Fiches méthode Bac de français 2020

Bac de français 2013, séries technologiques - Commentaire

arrow.png Lire le sujet

Vous commenterez le document A (Théophile Gautier) en vous aidant du parcours de lecture suivant :
  • 1. l’opposition des lieux décrits (éléments et personnages du décor, sensations et scènes évoquées) ;
  • 2. le recours à l’humour et à l’imagination poétique pour suggérer « La Bonne Soirée ».
Document A - Théophile Gautier, Émaux et Camées1, « La Bonne Soirée », 1872.

LA BONNE SOIRÉE

Quel temps de chien ! — il pleut, il neige ;
Les cochers, transis2 sur leur siège,
Ont le nez bleu.
Par ce vilain soir de décembre,
Qu’il ferait bon garder la chambre,
Devant son feu !

À l’angle de la cheminée
La chauffeuse capitonnée3
Vous tend les bras
Et semble avec une caresse
Vous dire comme une maîtresse,
« Tu resteras ! »

Un papier rose à découpures,
Comme un sein blanc sous des guipures4,
Voile à demi
Le globe laiteux5 de la lampe
Dont le reflet au plafond rampe,
Tout endormi.

On n’entend rien dans le silence
Que le pendule qui balance
Son disque d’or,
Et que le vent qui pleure et rôde,
Parcourant, pour entrer en fraude,
Le corridor.

C’est bal à l’ambassade anglaise ;
Mon habit noir est sur la chaise,
Les bras ballants ;
Mon gilet bâille et ma chemise
Semble dresser, pour être mise,
Ses poignets blancs.

Les brodequins6 à pointe étroite
Montrent leur vernis qui miroite,
Au feu placés7 ;
À côté des minces cravates
S’allongent comme des mains plates
Les gants glacés.

Il faut sortir ! — quelle corvée !
Prendre la file à l’arrivée
Et suivre au pas
Les coupés8 des beautés altières9
Portant blasons10 sur leurs portières
Et leurs appas11.

[…]
1 Émaux et Camées : titre du recueil qui évoque des objets d’orfèvrerie recouverts d’émail et des pierres fines sculptées.
2 Transis : glacés par le froid.
3 Chauffeuse capitonnée : chaise rembourrée et piquée, qui offre un confort douillet près du feu.
4 Guipures : dentelles fines et ajourées.
5 Globe laiteux : de forme ronde, et qui a la couleur du lait.
6 Brodequins : chaussures couvrant le pied et une partie de la jambe.
7 Au feu placés : placés près du feu.
8 Coupés : véhicules fermés généralement élégants, tirés par un ou deux chevaux.
9 Beautés altières : femmes belles et fières.
10 Blasons : armoiries d’une famille de la noblesse.
11 Appas : attraits, charmes.
Mots clés :
«1

Réponses

  • Je trouve qu'il était vachement plus dur que le sujet qu'on eu les séries générales ! (même ma prof de français l'a confirmée!)
    Après les gens disent qu'en technologique on est beaucoup plus nuls que les S, ES...
    Alors pourquoi nous avons à chaque fois des sujets plus difficiles ...

    Pour ma part, je me suis complètement foiré, je vise le 5...
  • C'est limite, ils se sont pas trompés entre les sujets des générales et des technologiques. :(
    Le bac de Français va plus nous pénaliser qu'autre chose. :/
  • AmmyAmmy Membre
    Cookies a écrit:
    C'est limite, ils se sont pas trompés entre les sujets des générales et des technologiques. :(
    Le bac de Français va plus nous pénaliser qu'autre chose. :/

    Tu as raison, ce sujet est objectivement plus difficile que celui des séries générales. C'est se moquer du monde. Ensuite on va demander aux correcteurs de mettre +2 à tout le monde car les notes seront mauvaises. C'est incohérent... :(
  • Ammy a écrit:
    Cookies a écrit:
    C'est limite, ils se sont pas trompés entre les sujets des générales et des technologiques. :(
    Le bac de Français va plus nous pénaliser qu'autre chose. :/

