Grammaire française Participe passé

1505153555661

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Elle s'est remise de ses émotions.
    C'est elle-même qui est remise de ses émotions
    Le s' représente "elle-même", il n'est pas COI.


    les flagorneries qu'il s'est permises

    Recherche du COD ... Il s'est permis quoi ? > les flagorneries, représenté par le pronom relatif COD qu' placé avant. Donc accord au féminin pluriel.
    Ce sont les flagorneries qui sont permises.

    Quant au s', il est COI : il s'est permis... Ce n'est pas lui-même qui est permis. Il n'a pas permis lui-même, mais à lui-même.
  • Bonjour  et merci pour tes réponses Jehan !
    Dois-je en conclure qu'il suffit-il juste de rajouter « à quelqu’un » pour voir si un pronom réfléchi est COI  ?
    Par exemple :
    Elles se sont succédé = succéder à quelqu’un = « se » COI
    Elles se sont regardé = regarder à quelqu’un = ça ne veut rien dire donc « se » COD = Elles se sont regardées

    Est-ce que rajouter « à quelqu’un » est le seul moyen afin de repérer un pronom réfléchi COI et de ne pas faire l’accord ?
  • JehanJehan Modérateur
    à quelqu'un ou à quelque chose :
    Les visiteurs se sont succédé. (succéder à quelqu'un)
    Les coups de feu se sont succédé. (succéder à quelque chose)
    Vraiment le seul moyen, je ne sais pas...
    On peut aussi essayer de rajouter "l'un(e)... à l'autre" "les un(e)s....aux autres".
    Ils se sont parlé. (L'un a parlé à l'autre. Les uns ont parlé aux autres )

    On peut aussi chercher un éventuel COD.
    S'il y a un COD en plus de la forme pronominale, le se est alors un COI, et l'accord ne se fait qu'avec le COD s'il est placé avant.

    Elle s'est lavé les oreilles.
    lavé quoi ? > les oreilles.
    Les oreilles, elle se les est lavées.

    Ils se sont adressé des lettres.
    adressé quoi ? > des lettres.
    Les lettres qu'ils se sont adressées.
  • Que voilà une belle explication, claire à souhait avec les deux exemples comparatifs. J'essaierai de la loger dans mon emmenthal.
  • En l'espace de quelques jours tu as répondu à plusieurs de mes sempiternelles interrogations :rolleyes: je ne t'en suis que par trop reconnaissant Jehan ! :)
    Une dernière pour la route...
    je viens de tomber sur deux sites où il est écrit la même phrase, mais pas avec la même orthographe :
    "Elle s'est cassée/cassé la jambe".
    Casser à quelqu'un ou casser quelque chose à quelqu'un donc = invariable.
    Mais l'on peut aussi dire qu'elle s'est cassée elle-même la jambe = accord
    (Voyez-vous, j'ai l'impressions que les règles s'entremêlent et se contredisent quelquefois !)
    Selon vous, que faut-il dire?
    De plus, j'en profite pour vous faire part d'un problème d'identification du COD dans une phrase. En effet, pour repérer le COD l'on peut dire "qui" ou "quoi". Mais dans ce cas je peux : elle s'est cassé quoi ? La jambe.
    Mais je peux aussi dire : qui s'est cassée la jambe? Elle.
    Par conséquent comment suis-je censé savoir quand utiliser "qui" ou "quoi"? J'imagine que c'est selon la proposition, mais lorsque celle-ci inclut les deux comme ci-haut, que faisons-nous? :/
  • JehanJehan Modérateur
    Si tu poses la question : Qui s'est cassé la jambe ? tu trouves le sujet Elle, pas un COD.
    Et s'il y a un COD, c'est avec lui que le participe s'accorde, pas avec le sujet.
    Elle s'est cassé quoi ? > la jambe.
    Le COD étant après, on n'accorde pas.
  • Je te rappelle la règle générale concernant l’accord éventuel du participe passé des verbes pronominaux.

    Il convient de remplacer être par avoir et de se demander s’il y a un CO.D. placé devant le participe. Si tel est le cas, le part. passé s’accordera avec ce complément.

