Ronsard, Les Amours de Cassandre, sonnet XXV

Bonjour,

J'ai un commentaire linéaire a faire sur un texte de Ronsard mais n'ayant jamais fait de commentaire linéaire et bien qu'ayant lu les différentes explications se référant à ce sujet sur le forum, je suis toujours aussi bloquée :( Doit-on dans le cas d'un poème procéder à une analyse (rimes, vers etc...) ou doit-on se fier seulement à l'idee générale et au sens ? Merci d'avance
Tes deux yeux bruns, deux flambeaux de ma vie
Dessus les miens répandant leur clarté,
Ont esclavé ma jeune liberté,
Pour la damner en prison asservie.

Par ces yeux bruns ma raison fut ravie,
Et quelque part qu’Amour m’ait arrêté,
Je ne sus voir ailleurs autre beauté,
Tant ils sont seuls mon bien et mon envie.

D’un autre espron mon maître ne me poind,
Autres pensers en moi ne logent point,
D’un autre feu ma Muse ne s’enflamme;

Ma main ne sait cultiver autre nom,
Et mon papier ne s’émaille, sinon
De leurs beautés que je sens dedans l’âme.

Réponses

  • La forme (rimes, etc.) est au service du fond.
    Etude détaillée de chaque vers ou séquence (strophes par exemple).
    Pas d'idée générale.
  • Merci de votre réponse. J'ai vraiment du mal à savoir comment présenter et faire ce commentaire, je ne demande bien sur pas la réponse mais y'aurait-il des exemples de commentaires linéaires sur tout autre texte, afin de me donner une petite idée quelque part ? J'ai cherchée sur internet mais je n'ai rien trouvée...
  • Bonjour melleceline,

    ne serais-tu pas étudiante en LM à la Sorbonne ;-) ? Car j'ai ce même devoir à rendre lundi :-(

    j'ai des idées mais je mouline!

    j'ai trouvé ici : [url]http://espacelettres3.jimdo.com/méthodologie/le-commentaire-composé/cc-exemple-de-commentaire-composé-rédigé/[/url]
    un commentaire composé décortiqué et très utile en tout cas pour la mise en forme et le vocabulaire.
    Attention car si nous parlons bien du même devoir c'est un commentaire linéaire qu'il te faut réaliser, c'est à dire qu'il faut suivre le déroulement chronologique du sonnet.

    une autre chose qui me parait essentielle et résumer le commentaire linéaire d'un sonnet:
    un vers ou strophe = un ou des procédé (s) = une analyse

    Bon courage.
  • Merci pour ton lien Adel, je t'ai également envoyée un message.

    Bon courage a toi.

    Malgré la recherche sur internet des termes d'ancien français je n'ai pas réussi à trouver à quoi se rapporte le vers : "D'un autre espron mon maître ne me poind".
    Doit-on voir dans le terme espron, le mot espoir ou le mot esprit ? Cela me bloque dans la compréhension et l'analyse de la fin du sonnet...

    Merci d'avance
  • JehanJehan Modérateur
    Attends une confirmation, mais je crois que cela pourrait être une forme ancienne d' "éperon", avec peut-être le sens figuré de "stimulation", "excitation".
    Ce sens me paraît assez probable, puisque "poind" (du verbe poindre) signifie "pique".
  • Donc si je comprend bien Ronsard, ferait une sorte d'allusion à l'amour qui tombe dessus tel le coup de foudre ou bien je m'éloigne du sens ?

    Je vois dans ce poème une référence au pétrarquisme, avec un amour platonique, mais non partagé par Cassandre (puisqu'on sait qu'elle finira par en épouser un autre et que Ronsard qui était clerc tonsuré, ne pouvait pas se marier avec elle). L'amour est surtout basé sur le physique avec la focalisation sur les "yeux bruns" de la jeune fille. Cet amour entraînera une dépendance totale du poète qui ne regarde plus les autres personnes, mais se retrouve totalement obséder par les sentiments qu'il ressent. Mais j'ai du mal à comprendre le reste de l'aspect du texte....
  • JehanJehan Modérateur
    "Mon maître" est ici bien sûr l'Amour, auquel le poète est obligé d'obéir, dominé par sa passion.
    On peut penser que l' "espron" en question, c'est une de ces flèches lancées par l'Amour pour faire tomber amoureux.
    Et l'Amour ne suscite ici qu'une seule passion, pour une seule personne : seulement pour Cassandre.
    C'est un peu comme cela que je comprends...
  • C'est aussi comme cela que je comprend le poème, Ronsard est ainsi totalement dévoué à Cassandre et aux sentiments qu'il lui porte. Cependant, je dois développer dans un commentaire linéaire, ce poème et j'ai bien du mal à dégager des parties. Je pensais dans une première partie aborder l'amour physique beaucoup centralisé sur l'aspect physique et non pas profond et interne de Cassandre, qui vire ensuite à l'amour platonique...
  • ...un amour platonique, mais non partagé par Cassandre (puisqu'on sait qu'elle finira par en épouser un autre et que Ronsard qui était clerc tonsuré, ne pouvait pas se marier avec elle).
    Qui dira jamais les méfaits de l'illusion biographique ? Cassandre n'est pas une femme réelle, même si le poète évoque son physique de manière très concrète. Cassandre est l'allégorie de la poésie, comme l'indique son nom, celui de la fille de Priam qui fut aimée d'Apollon. On peut penser que l'existence d'une véritable Cassandre a servi de déclencheur, mais il ne faut pas prendre Ronsard pour un poète romantique : Ronsard ne nous fait pas de confidences, l'époque eût trouvé cela déplacé et impudique (il n'est que de voir les précautions que prend Montaigne pour justifier de de peindre lui-même), Ronsard fait de la poésie en rivalisant avec les grands modèles, les élégiaques latins, qui eux non plus n'étaient pas amoureux... Il s'agit d'exprimer des sentiments aussi universels qu'intemporels, où chacun pourra se reconnaitre. si vous y croyez, c'est que le poète est talentueux, mais n'en faites pas une grille de lecture.
  • Merci pour votre réponse Delia, en effet, j'ai vu un article assez intéressant sur internet, qui justement expliquait ou non si la véritable Cassandre avait existé.

    Serait-ce correct d'aborder cette notion dans le commentaire ?
  • A mon avis, ce serait hors sujet : vous commentez un texte, vous en démontez les procédés pour mettre les effets en lumière sans vous poser de questions sur une éventuelle réalité reflétée par le texte.
    Attachez-vous à montrer la progression vers la surprise finale, une constante des sonnets.
  • Jehan a écrit:
    Attends une confirmation, mais je crois que cela pourrait être une forme ancienne d' "éperon", avec peut-être le sens figuré de "stimulation", "excitation".
    Ce sens me paraît assez probable, puisque "poind" (du verbe poindre) signifie "pique".

    Pour moi aussi ce vers signifie qu'Amour, son maître, ne le pique d'aucune autre flèche que celle qui l'a rendu amoureux de Cassandre.
  • Ce n'est pas l'image de la flèche, mais celle de l'aiguillon.
  • Pour ne parler que de cela:
    Mon maître= cupidon (Ronsard et la mythologie..... )
    éperon= la flèche de cupidon

    As-tu eu ta note?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.