Grammaire française Participe passé

2

Réponses

  • Une réponse non argumentée n'a rien de clair et ne m'apprend rien.
    La question posée ce matin à 9 h 14, si je souviens bien, mais peut-être me trompé-je, était : « Quel est le temps utilisé ? »
    J’ai répondu à la question posée, et je prends assez mal le fait que tu me le reproches, Paulang.
    Je peux argumenter si l’on me demande d’argumenter, je n’ai aucune raison de le faire si l’on ne me le demande pas.(De quelle couleur est ma mer ? Elle est bleue. Point barre.)
    Que l’on ergote sur le bien-fondé de ce temps et de ce mode, du nom qu’on lui a donné, de son utilité pour les étudiants, c’est une autre question.
    Et, excuse-moi, Arthur, mais à qui s’adresse le Confondre morphologie et syntaxe est tout sauf rendre service aux étudiants ?
  • Il s'adresse à la justification du terme fournie par la grammaire contrastive du FLE pour finnophones (§ cité par paulang). Le fait qu'une forme verbale ait divers emplois syntaxiques est somme toute assez banal et ne justifie pas de lui donner deux labels morphologiques différents.
  • Je ne connais pas cette grammaire finnoise. Pour ma part, je ne ne justifie rien, je restitue comme perroquet ce que m’ont appris les grammaires françaises de mon temps qui en valaient sans doute d’autres.
    Je ne le nie pas, tu as sans aucun doute raison, mais les deux labels ne m’ont jamais gênée. :)
  • Laoshi a écrit:
    Une réponse non argumentée n'a rien de clair et ne m'apprend rien.
    La question posée ce matin à 9 h 14, si je souviens bien, mais peut-être me trompé-je, était : « Quel est le temps utilisé ? »
    J’ai répondu à la question posée, et je prends assez mal le fait que tu me le reproches, Paulang.
    Je peux argumenter si l’on me demande d’argumenter, je n’ai aucune raison de le faire si l’on ne me le demande pas.(De quelle couleur est ma mer ? Elle est bleue. Point barre.)
    Je ne vous reproche rien, sauf peut-être de tronquer et ce faisant dénaturer mon propos. Je me plaindrai, je ne sais pas à qui mais je me plaindrai ! :lol:
    Il est évident que notre ami n'attendait qu'une confirmation de ce qu'il pensait. Le problème, c'est qu'ici comme à l'école, les réponses ne concernent pas que le questionneur mais tous les participants peut-êtres moins doués qui s'intéressent au sujet. Et à ceux-là, je le maintiens, votre réponse n'apportait rien.
    Ma remarque ne disait pas autre chose.
  • Ça ne me paraît pas si simple.
    Si chaque message doit pouvoir être compris par tous les lecteurs qui s'y intéressent, on ne s'en sort plus. Il faudrait écrire un exposé à chaque fois.
    Je lis moi-même nombre de messages portant sur des sujets que je trouve intéressants mais que je ne comprends pas. Parfois j'ajoute une question dont la réponse me fait comprendre ce que je ne comprenais pas mais souvent je ne demande rien car je vois qu'il y aurait trop de choses à m'expliquer pour que j'y parvienne. Des membres bons dans un domaine ont le droit de discuter entre eux de choses qui dépassent les autres.
  • Et à ceux-là, je le maintiens, votre réponse n'apportait rien.
    Et moi, je maintiens que j'ai donné une réponse correcte à la personne qui posait la question.
    Que le message ait été raccroché par la suite à un fil datant de 2013 (!) ayant pour titre une autre question, n'est pas de mon fait.
    Paulang, si tu as des questions personnelles, pose-les, demande à la façon des enfants : Mais pourquoi ?, tu trouveras pléthore d'érudits capable de te pondre des thèses sur des queues de poire. :)
  • Hippocampe a écrit:
    Ça ne me paraît pas si simple.
    Si chaque message doit pouvoir être compris par tous les lecteurs qui s'y intéressent, on ne s'en sort plus. Il faudrait écrire un exposé à chaque fois.
    Je lis moi-même nombre de messages portant sur des sujets que je trouve intéressants mais que je ne comprends pas.
    Mais votre degré de compréhension, que vous sous estimez d'ailleurs, n'est pas l'affaire du répondeur qui sur point n'a aucune prise. Ce dernier comme le toubib n'a qu'une obligation de moyen et c'est déjà beaucoup. ;) Notre amie Laoshi avait-elle déployé toute sa science pour me tirer de mon ignorance crasse ? :lol:
  • Conditionnel passé, Wikipédia
    Je m'en souviens, mais jamais je ne me fusse imaginé que ce palais fût une des merveilles du monde.
    Laoshi utilise le terme "conditionnel passé deuxième forme" car la phrase signifie exactement :
    Je m'en souviens, mais jamais je ne me serais imaginé que ce palais fût une des merveilles du monde. (
    avec le conditionnel passé première forme).


