Grammaire française Participe passé

je veux votre aide sur ce point svp
"je ne sais à qui m'adresser"est une complétive interrogative indirecte partielle introduite par le pronom interrogatif" qui" et sa fonction :est COD
le probleme c'est que moi je la vois comme cod alors que mon amie la voit comme un coi
on dit je ne sais quoi?
alors j'ai raison ou pas?
«13

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Quel que soit le mot qui l'introduit, la subordonnée complétive interrogative indirecte reste COD.
    C'est aussi le cas de cette complétive infinitive.

    Le "à qui" est COI de l'infinitif, c'est tout.
    Mais la proposition entière n'est pas COI.
  • merci beaucoup Jehan
    donc je me suis trompeé sur la nature de cette complétive? elle n'est pas interrogative mais infinitive?
  • JehanJehan Modérateur
    C'est une complétive interrogative infinitive.
  • merci pour votre réponse .
    mais j'ai jamais entendu parler d'une complétive interrogative infinitive?!!! vous pouvez m'expliquer davantage parce que j'ai un examen ce lundi et j'ai peur de tomber sur cet exemple :(
  • JehanJehan Modérateur
    La grammaire Riegel signale ce cas p. 839.
    Il s'agit en fait d'interrogatives indirectes avec ellipse du verbe "pouvoir".

    Je ne sais à qui (je peux) m'adresser.
    Je ne sais (je peux) aller.
  • merci infiniment je vous suis très reconnaissante vous m'avez sauvée parce que c'était pas logique dans ma tête même si le prof a dit que c'est une interrogative indirecte partielle :D
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, c'est bien une interrogative partielle et non totale, puisqu'on ne peut répondre à la question exprimée par un simple oui ou un simple non. Ton professeur a bien dû t'expliquer ça !

    L'appellation "partielle" n'a rien à voir avec le fait que le verbe conjugué soit sous-entendu...
  • merci Jehan

    :) oui c'est noté en plus l'interrogation indirecte total s'introduit par la conjonction si
  • JehanJehan Modérateur
    L'interrogation indirecte totale... ;)
  • bonjour, voila encore une fois je sollicite votre aide concernant le type d'une proposition. je vais écrire toute la phrase comme ça ça sera claire :"on peut imaginer ce qu'une ville comme était déjà Paris , étroite à tout prendre mais fortement peuplée d'une population active....."
    pour moi je vois que "ce qu'une ville "est une subordonnée complétive puisqu'on peut pas rétablire son ordre canonique alors que d'autres collègue la considère comme relative avec comme antécédent "ce" .
    qu'en pensez vous svp?
  • La phrase est incomplète.
  • voila je l'ai complétée:"on peut imaginer ce qu'une ville comme était déjà Paris , étroite à tout prendre mais fortement peuplée d'une population active....
  • ''une ville comme était déjà Paris , étroite à tout prendre mais fortement peuplée d'une population active'' est un groupe nominal, remplissant la fonction du sujet dans la subordonnée, alors, où est le prédicat de la subordonnée?
  • on peut imaginer ce qu'une ville comme était déjà Paris , étroite à tout prendre mais fortement peuplée d'une population active et entreprenante , présentée de vies et de mouvements. "c'est toute la phrase.
    a mon avis la subordonnée remplie la fonction de COD de "imaginer". Non?!!!
  • JehanJehan Modérateur
    Ou plutôt :

    On peut imaginer ce qu'une ville comme était déjà Paris , étroite à tout prendre mais fortement peuplée d'une population active et entreprenante , présentait de vie et de mouvement.

    Oui, relative périphrastique, COD de "imaginer".

    Une relative périphrastique n'a pas de véritable antécédent, le "ce" jouant ce rôle, il n'a qu'un sens très vague et très général.
  • oui Jehan je crois que c'est ça . alors c'est quoi le type de cette subordonnée? :(
  • JehanJehan Modérateur
    Je l'ai indiqué : relative périphrastique, expansion d'un pronom démonstratif .
    Le COD est constitué du "ce" et de la relative qui le complète.
  • merci beaucoup . j'ai trouvé du mal à la reconnaître :D
  • Le manque de l'article partitif dans '' de vie et de mouvement'' me semble étrange. melle_personne, tu es sûr que ce n'est pas '' un participe passé quelconque +de vie et de mouvement'' et qu'il n'existe pas un autre verbe conjugué au présent ou à l'imparfait de l'indicatif? ou bien

    On peut imaginer qu'une ville comme l'était déjà Paris , étroite à tout prendre mais fortement peuplée d'une population active et entreprenante , regorge de vivacité et de mouvements.

    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic30555-analyse-logique-comment-appeler-les-deux-propositions-dans-la-phrase-nous-savons-tous-comment-tu-as-fait-p2.html

    Ce n'est pas une relative périphrastique. Le verbe imaginer n'est pas comme le verbe s'attendre à.
  • JehanJehan Modérateur
    mathieu2000 a écrit:
    Ce n'est pas une relative périphrastique. Le verbe imaginer n'est pas comme le verbe s'attendre à.
    Une relative périphrastique n'est pas forcément un COI introduit par à ce que (s'attendre à ce que...) ou de ce que (se souvenir de ce que...) Celle-ci, qui est COD, est introduite par ce que.
    Voir ces exemples de relatives périphrastiques COD, donnés par la grammaire Riegel, p.815 :
    Je ferai ce que vous me direz.
    Je n'ai pas oublié ce dont vous m'avez parlé.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.