Méthode commentaire Méthode dissertation

Compter les syllabes dans un poème

123468

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Le s final n'y change rien : -tiqu(e)s ne compte bien que pour une syllabe.

    En revanche, le e final de débute, qui doit bien se prononcer puisqu'il précède une consonne, est assez mal placé, il se trouve à la césure, coupure centrale du vers.
    Ce qui oblige plus ou moins à prononcer "débuteee"; c'est peu élégant à mon sens.
    Mais bon, on dira que c'est une "césure lyrique" (Voir messages précédents). ;)

    Cependant, je te propose, par exemple :
    Mon récit voit le jour sur les eaux atlantiques...
  • Merci beaucoup !
    En effet ta tournure est vraiment mieux !
    Merci mille fois :)

    Et juste histoire de lever le doute une bonne fois pour toute :

    premier pied

    pre/mi/er / pi/ed

    ou pre/mier / pi/ed

    ?
  • JehanJehan Modérateur
    pre/ mier / pied : 3 syllabes seulement.

    Les diérèses que tu proposes ne sont pas permises.
    Quel est le vers entier ?
    On pourrait essayer de le réécrire...
  • Comment distinguer les diérèses permises et celles qui ne le sont pas ? J'avais vu dans les pages précédentes un lien indiquant bon nombre de celles-ci mais y a-t-il une règle précise ?
    J'ai abandonné ce vers car la tournure était trop lourde et peu poétique.
  • JehanJehan Modérateur
    Il n'y a pas vraiment de règles précises...
    Mais classiquement, la diérèse ne se fait pas si dans le mot latin originel, la syllabe correspondante n'a qu'une seule voyelle.

    ped(em) --> pied
    pri/mar(ium) --> pre/mier

    Quel était donc ton vers ? Il est peut-être rattrapable, quoi que tu dises...
  • J'ai un peu de mal à me souvenir de mes quelques années de latin mais merci tout de même !

    Mes vers sont :

    Dès que les colons eurent foulés ses terres
    Leurs pieds l'avaient une première fois souillé


    Dès / que / les / co/lons / eurent / fou/lés / ses / ter/res / pures
    Leurs / pieds / l'a/vaient / (t)u/ne / pre/miè/re / fois / souil/lé.


    ses terres désigne l'Amérique, évoquée le vers précédent.
    J'ai un doute pour eurent

    Je précise juste que ces vers ne sont pas pour un devoir, mais pour une création personnelle dans le but de participer à un concours, peut-être cela laisse-t-il une plus grande liberté ?

    EDIT: Les deux prochains vers seraient :

    Il était trop tard; leurs lois étaient imposées
    Et un millier de peuples furent bafoués.

    Il / é/tait / trop / tard / ; leurs / lois / é/taient/ (t)im/po/sées
    Et / un / mil/lier / de / peu/ple / fu/rent / ba/fou/és.

    Est-ce correct ?
  • JehanJehan Modérateur
    Effectivement, "eurent" pose problème : il compte en effet pour deux syllabes.
    Une de trop...
    Dès/ que /les / colons /eu/rent / fou/lé/ses/ ter/res/ pur(e)s (13)
    Leurs / pieds / l'a/vaien/t u/ne /pre/miè/re /fois /souil/lée
    . (12)

    Je proposerais :

    Dès leurs tout premiers pas foulant ses terres pures
    De leurs pieds les colons l'avaient déjà souillée.


    Quant à :
    Il / é/tait / trop / tard / ; leurs // lois / é/taient/ (t)im/po/sées
    Et / un / mil/lier / de / peu // ples / fu/rent / ba/fou/és.


