Afin de me lancer dans la philosophie plus en profondeur, j'ai l'intention de lire les ouvrages qui m'intéressent de grands auteurs, selon ce que j'aurais sous la main. Pensez-vous que cela soit une bonne méthode ? Ou bien faut-il suivre certain ordre chronologique ?

Ensuite, ma vraie question est : quels sont les auteurs dont les écrits sont trop abrupts, quels sont les auteurs à bannir pour un débutant ?
«1

Réponses

  • Bonjour,

    je ne pense pas qu'il vous faille suivre un quelconque ordre ; en revanche, il existe des ouvrages incontournables en philosophie, tels que L'Ethique à Nicomaque d'Aristote, Le Banquet de Platon, le discours de la méthode de Descartes, etc. Vous pouvez commencer par celles-là.
    Il existe des lectures réputées difficiles, telles que les textes de Kant, en particulier La Critique de la raison pure, mais cela ne veut rien dire ! (Personnellement je vous conseille plutôt Les Fondements de la métaphysique des moeurs, que j'ai trouvé plus accessible)
    Mais encore une fois, cela dépend de vous, de votre niveau, de vos intérêts personnels...
    Je vous conseille de choisir vos ouvrages en fonction de vos intérêts, et de ne pas insister si vous trouver l'un de ces ouvrages trop difficiles, afin de ne pas vous "braquer", et pour que les choses se fassent en douceur.

    Bon courage !
  • Très bien merci ! C'est la confirmation de ce qu'il me semblait ; j'ai déjà lu quelques-uns des livres que vous citez, je poursuis l'entreprise.
  • Nietzsche est très accessible, et il y a Pascal, je ne sais pas pourquoi il me traverse l'esprit d'ailleurs.
    En revanche, si je peux te donner un conseil c'est de t'habituer au vocabulaire du philosophe. Ne considère pas Kant comme réellement difficile, une fois qu'on a une base de vocabulaire, c'est bien plus facile. Attention, car il varie en fonction des philosophes.
    Je pense aussi à Walter Benjamin, et Alain, Entretien au bord de mer, qu'il avait rédigé pour ses élèves. Il y a Arendt qui a une écriture facile aussi et c'est l'occasion de regarder le film qui est sorti sur elle, le Contrat social de Rousseau, mais n'hésite pas à approfondir en opposant les textes. Si tu as lu Descartes, lis Berkeley, si tu as lu Platon, n'hésite pas à te renseigner sur ses ennemis intimes ; les sophistes !
    Gagarine.
  • Merci pour ces infos complémentaires — je suivrai vos conseils.
  • ZeruelZeruel Membre
    Nietzsche est très accessible,
    NON. NON. NON. ET CENT FOIS NON.
    C'est un énorme mythe de croire que Nietzsche est un auteur accessible parce que son parler n'a pas l'air aussi abstrus que celui de Kant.
    Nietzsche est un auteur organique aux textes ultra sibyllins qui n'arrêtait pas de répéter que personne le comprendrait, dont les livres ont macéré pendant des années aux étagères des auteurs complètement pétés par la folie alors je pense pas une seconde que ça soit le genre de littérature qui soit recommandable à une personne qui cherche JUSTEMENT à éviter les auteurs qui mèneraient un débutant droit dans le mur.
    Évidemment sa façon d'écrire a l'air relativement simple pour un "philosophe", n'importe qui trouverait à la première lecture que "Nietzsche c'est sympa" sans comprendre un traître atome du cœur de sa pensée : N'importe quel néophyte serait tout à fait incapable de te donner une bonne définition des concepts que Nietzsche utilise, et ça commence par le fait qu'il ne les définit JAMAIS clairement, c'est le cas pour la "volonté de puissance" et toutes ces choses là dont le sens n'est accessible ni facilement, ni rapidement.
    Nietzsche fait au contraire partie de ces auteurs faussement faciles à lire, c'est le premier philosophe que j'ai lu, et la majeure partie de l’œuvre que je comprenais de lui venait de commentaires de sa philosophie que je lisais dans des revues ou dans quelques occasions où son nom fut cité dans mes cours de lycée (ou encore de Fabrice Luchini mais ça c'est une autre histoire).

