Grammaire française Participe passé

bonjour!
- dans les phrases: "elles se sont vu accusées de tous les maux" et "vous les avez vu renvoyées chez elles", faut-il accorder "vu" avec le sujet?
- dans "je m'attendais à ce que vous venez de me dire" et "je me moque de ce que vous pensez", y a-t-il des subordonnées complétives? ou ce sont des subordonnées relatives?
merci d'avance de vos réponses!
Mots clés :
«134567

Réponses

  • EdyEdy Membre
    Bonsoir !

    * Elles se sont vu accusées de tous les maux.
    → Elles se sont VUES ACCUSÉES de tous les maux.
    Elles se sont VUES : pronominal réfléchi, SE est un COD antéposé, donc accord.
    ACCUSÉES : attribut du COD SE, donc accord.
    Accusées ayant une valeur d’accompli, on peut préférer l’infinitif présent, qui exprime mieux l’accusation en cours, le non-accompli (lecture en cours du réquisitoire).
    → Elles se sont VU ACCUSER de tous les maux.
    Dans ce cas, le COD SE dépend de l’infinitif, donc invariabilité.

    * Vous les avez vu renvoyées chez elles.
    Mêmes raisonnements :
    → Vous les avez VUES RENVOYÉES chez elles.
    → Vous les avez VU RENVOYER chez elles.

    * Je m’attendais à ce que vous venez de me dire.
    Subordonnée RELATIVE : → Je m’attendais à la chose que vous venez de me dire.
    Word veut absolument qu’on écrive « veniez ». C’est une erreur !
    Différent de :
    * Je m’attendais à ce que vous me LE disiez.
    Subordonnée COMPLÉTIVE : → Je craignais que vous ne me le disiez.

    * Je me moque de ce que vous pensez.
    Subordonnée RELATIVE : → Je me moque de la chose que vous pensez.
    Différent de :
    * Je me moque que vous LE pensiez.
    Subordonnée COMPLÉTIVE : → Que vous le pensiez, je m’en moque.
  • Dans le même ton, j'aimerais savoir si on peut écrire quand le sujet est une femme : "je me suis mise à travailler" ?

    Merci d'avance
  • J'ai mis qui au travail ? moi
    Donc accord
  • Nous sommes d'accord ! Un gros merci à toi Léah
  • Merci Edy, c'est bien ce qui me semblait!
  • Bonsoir Edy

    Je reviens sur la question à laquelle vous avez répondu plus haut.

    Vous les avez vu renvoyées chez elle
    ne peut-elle être exacte?

    Car d'après Bescherelle (1990) on peut légitimement hésiter à faire l'accord dans certains cas de participes passés suivis d'un adjectif. Il donne comme exemples :
    1- on les avait crus morts " où l'on ressent le sens comme étant : on avait cru qu'ils étaient morts "
    et
    2-sa voix que l'on eût dite cassée → on aurait dit que sa voix était cassée

    Si je transpose : vous avez vu qu'elles étaient renvoyées chez elle.

    Je me souviens que vous aviez cité d'autres exemples comme ceux-ci dans une autre discussion que je ne retrouve malheureusement plus!

    Je ne vous pose pas cette question pour l'autre phrase :
    elles se sont vu accusées de tous les maux
    car je trouve que l'emploi réfléchi est quand même déterminant

    Par contre, je rajoute un autre exemple du même genre :
    les airs qu'ils avaient entendu chantés par les manifestants étaient gais
    Je transpose aussi : les airs qu'ils avaient entendu qui étaient chantés par les manifestants étaient gais

    Je constate que lorsque les grammairiens hésitent ou tolèrent certaines règles ça a des effets de boule de neige !

    Merci beaucoup d'avance pour votre réponse !!
  • MurielMuriel Membre
    Bonsoir Christineh,

    Vous avez dit :
    Je me souviens que vous aviez cité d'autres exemples comme ceux-ci dans une autre discussion que je ne retrouve malheureusement plus!
    Il s'agit peut-être de celle-ci ?

    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic2607-infinitif-present-ou-participe-passe-les-questions-que-je-souhaite-voir-abordees-aborder.html

    Muriel
  • Bien vu Muriel, je la cherchais effectivement en espérant qu'elle répondît (n'est-ce pas !) à ma question ce qui n'est pas tout à fait le cas, il y a une autre discussion il me semble !
  • EdyEdy Membre
    Bonjour, Christineh !

    Laissez-moi réflechir encore, s'il vous plaît.
    J'ai La Grammaire pour tous, de Bescherelle, 1990, et je n'ai pas trouvé le texte que vous en avez extrait. Voulez-vous indiquer la page ? Ou alors c'est un autre Bescherelle, que je n'ai pas.
  • Bonjour Edy

    En effet il s'agit du Besherelle Conjugaison, p.21, paragraphe des p.passés suivis d'un attribut d'objet.

