Grammaire française Participe passé

Bonjour,

Dans son roman Lac, Jean Echenoz écrit la phrase suivante (p. 66) : "Le chiffreur avait retiré la voiture au bureau de location puis ils étaient partis, Veber soi-même au volant de la Peugeot."

Je suis étonné de l´emploi de "soi-même" là où j´aurais utilisé "lui-même". Pourquoi est-ce que l´emploi de "soi-même" est ici correct?

Merci.

Réponses

  • C'est un emploi "littéraire" très correct (Grévisse Bon usage 640 b)).
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Mettons quelques nuances. Il est certain que la bonne formule actuellement, ou disons la formule la plus neutre, est bien "lui-même", dans le contexte de la phrase d'Echenoz.
    L'emploi que fait Echenoz de "soi-même" est humoristique.
    Grevisse le dit dans sa remarque 3 :
    Soi-même s'emploie par plaisanterie au lieu de lui-même, notamment à propos d'une personne aimant parler de soi (cela vient d'une comédie de G. Feydeau, le fil à la patte).
    C'est la même nuance un peu pompeuse que rapporte le TLFi :
    Rem. Dans la lang. pop., soi-même peut se rencontrer là où un pron. d'une autre pers. semblerait seul justifié: Vous êtes l'abbé Pellegrin? − Soi-même répondit l'ancien brancardier (Vautel, Mon curé chez les pauvres, p. 140 ds Sandf. t. 1 1965, § 65). Ça va me faire plaisir de te donner ça! − Vous ? − Soi-même (Benjamin, Grandgoujon, p. 65, ibid.).
    Bref un mélange de pompe, de dérision et de populisme !
  • xpuctoxpucto Membre
    Merci pour vos réponses si bien documentées !
  • KoraxKorax Membre
    Bonjour à tous,

    Cela fait plusieurs fois que j'entends Etienne Klein déclarer sur France Culture : "Aristote soi-même s'était trompé quant à..."

    Alors je sais que les abus de langage sont légion à la radio et à la télé, mais entendre un érudit comme Klein utiliser cette expression m'a laissé des doutes.

    Quelle formule est juste ?

    Il se trompa lui-même.
    ou
    Il se trompa soi-même.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour... Tu peux relire les messages précédents.
    En français moderne, le pronom soi ( et donc soi-même), normalement, renvoie à un sujet indéfini (On, chacun, quelqu'un, etc.) et non à un sujet bien défini comme "Elle".
    Cependant, c'était tout à fait courant à l'époque classique.
    Voir par exemple le § 3 de l'article soi du Littré : http://www.littre.org/definition/soi
    De nos jours, on dira que c'est d'un archaïsme un peu affecté.
    Ou alors, comme dit Lamaneur, c'est utilisé ironiquement.
  • KoraxKorax Membre
    Merci de votre réponse Jehan.

    J'ai un peu du mal à cerner la volonté de Klein, mais on va dire qu'il ironise. :D
  • vemissavemissa Membre
    Si j'ai bien compris, on dira:

    - J'ai le droit d'être moi-même
    => est-ce correct de dire: j'ai le droit d'être moi? Y a-t-il une différence une les deux phrases, si la deuxième formulation est correcte ?

    - Elle a le droit d'être elle-même.
    - On a le droit d'être soi-même
    => Mais qu'en est-il du cas où le "on" remplace un "nous"? Est-ce acceptable de dire: on a le droit d'être nous-mêmes?
  • JehanJehan Modérateur
    J'ai le droit d'être moi peut se dire, mais J'ai le droit d'être moi-même insiste bien plus clairement sur l'identité personnelle, sur le fait que l'on est soi-même et non un autre.

    Quand le on n'a pas valeur d'indéfini et renvoie clairement à un nous bien identifié, il est évidemment bien plus pertinent d'utiliser nous-mêmes :
    Ma sœur et moi, on a bien le droit d'être nous-mêmes !
  • vemissavemissa Membre
    C'est clair maintenant. Merci beaucoup Jehan.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.