    Applications
    Elle s’est douché(e ?). Elle a douché qui ? S’ mis pour elle, fém. sing. Il existe donc un C.O.D. placé devant le part. ==> accord du part. avec s’, donc avec elle. ==> Elle s’est douchée.

    Elle s'est lavé(e ?) les dents. Elle a lavé qui ? Ce n’est pas la bonne question, car elle ne s’est pas lavée entièrement ; elle a lavé uniquement ses dents. La question pertinente est alors elle a lavé quoi ? Les dents (à elle). Le C.O.D .est placé après le participe . ==> Celui-ci ne s’accorde pas avec dents.==> Elle s’est lavé les dents.
  • Si j'ai bien compris, l'interrogation afin de déterminer le COD doit toujours comporter le sujet, en l'occurrence : Elle.
    Merci pour vos réponses, j'ai pleinement compris ! :)

    Bonjour !
    "C'est la première chose que je me suis dite."
    "C'est la première chose que je me suis demandée."
    "Tu t'es prise (féminin) pour qui?"
    "Où as-tu découvert cette personne?" (COD après)
    "Je l'ai mangé cette pomme" (COD après)
    Les cinq orthographes sont-elles correctes?
    Merci !
  • JehanJehan Modérateur
    (Tes deux dernières phrases ne comportent pas de verbes pronominaux, tu aurais plutôt dû les poster dans une autre discussion.)

    Ta dernière phrase comporte une erreur.
    Il y a un pronom COD (l') placé avant, qui représente "la pomme".

    Je l'ai mangée, cette pomme.
  • Bonsoir !
    "Tu t'es(t' = féminin) pris pour une abeille?"
    Tu t'es pris pour quoi? Une abeille.
    Mais on dit : Elle s'est "prise" en main = car elle s'est prise elle-même.
    "Tu t'es(t' = féminin) pris pour qui"
    COD = "qui"?
    Je crois que mon raisonnement n'est pas correcte, serait-il possible de l'éclairer?
    Et pour dit-on "elle s'est remise de ses émotions" et "elle s'est permis d'arriver en retard"
    Les deux cas sont similaires et pourtant on accorde l'un mais pas l'autre, qu'est-ce qui change?
    Merci
  • JehanJehan Modérateur
    Tu t'es prise pour une abeille ?
    Tu t'es prise pour qui ?


    Les questions pour quoi ? et pour qui ? que tu utilises ne permettent pas de trouver un COD, puisque ta question commence par une préposition (pour).
    Le COD est bien le pronom t' placé avant.

    On prend quelqu'un pour un autre. On le prend pour un autre. On le confond avec un autre.
    Tu t'es prise pour une abeille.
    = Tu as pris toi-même pour une abeille, tu as confondu toi-même avec une abeille.

    Elle s'est remise de ses émotions.
    = Elle a remis "elle-même" de ses émotions.
    C'est bien elle qui est remise.
    Le s' est COD : on accorde le participe.

    Elle s'est permis d'arriver en retard.
    = Elle a permis à elle-même d'arriver en retard.
    Le s' n'est pas COD, mais COI (ou plus exactement COS).
    On n'accorde pas le participe.
  • Bonjour.
    "Ils ne se sont plus parlé" ne doit pas prendre de "s"?
    Aussi pourquoi "ils se sont déclarés fautifs" est considéré comme forme pronominale réfléchie et non réciproque (car pluriel) ?
  • JehanJehan Modérateur
    Répétons, répétons...

    Ils ne se sont plus parlé.
    On parle à quelqu'un... Chacun ne parle plus à l'autre.
    Le se est ici COI, donc aucun accord du participe.

    Ils se sont déclarés fautifs. = Ils ont déclaré eux-mêmes fautifs.
    Le se est ici COD, accord du participe au pluriel.
    Pourquoi "non réciproques car pluriel" ? Je ne vois pas le rapport.
    Le sens peut aussi bien être réciproque (Chacun a dénoncé l'autre comme fautif ) que non réciproque (Chacun a avoué qu'il était fautif).
  • Merci Jehan, mes connaissances s'emmêlent beaucoup quelquefois !
  • Bonjour !

