu qu'on inculque '' de force '' - par des institutions, comme l'école, comme le théâtre. Le second sens, c'est un philosophe français qui en donne le sens : c'est former le spectateur en sujet moral, comme étant capable de juger seul des actions qu'il doit mener. Dès lors, le contenu n'est pas inculqué de force au spectateur. C'est cette seconde définition de la morale qu'il faudra défendre.

    Ta seconde partie doit montrer que '' cacher certaines actions au théâtre '' n'est pas non plus '' souhaitable.
    Elle peut s'articuler autour de deux idées : La première, c'est que le metteur en scène, en cachant certaines actions, n'est pas moral ( au second sens que nous avons précisé ) : son but est en effet à ce moment de délivrer un contenu bien précis : la morale court le risque de virer à l'idéologie. La seconde idée est de montrer que , du coup, le spectateur est condamné à être passif, et qu'il ne peut pas se former en sujet moral.

    Ta troisième partie doit ainsi défendre qu'il faut élargir le champ de représentations au théâtre, de manière à laisser le spectateur se former comme sujet moral ...
  • Ah ouais d'accord, je comprend mieux merci beaucoup Freeze :)
  • DeliaDelia Membre
    Reprenons pied dans le réel : les moyens sont limités, pour le théâtre du XVIIe siècle. Jacques Scherer en fait la première partie de sa Dramaturgie classique en France : il est certains actes que l'on ne montre pas tout simplement parce qu'il est impossible de les montrer. Comment mettre en scène la mort d'Hippolyte, avec son monstre, ses chevaux emballés et son corps disloqué ? Moins sensationnel, mais tout aussi compliqué à mettre sur une scène déjà encombrée de bancs occupés par des spectateurs, le banquet au cours duquel Néron empoisonne Britannicus ?
    Sans rien dire du combat contre les Maures...
    Cette impuissance à montrer a été justifiée après coup par les convenances mais il me semble qu'il ne faut pas partir des convenances pour l'expliquer.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.