    La césure // (coupure à mi-vers) sépare leurs et lois, ce qui n'est pas très heureux.
    Et au second vers, elle coupe en deux le mot peuples, ce qui est peu indiqué.
    Je proposerais :

    Trop tard, c'étaient leurs lois, par la force imposées,
    Et des peuples sans nombre en furent bafoués.
  • Voici le poème dans sa totalité (juste pour le contexte, ce poème se situe dans un ensemble de poème accompagnés d'éléments en prose, pour donner une histoire à l'écriture des poèmes, donc ce poème ne sera pas à prendre seul en considération) :

    Je m'en vais vous raconter cette triste histoire,
    Qui a débuté bien avant votre naissance;
    Qu'est celle de l'évolution du pouvoir
    Distinguant la capacité et la puissanc'.

    Mon récit voit le jour sur les eaux atlantiques
    A bord du grand voilier Santa Maria
    Qui comme il le pensait, vers les Indes vogua
    Mais sur son chemin, vit l'actuelle Amérique.

    Dès que les colons eurent ses terres foulées,
    De leurs pieds les colons l'avaient déjà souillée.
    Trop tard, leur lois étaient par la force imposées,
    Et des peuples sans nombre en furent bafoués.

    Ils pensaient détenir seuls le pouvoir divin,
    Mais ce soi-disant Dieu existe-t-il vraiment ?
    Si oui, pourquoi n'a-t-il pas sauver les Indiens ?

    Je / m'en / vais / vous / ra/con//ter / cet/te / tris/te his/toire, <--Mauvaise césure
    Qui / a / dé/bu/té / bien // (n)a/vant / vo/tre / nais/sance;
    Qu'est / cel/le / de / l'é/vo//lu/ti/on / du / pou/voir, <--Mauvaise césure
    Dis/tin/guant / la / ca/pa//ci/té / et / la / puis/sanc'. <--Mauvaise césure

    Mon / ré/cit / voit / le / jour // sur / les / eaux / at/lan/tiques
    A / bord / du / grand / voi/li//er / San/ta / Ma/ri/a <--Pas sûr de la coupe syllabique
    Qui / com/me il / le / pen/sait, / vers / les / In/des / vo/gua
    Mais / sur / son / che/min, / vit / l'ac/tu/el/le A/mé/rique.

    Dès / que / les / co/lons / eu/rent / ses / ter/res / fou/lées, <--Mauvaise césure
    De / leurs / pieds / les / co/lons / l'a/vaient / dé/jà / souil/lée.
    Trop / tard, / leur / lois / é/taient / par / la / for/ce im/po/sées,
    Et / des / peu/ples / sans / nom/bre en / fu/rent / ba/fou/és. <--Césure à revoir (est-ce vraiment gênant ?)

    Ils / pen/saient / dé/te/nir / seuls / le / pou/voir / di/vin,
    Mais / ce / soi/-di/sant / Dieu / ex/is/te/-t-il / vrai/ment ? <-- Bonne césure si Dieu est bien coupé
    Si / oui, / pour/quoi / n'a/-t-il / pas / sau/ver / les / In/diens ?


    J'aime déjà beaucoup ce poème, bien que les césures soient à revoir.
  • JehanJehan Modérateur
    Je ne m'occupe que de la première strophe... Il se fait bien tard !
    Je corrige le 1er vers.
    Les 3e et 4e vers sont creux, abstraits, et on ne saisit pas vraiment leur signification...
    Très peu poétiques, en tout cas.

