Grammaire française Participe passé

1535456585961

Réponses

  • Mais que faites-vous encore debout à 1h27 du matin ? :lol:
  • JehanJehan Modérateur
    Pour ma part, tu noteras que j'étais couché quand Hippo le vigilant est passé par là...
    Je viens juste de corriger.
  • Je me demande bien...
    J'ai juste rêvé cette nuit que je faisais un tour dans ce cher forum et je découvre maintenant que j'y aurais laissé un message. :/
    Je suis peut-être somnambule ? :P

    PS : Et un message corrigeant un message écrit par Jehan !!! :P
  • Somnambule, mais éclairé! Oxymorique, non ?
  • éclairé
    Trop aimable, merci.
    J'utilise une bougie.
  • Bonjour,

    "Elle s'est permis de prendre des affaires"
    On permet toujours à soi-même, cependant dans phrase le COD est-il uniquement "affaires" ou "de prendre des affaires"?

    Merci de vos réponses !
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Ici, "affaires" est uniquement COD de l'infinitif "prendre".
    Elle ne s'est pas permis "ses affaires" mais "de prendre ses affaires".
    De toute manière, cela ne change rien pour le non-accord du participe.
  • Merci de ta réponse Jehan,

    Par conséquent "de prendre ses affaires" est à considéré comme COD de "permis" et "ses affaires" COD de "prendre"?
  • JehanJehan Modérateur
    Bien sûr.
  • Bonjour à tous,

    Je suis devant une difficulté que je ne m'explique pas. On écrit :

    Elles se sont associées.
    Elles se sont parlé.


    C'est pour moi le même type de verbe : s'associer, se parler
    Je ne comprends pas pourquoi.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    elles se sont associées = elles ont associées elles COD ==> accord
    elles se sont parlé = elles ont parlé à elles COI ==> pas d'accord
  • Bonsoir,

    "Je te dirai comment s'est passée la soirée"
    Puisque le "s" = soirée et que "soirée" est donc COD il y a accord.
    Mais dans un cas comme "Elle s'est donné du mal." elle a donné quoi? du mal. A qui? à elle-même.
    Donc invariable.

    Le raisonnement est-il correct?

    Merci de votre réponse.
  • JehanJehan Modérateur
    "la soirée" n'est pas COD, mais sujet.
    Ce n'est pas parce que le sujet peut parfois s'écrire après le verbe qu'il en devient COD par magie... ;)
    comment s'est passée la soirée = comment la soirée s'est passée.
    Verbe pronominal, pronom s' non analysable, accord avec le sujet.

    Pour Elle s'est donné du mal, ton raisonnement est correct.
  • Bonsoir Jehan,
    Mais pour ce qui est des verbes réfléchis, ne peuvent-ils pas être sujets et COD?
    Qu'est-ce qui s'est passé? La soirée.
    Il s'est passé quoi? La soirée.
    En quoi le " s' " est-il non analysable???
  • JehanJehan Modérateur
    Les verbes réfléchis ne sont pas à la fois sujets et COD : un verbe conjugué n'est évidemment ni un sujet ni un complément : c'est un verbe... ;)
    Dis plutôt que les verbes réfléchis ont éventuellement à la fois un sujet et un COD.
    Or, le verbe se passer au sens d'avoir lieu, de se dérouler, est toujours intransitif. Pas de COD possible pour lui.

    Dans Il s'est passé une soirée , pas de COD, c'est une tournure impersonnelle, avec sujet grammatical (Il) et sujet réel (une soirée). La tournure équivaut à Une soirée s'est passée.

    Quand le sens du verbe pronominal (se passer = avoir lieu ) est complètement différent du verbe simple (passer) le pronom s' n'est pas analysable séparément comme un COD. La soirée ne passe pas quoi ? elle-même.
  • Merci beaucoup Jehan pour ces précisions que je m'empresse de marquer.
  • @Jehan
    Rien de plus simple, quoi !
    Et dire qu'il y a encore des étrangers qui veulent apprendre le français. Courage, courage !
  • Bonjour !

    Dans "Des archers de Cappadoce s'étaient peint avec des jus d'herbes, de larges fleurs sur le corps..."

    C'est bien "peints" normalement, non ?

    Merci !
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Flaubert a bien écrit :
    Des archers de Cappadoce s'étaient peint avec des jus d'herbes de larges fleurs sur le corps...

    Ils s'étaient peint quoi ? > de larges fleurs sur le corps.
    Ils avaient peint de larges fleurs sur leur corps.
    Le COD est après, on n'accorde donc pas le participe...
    C'est un peu le même cas que : Ils s'étaient lavé les cheveux.
  • Non pas d'accord puisque le COD n'est pas le pronom réfléchi mais de larges fleurs :
    des archers de Cappadoce s’étaient peint de larges fleurs sur le corps
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.