    Ah et anaisdh, la Critique de la raison pure a beau être un pavé lumineux dont on peut développer une herméneutique claire et sans ambigüité (tout le contraire de Hegel où un lecteur qui a pourtant des repères solides peut passer 50 pages sans biter un lemme de ce qu'il raconte), il n'empêche que c'est ultra-musclé comme lecture. Moi au début j'avais d'énormes difficultés à aller au bout de ce qu'il voulait dire, même si c'était pourtant clairement dit dans la phrase... au moins 95% des phrases du bouquin sont des assertions à la composition tellement complexe que c'est à t'en dégoûter la lecture. C'est comme le théorème de Pythagore : "Si un triangle est rectangle, alors le carré de l'hypoténuse est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés." Quand tu découvres la phrase au collège, elle te semble complètement incompréhensible... et pourtant tout est dit clairement et sans ambigüité.
    J'ouvre une page au hasard :
    "Car une affirmation analytique ne fait guère avancer l'entendement, et dans la mesure où il ne s'occupe que de ce qui est déjà pensé dans le concept, il laisse non tranchée la question de savoir si ce concept, en lui-même, se rapporte à des objets ou s'il signifie seulement l'unité de la pensée en général (laquelle fait entièrement abstraction de la manière dont un objet peut être donné) : il lui suffit de savoir ce qui est compris dans son concept ; ce à quoi le concept lui-même peut s'appliquer lui est indifférent."
    Je pense qu'on est d'accord. Va lire ce paragraphe à un lycéen moyen, il va être complètement paumé avant même d'avoir compris le sens des mots que tu utilisais.

    Maintenant si t'es un vrai autodidacte et que tu veux plus t'imprégner de la philosophie que de l'apprendre pas à pas, attends-toi à devoir au moins garder la tête dedans, en continu, pendant au moins deux ans/trois ans avant d'atterrir peu à peu à des résultats concluants, avant qu'elle n'imprime une empreinte dans ton esprit et façonne ta manière de penser. Que tu prennes tes repères en somme. C'est ce que j'ai fait à défaut d'avoir des profs, mais crois-moi que tu buteras à plus d'une reprise, et ça nécessite une infatigable activité d'esprit.

    Pour un débutant qui veut commencer pas à pas... les auteurs clairs et qui ne laissent présager aucune ambigüité dans le fond (tout le contraire de Nietzsche en somme) sont les plus recommandables. Techniquement faudrait essayer d'éviter les auteurs vraiment trop compliqués à lire niveau syntaxe : la prose philosophique nécessite un certain apprentissage au parler complexe et à certaines de ses écoles fondamentales (celles dérivées du nom des auteurs (platonisme), celles qui se nomment d'après un concept central (relativisme) et bien-sûr les grands mouvements d'idées qui ne portent ni nom d'auteur, ni nom de concept (philosophie analytique) bla bla bla) auxquels les philosophes vont faire référence à plus d'une occasion. Je dis ça parce que moi au tout début j'avais ouvert "l'être et le néant" de Sartre et c'était tellement obscur pour mon esprit que j'en venais à me demander si ceux qui comprenaient ce texte n'étaient pas des sortes d'esprits supérieurs, parce que je pigeais vraiment que dalle ! Donc ça nécessite vraiment un temps d'adaptation.
    En l'occurrence je te dresse une liste empirique des auteurs connus à bannir en toute circonstance pour l'initiation :
    Jacques Derrida (le champion), Edmund Husserl, Martin Heidegger, Ludwig Wittgenstein, Bertrand Russell, Emmanuel Kant, Hegel, Gilles Deleuze, Leibniz ??? Et éventuellement les trois-quart des philosophes anglo-saxons contemporains : Donald Davidson, Hilary Putnam, Quine, Chomsky...
    J'en oublie d'autres mais tiens-toi déjà à l'écart d'eux avant d'avoir de solides repères en la matière. Après les autres auteurs plus difficiles à lire, ils sont moins connus je trouve, donc ça serait superflu d'en faire la liste...