    Tu as raison, ce sujet est objectivement plus difficile que celui des séries générales. C'est se moquer du monde. Ensuite on va demander aux correcteurs de mettre +2 à tout le monde car les notes seront mauvaises. C'est incohérent... :(

    Oui, c'est incohérent, c'est vrai mais personne (sauf exception) n'a réussi je pense, tu pourrais me dire ce que tu penses de mon plan de dissertation dans la partie dissertation, s'il te plait ?
  • C'est clair que pour rattraper les dégâts du bac écrit, va falloir assurer à l'oral...
  • Bonjour, je suis Valentin, je suis en première hôtellerie dans le nord de la France.

    Je me permets d'intervenir dans votre discussion afin de transmettre mon exaspération, mon dégout et ma fureur face cette immense mascarade : l’épreuve anticipée de français, série technologique de Juin 2013.

    Sachez également que je fais partie des « oubliés du bac». En effet, je doute très fortement que vous connaissiez le «Bac technologique Hôtellerie ».

    Ce bac permet d’acquérir des compétences dans les domaines de la restauration, de l'accueil, de l'hébergement, de la gestion hôtelière et du tourisme. Les matières technologiques (cuisine, service, hébergement...) représentent environ 15h de cours par semaine. Les matières générales ne sont pas laissées de côté puisqu'elles représentent les 2/3 des coefficients à l'examen. La formation comprend aussi des stages (8 semaines en seconde et en 1re), il faut donc prévoir l'achat d'une tenue professionnelle et du matériel. Ce bac est donc très onéreux et couteux. L'emploi du temps de ce bac est extrêmement lourd, en effet l’ensemble des enseignements hebdomadaires représentent plus de 34 heures !

    Ce diplôme est surtout axé sur la poursuite d'études en BTS, mais certains bacheliers entrent dans la vie active en tant qu'assistants d'encadrement, par exemple. Ils occupent alors des postes de second de cuisine, d'assistant de réception, d'assistant de directeur de restauration, ils travaillent donc dans le secteur du tourisme…

    Le tourisme est le premier secteur économique en France, il rapporte plus de 30 milliards de recettes et il contribue au dynamisme de l'économie nationale. Il génère près d'un million d'emplois, dont évidemment de nombreux emplois chez les jeunes.


    Revenons sur le sujet principale de ce message : l’épreuve anticipée de français, série technologique de juin 2013.
    Le programme littéraire est lourd et indigeste en première technologique hôtelière en comparaison avec mon emploi du temps.
    Ce mercredi 19 juin, j’ai donc dû plancher, travailler, tergiverser sur la poésie, objet d’étude ayant déjà tombé l’année dernière.
    J’ai donc travaillé sur plusieurs poésies, notamment celle de T. Gautier : « La Bonne Soirée », extrêmement dure à analyser. Selon moi, cela relevait d'un élève de la filière générale plutôt que d'un élève de la filière technologique.
    N'y a-t-il pas assez de poètes à étudier pour nous proposer T. Gautier , Max Jacob ou encore J. Bousquet ?! Les poésies proposées étaient profondément complexes, je suis écœuré. Résultats des courses : 1 heure à décortiquer le sens des questions et de l’ensemble des textes, le tout avec un pauvre bagage d'analyses et culture poétique puisque nous avons seulement passé trois semaines sur la poésie dont 90% sur des lectures analytiques, et pour le reste, des photocopies à outrance…

    Je m'interroge et m’insurge de ces choix. Que cherche à faire l'Education Nationale, à travers ces choix contestables : nous dégoûter, c'est une des rares choses dont on peut la féliciter car elle y réussit !!!
    Décidément le décalage du bac par rapport à l'époque est flagrant. Quand on sait que le BAC ne nous servira peut-être qu'à pointer au pôle emploi, on a la rage !