    Je m'en vais vous conter cette bien triste histoire,
    Qui a débuté bien avant votre naissance;
    Qu'est celle de l'évolution du pouvoir
    Distinguant la capacité et la puissance.
  • Merci beaucoup ! Tu en as fait déjà bien assez ! :rolleyes:
    Merci pour le vers 1 , et pour les 3 et 4, ils permettent d'amener le thème du concours, mais je vais essayer de les améliorer.
  • eliroeliro Membre
    Bonjour, je sais que le "e" ne se dit pas à la fin d'un vers, mais je voudrais savoir si quand un mot tel que "surplome", se trouve en fin de vers, il faut lire sur/plom/b' ou sur/plomb'
  • eliroeliro Membre
    Bonjour,
    Je suis un élève de 1ère ES, j'essaye de rédiger un poème en vers,
    je sais que le "e" ne se dit pas à la fin d'un vers, mais je voudrais savoir si quand un mot tel que "surplombe", se trouve en fin de vers, il faut lire sur/plom/b' ou sur/plomb' ? De même pour "effluves" je n'arrive pas à me décider sur e/fflu/v' ou "e/ffluv'
    c'est hyper préssé ( j'ai plus que quelques minutes, en faite --' ), merci d'avance pour vos réponses :D !
  • Le -e final est toujours élidé en fin de vers ; de ce fait, la consonne qui précède ce -e ferme la syllabe précédente, en ne faisant qu'un avec elle.
    Donc surplombe, surplombes, surplombent ne comportent que deux syllabes en fin de vers, de même qu'effluve ou effluves.
  • sur/plomb'
  • eliroeliro Membre
    Super merci beaucoup ! je ne me suis pas trompé alors :D
  • BogdanBogdan Membre
    Bonjour à tous.
    J'ai un poème à faire en français et j'aurais besoin de vous pour valider le nombre de syllabes de chaque vers s'il vous plait.

    Rencontrée un jour par hasard (octosyllabe)
    Nous nous enlaçons par plaisir (octosyllabe)
    Tes yeux plongés dans mon regard (octosyllabe)
    Tu n'arrêtes pas de sourire (octosyllabe)

    Une passionnante flamme (6 syllabes)
    Anime mes beaux jours (6 syllabes)
    M'aimer, c'est la seul chose que je réclame (alexandrin)
    Car je désire vivre de joie et d'amour (alexandrin)

    Je ne veux plus de mon cœur te laisser sortir. (alexandrin)
    Devant cette peur que nos sentiments s’estompent (alexandrin)
    Fuyons ensemble avant que nos liens ne rompent. (alexandrin)
    Nous voir tous les deux près des cieux, est mon désir (alexandrin)

    Merci d'avance et bonne journée ! :)
  • Rencontrée un jour par hasard (octosyllabe)
    Nous nous enlaçons par plaisir (octosyllabe)
    Tes yeux plongés dans mon regard (octosyllabe)
    Tu n'arrêtes pas de sourire (octosyllabe)

    Une passionnante flamme 7 syllabes
    Anime mes beaux jours (6 syllabes)
    M'aimer, c'est la seule chose que je réclame (alexandrin)
    Car je désire vivre de joie et d'amour (alexandrin)

    Je ne veux plus de mon cœur te laisser sortir. (alexandrin)
    Devant cette peur que nos sentiments s’estompent (alexandrin)
    Fuyons ensemble avant que nos liens ne rompent. 11 syllabes
    Nous voir tous les deux près des cieux, est mon désir (alexandrin)
  • paulangpaulang Membre
    Fuyons ensemble avant que nos liens ne rompent. 11 syllabes ?
    Fuy / ons / en / sem / ble / a / vant / que / nos / liens / ne / rom / pent. Mauvaise décomposition ?

    Si j'en juge par ceci [lien invalide] il y a autant de syllabes que de voyelles émettant un son unique.
    ai = un son = une voyelle. Idem pour œ, oi ...
    S'il y a une autre règle que j'ignore, merci de me l'indiquer.
  • Un e s'élide devant un mot commençant pas une voyelle ainsi qu'en fin de vers :
    Fu/1yons/2 en/3/sem/4bl' a/5vant/6 que/7 nos/8 liens/9 ne/10 romp'/11
  • paulangpaulang Membre
    OK merci Anne.
    En fin de vers ? Cela n'est pas vrai pour la prose ?

    Edit : ah je vois qu'il y a débat !
    Dans ma décomposition, j'aurais dû, en effet, en fonction de ce que je croyais avoir compris décomposer liens puisqu'il n'a pas un son unique.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.