Grammaire française Participe passé

1679111262

Réponses

  • Bonjour

    Elle s'est laissé conquérir.
    C'est bien ainsi qu'il faut l'écrire ou bien: elle s'est laissée conquérir.

    Merci
  • Bonsoir Francyne,

    Voyez le message 33 de la page 4 de cette discussion, vous y trouverez la réponse.

    Muriel
  • Bonsoir Muriel,

    D'après le message 33 page 4 :
    Lorsque "elle" fait l'action, l'accord peut se faire. Mais il est plus souvent pratiqué d'écrire "laissé" invariable avant un verbe infinitif. Ce sera: elle s'est laissé conquérir. Mais je pourrais écrire: elle s'est laissée conquérir" en raison qu' "elle" fait l'action. Une choix difficile, dans ce cas.

    Si j'ai fait une erreur, merci de me reprendre.
  • C'est cela, Francyne.
    Le problème, c'est qu'une personne qui ne connaît pas la réforme pourrait penser que vous avez fait une faute... À vous de choisir ! :)

    Muriel
  • Qu'aurait écrit Guy de Maupassant ou Albert Camus ?
    Je voudrais faire le choix qu'ils auraient fait.


    Guy de Maupassant: je m'étais laissé séduire. Mais c'était dans le cas d'un masculin, aucun problème.
  • Bonsoir !

    * Elle s'est laissé conquérir.

    Désormais, lorsque laissé est suivi d'un infinitif, on tolère l'invariabilité quelle que soit l'analyse. (Comme avec fait + infinitif.)

    Mais avec laissé, vous pouvez rester fidèle à l'ancienne règle, qui n'est pas toujours inutile ; l'accord sera alors porteur de sens.

    * Elle s'est laissé conquérir. (Le COD s' dépend de l'infinitif.)
    → ° Elle a laissé conquérir elle.

    * Elle s'est laissée tomber. (Le COD s' dépend de laissé ; c'est elle qui tombe.)
    → ° Elle a laissé elle tomber.
  • Cher Edy
    une joie de vous relire !
    Pour elle s'est laissé tomber, ne peut-on raisonner en demandant "elle a laissé tomber qui ? elle" donc pas d'accord (COD de l'infinitif)
    Mais votre analyse est exacte aussi... elle a laissé elle tomber
  • Salut les forts en thème …

    J’ai eu une petite discussion hier soir avec mon fils qui m’a fait réfléchir. J’étais sûr de mon opinion, mais (la nuit ne portant pas toujours bon conseil) au réveil ce matin, je me suis mis à douter.
    Voici ma question :
    Concernant ces capricieux verbes pronominaux, il existe deux formes connues : Les verbes réfléchis et les verbes réciproques.
    J’ai lu un jour (j’ai oublié ma source) qu’on devait accorder ces verbes de différentes façons. Si l’action est réciproque, on accorde avec le sujet. Si l’action est réfléchie, on n’accorde pas.
    Exemple : Elles se sont « maquiller ».
    Si on considère qu’il y a deux filles dans une salle de bain et que chacune est devant son miroir en train de se mettre du rouge à lèvres, le verbe ne s’accorde pas car l’action est réfléchie. (Elles se sont maquillé).
    Maintenant, si on considère que pour Halloween, Clara maquille Anaïs et qu’à son tour Anaïs maquille Clara, le verbe s’accorde car l’action est réciproque (Elles se sont maquillées).

    Qu’en pensez-vous ?

    (Message déplacé.)
  • On me disait en classe de remplacer par un participe dont on entend la finale (faire ou dire),

    Elles se sont fait les ongles, dans les deux cas, et pas elles se sont "faites"
    Elles se sont dit la bonne aventure, et pas elles se sont "dites"

    Euh........ je m'aperçois que mon exemple est mauvais, puique le COD est exprimé ! excuses :)
  • Il me semble que c'est mieux avec
    ces mauvaises nouvelles se sont répétées, ou se sont DITES
  • Mes ouvenirs de grammaire me font dire ceci:

    Pas d'accord si suivi d'un COD:

    Elles se sont maquillé les yeux.

    Accord si pas de COD:
    Elles se sont maquillées.
  • EdyEdy Membre
    Bonne nuit !

    ACCORD DU PARTICIPE PASSE. VERBE PRONOMINAL

    A) PRONOMINAL SUBJECTIF OU PRONOMINAL DE SENS PASSIF → ACCORD AVEC LE SUJET.
    * Il était tellement bête que SES COLLÈGUES s'en étaient APERÇUS (Winston Churchill).
    * LA NOUVELLE s’est RÉPANDUE d’un oreiller à l’autre. (Sens passif : a été répandue)
    Quatre exceptions : elle s'est PLU / DÉPLU / COMPLU / RI (de moi).