    Pour conclure, je pense avoir échoué, raté mon bac de français malgré tout le temps que j'ai passé à réviser. Ma classe partage mon avis. J’espère que je me rattraper dans six jours avec l’épreuve orale…

    Notons également l’admirable « course aux chiffres » de l’académie d’Orléans-Tour… La « politique du chiffre » incite manifestement à tous types de manipulations… Les académies veulent être les premières en pourcentage de réussite peut importe l'avenir des élèves… Le baccalauréat n'est plus qu'une vitrine factice des taux "de réussite", il coûte excessivement cher, il fait croire aux élèves qu'ils vont, maintenant qu'ils l'ont, avoir un avenir radieux et à ceux qui ne l'ont pas qu'ils sont "misérables", car il est LE sésame, c'est une escroquerie.

    Immense tristesse.

    Valentin S.

    Ps : je suis nouveau sur le forum, c’est un excellent moyen de communication, MERCI .
  • AmmyAmmy Membre
    Valentin, je comprends ta déception, je ne vois pas non plus ce qu'ils ont cherché à faire avec ce sujet... Concentre-toi sur l'oral (le travail de révision paie vraiment pour cette épreuve) et ne t'inquiète pas trop : on va demander aux correcteurs de surnoter, il faut que la moyenne nationale reste la même que d'habitude.
  • DeliaDelia Membre
    Selon moi, cela relevait d'un élève de la filière générale plutôt que d'un élève de la filière technologique.

    Cette phrase me fait mal.
    J'en ai cueilli une version sur les lèvres de mes éminents collègues, lors d'une séance d'harmonisation pré-correction de copies de la série technologiques : il ne faut pas être trop exigeants, n'est-ce pas, pour des technos...
    De la part de profs, cela m'a indignée : devant la littérature, toutes filières sont égales. Tout le monde peut saisir un texte, même un texte poétique élaboré. La culture, les techniques d'analyse jouent leur rôle, mais ne sont pas tout : il s'agit de réagir, de préciser ses impressions.

    Autant j'étais indignée de voir mes collègues sous-estimer les technos (dont les copies n'étaient pas pires que celles de mes ES et S, et ils y avaient du mérite car on leur avait concocté un sujet débile...). Je suis maintenant consternée de lire un élève de ces séries se dévaloriser. Votre sujet est un sujet, point. Les élèves des séries générales ne sont pas plus intelligents que vous, j'aurais envie de dire au contraire, car eux, ils ne savent pas faire la cuisine ou servir à table.

    Ecartons un malentendu : le bac n'est pas un diplôme professionnel, ce n'est que la porte d'entrée pour poursuivre des études dans le supérieur. Personne n'a jamais gagné sa vie avec un seul baccalauréat, personne depuis la création en 1808.
    On vous dupe gravement en vous faisant croire que le bac est une garantie contre le chômage.
  • Merci de votre message.

    Pouvez-vous m'expliquer en quoi consistent les "séances d'harmonisations près-correction de copies"?
  • DeliaDelia Membre
    Lors de la remise des copies aux correcteurs a lieu une concertation. Répartis en ateliers selon les séries, les professeurs prennent connaissance des sujets, des propositions de correction et de barème.
    Ils se mettent alors d'accord sur des attentes et une grille de notation.
    Bien entendu, et hélas, chacun fait ensuite comme il veut rentré chez lui.

    Pour moi, qui suis une créature compliquée, je saisissais la grille de notation, et copie après copie, j'imprimais cette grille et y notais les points accordés, puis je mettais la fiche dans la copie, poujr justifier ma note.

    Pour en revenir à votre sujet, je l'ai trouvé plutôt sympathique, ce poème de Gautier.
    1 163 message(s)
    Vous commenterez le document A (Théophile Gautier) en vous aidant du parcours de lecture suivant :

    1. l’opposition des lieux décrits (éléments et personnages du décor, sensations et scènes évoquées) ;

    2. le recours à l’humour et à l’imagination poétique pour suggérer « La Bonne Soirée ».

    Ce qui est aberrant c'est de ne pas vous proposer d'étudier la versification, les effets obtenus par l'alternance des alexandrins et des octosyllabes... et des effets comiques qui s'en dégagent.

