Bonsoir !
Je suis un passionné de langues étrangères ( et anciennes accessoirement ) et je souhaiterais devenir interprète, traducteur ou juriste linguiste.
En ce qui concerne les langues vivantes, j'étudie actuellement l'anglais (LV1), l'espagnol (LV2) et le russe (LV3).
Seulement, je souhaiterais apprendre une quatrième langue vivante ( par plaisir et pour avoir un quatrième atout professionnel ). Etant donné que je souhaite faire des études de langues, une LV4 est non négligeable.

Deux langues attirent mon attention : l'allemand et le chinois.
Alors que le chinois devient essentiel au niveau international, l'allemand prédomine ( rayonne ? ) en Europe.
J'aime beaucoup ces deux langues mais je ne sais laquelle choisir.
Pourriez-vous me conseiller ? Quelle langue devrais-je choisir selon vous, entre l'allemand et le chinois ? Que pensez-vous de ces deux langues ? Quels avantages présentent-elles ?

Merci d'avance ! :)

PS : dans ce sujet, j'aimerais que l'on fasse abstraction du niveau de difficulté d'apprentissage de ces langues. Je suis conscient que le chinois reste beaucoup plus ardu à maîtriser que l'allemand, la question n'est pas là. Nous connaissons tous les critères de difficulté de ces langues, j'aimerais juste élargir le sujet. :)

Eventuellement, me conseillez-vous d'autres langues ?

Réponses

  • Bonjour,

    Je fais de l'allemand depuis la 6ème et ai fait deux ans d'initiation au chinois à raison d'une demi-heure par semaine. C'est pourquoi je crois devoir rectifier le niveau de difficulté que tu t'imagines.

    Aussi pour avoir connu des sinophones, le chinois s'avère beaucoup plus simple que l'allemand : plus de genres, de nombres, de conjugaison...
    L'allemand est assez ardu, la syntaxe étant en perpétuel mouvement.

    Tu connais suffisamment de langues indo-européennes pour voyager en Amérique, en Europe et jusqu'aux portes de l'Asie (la Russie). Le chinois te permettrait de te plonger au coeur même de l'Asie, dont la culture diffère totalement de celle de l'Europe à laquelle tu es accoutumé.
    A contrario, l'allemand limiterait d'éventuels déplacements à l'Europe.

    Je te conseille donc le chinois.
  • Je te remercie Prosopopée ! Il est vrai que le chinois me semble aussi plus avantageux ! :)
  • tropictropic Membre
    Prosopopée a écrit:
    L'allemand est assez ardu, la syntaxe étant en perpétuel mouvement.

    Cette affirmation me surprend beaucoup : l'allemand est une langue extrêmement logique et demande simplement de la rigueur. Une fois les bases de la grammaire assimilées (déclinaisons, conjugaisons, place du verbe...), il n'y a pas de surprises. J'ai bien du mal à y voir ce "perpétuel mouvement"...
  • C'est justement en cours d'assimilation que l'on est surpris. Toutes les langues sont logiques. La place du verbe dans la phrase en allemand est diverse, tout dépend de la proposition et de la syntaxe : tantôt à la fin, tantôt en avant-dernière position, souvent en deuxième, quelquefois en première... Les exemples ne manquent pas.

    Je t'en prie, Saeculum. Content d'avoir pu t'aider à faire ton choix.
  • JehanJehan Modérateur
    Toutes les langues sont logiques
    Je nuancerais en disant que chaque langue a sa logique interne, qui n'est pas forcément la logique d'une autre langue...
    Ce n'est pas tout à fait la même chose.
    Par rapport à notre langue maternelle et à sa logique propre , les logiques des autres langues nous sembleront inégalement et diversement dépaysantes.
  • tantôt à la fin, tantôt en avant - dernière position, souvent en deuxième, quelquefois en première...

    En allemand, le verbe conjugué n'est jamais en avant dernière position!

    C'est assez simple/
    - question globale et phrase exclamative: verbe conjugué en première position.
    - phrase indépendante ou principale énonciative : verbe conjugué en deuxième position.
    - subordonnées de tout poil: verbe conjugué en dernière position.

    Il existe une seule exception à ce fonctionnement dans le cas d'une subordonnée comprenant ce qu'on appelle un double infinitif, mais c'est une situation unique.

    C'est un système différent du français mais qui fonctionne, c'est le cas de le dire, de façon systématique. Dès le moment où l'on a compris, aucun risque d'erreur.
  • Codrila a écrit:
    Prosopopée a écrit:
    tantôt à la fin, tantôt en avant - dernière position, souvent en deuxième, quelquefois en première...

    Il existe une seule exception à ce fonctionnement dans le cas d'une subordonnée comprenant ce qu'on appelle un double infinitif, mais c'est une situation unique.
    C'est bien au double infinitif que je faisais référence. Je ne vois pas vraiment en quoi il est "exceptionnel" et sa situation "unique"...
  • tropictropic Membre
    Prosopopée a écrit:
    C'est bien au double infinitif que je faisais référence. Je ne vois pas vraiment en quoi il est "exceptionnel" et sa situation "unique"...

