Montaigne, Essais, II, chapitre 17 - De la présomption

Bonjour, j'ai un commentaire composé a faire pour la rentrée en classe de 1ere es, je l'ai pratiquement terminé, mais je ne sais pas du tout quoi mettre comme ouverture.

Je vous cite le début de ma conclusion:
De part cet essai, Montaigne voulait faire paraitre un image de lui aussi fidèle que possible, ne cachant ni ses défauts, ni ses qualités. C'était une façon pour lui de rester de rester dans les mémoires individuelles.

Merci par avance de votre aide.Texte

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Jean-Jacques Rousseau dans les Confessions ?

    Je corrige ceci :
    Par cet essai, Montaigne voulait donner une image
  • mugemuge Membre
    Bonjour à tous,

    Pensez-vous que l'on doit lire le titre De la présomption (ou Sur la présomption) uniquement au sens d'opinion trop forte de soi-même ou pouvons nous le prendre au sens plus général d'estimation, de supposition?
    Dans les cinquante premières lignes Montaigne développe justement l'idée de l'incapacité à avoir un jugement neutre ( Soit opinion trop avantageuse, soit trop faible sans oublier les codes moraux en société qui agissent sur nous et altèrent encore plus notre jugement.), " J'essaie à la corriger " dit-il de cette "erreur" qui le pousse à se dénigrer lui-même, il y a l'idée d'une estimation ( qu'elle soit avantageuse ou pas ) de notre personne qui semble inéluctable dans la mesure où on pourrait, à l'oeil, tenter de remettre à niveau mais pour un résultat approximatif. Malgré cette entame " Il y a une autre sorte de gloire, qui est une trop bonne opinion que nous concevons de notre valeur " je me demande si cette interprétation du titre est idiote..

    Amicalement.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.