Grammaire française Participe passé

1568101161

Réponses

  • Bonjour tout le monde !
    Je reviens pour m'informer sur le verbe "s'arranger". Ainsi, écrit-on "elle s'est arrangé pour" ?
    Si j'analyse, je dirais que "s'arranger" n'est pas un verbe essentiellement pronominal. Ensuite, "elle arrange elle-même" : c'est un verbe pronominal réfléchi apparemment donc on devrait écrire "elle s'est arrangée".
    Qu'en pensez-vous ?
    Merci beaucoup. ;)
    P.S :
    "Des pompiers sont chargés de brûler les livres" : y a-t-il une faute selon vous ? Merci encore. :P
  • Pas d'erreur dans ta seconde phrase (avec être il ya toujours accord ! quand ce n'est pas pronominal)
    Pour la 1ère, je laisse Edy répondre :D :D
  • Jérémy a écrit:
    Maintenant, Léah, aurais-tu accordé au féminin :
    "Il aurait fait danser le menuet aux éléphants, elle s’est contenté de les remplir de plombs" ?
    Léah a répondu oui, elle accorde... mais j'suis pas d'accord. Il faudrait dire elle s'est contenté de les remplir de plombs car elle s'est contenté de faire quelque chose...

    Un peu comme elle s'est lavée mais elle s'est lavé les mains.

    Vous voyez ?
    Désolée, mais je ne le vois pas, pour moi ce n'est pas la même chose : dans « elle s'est lavé les mains », « les mains » est bien COD de « s'est lavé ». Par contre, dans « elle s'est contenté(e) de les remplir de plombs », « de les remplir de plombs » est plutôt COI de « s'est contenté(e) ». D'ailleurs, « se contenter », même s'il n'est pas un verbe essentiellement pronominal, me semble avoir un sens différent de « contenter », donc « se » est plutôt inanalysable, ce qui n'est pas non plus le cas de « se laver / laver ».

    Cela dit, j'aurais accordé.
    Jérémy a écrit:
    Je reviens pour m'informer sur le verbe "s'arranger". Ainsi, écrit-on "elle s'est arrangé pour" ?
    Si j'analyse, je dirais que "s'arranger" n'est pas un verbe essentiellement pronominal. Ensuite, "elle arrange elle-même" : c'est un verbe pronominal réfléchi apparemment donc on devrait écrire "elle s'est arrangée".
    Qu'en pensez-vous ?
    Je pense que vous avez raison : « Elle s'est arrangée pour... »
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir !

    S’ARRANGER

    Selon le Petit Robert, ce verbe a plusieurs significations.
    Le signe → signifie que l'application est de moi.

    1 PRONOMINAL RÉFLÉCHI : accord avec le COD antéposé (pas de COI).
    -a) ajuster sa toilette,
    * Elle est allée s’arranger.
    → Elle s’est ARRANGÉE.
    -b) se mettre dans une position commode pour faire quelque chose (vieux ou régional),
    * Elle conseilla à Germain de s’arranger auprès du feu pour faire un somme. (Sand)
    → Elle s’est ARRANGÉE auprès du feu.
    -c) prendre ses dispositions, se débrouiller en vue de quelque chose,
    * Arrange-toi pour la revoir.
    → Elle s’est ARRANGÉE pour le revoir.
    -d) s’accommoder, se contenter de quelque chose.
    * Ne vous inquiétez pas, je m’en arrangerai.
    → Elle s’en est ARRANGÉE.

    2 PRONOMINAL RÉCIPROQUE : accord avec le COD antéposé.
    - se mettre d’accord.
    * Les adversaires se sont ARRANGÉS.

    3 PRONOMINAL DE SENS PASSIF : accord avec le sujet.
    -a) se classer, s’ordonner,
    * Mes idées s’arrangent dans ma tête avec la plus incroyable difficulté. (Rousseau)
    → Mes idées se sont ARRANGÉES.
    -b) être remis en état, aller mieux.
    * Les choses se sont ARRANGÉES à la fin.
    * Elle ne s’est pas ARRANGÉE. (= elle a enlaidi ; ses défauts ont empiré) (familier)

    SE CONTENTER
    Trouvé dans le Petit Robert aussi :
    * Elle s’est CONTENTÉE de sourire.
    Le dictionnaire ne prend pas de risque en parlant de pronominal restrictif.
    → Verbe accidentellement pronominal, dont le réfléchi n’est pas analysable ; accord avec le sujet.
    A la rigueur, pronominal réfléchi avec pronom COD et infinitif COI ; accord avec se, et donc avec le sujet.