    Question peut-être bête !

    Il faut écrire "elles se sont plaintes" ou "elles se sont plaint" ?

    Naturellement je mettrais "plaintes" mais j'ai un petit doute !

    De même dans "La toile a séché avant qu'il l'ait eu finie" j'aimerais savoir si "eu" peut s'écrire "eue" ou si c'est à éviter !

    Merci d'avance ! :)
  • Elles ont plaint elles-mêmes (COD) donc elles se sont plaintes

    Dans les temps surcomposés, seul le dernier participe peut être accordé, donc La toile a séché avant qu'il l'ait eu finie.
  • Accord du participe passé de se plaindre de

    Ce verbe fait partie des verbes occasionnellement pronominaux dont le sens change quand on les emploie à la forme pronominale : plaindre = "éprouver de la compassion" ; se plaindre de = "exprimer son mécontentement". Ces verbes sont appelés "pronominaux subjectifs" (cf. Le Bon usage) ou "pronominaux non réfléchis" (car l'action ne se reporte pas sur le sujet). Ex. : s'apercevoir ("J'ai aperçu Jehan sur le forum ; Jehan s'est aperçu de son erreur", se mettre à, se passer de, se plaindre de, se refuser à, se résoudre à, se taire.

    La règle de l'accord du part. passé de ces verbes est la suivante : ce dernier s'accorde en genre et en nombre avec le sujet. ==> Elles se sont plaintes de leur rhumatismes.
  • Bonsoir,
    Je viens de voir que l'on accorde dans la phrase "Je me suis autorisée..." pourtant l'on peut aussi bien dire, comme moyen mnémotechnique afin de discerner le pp que l'on accorde ou non, (d'ailleurs comment appelle-t-on un verbe, comme "dire" ou "permettre" que l'on accorde pas en tant que pp?) "j'ai autorisé quelqu'un" et "j'ai autorisé à quelqu'un", dois-je comprendre que les deux sont toujours possibles pour les verbes pronominaux à accorder? Ou bien n'est-ce valable (que les deux occurrences soient-possibles) que pour quelques verbes pronominaux?
    Aussi, une femme dit "je ne sais pas ce qui m'a pris" ou "ce que m'a prise"? De même, une femme dira "je me suis prise d'affection" ou "je me suis pris d'affection"?
    Merci !
  • JehanJehan Modérateur
    Pour un très grand nombre de verbes employés à la forme pronominale, le pronom réfléchi peut être soit COD (le participe s'accorde alors avec lui ) soit COI /COS (le participe ne s'accorde pas avec le pronom réfléchi, mais avec le COD s'il est placé avant. Tout dépend de la structure de la phrase, et surtout, encore une fois, du sens de la phrase :

    Elle s'est autorisée à partir.
    (Elle a autorisé elle-même à partir > pronom réfléchi COD, accord )
    Elle s'est autorisé des promenades.
    (Elle a autorisé à elle-même des promenades > pronom réfléchi COS, COD placé après, pas d'accord)
    Les promenades qu'elle s'est autorisées
    (qu'elle a autorisées à elle-même > pronom réfléchi COS, COD placé avant, accord avec ce COD.)

    Je ne sais pas ce qui m'a pris, dit-elle.
    Cette dame, on ne sait pas ce qui lui a pris.
    Le pronom (m' devenant lui à la 3e personne) est COI : aucun accord à faire. Mais ce n'est pas une forme pronominale.

    Je me suis prise d'affection.
    Se prendre de... = Se mettre à ressentir (tel ou tel sentiment)
    Quand la forme pronominale a un sens très différent de la forme simple (prendre) accord avec le sujet.
  • D'accord et merci Jehan!
    Si j'ai bien compris, l'on doit dire "je ne sais pas ce qui m'a pris" car je ne sais pas ce qui a pris à moi-même mais par exemple, il faudra accorder si une femme dit "je ne sais pas ce qui m'a perdue" car je ne sais pas ce qui a perdu moi-même. Est-ce bien cela?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.