    Ce poème est une grosse blague, ce n'est ni du Hugo, ni du Baudelaire, il n'y a rien dedans, au fond, que le plaisir de jouer avec les mots. Cela tourne à vide, c'est de l'Art pour l'Art, n'est-ce pas...
    Je doute qu'un élève de section générale ait pu mieux s'en tirer.
  • JehanJehan Modérateur
    Ce qui est aberrant c'est de ne pas vous proposer d'étudier la versification, les effets obtenus par l'alternance des alexandrins et des octosyllabes
    Plutôt celle des octosyllabes et des tétrasyllabes...
    Mais sur le fond, vous avez bien raison !
  • DeliaDelia Membre
    Oups et glops...
    Mais j'ai été trahie par la technique : au moment où je rédigeais ma réponse, je n'avais plus accès au texte.
    Je plaide volontiers coupable.
  • Bonsoir,
    J'ai décrit l'opposition entre le froid(extérieur) et la chaleur(la chambre)
    Le language Familier pour parler de l'extérieur et le language soutenu pour décrire la chambre.
    Opposition des envies du personnage. L'envie de rester dans sa chambre et la désenvie de sortir(quitter le confort).
    etc... C'est ce que je me rappele principalement.

    Après pour la deuxième question je leurs ai parlé de l'humour caché derière la bonne soirée qui peut être interprété comme une critique positive sur le conford qu'éprouve le personnage. Et cette expréssion peut aussi désigner une critique négative par rapport à ce qu'il doit faire c'est à dire de sortir de chez soi.
    Ce titre peut aussi faire imaginer au lécteur la soirée que le personnage va passer et qu'il nous laisse deviner qu'il y a une suite grace au 3 petits points figurant à la fin du poème.


    Dîtes moi si c'est à peu près ça.



    Je trouve qu'ils ont abusé sur l'invention.

    30 vers à faire. C'est un peu trop selon moi pour une petite image banale.
  • DeliaDelia Membre
    Ces points ne sont pas du poète, mais des auteurs du sujet qui se sont permis d'amputer le texte de sa fin :

    Théophile Gautier — Émaux et Camées

    La bonne Soirée


    Quel temps de chien! — il pleut, il neige;
    Les cochers, transis sur leur siège,
    Ont le nez bleu.
    Par ce vilain soir de décembre,
    Qu’il ferait bon garder la chambre,
    Devant son feu!

    À l’angle de la cheminée
    La chauffeuse capitonnée
    Vous tend les bras
    Et semble avec une caresse
    Vous dire comme une maitresse:
    «Tu resteras!»

    Un papier rose à découpures,
    Comme un sein blanc sous des guipures,
    Voile à demi
    Le globe laiteux de la lampe
    Dont le reflet au plafond rampe,
    Tout endormi.

    On n’entend rien dans le silence
    Que le pendule qui balance
    Son disque d’or,
    Et que le vent qui pleure et rôde,
    Parcourant, pour entrer en fraude,
    Le corridor.

    C’est bal à l’ambassade anglaise:
    Mon habit noir est sur la chaise,
    Les bras ballants;
    Mon gilet bâille, et ma chemise
    Semble dresser, pour être mise,
    Ses poignets blancs;

    Les brodequins à pointe étroite
    Montrent leur vernis qui miroite,
    Au feu placés;
    À côté des minces cravates,
    S’allongent comme des mains plates
    Les gants glacés.

    Il faut sortir! — quelle corvée!
    Prendre la file à l’arrivée
    Et suivre au pas
    Les coupés des beautés altières
    Portant blasons sur leurs portières
    Et leurs appas;

    Rester debout contre une porte
    À voir se ruer la cohorte
    Des invités,
    Les vieux museaux, les frais visages,
    Les fracs en cœur et les corsages
    Décolletés,


    Les dos où fleurit la pustule,
    Couvrant leur peau rouge d’un tulle
    Aérien,
    Les dandys et les diplomates
    Sur leurs faces à teintes mates
    Ne montrant rien!


