Orthographe - Pluriel de grand-route

Bonjour,

mon problème, c'est l'orthographe de "grand-route".

"C'était un bistro comme il y en a des milliers par le monde, le long des grands-routes."

quelle est la vraie règle, s'il vous plait ?

Claire1

Réponses

  • Bonjour Claire.

    Le pluriel de grand-route dépend de son orthographe au singulier : à l'origine, l'adjectif grand était épicène et n'avait pas de féminin, on écrivait « une grand route », qui donnait -le plus benoîtement du monde- « des grands routes » au pluriel.
    Puis est venue l'apostrophe (fautive puisqu'il n'y a pas d'élision) et l'on a -fort logiquement- écrit « des grand'routes » (en élidant l'S avec le supposé E).
    Enfin s'est imposée (après un détour par l'Académie) la graphie grand-route, qui donne -tout ausssi normalement- « des grand-routes ».

    Donc, si tu écris au singulier une grand-route, tu auras au pluriel des grand-routes ; si tu écris une grand route, tu obtiendras des grands routes ; enfin si tu écris une grand'route, tu auras 1/2 point en moins ... ;)

    En tout état de cause, « des grands-routes » est fautif.
  • claire1claire1 Membre
    merci beaucoup, pierrot11

    Claire1
  • helahela Membre
    Bonjour Pierrot 11,
    En tout état de cause, « des grands-routes » est fautif.
    Je pense bien qu'Edy m'a dit tout à fait le contraire...

    "Les non soudés (le problème du trait d’union reste entier), seuls les éléments qui sont des noms ou des adjectifs prennent la marque du pluriel, donc à l’exclusion de ceux qui sont des verbes, des adverbes et des compléments (nom juxtaposé à un autre nom, avec ou sans prépositon).
    ex: grands-mères, grands-routes, grands-messes
    ."

    Ecrivez-vous donc "grand-mères" ou "grands-mères"?

    Bonne journée,
    Hela
  • Si je soigne (et que j'archaïse un tantinet), j'écris grand-mères et grand-routes ; si je relâche (et que je modernise un chouïa), j'écris grands-mères et grands-routes.
  • henryhenry Membre
    Bonjour

    Dans des textes Canadiens, on précise que les noms où "grand" est composé avec un nom féminin, on a longtemps écrit "grande route", orthographe aujourd’hui modifié par "grand-route" = nom féminin. Qui fait au pluriel "grand-routes".

    Oui les composés d’un nom et d’un adjectif prennent tous deux le pluriel. La question ici est de savoir si "grand" est considéré comme un adjectif du seul fait qu’il n’est pas accordé avec "route".

    "Grand-guignolesque" au pluriel fait "grand-guignolesques", et bien d’autres supportent les deux : grand-mamans ou grands-mamans, …
    grand-rues ou grands-rues
    suivant les dictionnaires, et le Grand Larousse propose seulement "grand-rues", de même MSM Encarta.

    Quant à "route" sans trait d’union, pas de problème = "grandes routes".

    Voici de quoi alimenter le sujet, si besoin était.
  • EdyEdy Membre
    Bonjour !

    Voilà encore une question qui mériterait d’être enfin tranchée par l’Académie. Quand je pense au nombre d’heures qu’on y passe, quel qu’en soit l’agrément…

    HANSE
    Quand, en 1932, l’Académie a décidé de supprimer L’APOSTROPHE dans ces noms féminins [avec grand] et de la remplacer par le même trait d’union que dans les noms masculins, elle a eu raison ; l’usage a mis du temps à la suivre, mais c’est fait aujourd’hui. On doit écrire : grand-mère, grand-tante, grand-messe, grand-place, grand-rue, grand-chose, grand-croix, à grand-peine, avoir grand-faim ; on écrit et on dit plus souvent grand-route que grande route.
    Malheureusement, l’Académie a été imprécise ou s’est contredite pour le PLURIEL de grand dans les noms féminins. Sa GRAMMAIRE écrit : des GRANDS-mères (ce qui est logique puisqu’on écrit des GRANDS-pères et que l’apostrophe a été supprimée dans grand-mère) ; mais son DICTIONNAIRE semble opter pour le maintien de l’invariabilité de grand comme au temps de l’apostrophe : des GRAND-mères. [« Semble », parce qu’elle ne l’écrit qu’à propos d’arrière-GRAND-mères.]
    Les grammairiens, les dictionnaires et les écrivains sont en faveur de L’UN OU DE L’AUTRE USAGE. On peut certes, avec le plus grand nombre [sic], écrire des GRAND-mères, mais je conseille plutôt des GRANDS-MÈRES.