    * Des pompiers sont CHARGÉS de brûler les livres.
    Voix passive, auxiliaire être, accord avec le sujet comme si « chargés » était un attribut.
  • en est-il de même pour se plaindre?

    elle s'est plainte qu'on ne l'apprenne pas à l'école?
    et
    elle s'est plainte de ce qu'on ne l'apprenne pas à l'école ?
  • EdyEdy Membre
    Bonjour, Christineh !

    1 Pour le participe passé, il n’y a aucun doute : réfléchi avec COD.
    * Elle s’est PLAINTE.

    2 CONSTRUCTION DE LA COMPLÉTIVE

    QUE + subjonctif est courant ; l’indicatif reste possible pour souligner la réalité.
    * Se plaindre que la mariée EST trop belle. (Académie)
    * Il se plaint qu’on l’AIT abandonné. (Académie)
    * Mes maîtres se plaignaient que j’OUBLIAIS tout mon latin. (Stendhal)
    * Le président se plaignait que sa tête ALLAIT éclater. (France)
    * Daniel se plaint que cet enfant SOIT difficile. (R. Martin du Gard)
    * Il se plaint qu’il n’y A pas un artiste. (Cocteau)
    * L’homme se plaignait que le commerce ALLAIT mal. (Yourcenar)
    * Il se plaignait qu’on ne lui DONNAIT pas assez à manger. (Robert méthodique)

    Les deux modes existaient chez les classiques.
    * Phèdre se plaint que je SUIS outragé. (Racine)
    * Quelques-uns ont pris l’intérêt de Narcisse, et se sont plaintS que j’en EUSSE fait un très méchant homme. (Racine)

    DE CE QUE + indicatif ou (plus souvent) subjonctif.
    * Elle se plaignait de ce qu’on la SERVAIT horriblement. (Flaubert)
    * La femme de chambre se plaint doucement qu’elle AIT à nettoyer cette ordure. (Gide)
    * On entendait tout le monde se plaindre que Paris FÛT encombré. (Romains)
    * Ils se plaignaient que la soupe ne FÛT pas salée. (Morand)
    * Les parents se plaignirent de ce que le cochon ne FÛT pas encore rentré. (Aymé)
    * Ils se plaignaient de ce que, dans certaines églises, VIVAIENT des troupes de criminels. (Maurois)
    * La maréchale se plaignait de ce que sa robe FÛT chiffonnée. (Maurois)

    Dans l’usage classique, l’indicatif était préféré.
    * L’âne d’un jardinier se plaignait au destin / De ce qu’on le FAISAIT lever avant l’aurore. (La Fontaine)

    DEUX REMARQUES
    1 L’indicatif est probablement préféré aussi lorsqu’il s’agit d’éviter un subjonctif en –asse, en -isse ou en -usse.

    2 On ne confondra pas la complétive avec la RELATIVE.
    * Je me plains de ce que vous m’AVEZ fait.
    → Vous m’avez fait cela. Je me plains de cela.
    Différent de :
    * Je me plains de ce que vous m’AYEZ fait cela. (Complétive)
    → Je me plains de quoi ? Que vous m’ayez fait cela.
  • ah oui : elle s'est plaint qu'on ne l'apprend pas à l'école sonne mieux!

    qu'on ne l'apprend pas et de ce qu'on ne l'apprenne pas seraient donc tous 2 COI et les 2 se COD?
  • EdyEdy Membre
    * Elle s'est plaintE qu'on ne l'apprend pas à l'école.
    → ° Elle a plaint elle-même…
    → Elle s’est PLAINTE DE cette lacune de l’école.

    Le Petit Robert :
    * Elles se sont PLAINTES.

    Selon moi :
    1 le réfléchi « se » est COD (la plainte du sujet se réfléchit sur lui-même) ;
    2 la complétive est complément de verbe, et plus spécialement COI.