    Après... comme ça a été énoncé plus haut, les auteurs grecs comme Aristote et Platon sont des bons points de départ, je pense, ils allient prose plutôt pédagogique avec un fond conceptuel remarquablement facile d'accès je trouve. Les propos d'Alain sont une bonne initiation aussi... Cioran aussi d'ailleurs (mais Cioran ne développe pas de système philosophique particulier ni de thèse précise, il passe la totalité de ses bouquins à désespérer sur le monde entier).
    Pas vraiment un auteur philosophique mais tout de même foutrement intéressant, et une référence parmi les références : Pierre Bourdieu. J'ai pas trop lu Descartes et Pascal alors je vous fais confiance quant à vos recommandations.
    Pour comprendre Sartre sans que ça soit super frontal, tu peux lire "L'existentialisme est un humanisme". Il y a aussi d'autres auteurs que je trouve assez sympatoches comme Spinoza, Freud, Foucault, Guattari... mais alors aucune idée de s'ils sont trop compliqués ou pas pour un néophyte.
  • Si je puis apporter ma petite pierre à l'édifice il me semble que Spinoza est absolument incompréhensible (des spinozistes convaincus me l'ont dit eux-mêmes).
    Pour ce qui est de Kant, on n'est pas non plus obligé de lire la Critique de la Raison Pure direct : il existe de nombreux corpus de textes courts et accessibles, par exemple beaucoup d'éditions proposent des "Opuscules sur la philosophie de l'Histoire", avec entre autres "Qu'est-ce que les Lumières ?" ou "l'Idée d'une Histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique". Cette dernière oeuvre est souvent présentée pour l'oral du bac, c'est-à-dire pas forcément par les élèves qui brillent le plus en philo : c'est que sans doute sa lecture n'est pas si laborieuse !
    Je suis d'accord pour Platon, pour les Anciens en général.
    Illuminé, je peux aussi te conseiller si tu le souhaites de te pencher sur des textes très courts, du format de ceux que tu étudieras en terminale : d'une part ça te permettra d'aborder le style de chaque auteur et de voir si tu y comprends quelque chose, d'autre part ça t'habitueras à travailler sur des extraits.
    Enfin, voilà un site internet qui te donnera peut-être pas mal de ressources et de permettra de lire voire de comprendre des extraits de textes, même de ces auteurs supposés "à bannir" : http://www.philolog.fr/
  • Zeruel : comme pour tout auteur, ça dépend de ta sensibilité et de ton entourage.
    N'oublions pas que ce dernier est aussi une lumière sur les textes et cette lumière sera différente selon de qui et de quoi il est composé.
    Ne pas oublier lorsque l'on répond ou pose ce genre de questions que l'on n'est pas seul dans une bibliothèque. Nos lectures sont intimement liées à nos existences avec tout ce qu'elles impliquent et heureusement!

    Pour certains, Nietzsche c'est accessible, pour d'autres Kant, c'est accessible ect ect...
  • Alors, pour faire le point sur vos nombreux conseils, pour que vous voyez où j'en suis. Je parcoure régulièrement des sites (sérieux) de philosophie, quand je m'interroge sur un concept ; j'ai déjà lu quelques dialogues de Platon, le Discours de la méthode, les Pensées, L'existentialisme est un humanisme, Qu'est-ce que les Lumières de Kant, et j'écoute chaque semaine Adèle Van Reeth sur France Culture, ce qui permet dde s'ouvrir à des sujets sans que la compréhension soit trop difficile. Egalement, comme livres d'introduction, j'ai lu Le Monde de Sophie de Gaarder, L'Etonnement philosophique d'Hersch et les Présentations de la philosophie de Comte-Sponville. J'oublie peut-être quelques lectures mais voici l'essentiel.

    Donc je débute en effet, mais j'ai tout de même un pied déjà dans le monde de la philosophie, et mon but est de pouvoir aborder des auteurs dits moins accessible comme Kant d'ici un an environ.

    J'ai déjà prévu de lire Alain, ça a l'air vraiment intéressant.

    Edit : j'ajoute à mes lectures les Lettres et maximes d'Épicure, et De rerum natura de Lucrèce.
  • Platon il y a des dialogues accessibles, mais évite le Parménide. Et dire qu'Aristote est plus facile que Kant, je trouve cela assez marrant. Personnellement, j'ai moins la migraine en lisant Critique de la raison pure qu'en parcourant la Métaphysique d'Aristote. Pour moi, Rousseau et Descartes sont les auteurs pour commencer, si on veut rester dans du classique et dans du "mainstream".