    B) PRONOMINAL RÉFLÉCHI OU RÉCIPROQUE (auxiliés avec être mis pour avoir)

    1 PRONOM PERSONNEL C.O.D. → ACCORD AVEC LE C.O.D. ANTÉPOSÉ (ET DONC AVEC LE SUJET)
    * Elle s'est BAIGNÉE / REGARDÉE / MAQUILLÉE.
    * Elle s'est DONNÉE à moi et c'est elle qui m'a eu (Sacha Guitry).
    * Elles se sont VUES / RENCONTRÉES. (Réciprocité)
    Même règle si le c.o.d. a un attribut :
    * Ils se sont DÉCLARÉS malades.
    * Elle s'est CRUE sauvée.

    2 PRONOM PERSONNEL C.O.I.

    a- PAS DE C.O.D. OU C.O.D. POSTPOSÉ → INVARIABILITÉ
    * Elles se (COI) sont ÉCRIT / NUI.
    * Je ne me (COI) suis pas LAVÉ les mains (COD postposé) depuis Ponce Pilate (Jules Renard).
    * Je me (COI) suis FAIT auprès de ma femme une solide réputation (COD postposé) de monogame (Pierre Desproges).

    b- C.O.D. ANTÉPOSÉ → ACCORD AVEC LE C.O.D. (ET DONC AVEC SON ANTÉCÉDENT)
    * Avec tous les pastis (antécédent) que (COD antéposé) je me (COI) suis PAYÉS, qu'est-ce que je pourrais m'offrir comme apéritifs !

    APPLICATION
    * Elle s'est maquillée.
    * Elle s'est maquillé les yeux.
    * Elles se sont maquillées. (Réfléchi ou réciproque selon contexte.)
    * Elles se sont maquillé les yeux.
  • "soumettez-le-nous" ! Car nous est complément d'objet indirect de soumettez !

    Soumettez-le vous en serez fier ! Ici vous est c.O.D. de "serez" alors pas de trait d'union

    cordialement !
  • EdyEdy Membre
    Désolé de devoir vous contredire amicalement, cher Flachet !

    * Soumettez-le, vous en serez fier.
    1 Une virgule pour séparer deux segments de phrase juxtaposés.
    Le premier segment a une valeur conditionnelle :
    → Si vous le soumettez, vous en serez fier.

    2 Vous ne peut pas être le COD d'un verbe attributif ; il est ici sujet.

    3 Le problème du second trait d'union ne se pose pas, puisque ce sont deux segments différents.

    Le second trait d'union ne peut pas être mis non plus dans :
    * Ecoute-moi [t'expliquer].
    * Laisse-moi [la lire].
    A l'inverse :
    * Laisse-la-moi lire.
    * Fais-le-moi savoir.
  • Bonsoir Edy,

    Puisque vous êtes en ligne, pourriez-vous me dire s'il y a accord du verbe ici?

    Elles se sont plaint / plaintes (au directeur).

    Merci et peut-être à tout à l'heure :)
    Hela
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, chère Hela !

    * Elles se sont plaintes...

    Deux analyses sont ici possibles, qui conduisent au même résultat :
    1 Se plaindre : pronominal subjectif ou lexicalisé,
    → accord avec le sujet ELLES.
    2 Se plaindre : pronominal réfléchi (= ° Elles ont plaint elles...)
    → accord avec le COD "se" qui représente "elles".
  • Edy, SVP, pourriez-vous me rappeler ce qu'est un pronominal subjectif ou léxicalisé ? :/
  • EdyEdy Membre
    Voici un petit schéma :

    Verbe pronominal : verbe dont le pronom personnel s'identifie au sujet.
    * JE ME lave. (Différent de JE LE lave.)

    Catégories :

    1) les v. pr. dont le pronom personnel est analysable :

    a) les v. pr. réfléchis : Je ME regarde.

    b) les v. pr. réciproques : On ne baise plus, on S'aime. (Reiser)

    2) les v. pr. dont le pronom personnel n'est pas analysable :

    a) les v. pr. subjectifs ou lexicalisés :

    - ceux qui n'existent que sous une forme pronominale : se souvenir, s'écrier, s'évanouir, se désister, se fier, s'enfuir, etc.
    (On les appelle : v. essentiellement pronominaux.)

    - ceux qui existent aussi sous une forme non pronominale, mais avec une signification relativement différente : s'apercevoir, se douter, se taire, se plaindre, se prévaloir, etc.

    b) les v. pr. de sens passif :
    * Aimer est un verbe qui SE conjugue par tous les temps. (= qui est conjugué)
    * Je m'appelle Edy. (= Je suis appelé Edy.)
  • Merci BEAUCOUP, Edy. Vous êtes notre sauveur :)
  • Édy, tout d'abord merci pour ton excellente réponse mais juste une chose, tu as écris: Ils ont emprisonnés eux. Emprisonné avec un "S" mais je pense qu'il s'agit d'un "typo" (erreur de frappe).

    Donc je corrige: Ils ont emprisonné eux. Sans "S".
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.