Grammaire française Participe passé

2456779

Réponses

  • Bonjour Edy et merci pour votre patience!

    Ca m'aura pris du temps pour admettre enfin ce que vous dîtes depuis le début en fait ! : contrairement à s'assurer et se persuader qui sont réfléchis, se douter est essentiellement pronominal même s'il a une forme transitive douter qui a un sens différent ...

    Par contre, je ne garantis pas que je ne reviendrai pas là-dessus lors d'un prochain doute!

    cordialemement,
  • hum, bonsoir! me revoilà avec un nouvel exemple!

    ils s'en sont aperçus tout de suite :

    aperçus est accordé parce qu'essentiellement pronominal, quant à en on ne s'en occupe pas et de toute façon il n'est même pas COD ! dites-moi que j'ai raison !!!

    merci d'avance!
  • EdyEdy Membre
    Bonjour, Christineh !

    C'est bon.

    1 Essentiellement pronominal, parce que s'apercevoir a un sens différent de apercevoir ; donc accord avec le sujet.
    * Elle s'est aperçue de son erreur.

    S'apercevoir peut aussi avoir un sens réfléchi ; dans ce cas, accord avec "se" et donc avec le sujet qu'il représente.
    * Elle s'est aperçue dans la glace.
    Ou un sens réciproque : même accord.
    * Elles se sont aperçues dans la rue.

    2 En équivaut à de cela ; donc COI. (S'apercevoir de.)

    Cordialement,
    Edy
  • pour une fois, j'ai tout bon, ça fait plaisir! ça commence à rentrer, piaaano, piaaano...

    merci beaucoup pour les exemples complémentaires!!

    cordialement,
  • J'avouerais de mon côté que j'ai du mal à comprendre en quoi un verbe peut être jugé "essentiellement pronominal" par rapport à d'autres. Ici, à titre d'exemple, "Apercevoir" et "s'apercevoir" ont un sens très proche pour moi...
  • Jérémy a écrit:
    J'avouerais de mon côté que j'ai du mal à comprendre en quoi un verbe peut être jugé "essentiellement pronominal" par rapport à d'autres. Ici, à titre d'exemple, "Apercevoir" et "s'apercevoir" ont un sens très proche pour moi...
    Vous apercevez quelqu'un, mais vous vous apercevez de votre erreur (par exemple)

    Sous toutes réserves.
  • EdyEdy Membre
    Outre le comportement syntaxique différent - que Ipseite a bien illustré -, il existe une différence de sens :

    1 Apercevoir : voir, distinguer, discerner, entrevoir, repérer.
    2 S'apercevoir : prendre conscience, se rendre compte, constater, noter, remarquer.
    Source : Petit Robert 2007.

    La différence de sens n'est pas totale, mais elle est suffisante pour se rendre compte que le SE n'est ni réfléchi, ni réciproque, ni "de sens passif" et qu'il N'EST PAS ANALYSABLE.
    C'est pour cela que le verbe figure parmi les verbes essentiellement pronominaux, comme s'écrier (écrier n'existe pas).

    C'est pareil pour douter et se douter, taire et se taire, plaindre et se plaindre, etc.
  • Merci.
    Concernant le verbe "se permettre" au féminin : "elle s'était permise" ?
  • Jérémy a écrit:
    Merci.
    Concernant le verbe "se permettre" au féminin : "elle s'était permise" ?
    Non, à mon avis ce serait "Elle s'était permis" (elle avait permis à elle-même). Par exemple: elle s'est permis une critique; elle s'était permis de poser une question.

    ip.
  • Je commence à comprendre petit à petit à mon tour la magie des verbes pronominaux. :D
    Si j'ai bien compris dans cet exemple, nous avons le verbe "se permettre".
    La vraie phrase dans le texte est "Elle s'était permis d'ouvrir les portes". Bien. "Elle avait permis à elle-même d'ouvrir les portes" ; "se" est donc un coi (peut-on me donner sa nature ?) ? "d'ouvrir les portes" est cod ? Comme il est placé après le verbe, on n'accorde pas. Est-ce le schéma qu'il faut adopter pour le reste ?

    P-.S : je viens de relire encore la fiche du site pour les verbes pronominaux. Allez, courage Jérémy : ça va rentrer !
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Jérémy,

    Tu commets une erreur dans l'analyse.
    Dans "Elle se permet d'ouvrir les portes", "se" n'est pas COI mais complémént d'attribution ou complément second selon les terminologies employées. Retiens qu'un verbe ne peut se construire en même temps de manière directe et indirecte.

    Cette erreur n'a pas de conséquence pour la règle de l'accord du participe passé du verbe pronominal.
    Une erreur peut devenir exacte, selon que celui qui l'a commise s'est trompé ou non.
    Dac, Pierre
    L'Os à moelle
  • Merci beaucoup Jean-Luc pour ces précisions. Toutefois, un doute énorme vient m'envahir : par exemple, pour "Elle s'était permis d'ouvrir les portes" on dit "elle avait permis à elle-même d'ouvrir les portes" mais pk on ne dit pas "elle avait permis elle-même d'ouvrir les portes" ?
    De même, pour la phrase (si le sujet est féminin) "Je me suis mis à écrire", quelle question se pose-t-on concrètement ?
    Merci. :)
  • Bonjour

    Si je peux me permettre de faire le prof sans me tromper, je répondrais :

    - d'une part : la syntaxe de permettre : permettre à qq'un et non pas permettre qq'un . Donc le qq'un n'est jamais COD, et on ne peut dire "elle avait permis elle-même d'ouvrir les portes"

    -d'autre part : au féminin c'est : Je me suis mise à écrire. Se mettre : verbe pronominal à sens réfléchi donc s'accorde. Ici me est le COD de mettre : j'ai mis moi-même à écrire...

    la route du p.passé est longue mais on y arrive, et se poser des questions c'est prendre raccourcis!....
    Sur Orthonet tu auras un paquet d'exercices sur ce thème...à faire et refaire !
  • Orthonet, c'est noté, merci beaucoup.
  • Encore moi !
    J'aimerais avoir votre avis sur la phrase "elle s'était laissé caresser les cheveux".
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.