    Alain c'est sûr c'est accessible, mais c'est plus un professeur qu'un penseur développant des thèmes propres. Soit tu veux lire directement les sources, et alors Platon, Descartes, etc. c'est très bien, soit tu veux t'imprégner de philosophie par le biais de doxographes éminents, et là en effet il y a Alain, Gourinat, etc. Quant aux auteur à bannir, je suis d'accord avec ce qui a été dit précédemment : les phénoménologues (Husserl, Heidegger, etc.), les psychanalystes (surtout Lacan...), les logiciens (Frege et autres), les métaphysiciens purs et durs (Spinoza!), etc., etc.
  • Bonjour à tous ! Je passe en 1ère L à la rentrée 2013 et je voudrais m'initier à la philosophie, et avoir quelques bases pour la terminale, mais n'étant pas encore en 1ère, je sais que j'ai du temps pour cela.
    Je me demandais moi aussi par quels auteurs commencer sans avoir trop de difficultés, et principalement, qui ne nécessitent pas trop de connaissances sur l'histoire et le vocabulaire philosophiques. Voici, notamment, la liste des ouvrages que j'ai trouvé chez mes parents :

    Platon : la plupart des dialogues et l'Apologie de Socrate; la République; le Banquet.
    Epicure : Lettre à Ménécée.
    Lucrèce : De rerum natura
    Machiavel : Le Prince et de larges extraits des Discours sur la première décade de Tite-live.
    Descartes : Discours de la méthode.
    Pascal : Pensées.

    Epicure, Lucrèce, Machiavel et Platon pour la plupart étant assez courts je pensais commencer par ceux-là. Je voulais également savoir quels sont les textes que je risque d'étudier en terminale. Et la question surtout qui se pose : est-il possible d'appréhender la philosophie lorsque l'on a que 16 ans et que l'on a aucune base ?
    Merci d'avance de vos réponses !
  • like a virgin a écrit:
    est-il possible d'appréhender la philosophie lorsque l'on a que 16 ans et que l'on a aucune base ?

    Si on en a l'envie, la motivation, c'est un grand « oui » !
  • SPQRSPQR Membre
    Tout est en effet une question de sensibilité... Moi aussi, comme épanadiplose, la Métaphysique d'Aristote m'a parfois poussé à m'arracher les cheveux, beaucoup plus que la CRP.
  • Puis-je me permettre d'ajouter aux lectures conseillées Les Essais de Montaigne ?

    Bien qu'il soit préférable de les lire dans le texte, pour commencer et pour répondre à ta demande, je suggère plutôt une translation moderne; les puristes diront que certaines subtilités de la langue perdent dans la version contemporaine, mais pour l'essentiel les idées de base sont retranscrites.
  • Merci de vos réponses. Quant à Montaigne, j'ai le premier livre des Essais, que je compte lire durant ces vacances, mais je les considérais plus comme une oeuvre littéraire, étant susceptible d'être étudiée en 1ère.
    Vous m'avez tous, en tout cas, fortifié dans ma volonté, et je pense commencer par Machiavel, étant celui qui s'insère le mieux dans mon petit "programme" de lecture : j'enchaîne ensuite sur la Mandragore, puis le XVI siècle français, et on retrouve Montaigne ! Je sais néanmoins que le Prince n'est pas une oeuvre simple en dépit de sa brièveté et j'ai entendu dire que la pensée de Machiavel était parfois dissimulée et donc mal interprétée (d'où le sens actuel de l'adj "machiavélique" ?), donc j'espère ne pas me planter :/
  • SPQRSPQR Membre
    Si ce qui t'intéresse c'est la philo, lire la Mandragore de Machiavel ne t'apportera pas grand chose: il s'agit d'une farce type commedia dell'arte à son stade embryonnaire.
  • Oui, et c est pour avoir un aperçu de ce genre de theatre que je compte la lire. En fait je compte introduire progressivement la philo en parallèle de mes lectures " litteraires " qui me seront d une grande aide en 1 ere.
  • Je sais d'expérience que Montaigne n'est pas très reconnu en tant que philosophe (peut-être à tort?) et très reconnu en tant que littéraire.

    Contrairement à ce que certains affirment ici, je ne crois pas que Nietzsche soit à bannir catégoriquement, seulement à prendre avec des pincettes à notre age (j'ai tout juste deux ans de plus que toi ;) ) et surtout... il faut prendre le temps de le connaitre et pas en faire une interprétation littérale d'emblée - car Nietzsche s'interprète. on conseille Par delà Bien et Mal, pour ma part, j'ai lu très attentivement et très lentement Crépuscule des Idoles puis a. p. Zarathoustra, mais c'est vrai, maintenant que j'y pense, que quand j'ai commencé, j'avais eu plusieurs cours sur l'éthique, la généalogie etc., et puis j'en ai beaucoup discuté avec mon prof... Donc non, Nietzsche n'est pas absolument inabordable mais il faut être un minimum initié, c'est vrai.