    C'est pourtant exactement ce que Codrila vient d'expliquer et que tu viens de citer... :rolleyes:
    Elle a très bien résumé la situation, qui n'a vraiment rien de complexe : une fois la règle (pas franchement insurmontable) assimilée, aucun risque d'erreur.
  • Tropic, même si vous vous sentez permise de me tutoyer parce que vous êtes plus âgée, vous éviterez à l'avenir d'utiliser un tel smiley avec moi.

    Mes propos s'inscrivent dans le contexte de la comparaison entre l'allemand et le chinois. Et j'ai bien précisé que la difficulté résidait C'est justement en cours d'assimilation que l'on est surpris. et non une fois la règle assimilée, quand bien même elle ne vous serait pas insurmontable.

    Je pense que la discussion ne nécessite pas d'autres précisions, Saeculum ayant fait son choix.
  • tropictropic Membre
    Prosopopée a écrit:
    Tropic, même si vous vous sentez permise de me tutoyer parce que vous êtes plus âgée, vous éviterez à l'avenir d'utiliser un tel smiley avec moi.

    Mes propos s'inscrivent dans le contexte de la comparaison entre l'allemand et le chinois. Et j'ai bien précisé que la difficulté résidait C'est justement en cours d'assimilation que l'on est surpris. et non une fois la règle assimilée, quand bien même elle ne vous serait pas insurmontable.

    Je pense que la discussion ne nécessite pas d'autres précisions, Saeculum ayant fait son choix.

    Oui, je me suis "sentie permise". :p
    Mes interventions avaient seulement pour but de nuancer tes affirmations.
    Mais je doute qu'on puisse se contenter des informations obtenues ici pour faire un choix aussi important ; souhaitons donc à Saeculum d'obtenir des réponses qui l'aideront davantage à avancer dans sa réflexion.
  • L'exemple du double infinitif dans une subordonnée est unique parce que c'est la seule possibilité d'avoir un verbe conjugué qui n'est pas en position finale dans une subordonnée. Au passage, il n'est pas non plus en avant-dernière position.

    Mon intervention n'avait pas pour but d'aider l'internaute )à faire son choix ( ce n'est en rien un critère de choix, ni positif ni négatif) mais de rectifier une information erronée concernant une langue que je parle et enseigne.
  • Codrila a écrit:
    En allemand, le verbe conjugué n'est jamais en avant dernière position!
    Codrila a écrit:
    L'exemple du double infinitif dans une subordonnée est unique parce que c'est la seule possibilité d'avoir un verbe conjugué qui n'est pas en position finale dans une subordonnée. Au passage, il n'est pas non plus en avant-dernière position.
    Prosopopée a écrit:
    La place du verbe dans la phrase en allemand est diverse, tout dépend de la proposition et de la syntaxe : tantôt à la fin, tantôt en avant-dernière position, souvent en deuxième, quelquefois en première...
    Vous me parlez de verbe conjugué alors que je parlais de verbe, tout court.
    Ich habe essen können.
  • Eh bien, si vous maitrisiez la grammaire allemande vous sauriez que justement la distinction entre forme verbale conjuguée et forme verbale non conjuguée ( infinitif, participe passé ou particule verbale ) est primordiale pour construire une phrase allemande.
    Celui qui n'établit pas cette distinction se retrouve effectivement dans une sorte de labyrinthe incompréhensible.

    Si je vous parle de verbe conjugué, c'est que c'est ainsi qu'on commence à pouvoir assimiler la syntaxe allemande.
    C'est mon métier que de l'expliquer :)

    Ainsi dans votre exemple :
    Ich habe essen können.


    Vous avez trois formes verbales: ici d'ailleurs, vous avez pris l'exemple d'une phrase autonome dans laquelle le verbe conjugué " habe" est à sa place normale ( deuxième place) puisqu'il s'agit d'y e énonciative.

    Le " double infinitif" qui n'en est pas vraiment un, ( il s'agit en fait d'un infinitif et d'un participe passé de verbe modal qui ressemble à un infinitif dans ce cas précis:( en allemand on l'appelle Ersatzinfinitif" ) et ils sont à leur place normale: à la fin puisqu'il s'agit de formes non conjuguées .

    La seule exception est dans la subordonnée :
    Ich sage, dass ich habe essen können.


    C'est la seule exception à la règle de formation normale d'une subordonnée : le verbe conjugué n'est pas à la dernière place .
  • Initialement, il n'est pas question d'expliquer. J'ai simplement énuméré les différentes places du verbe, vous m'avez contredit sur une au nom du verbe conjugué en expliquant, alors je vous ai rappelé que je parlais du verbe en général, c'est-à-dire conjugué ou non, et j'ai défendu la place que j'ai énumérée par un exemple.

