Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour,

j'ai fait un exercice qui aurait besoin d'être corrigé et avoir un petit coup de pouce pour la question quels sont les effets de ces diérèses ?
Je suis en seconde - Clément
Texte 1
Son regard est pareil au regard des statues,
Et pour sa voix, lointain(e)s, et calm(e), et grav(e), elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.
(Verlaine)

Texte 2
J'ai rêvé la nuit vert(e) aux neiges éblouies
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouies,
Et l'éveil jeun(e) et bleu des phosphores chanteurs !
(Rimbaud)

Texte 3
Je suis fidèle comm(e) un dogu(e)
Au maitre le lierr(e) au tronc
(Apollinaire)
Les questions sont les suivantes :
a)soulignez les /e/ prononcés
mettez entre parenthèses ceux qui s'élident
indiquez les liaisons (en vert) et entourez les diérèses.(en rose)
b) Quels sont les effets de ces diérèses ?

je ne trouve pas l'effet de ces diérèses, elles allongent le vers mais faut il dire autre chose par rapport à chaque mot.

l'inflexion
circulation
lierre

liaisons : pareil au - neiges éblouies - montant aux - jeune et - comme un - lierre au -

diérèse : inflexion - circulation - lierre -
Mots clés :
«1

Réponses

  • tu as oublié "chèrEs" "phosphorEs" "sèvEs" "maîtrE" dans les E
    pas de S à lointaine (sinon tu prononcerais le E)

    tu as une diérèse à "éblouies" "inouïes" (qui se manifeste à la graphie par le tréma sur le i)

    La diérèse étant un "truc" pour avoir le nombre voulu de pieds (ou syllabes, soyons modernes ;-) il faut l'expliquer du point de vue stylistique et pas seulement phonétique

    Question perso : la deuxième strophe c'est bien dans Le bateau ivre ?
  • merci,

    oui c'est bien le bateau ivre.

    les diérèses du pint de vue stylistique, est ce un peu ce que j'ai fait ?

    lierre : il est proche de son maitre comme le lierre accroché à l'arbre.

    éblouies : le blanc de la neige et la lumière de la nuit (lune) éblouissent

    inouies : ?

    circulation : la montée de la sève

    inflexion : modification de la voix qui finit par être muette

    enfin, ce n'est pas évident. Merci pour votre aide
  • Ton rappel a été supprimé, Marie. Comme tous les rappels d'ailleurs.

    Pour les diérèse, tu les expliques trop du point de vue de leur sens et pas assez du point de vue stylistique. On te demande "Quels sont les effets de ces diérèses" et pas des définitions de chacun des mots. Essaie d'aller dns le sens de ce que tu as trouvé pour "inflexion"
  • éblouies :comme c'est dans un rêve, c'est irréel, le terme est donc accentué pour l'imaginaire !!

    inouies : ?il faut imaginer cette sève qui monte car elle n'existe pas !!

    circulation : accentuation de la montée de la sève

    J'ai un peu de mal !!
  • éblouies : comme la nuit est verte avec une pleine lune sûrement les neiges éblouissent !!

    circulation des sèves inouies : on imagine le sang circulé pour arrivé à un éveil !!! (éveil jeune)

    peut être que j'avance !!
  • C'est très joli et imaginatif ce que tu écris ; mais si la diérèse allonge le vers pour donner phonétiquement le bon nombre de pieds (euh pardon syllabes, Muriel va me tirer les oreilles ;-) il faut aussi que tu vois comment en quelque sorte elle "allonge" l'idée
    Les neiges éblouies : tu vois aussi le reflet de la lumière sur la neige, donc des yeux éblouis
    Mais oui continue dans tes délires il me plaisent bien ; même si par rapport à la question ils ne sont peut-être pas très académiques.
    J'espère que Jean-Luc ou Muriel vont passer et dire ce qu'ils en pensent
    PS en plus c'est domamge qu'on t'ait fait travailler sur 3 extraits différents ; il aurait été plus pertinent d'étudier 3 strophes de suite du Bateau ivre. Mais ça tu n'y es pour rien !
  • MurielMuriel Membre
    Bonsoir Marie et Léah,

    Pour le 2, (Rimbaud), il s'agit plutôt d'une aurore boréale (magnifique description !).

    Prononce à haute voix (seule, dans ta chambre, les yeux fermés !) avec, puis sans diérèse : tu trouveras l'effet...