    Platon! Platon! C'est la base, évidemment, mais là aussi, ce n'est pas évident d'interpréter lorsqu'il t'explique que tu as un char dans le corps avec un cheval noir et un cheval blanc et qu'il faut s'envoler pour passer la tête à travers le ciel pour avoir l'entendement humain :P Des notes explicatives et quelques questions sur le forum feront l'affaire.

    Quant à Descartes, c'est la base de tout ce que tu verras : il reprend tout à zéro et c'est la base de toute la philo moderne de Kant à Sartre. Le Discours de la méthode te fera découvrir le Cogito si tu connais pas encore, mais le Discours n'est qu'un petit fascicule qui était censé être une préface à la base. Les Méditations métaphysiques, même par extraits, compléteront ton socle.

    Donc, Platon, Platon, Platon, et surtout Descartes. Après tu lis ce que tu veux, j'ai un ami qui lisait des trucs qu'on aurait jamais osé lui conseiller, type Jankélévitch, Hegel, et ça allait très bien, alors qu'il est en S et a 3h par semaine!! De toutes façons, au bout d'une ou deux lectures, tu en sauras assez sur les incontournables pour ne plus avoir à nous demander :) La liste que tu mets dans ton premier message te donne déjà pas mal de matières à penser : mais à mon sens, avoir lu Platon et Descartes, c'est avoir la base des deux grands courants philosophiques d'occident : philo antique, philo moderne.

    Bonne lectures! Je retourne aux miennes, et personne ne m'a répondu pour Kant, dans l'autre topic :/
  • C'est ce que j'avais cru comprendre sur les différents topique, et là je suis définitivement sûr de cela. Dc je commencerai par Platon et Descartes, comme je l’avais prévu. Et merci à tous pour vos conseils!
  • ZeruelZeruel Membre
    Pour Hegel toutes les lectures ne se valent pas. Et ce au même titre que pas mal d'autres auteurs.
    La Phénoménologie de l'Esprit est ultra indigeste mais son Esthétique passe crème. Je pense qu'il faudrait éviter de réduire le "potentiel pédagogique" d'un auteur à une œuvre en particulier.

    Par contre, Montaigne pas philosophe ? T'as lu ça où ? N'importe quel gars de composition normale qui a un intérêt digne de ce nom pour la philosophie ne peut pas se permettre de l'exclure de la philosophie. Ou alors il ne l'a pas lu, ou alors il l'a lu mais ça c'est encore une autre histoire. Le fait est que son œuvre respecte beaucoup de critères paradigmatiques qui font que ses Essais sont dignes d'être lus par n'importe quel gonze qui s'intéresse réellement à la philosophie. Que son boulot soit atypique ne veut pas dire qu'il faut le mettre à l'écart.
    Enfin bref.

    Dans tous les cas, il faudrait plutôt recommander des livres à lire ou pas que des auteurs, véritablement.
    Donc Science de la Logique et Phénoménologie de l'Esprit, dehors (et en particulier Zarathoustra, je peux admettre que Nietzsche n'est peut-être pas si terrible que ça, mais je tiens à défendre bec et ongle l'idée que s'aventurer à lire ce bouquin est une affaire hautement périlleuse).
    L'essaie sur la mort de Jankélévitch peut être assez agréable à lire du coup, oui. Les Essais aussi mais vu la taille du machin, à moins d'être à la retraite ou d'avoir beaucoup de temps...
  • Illuminé a écrit:
    Afin de me lancer dans la philosophie plus en profondeur, j'ai l'intention de lire les ouvrages qui m'intéressent de grands auteurs, selon ce que j'aurais sous la main. Pensez-vous que cela soit une bonne méthode ? Ou bien faut-il suivre certain ordre chronologique ?

    Ensuite, ma vraie question est : quels sont les auteurs dont les écrits sont trop abrupts, quels sont les auteurs à bannir pour un débutant ?

    Bonjour,

    Il n'y a pas d'écrits "abrupts" - ils peuvent le sembler au premier abord, mais il n'en est rien au fil de la lecture- ou encore d'auteurs à bannir, lisez-les tous et vous aurez une idée de ce qui peut vous plaire selon votre thème préféré. Ne vous laissez pas prescrire des listes, si je puis me permettre ce serait ridicule. Ma petite sœur à commencé avec Hegel "raison dans l'histoire" que l'on qualifie souvent de "difficile" et elle l'a bien assimilé; elle a quinze ans... Encore une fois partez de votre thème de prédilection et lisez tout au possible avec intérêt.


    Bien à vous.

    H.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.