    GREVISSE
    Dans les noms composés grand-mère, GRAND-ROUTE, etc., la GRAMMAIRE de l’Académie recommande de faire varier les DEUX éléments : GRANDS-MÈRES, ETC.
    Dans son DICTIONNAIRE, l’Académie ne dit rien au mot grand, mais elle écrit des arrière-GRAND-mères et des GRAND-messes. Des auteurs assez nombreux suivent ce dernier usage, qui n’était justifié QUE lorsqu’on mettait une apostrophe (des grand’mères), à laquelle l’Académie a renoncé en 1932. […]
    On a longtemps écrit grand’mère, etc. avec une apostrophe, parce que l’on croyait qu’un e final avait disparu comme dans l’élision.

    LE ROBERT (Usuel des difficultés)
    Au pluriel, les masculins prennent une double marque : deux GRANDS-pères. Au féminin, on maintient l’invariabilité : des arrière-GRAND-mères.

    LE ROBERT METHODIQUE
    J’ai trouvé : des GRANDS-tantes, des arrière-GRANDS-mères, mais bizarrement des GRAND-mères.

    LE PETIT ROBERT 2007
    Il ne donne pas la solution pour grand-route ni pour grand-messe, mais il écrit : des GRANDS-mères, des GRANDS-tantes.

    MOI
    1 Word accepte les deux orthographes.
    2 La réforme orthographique de 1990 n’y fait pas allusion.
    3 L’accord au pluriel laisse le figement au masculin : on écrit en effet des GRANDS-mères, mais des BELLES-filles (avec trait d’union, ce qui fait la distinction avec DE belles filles).

    CONCLUSION
    Je pense, avec Pierrot, que l’orthographe moderne doit être GRANDS-MÈRES (cela semble acquis).
    Il n’y a aucune raison, selon moi, de ne pas écrire GRANDS-ROUTES, tellement l’analogie est évidente. C’est ce qui résulte aussi du petit commentaire de Grevisse.
  • claire1claire1 Membre
    Bonjour et merci... mais alors :

    arrière-grand-mères ou
    arrière-grands-mères ou
    arrières-grands-mères...

    s'il vous plait ?

    Claire1
  • EdyEdy Membre
    Bonjour !

    Pas de problème pour l'adverbe arrière (toujours invariable) ni pour le nom mères (marque du pluriel).
    Pour grand, il y a du flottement (voir ci-dessus) :
    - Usuel Le Robert et Dictionnaire de l'Académie : des arrière-GRAND-mères.
    - Robert méthodique : des arrière-GRANDS-mères.

    Si l'on admet "des grands-mères", il n'y a pas de raison de refuser
    "des arrière-grands-mères".
  • claire1claire1 Membre
    merci beaucoup, Edy
  • Je m'aperçois que j'habite non loin de la
    "Grande-Rue" (c'est marqué sur la plaque en haut du n°1 et partout finalement, sur le site de la ville, dans la presse..) proche de chez mes "grands-parents". Je m'efforce d'expliquer à mes grand-parents qu'ils vivent tout près de la "Grand-rue" et que le mot "épicène" n'est pas vulgaire.
    Le souci c'est quand ils me rétorquent l'air narquois : "que fais-tu alors de la "Rue-Grande" ? De fait, c'est la rue de mon lycée.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Le fait que l'adjectif soit antéposé ou postposé ne change pas grand chose.
    Dans les temps anciens, en souvenir de la déclinaison latine des adjectifs de seconde classe, grand valait pour les deux genres. On avait donc la grand rue, la grand place, la grand mère et aussi ... la mère grand.
    Ça, c'était pour grand, du latin grandis. De même, pour fort, du latin fortis, ce qui nous vaut par exemple Rochefort et Roquefort.
    Ensuite, grand et fort se sont soumis à l'usage des autres adjectifs et ont pris la marque du féminin : une grande place, une grande rue, la rue grande.

    Simplement, grand rue et grand place, plus communs, se sont conservés plus longtemps dans pas mal de villes. La formation postposée avec "grand" est plus rare et elle s'est plus rapidement alignée sur le régime banal.
  • Grand merci !
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    marie7710 a écrit:
    Grand merci !
    J'avais grand peur d'avoir été indigeste !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.