La poésie utilise des mots ordinaires, mais elle a la capacité de les métamorphoser

Bonjour,
J'ai un sujet de dissertation, et j'ai besoin de votre aide pour mes axes, et quelques idées:

"Montrer que la poésie utilise des mots ordinaires, mais qu'elle a la capacité de les métamorphoser, et vous direz comment. Vous pouvez également porter votre réflexion sur la peinture."

J'ai pensé à deux axes:
I. La poésie utilise des mots ordinaires et à la capacité de les transformer.
II. La poésie utilise des mots spécifiques, un langage propore à elle.

Qu'est ce que vous me conseillerez? et avez vous des idées pour mes parties?

Réponses

  • Chercher la définition de métamorphose. Ce mot me paraît important dans le sujet : métamorphoser et transformer ont une étymologie particulière dont il faut tenir compte pour construire la réflexion.
  • sofitasofita Membre
    Métamorphose : du grec métamorphôsis: changement de forme

    Donc mon grand I serait : la poésie utilise des mots ordinaires et à la capacité de les métamorphoser.

    Que pensez vous de mes axes? (j'ai du mal à trouver des sous-parties pour le II)
  • La poésie utilise-t-elle VRAIMENT un langage propre à elle ? des mots que personne ne comprend ? je crois que tu fais fausse route...
    De plus, tu escamotes la partie peinture...
  • sofitasofita Membre
    Pouvez vous me donner alors un plan? je suis vraiment perdue :s
  • sofitasofita Membre
    Je pourrai prendre comme axe:
    I.La poésie utilise des mots ordinaires:
    II.La poésie métamorphose les mots :
  • Oui ce n'est pas très facile
    (En fait tu n'es pas obligée de parler de la peinture j'avais mal lu)
    Reprenons depuis le début : Que te donne-t-on comme éléments de réflexion dans le sujet ?
  • sofitasofita Membre
    On me dit que le poète utilise des mots communs, comme par exemple dans les textes en prose, là je crois que je pourrai par exemple parler de Paul Claudel dans son texte Cinq grandes odes qui dit qu'il n'a pas besoin de mots extra-ordinaires pour écrire un poème, de Rimbaud dans "le dormeur du val" qui emploie des mots qu'on peut tous comprendre dans cette phrase par exemple« il a deux trous rouges dans la poitrine » pour décrire l'horreur de la guerre.
    Dans un second temps je pourrai dire que le poète métamorphose les mots et parler de la musicalité, des allitérations et ca serait aussi une sorte de réponse pour la question: comment le poéte métamorphose les mots?
  • Oui ! là je pense que tu prends un meilleur départ. Métamorphoser les mots en les faisant chanter les uns avec les autres ; en jouer pour leur faire dire plus que d'habitude
    Une allitération célèbre
    pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes
    (J'ai oublié dans quelle pièce de Racine honte à moi :lol:
    Ce sont bien des mots de tous les jours, c'est quasi de la prose et pourtant personne ne s'exprime comme ça dans la "vraie vie"

    Tu as aussi ce poème de Marceline Desbordes-Valmore

    Essaie de trouver
    pourquoi il est très proche de la prose
    comment elle métamorphose ces mots très simples et quotidiens ?

    Les roses de Saadi

    J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
    Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes
    Que les noeuds trop serrés n'ont pu les contenir.

    Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées
    Dans le vent, à la mer s'en sont toutes allées.
    Elles ont suivi l'eau pour ne plus revenir ;

    La vague en a paru rouge et comme enflammée.
    Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée...
    Respires-en sur moi l'odorant souvenir.
  • sofitasofita Membre
    Le vers c'est dans Andromaque de Racine
    et pour le poème je pense que la poète utilise des phrases ordonnées, bien enchaînées comme en prose. Il y'a des virgules, des points, tout se suit et les mots sont simples.

    Le problème c'est que j'arrive pas à délimiter mes parties.
    En I. je vais parler des mots ordinaires et dire que les auteurs utilise des mots communs et donner quelques exemples. Je peux aussi dire qu'avec des mots simples ils transmettent leurs messages.

    II. je vais parler des procédés, des rimes, de la musicalité

    Je trouve que mes parties ne sont pas équilibrées :/
  • Merci pour Andromaque :)

    En I. je vais parler des mots ordinaires et dire que les auteurs utilise des mots communs et donner quelques exemples. Je peux aussi dire qu'avec des mots simples ils transmettent leurs messages.

    Oui et "je dirai même plus" ;) plus les mots seront simples plus le texte sera accessible et universel.
    Mais tu peux faire une contre-partie avec les mots rares de Mallarmé (le "sonnet en X) qui montre aussi qu'on peut écrire de la poésie lisible mais moins abordable au niveau du champ lexical et syntaxique.
    À comparer, pour rester chez le même auteur, avec son poème Apparition Pour le champ lexical plus rare tu as aussi Saint-John Perse

    II. je vais parler des procédés, des rimes, de la musicalité
    Oui tu peux penser à certains jeux poètiques qui font que les mots sont complètement déguisés ; les olorimes, fantaisies ou fratrasies de Louise de Vilmorin
  • Mais bien sûr il y a plus sérieux ! un mot peut prendre une toute autre résonance selon son emplacement
    Dans ce vers du Lac
    Laissez-nous savourer les rapides délices
    la simple inversion "rapides délices" produit un tout autre effet que "délices rapides"
    Cherche dans les poèmes que tu connais (voire même le théâtre classique) comment un simple changement induit une métamorphose des mots
    Je pense à ce vers très "simple" de Baudelaire
    Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche

    Mais les plus usicaux des poèmes sont je crois ceux en octosyllabes d'Apollinaire et d'Aragon à l'époque contemporaine ; et les ballades de François Villon et Charles d'Orléans dans le même rythme
  • voir aussi Rimbaud dans la "lettre du voyant" à Paul Demeny dans laquelle il explique que l'acte poétique conduit à l'exploration d'un monde nouveau par l'intermédiare du langage. Aini il multiplie les images inattendues dans ses poèmes : ex le poème "Les voyelles" écrit dan les semaines qui suivent sa lettre
  • Oui c'est-à-dire que la métamorphose des mots aboutit à la métamorphose du monde
    Contre argument, Rimbaud a échoué dans cette entreprise, puisqu'il a arrêté d'écrire et renié tous ses poèmes
  • autre exemple, Breton, chef de file des surréalistes, considère que l'image poétique est d'autant plus forte qu'elle rapproche deux réalités totalement éloignées l'une de l'autre : l'image la plus forte est "celle qui présente le degré d'arbitraire le plus élevé [...] celle qu'on met le plus longtemps à traduire en langue pratique ..." puis Breton donne quelques exemples que je me permets de reprendre : Lautréamont "le rubis du champagne", "sur le pont la rosée à tête de chat se berçait" Breton lui-même. Ce dernier vers ouvre plusieurs lectures et permet de justifier l'idée que la poésie métamorphose les mots en ouvrant sur perspectives sémantiques.
  • Oui Breton donne aussi une image chez Saint-Pol Roux (dit Le Magnifique)

    Ruisseau, argenterie des tiroirs du vallon

    et cite un des "beau comme" de Lautréamont
    Beau comme la rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection

    Cependant, ce genre a ses limites, et peut lasser par saturation
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.