    Et ne pouvoir franchir la haie
    Des douairières aux yeux d’orfraie
    Ou de vautour,
    Pour aller dire à son oreille
    Petite, nacrée et vermeille,
    Un mot d’amour!


    Je n’irai pas! — et ferai mettre
    Dans son bouquet un bout de lettre
    À l’Opéra.
    Par les violettes de Parme
    La mauvaise humeur se désarme:
    Elle viendra!


    J’ai là l’Intermezzo de Heine,
    Le Thomas Grain-d’Orge de Taine,
    Les deux Goncourt:
    Le temps, jusqu’à l’heure où s’achève
    Sur l’oreiller l’idée en rêve,
    Me sera court.

    Autrement dit, on vous demande de commenter un texte dont on ne vous donne pas la chute. C'est pourtant la chute qui donne tout son sens au texte : le poète préfère rester lire au coin de son feu, c'est-à-dire qu'aux mondanités il préfère les joies de l'esprit.
    Dans ces conditions, vous avez fait ce que vous avez pu, mais vous ne pouviez pas saisir le sens du texte.

    J'appelle cela de la malhonnêteté intellectuelle, ni plus ni moins malhonnêteté des examinateurs envers les candidats.
  • Bonsoir,
    Pour le commentaire j'ai mis a peu près les mêmes choses que toi Goodman :)
    J'ai été voir sur Internet après avoir passé l'épreuve et j'ai vu la totalité du poème de Théophile Gautier, et effectivement ils auraient pu mettre la fin, on aurai beaucoup mieux compris le poème et ça aurai été plus facile de faire le commentaire. Un peu déçu d'avoir révisé pour tomber sur un sujet comme ça :/
  • Muffins a écrit:
    Bonsoir,
    Pour le commentaire j'ai mis a peu près les mêmes choses que toi Goodman :)
    J'ai été voir sur Internet après avoir passé l'épreuve et j'ai vu la totalité du poème de Théophile Gautier, et effectivement ils auraient pu mettre la fin, on aurai beaucoup mieux compris le poème et ça aurai été plus facile de faire le commentaire. Un peu déçu d'avoir révisé pour tomber sur un sujet comme ça :/




    Je confirme.

    Mais si ils auraient mis la suite, on aurait plus de chose à faire.


    Celà ma pris 3h30 à faire tout ça.

    Au début j'avais pris l'invention, j'ai fais maximum 16 vers au brouillon et après j'ai laissé tomber.




    Je vais passer à l'oral, et j'ai pérdu la fiche où le prof confirme avec sa signature tous les séquences qu'on a éffectué. :(
  • DeliaDelia Membre
    et effectivement ils auraient pu mettre la fin, on aurai beaucoup mieux compris le poème et ça aurai été plus facile de faire le commentaire.

    C'est bien mon avis.
  • AmmyAmmy Membre
    Goodman a écrit:
    Je confirme.

    Mais si ils auraient mis la suite, on aurait plus de chose à faire.


    Celà ma pris 3h30 à faire tout ça.

    Au début j'avais pris l'invention, j'ai fais maximum 16 vers au brouillon et après j'ai laissé tomber.




    Je vais passer à l'oral, et j'ai pérdu la fiche où le prof confirme avec sa signature tous les séquences qu'on a éffectué. :(

    Cela s'appelle le descriptif et il est nécessaire de se présenter avec. Si vraiment tu ne le trouves plus, emprunte rapidement celui d'un camarade et photocopie-le avec ton nom dessus.
  • Bonjour,
    J'ai une question qui n'est pas trop en rapport , mais vu que vous parlez du descriptif j'en profite pour poser ma question, en fait nous on a eu le descriptif le dernier jour des cours, (notre prof de français n'est pas très sérieux) et il n'y a ni la signature du prof, ni celle du chef d'établissement. A votre avis c'est grave ? En tout cas je ne serai pas la seule puisque toute ma classe est dans le même cas que moi :|
  • AmmyAmmy Membre
    Ce n'est pas règlementaire mais si vous êtes tous dans ce cas l'examinateur devra bien faire avec...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.