    Muriel

    (Léah, Verlaine, c'est bien aussi...)
  • Marie, Muriel te donne un très bon conseil !
    Oui je suis d'accord Mon rêve familier est aussi un très beau poème ; ce que je voulais dire c'est que l'étude des diérèses et effets produits aurait été plus "démonstrative" avec un poème entier que sur trois extraits de trois textes.

    Allez, un petit "par cœur, pour le plaisir !
    (et ça permet de voir que la diérèse est dans le dernier vers, Marie c'est peut-être pas pour rien)
    Mon rêve familier

    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
    Et qui n'est chaque fois ni tout à fait la même
    Ni tout à fait une autre, et m'aime, et me comprend

    Car elle me comprend, et mon cœur transparent
    Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème,
    Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême
    Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant

    Est-elle brune, blonde ou rousse ? Je l'ignore
    Son nom ? je me souviens qu'il est doux et sonore
    Comme ceux des aimés que la vie exila

    Son regard est pareil au regard des statues
    Et, pour sa voix lointaine, et calme, et grave, elle a
    L'inflexion des voix chères qui se sont tues
    Dommage je sais pas en faire autant avec le Bateau ivre :lol: :lol:
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour ami(e)s de la poésie,

    La diérèse n'est pas seulement une recette de poète pour obtenir un vers juste, mais véritablement un procédé pour mettre certains mots en valeur par une prononciation inhabituelle. En effet, l'énoncé ordinaire utilise la synérèse qui reprend la diphtongaison.

    Par exemple inflexion utilise le yod palatal. La diérèse revient à la prononciation latine qui ne connaissait pas les semi-consonnes.
    Le latin classique était en principe une langue phonétique : chaque lettre se prononçait, et n'avait qu'un seul son.
    Ainsi le i et le u (= i / ou [i / u]) transcrivent des voyelles, mais aussi ce qu'on appelle des semi-consonnes [j / w], c'est-à-dire des consonnes véritables, dont l'articulation est proche de celle des voyelles correspondantes, mais qui ne durent pas, ne constituent que des charnières entre les syllabes.
    La diérèse revient donc à donner une énergie nouvelle aux mots.

    Mais ce n'est pas tout, la diérèse renforce d'autres aspects.
    Si nous prenons Mon rêve familier de Verlaine
    Et, pour sa voix lointaine, et calme, et grave, elle a
    L'inflexion des voix chères qui se sont tues.
    il faudrait noter l'enjambement qui met aussi en valeur ce fameux mot.
    Tout attire l'attention sur lui, ne serait-ce que sa place en tête du vers.
    A l'intérieur du mot, la diérèse produit un fort effet de contraste entre une voyelle claire i et une voyelle sourde nasalisée.
    La diérèse renforce donc cet aspect onirique d'un son, d'une voix qui, audible au début, se dissout dans un long écho mourant. Elle participe ainsi à cette impression de tristesse née de ces évocations qui s'éloignent inexorablement.
    Il faudrait ajouter l'absence de césure principale de l'alexandrin au profit de deux césures secondaires qui donnent un rythme ternaire en 4/4/4, apaisement final dans un silence mortuaire souligné par la décroissance des groupes syllabiques 4/2/2/1/1/1/1 ainsi que la brièveté et la gravité de la syllabe finale.
  • J'en reste coite :)
    Marie, il ne te reste qu'à analyser aussi bien les autres diérèses. Mais ne renonce pas à ta façon si poétique de les dire !
  • merci à tous pour votre aide, je vais donc rédiger mon travail.

    A bientôt;

    Marie
  • juste une petite question , le "e" de elle a est il muet et faut il faire la liaison ?

    Merci
  • Lequel E ?
  • mariecaill a écrit:
    juste une petite question , le "e" de elle a est il muet et faut il faire la liaison ?

    Merci
    Oui ce E est caduc, puisque suivi de "a" ; compte le nombre de syllabes tu verras de toutes manieres qu'il ne peut en etre autrement.

    Sinon pour les diérèses dans l'extrait du bateau ivre à circulation à seves et à inouies je pense que couplées avec l'allitération en "s"/"z"(la circulation des sèves inouies) elles créent précisément cet effet de "circulation", de sinuosité (essayez de prononcez ce vers avec toutes ses diérèses d'affilé, vous verrez à quel point c'est difficile, sinueux...)...
  • Littleboy comment sais-tu de quel E parlait Marie ?
    Sinon, TB pour la diérèse dans les circulations !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.