    Votre argument d'autorité est d'être professeur de langue ? :D Je ne m'aventurerai pas en terrain puéril. J'ai des "arguments" dont je me garde bien de vous faire part, tant ils sont invérifiables comme le vôtre et la discussion perdrait de son intérêt.

    Codrila, mon exemple n'illustrait bien évidemment pas la proposition surbordonnée. Il s'agit bel et bien d'un double infinitif, ne le niez pas. Ich habe essen können "essen" est un verbe non conjugué, certes, mais un verbe en avant-dernière position. Donc le verbe peut se mettre à cette place. Dans ce cas, le verbe n'est pas sous forme conjuguée. Je ne vous apprends rien, heureusement.
    Selon vous, je dis des choses fausses ? Je pourrais en dire de même si je ne comprenais pas que vous êtes partie d'un malentendu, pourtant j'ai la délicatesse de penser le contraire, de continuer ma démonstration et de comprendre la vôtre.

    Tout ce que vous avez dit sur la place du verbe conjugué, je suis tout à fait en accord avec !
  • Écoutez, vous tentiez de montrer les difficultés de syntaxe de l'allemand en vous référant justement à des notions fausses.
    Je le répété: dés le moment où l'on établit la distinction entre forme conjuguée et forme non conjuguée tout devient clair, simple et surtout pour ainsi dire systématique.

    Je ne désire pas spécialement utiliser un argument d'autorité mais entre quelqu'un qui a fait allemand première langue, comme on dit, et donc acquis bien entendu des connaissances et le / la germaniste dont le métier est d'étudier et d'enseigner cette langue, il existe une certaine différence.
    Je suis ravie d'avoir pu éclaircir pour vous ce qui vous semblait obscur :)


    P.S Je vois, hélas ,à ce que vous avez ajouté à votre précédent message que les choses ne sont toujours pas plus claires pour vous . Lorsqu'on vous parle d' un Ersatzinfinitif qui est l'appellation allemande de cette forme , c'est bien pour marquer qu'il ne s'agit pas d'un infinitif normal. Je réitère : il s'agit du participe passé d'un verbe modal mis au Perfekt et qui, lorsqu'il est accompagné d'un autre verbe, prend cette forme identique à l'infini tuf. La valeur reste celle d'un participe passé.

    D'autre part, la notion d'avant-dernière place pour toute forme verbale n'est simplement pas pertinente pour la langue allemande.
    Vois pouvez la retrouver dans toute subordonnée avec forme verbale composée:

    , dass ich gespielt
    habe
    ,weil ich schlafen
    muss

    , bis ich kommen
    werde

    Etc...

    Encore une fois tout gravitait autour de cette préséance de la place du verbe conjugué dans tel ou tel type de proposition par rapport à la forme non conjuguée .

    Il ne s'agit pas d'argument d'autorité mais de connaissance de la syntaxe d'une langue. Prenez le Duden ( grammatik) ou n'importe quel autre livre de grammaire ( y compris l'antique Fourquet ) et vous y trouverez les mêmes choses. Il va de soi que je n'invente rien :)


    Enfin, il va de soi que dans votre exemple " Essen" est un vrai infinitif. L' Ersatzinfinitif est " können" , cette forme qui est à l'origine de cette appellation française de " double infinitif" . ( appellation de commodité mais pas tout à fait exacte)
  • On écrit "Ersatzinfinitiv" et non "Ersatzinfinitif" (que vous écrivez dans deux messages) et l'on traduit ce mot par... "double infinitif"...

    Sie sollten dieses Brot essen können. Là, l'on a affaire à deux infinitifs consécutifs mais il ne s'agit pas de la règle du double infinitif parce que l'on ne peut remplacer können par gekonnt. On retrouve le sens de la phrase dans la traduction Ils dev[r]aient/Vous dev[r]iez pouvoir manger ce pain. ; avec gekonnt, la phrase ne prendrait aucun sens et deviendrait agrammaticale.

    C'est bien ce que j'ai dit au tout début : le verbe peut se trouver en avant-dernière position, pertinente ou non.
    Je vous ai proposé en premier de cesser la discussion, vous avez persisté, jusqu'à comprendre que vous aviez dérivé de mon propos initial.
  • Nous arrêterons là cette discussion puisque vous ne saisissez pas ce qui est pertinent ou non dans la syntaxe allemande.
    Quant à relever l'erreur due à la fonction T9 d'un iPhone , c'était effectivement d'une importance capitale ....

    PS: c'est une habitude chez vous de répondre à un message en modifiant votre propre message précédant celui auquel vous répondez?

    Étrange forme de discussion!
    Pour moi, il ne s'agit pas de savoir si j'ai dévié ou non par rapport à vous mais de donner des informations claires, précises et grammaticales pour tout apprenant qui passerait par ici. C'est autrement plus important que de savoir si vous vous sentez en accord avec vous -même.

    Et lorsqu'on parle de grammaire d'une langue la pertinence est bien l'élément essentiel. Tout le reste n'est que blabla . Désolée.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.