Les spécificités de la poésie

Bonjour à tous,
j'ai une question à faire ou il faut montrer en quoi certains poèmes mettent en évidence les spécificités de la poésie

Ma question est: que-ce-que les spécificités de la poésie?

J'ai réfléchi et j'ai trouvé de petites pistes du genre, ce poème est:
- en rime/en prose
- c'est un quatrain
- il y a des figures de style

Mais je suis pas sur que c'est ça qu'il faut faire ^^

Pouvez vous me dire ce que c'est les spécificités de la poésie ?

Merci d'avance ;)
«1

Réponses

  • Comme disait à peu près Verlaine, la poésie, c'est de la musique avant toute chose. Musique, musicalité, accord...

    * rimes ou non (vers libres)
    * pas uniquement des sonnets, attention !
    * mais, généralement, une contrainte formelle
    * qui n'empêche pas de s'exprimer librement.

    Pour moi, la poésie est relativement paradoxale.
  • Merci de cette réponse, est-ce-que les thèmes comme celui du carpe diem est une spécificité de la poésie ?
  • Pas uniquement, non. Voir Rabelais, par exemple. La poésie aborde tous les thèmes selon des contraintes formelles.

    PS : cependant, parler de "poésie" est un vaste sujet. Il est évident que la poésie romantique, par exemple, aborde toujours les mêmes thèmes. Saurais-tu dire lesquels ?
  • Merci de cette réponse ^^

    Au niveau des thèmes souvent abordés par la poésie romantique, on retrouve les thèmes des sentiments forts, aussi bien l'amour mais aussi et surtout ceux de la tristesse, du désespoir etc... C'est bien ça ?

    Pour les poèmes ou je doit trouver les spécificités, il s'agit de ces 2 la:
    http://goo.gl/oKvQzv
    http://goo.gl/azMXJY

    Pouvez vous m'aider car je bloque vraiment ?
  • Oui. Amour (toujours malheureux), expression du moi (le "je" lyrique), mélancolie, nostalgie, etc.

    Wait a minute ;) . Je vais aller voir ces poèmes...

    ... que voici.
    _ _ _
    Pierre de RONSARD (1524-1585)

    Mignonne, allons voir si la rose

    A Cassandre

    Mignonne, allons voir si la rose
    Qui ce matin avoit desclose
    Sa robe de pourpre au Soleil,
    A point perdu ceste vesprée
    Les plis de sa robe pourprée,
    Et son teint au vostre pareil.

    Las ! voyez comme en peu d'espace,
    Mignonne, elle a dessus la place
    Las ! las ses beautez laissé cheoir !
    Ô vrayment marastre Nature,
    Puis qu'une telle fleur ne dure
    Que du matin jusques au soir !

    Donc, si vous me croyez, mignonne,
    Tandis que vostre âge fleuronne
    En sa plus verte nouveauté,
    Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
    Comme à ceste fleur la vieillesse
    Fera ternir vostre beauté.
    _ _ _
    Fleur de rêves

    Jules LAFORGUE

    Recueil : "Premiers poèmes"

    Klop, Klip, Klop, Klop, Klip, Klop,
    Goutte à goutte égrenant son rythmique sanglot,
    Aux vasques du bassin où l’eau rêve immobile,
    Un jet d’eau trouble seul la grande Nuit tranquille.
    Quel silence ! On dirait que le monde assoupi
    Sur des flots de velours roule dans l’infini.
    Là-haut, criblant l’Espace à des milliards de lieues,
    Pèlerins ennuyés des Solitudes bleues,
    Enchevêtrant sans fin leurs orbes indolents,
    Sans soucis des martyrs qui grouillent sur leurs flancs,
    Les étoiles en chœur circulent vagabondes
    - Oasis de misère ou cadavres de mondes.
    Je veux oublier tout, lâcher les rênes d’or
    Aux contemplations éployant leur essor.
    Des strophes en mon sein déjà battent de l’aile,
    A quoi bon les plier dans un rythme rebelle?
    Je ne veux rien savoir, le vertige énervant
    Me roule dans les plis de son gouffre mouvant.
    Doucement, je me fonds, je suis mort et je doute
    Si j’entends le Jet d’eau ponctuer goutte à goutte
    Le silence éternel d’un rythmique sanglot,
    Klop, Klip, Klop, Klop, Klip, Klop.
    _ _ _

    Réfléchissons d'abord à Ronsard. De quoi parle-t-il ?
  • Et bien ce poème parle du temps qui passe et des effets que le temps à sur l'homme (vieillesse), pour cela l'auteur utilise l'image d'une fleur. Le poème nous fait passer le message qui est "Profitez de la vie tant que vous êtes jeunes et que vous le pouvez", c'est le thème du carpe diem. Je sais aussi que mignonne est un mot inventé car il n'existait pas vraiment à cette époque ^^

    Après je ne sais pas trop quoi la dedans est une spécificité de la poésie ^^
  • JehanJehan Modérateur
    Je sais aussi que mignonne est un mot inventé car il n'existait pas vraiment à cette époque
    Mais si, bien sûr, le mot existait déjà !
  • Ha bon ce n'est pas ce que l'on m'avait dit ^^
  • JehanJehan Modérateur
    Et qui donc te l'a dit ?
  • J'ai peux être mal compris ^^
  • *Mignonne existait en tant que nom (pas l'adjectif utilisé de nos jours). Terme utilisé dans le champ lexical de l'amour.
    * Mais là n'est pas le problème.
    * Qui est le suivant : c'est une ode à une femme aimée et réelle, comparée à une fleur qui s'étiole (la fleur) et vieillit (la femme)... Donc, tristesse, mélancolie car l'amour passe comme une fleur. Voir la métaphore.
    * Conscience du temps qui passe, exact.
    * Notion importante en poésie : la nature => une spécificité chez Ronsard (et les poètes de la Pléiade en général. Voir du Bellay). La Nature symbolise le temps qui passe et la beauté qui se fane.
    * Le Carpe diem finit mal. Conscience de la "finitude".
  • Merci pour cette réponse qui m'aide beaucoup je vais m'en inspirer tout en complétant avec de informations complémentaires ^^

    Et pour le poème, j'ai deux questions quelles sont ces spécificités et que veux dire:

    Pèlerins ennuyés des Solitudes bleues,
    Enchevêtrant sans fin leurs orbes indolents,
    Sans soucis des martyrs qui grouillent sur leurs flancs,

    Car je ne vois pas du tout ? C'est une question secondaire que je me pose pour moi ^^
  • JehanJehan Modérateur
    Et tu remarqueras que quel que soit le thème, la poésie use constamment d'images, de métaphores, de comparaisons.
  • Oui ça je l'ai remarqué, c'est ce qui en fait un genre complexe ^^

    PS: j'ai complété ma réponse précédente en modifiant le message
  • Pèlerins ennuyés des Solitudes bleues,
    Enchevêtrant sans fin leurs orbes indolents,
    Sans soucis des martyrs qui grouillent sur leurs flancs,
    =>...
    Les étoiles en chœur circulent vagabondes

    Il s'agit des astres pérégrins (qui se promènent en somme), solitaires dans le bleu profond de l'espace. Les orbes = leurs circonvolutions. Quant aux martyrs, il s'agit probablement des êtres humains. => Indifférence glacée des étoiles aux souffrances des hommes.

    => Voilà bien de la poésie, non ??? Immense solitude de l'Homme (qui mérite ici un grand H :/ )
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.