Grammaire française Participe passé

1246762

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Jérémy,

    S'entendre et s'accorder sont pour moi deux verbes essentiellement pronominaux.
    En effet tous les deux signifient se mettre d'accord et ont un sens très différent des verbes non pronominaux entendre = écouter et accorder = donner. Si dans le premier cas entendre peut signifier aussi comprendre alors s'entendre signifierait à la limite se comprendre les uns les autres.

    L'accord se fait donc avec le sujet (et pour entendre au sens de comprendre avec le COD placé avant). Dans tous les cas on obtient ils se sont entendus, accordés.
  • Merci beaucoup Jean-Luc avec un peu de retard dans ma réponse. Au passage, j'ai vu dans "Chantier" de Richard Bachman cette phrase d'une femme qui parle : "Je m'étais mis dans la tête que j'avais la leucémie"

    Qu'en pensez-vous ?
  • Oui c'est correct
  • Pk alors on ne pourrait pas dire "je m'étais mise dans la tête".
    Si je regarde bien, se mettre n'est pas un verbe essentiellement pronominal ; ensuite, comment dit-on ? "j'avais mis à moi-même dans la tête" ?
    Merci. :|
  • Bonsoir !

    * Je m'étais mis dans la tête...

    1 Verbe pronominal réfléchi : mettre → se mettre.

    2 La fonction COD du pronom réfléchi M' est exclue par le bon sens : je ne peux pas mettre ma personne dans ma tête, même s'il y a d'énormes vides entre mes neurones survivants...

    3 La fonction COI se justifie par le fait que M' est le résultat d'une transformation de l'énoncé :
    * J'avais mis dans MA tête...
    → Je M'étais mis dans LA tête...

    4 L'invariabilité se justifie d'autant plus que le COD n'a pas été exprimé ; s'il l'avait été, dans le cadre d'un énoncé grammatical complet, il aurait été en postposition ; nouveau motif de conclure à l'invariabilité.
    → Je m'(COI) étais mis dans LA tête (CC) une mauvaise bonne idée (COD).
  • Réponse complémentaire

    L'accord du participe passé peut cependant être rendu possible par la pronominalisation du COD :

    * Je m'(COI) étais mis dans LA tête (CC) une mauvaise bonne idée (COD).

    → Cette mauvaise bonne idée, je me (COI) l' (COD) étais MISE dans la tête.

    Justification :
    Le pronom personnel L' (qui a pour antécédent le groupe mis en emphase) est et doit être antéposé. (Le COI précède même ici le COD.)
    Donc le PP doit s'accorder avec L' et, à travers lui, avec son antécédent, qui est un féminin singulier.
    → MISE.

    Je reconnais que, sans une longue pratique de la langue, il est difficile de faire une pareille gymnastique dans l'instant, surtout à l'oral. Il faut un bon apprentissage à l'écoute des bons auteurs (écrivants ou parlants).
  • Bonsoir,

    Je voulais savoir si au féminin le verbe se rendre compte peut s'accorder. Par exemple "elle s'est rendue compte"?

    Merci d'avance ;)
  • Il me semble que non, mais je ne saurais t'en donner la raison(il se pourrait que ce soit parce que le verbe rendre n'est pas seul). Si quelqu'un peut nous éclairer...
  • Je crois que se rendre compte est pronominal à sens réfléchi et que "compte" est le COD donc pas d'accord...Le Bescherelle de 1990 le confirme et donne de bonnes explications au sujet des accords du p. passé en général.
    Par contre je trouve la distinction entre les verbes ess. pronominaux et les réfléchis n'est pas toujours évidente.
  • J'ai appris qu'il fallait remplacer par avoir plus un participe passé
    Elle a rendu compte à elle-même de cela
    rendre compte admet un Complèment indirect (on rend compte À quelqu'un DE quelque chose) et jamais un COD
    Qiand on peut remplacer par avoir plus un PP le verbe n'est pas essentiellement pronominal
    Mais ce sont de très anciens souvenirs alors je me trompe peut-être
    Rendre compte n'est pas ess. pronominal puisque on peut dire
    Il a rendu compte à son professeur de son absence au dernier DS ;-)
  • * Elle s'est RENDU compte.