    Merci beaucoup d'avance !
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, Christineh !

    * Vous les avez vu renvoyées chez elles.
    Je n’ai pas ce Bescherelle, mais j’ai quand même la réponse dans Grevisse.
    « Le participe passé suivi d’un attribut d’objet direct s’accorde SOUVENT avec cet objet si celui-ci précède le participe. […] Cependant, il n’est PAS RARE que ce participe soit laissé invariable […]. »

    Personnellement, je préfère accorder, comme je l’ai dit plus haut sans nuancer mon propos.
    Mais l’invariabilité n’est certes pas fautive, j’aurais dû le préciser.

    * Ses petites mains blanches et qu’on eût DIT moulées par Coustou. (Hugo)
    * Deux grands plis circulaires qu’on eût DIT creusés par l’habitude de parler en public. (Maupassant)
    * Ces sons du cor que je n’ai jamais TROUVÉ tristes. (Mauriac)
    * Bien des choses renaissaient que l’on avait CRU mortes. (Bainville)
    * Ceux d’entre eux qu’ils ont CRU les plus sages. (Gaxotte)
    * Qui les eût CRU si pleins de sang ? (Montherlant)
    * Ces petits fruits qu’on aurait VOULU plus sucrés. (Gide)
    * Est-ce que tu m’as FAIT bien belle ce soir ? (Claudel)
    * Les sourcils formaient deux longs traits noirs qu’on eût CRU dessinés au charbon. (Green)
    * Des cheveux qu’on eût DIT frisés au fer. (Thérive)
    * Ces meubles qu’on eût DIT usés à force d’être frottés. (J.-J. Gautier)
    * J’assistais à des événements que mon grand-père eût certainement JUGÉ invraisemblables. (Sartre)
    Grevisse termine en disant : « C’est un des cas où l’invariabilité était recommandée au XVIIe siècle. »

    Votre énoncé a donc du répondant, bien que je n’aie rien trouvé avec « vu » .
    * Vous les avez VU renvoyées chez elles.

    * Les airs qu'ils avaient ENTENDU CHANTÉS par les manifestants étaient gais.
    Normalement, on trouverait :
    * Les airs qu’ils avaient ENTENDU CHANTER… (Invariable puisque le COD dépend de chanter. Ce ne sont pas les airs qui chantent.)
    Sous cette réserve, le premier énoncé est-il grammatical ? Oui si l’on considère que « chantés » est attribut du COD. Grevisse ne donne pas d’exemple avec « entendu », mais la liste que je viens de vous donner cautionne l’invariabilité.
    J’observe cependant que si l’on optait pour l’accord, on aurait :
    * Les airs qu’ils avaient ENTENDUS CHANTÉS…
    Comme notamment dans :
    * Tout le monde l’a CRUE morte. (Hugo)
    * Dieu m’a peut-être VOULUE lâche. (Bernanos)
    * Ces quelques fruits, je les aurais VOULUS plus beaux. (Colette)

    Reste-t-il encore quelque chose en suspens ?
    Bonne nuit, les petits… moutons !
    Edy
  • Merci beaucoup Edy!

    Je prends volontiers votre avis comme référence, ce qui est un grand plaisir quand ça supprime des doutes !
    Je note toutefois qu'avec CRU et DIT particulièrement le non-accord est envisageable et même fréquent. Avec Voulu, Jugé et trouvé il l'est à moindre dose aussi.

    J'ai un autre exemle du même genre à vous soumettre :
    les manifestants qu'il avait vus passés portaient des banderoles

    Il me semble que ce n'est pas correct et qu'il n'y a qu'une possibilité :
    les manifestants qu'il avait vus passer portaient des banderoles *
    car il les voit dans l'action et non pas après coup
    Qu'en pensez-vous?

    merci d'avance et Bonne journée!
  • EdyEdy Membre
    Bonjour, Christineh !

    Une réponse rapide : VUS PASSER.

    Cordialement,
  • J'apprécie aussi les réponses courtes!

    Merci encore Edy!
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, Christineh !

    J'ai repensé à votre exemple :

    * Les manifestants qu'il avait vus passés portaient des banderoles.

    Je pense que "passés" (à valeur d'accompli) pourrait s'expliquer s'il avait vu les manifestants de loin, APRES leur passage.
    D'où mon amendement :
    * Les manifestants qu'il avait vus déjà passés...

    Qu'en pensez-vous ?

    CITATION
    Ma femme a peur du noir, mais, depuis qu'elle m'a vu entièrement nu, elle a peur de la lumière. (Rodney Dangerfield)

    Cordialement,
    Edy
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.