    Vous m’objecterez que ce prétendu COI n’est pas prépositionnel. Je crois pouvoir répondre que, dans la logique de la dérivation, il devrait l’être : par analogie avec « se plaindre DE », la locution conjonctive de subordination devrait être « DE ce que » et celle-ci est devenue « que », pour partie, sous l’influence du principe grammatical (et linguistique) de l’économie des moyens.

    Si cela ne vous a pas convaincue, vous pouvez aussi considérer que, dans « se plaindre », le réfléchi n’est pas analysable. Auquel cas l’accord du participe passé devrait se faire avec le sujet. On arrive à « plainte » quel que soit le chemin emprunté.

    Toute réflexion faite, la solution « verbe pronominal subjectif ou lexicalisé » est plus simple : vous faites l’économie de l’analyse de « se » et vous analysez la complétive comme un COD avec « que » ou comme un COI avec « de ce que ».
  • Merci Edy

    Effectivement le COI non prépositionnel me génait et j'aurais volontiers écrit :
    elle s'est plaint qu'on ne l'apprend pas à l'école : pas d'accord car cod placé après
    et elle s'est plaintE de ce qu'on ne l'apprenne pas à l'école : la complétive est ici COI

    Il y a pas mal des verbes qui peuvent être accompagnés ou pas de la préposition de, et qui nous perturbent... Je vous avais d'ailleurs interrogé sur se douter

    Bonne nuit!
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, Christineh !

    Oui, mais de toute manière : Elle s'est plaintE.
  • Bonjour,

    Comment écrire "elle s'est renduE ? compte" ?

    Merci à vous !
  • On rend compte à qui ? à quelqu'un
    Elle s'est rendu compte = elle a rendu compte à elle-même
    Pas de COD pas d'accord
    Enfin je crois !
  • C'est exactement le raison que j'ai fait Léah, merci. Mais des avis contraires sont venus me pertuber !
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir !

    * Elle s'est rendu compte.

    Voici comment je procède :
    1 le pronom personnel est COI : aucune incidence sur l'accord ;
    2 compte est un COD postposé : aucune incidence non plus.
    Donc invariabilité du pp.

    On peut simplifier : compte est un COD postposé.
    Donc invariabilité du pp.
    Inutile d'aller plus loin : le pronom personnel ne peut être que COI (ou même, dans certains cas, ne pas être analysable), puisque le verbe ne peut avoir deux COD qu'en juxtaposition ou en coordination.
  • Bonjour à tous et à toutes !
    Me voilà de retour avec cette phrase, qu'en pensez-vous ?

    "Seule la scène du monsieur et la scène du dehors me sont resté. "

    (les scènes se rapportent à un film)

    Resté ou restées ?

    Merci d'avance :P
  • accord avec le sujet du verbe être qui est les scènes donc : restées, comme si la phrase était : elles sont restées....
    me est ici COI

    bonne soirée
  • NCNC Membre
    Dans un sujet de coucours portant sur le repérage d'erreurs orthographiques, j'ai lu cette phrase:

    "Ils ne sont plus parlé depuis des années."

    Pourriez-vous m'expliquer l'orthographe de "parlé".
    Merci
  • Bâ Membre
    Bonjour NC, bienvenue sur ce forum...

    Voici un copier-coller d'une partie de cette page qui répondra à votre question:

    "Quand le pronom personnel complément du verbe pronominal a la valeur d’un complément d’objet direct, le participe passé s’accorde avec ce complément : Ils se sont rencontrés à la bibliothèque."

    Il s'agit d'un sens réciproque: "Ils se sont rencontrés les uns les autres.", par exemple.
  • Bonjour Bâ,

    À moins que "NC" ait mal recopié sa phrase, il ne s'agit pas d'un verbe pronominal.

    Je verrais plutôt un contexte comme celui-ci :

    "Il existait beaucoup de dialectes dans cette province reculée, mais ils ne sont plus parlé(... ?) depuis des années.

    Dans ce cas, il y a une faute : il faut accorder "parlé" avec le sujet (puisque ce participe passé est employé avec l'auxiliaire "être") donc, "parlés" → accord avec "ils", masculin pluriel.

    Muriel
  • Bâ Membre
    Bonjour Muriel!

    En effet, je ris... Je suis allé trop vite... Désolé!

    Votre explication est en effet la bonne...

    À bientôt!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.