    C'est un pronominal réfléchi : → Elle a rendu compte (COD) à elle (COI).
    La solution est plus simple que ne le dit Léah :
    COMPTE est un COD postposé. Donc invariabilité.
    * ILs / Elles se sont RENDU compte.
    Vous avez intérêt à mémoriser cet exemple : la faute est extrêmement fréquente.
  • Il sera retenu, en ts les cas, merci à tous !
  • Merci Edy !
    Jz mz rznds compte que je n'aurais par contre jamais pu écrire "elle s'est renduE compte"
    (elle a rendu compte à elle-même etc)
  • C'est QUOI ces Z à la place des E ? c'est à ça que je vois que je ne suis pas chez moi :D
  • Bonjour à tous,

    je ne comprends pas l'accord de faire dans cette phrase : "Ils se sont faits l'écho de cette rumeur".
    Je ne comprends pas pourquoi on accorde faire avec le sujet. Parce que normalement on accorde un verbe pronominal avec le sujet en absence de COD ou en cas de verbe essentiellement pronominal ce qui n'est pas le cas de faire.
    Mon raisonnement était : ils se sont fait quoi ? l'écho de cette rumeur donc pas d'accord. Mais apparemment je me trompe.

    Pouvez-vous m'éclairez sur le sujet ?
    :)
  • Bonjour !

    * Ils se sont faits l'écho de cette rumeur.

    C'est votre analyse qui n'est pas exacte.

    Se faire : pronominal réfléchi.
    Donc accord avec le COD SE et donc avec son antécédent ILS.
    → °Ils ont fait eux... → Ils se sont faits eux-mêmes.

    Quant à L'ECHO, que vous analysez comme un COD, c'est en réalité un attribut du COD SE.
    → ° Ils ont fait eux l'écho. (Identité ou coréférence entre eux et l'écho.)

    Vous m'objecterez que l'attribut du COD s'accorde avec le COD.
    Ce n'est pas nécessairement vrai pour les noms.
    * Ils se sont faits ermites.
    Toutefois, il ne serait pas fautif d'écrire, bien qu'il s'agisse d'une locution reçue :
    * Ils se sont faits les échos.
    Par contre, un adjectif devrait s'accorder :
    * Ils se sont faits beaux.
    * Ils se sont rendus ridicules.
  • Bonjour

    "Parce que normalement on accorde un verbe pronominal avec le sujet en absence de COD ou en cas de verbe essentiellement pronominal ce qui n'est pas le cas de faire." ERREUR.

    Rappel
    Le participe passé des verbes essentiellement (par construction) pronominaux et des verbes à sens passif s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.
    La maison s’est écroulée accidentellement.
    Cette pièce s’est jouée pendant les fêtes de Noël.


    Le participe passé des verbes pronominaux réfléchis ou réciproques s’accordent avec le COD s’il est placé avant.
    La peine qu’il s’est donnée. Il s’est donné de la peine. Il se sont faits l’écho de cette rumeur.
    Il se sont vus dimanche.


    @ et bon Noël à tout le monde.
    henry
  • Bonjour tout le monde,

    A part l'analyse d'Edy, puis-je détailler la phrase de la sorte: ils se sont fait l'écho de cette rumeur → ils ont fait à eux-mêmes l'écho de cette rumeur → pas d'accord donc, SE = à eux-mêmes.

    Cela dit, cette dissection ne serait pas pertinente sous les yeux de certains. Je reste donc à votre écoute.

    ip.
  • Bonsoir, Ipseite !

    * ° Ils se sont fait l'écho de cette rumeur.
    → Ils ont fait à eux-mêmes (COI) l'écho (COD) de cette rumeur.
    Vous en concluez à l'invariabilité : fait.

    L'analyse et l'invariabilité seraient admissibles si la sémantique y trouvait son compte.

    Mais, quand on répercute une rumeur, ce n'est pas à soi-même, vers soi-même qu'on fait l'écho, c'est vers autrui ; on ne répercute pas une rumeur vers l'intérieur, mais vers l'extérieur.

    * Ils se (COD) sont faitS l'écho (attribut du COD) de cette rumeur.
    Leur comportement a été tel qu'ils ont fait d'eux-mêmes l'écho de cette rumeur.
    Dans cet énoncé, ils (sujet), se (COD) et l'échO (attribut du COD) sont identiques, coréférents. En se faisant l'échO, ils deviennent échO eux-mêmes.

    Dans les deux dernières lignes, j'ai écrit échO :
    lorsqu'un NOM est attribut du sujet ou du COD, l'accord :
    1 en genre, est un effet du hasard,
    * L'eau (féminin) est l'élément fondamental (masculin) de la cuisine anglaise. (Darc)

    2 en nombre, dépend du contexte et de la situation.
    * Les cachets (pluriel) de la Comédie-Française ne sont pas un remède (singulier) contre le trac. (Robert Hirsch)
    * A partir d'un certain âge, les femmes (pluriel) se prennent pour leur fille (singulier). (Henri Jeanson) (Attribut du COD "se".)

    Cordialement,
    Edy
  • Bonjour,

    J'en reviens à nos pronominaux avec cette hésitation, j'aimerais juste avoir confirmation :
    "Elles ne sont pas parties" ?

    Merci d'avance !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.