    Arthur s'oppose à cette dénomination car l'expression "conditionnel passé deuxième forme" n'est plus utilisée. Voir le message 19 de Jehan.

    Simple question de générations. Nous avons déjà rencontré ce genre de vaine discussion.
  • Ce n'est pas moi qui ai lancé la vaine discussion.
    Il suffisait de signaler après ma réponse : Ce que tu dis, Laoshi, est obsolète tout comme toi. :D
  • Ne te vexe pas Laoshi !
    Il n'y avait aucune raison d'intervenir tant qu'il n'y avait pas de contradicteur.

    Je suis surtout intervenue pour que Paulang comprenne...
  • Re-Bonjour

    Je vous remercie tous et toutes pour vos précieuses réponses,
    jamais je ne me fusse imaginé que ma question pût susciter toute cette discussion
    (J'espère que je me suis bien servi de ce temps :)).
    Je ne suis pas très doué en langue française, pour cette raison je me suis lancé dans son apprentissage et perfectionnement. Pour faire, et en suivant quelques conseils d'experts, je me suis lancé dans la lecture des livres et surtout des livres non ennuyeux. depuis quelques mois je lisais le livre "Contes Arabes, les Mille et une Nuits" traduit par Antoine Galland qui a vécu entre 1646 et 1715, et bien évidement à cette époque on utilisait des temps et expressions qui ne sont plus d'actualité aujourd'hui.
    J'ai beaucoup de difficulté sur tout ce qui concerne l'utilisation du mode subjonctif, pour cela durant ma lecture je m’arrêtais sur certaines phrases contenant du subjonctif et j'essayais de les décortiquer et comprendre leur sens. Dans la phrase que j'ai partagée avec vous je ne comprenais pas pourquoi il y avait du subjonctif dans la principale et la subordonnée. En faisant quelques recherches sur le net j'ai découvert qu'il y a un autre temps dont la conjugaison est similaire à celle du subjonctif plus que parfait qui est le conditionnel du passé 2ème forme. Finalement pour lever la doute j'ai décidé de poser ma question sur ce forum.
    Vous pouvez dire que je n'avais besoin que d'une confirmation de la part de quelqu’un pour lever la doute que j'avais, d'où la réponse de Laoshi m'a été suffisante.
  • TheRedRoomTheRedRoom Modérateur
    Je ne suis pas très douée en langue française,
    Si seulement les salles de classe étaient remplis d'élèves "pas très doués" comme toi, les enseignants seraient les plus heureux du monde !
    Ton français est excellent. Bienvenue :)
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    lakhal.hassan a écrit:
    jamais je ne me fusse imaginé que ma question suscitât toute cette discussion
    (J'espère que je me suis bien servi de ce temps :)).
    C'est correct, encore qu'il m'aurait semblé préférable d'écrire :
    jamais je ne me fusse imaginé que ma question pût susciter toute cette discussion
    Je ne suis pas très douée en langue française, pour cette raison je me suis lancé dans son apprentissage et sa perfectionnement, Pour faire, et en suivant quelques conseilles d'experts, je me suis lancé dans la lecture des livres et surtout des livres non ennuyeux. depuis quelques mois je lisais le livre "Contes Arabes, les Mille et une Nuits" traduit par Antoine Galland qui a vécu entre 1646 et 1715, et bien évidement à cette époque on utilisait des temps et expressions qui ne sont plus d'actualité aujourd'hui.
    J'ai beaucoup de difficulté sur tout ce qui concerne l'utilisation du mode subjonctif, pour cela durant ma lecture je m’arrêtais sur certaines phrases contenants du subjonctif et j'essayais de les décortiquer et comprendre leur sens. Dans la phrase que j'ai partagé avec vous je ne comprenais pas pourquoi il y avais du subjonctif dans la principale et la subordonnée, en faisant quelques recherches sur le net j'ai découvert qu'il y a un autre temps dont la conjugaison et similaire à celle du subjonctif plus que parfait qui est le conditionnel du passé 2ème forme, finalement pour lever la doute j'ai décidé de poser ma question sur ce forum.
    Vous pouvez dire je n'avais besoin que d'une confirmation de la part de quelqu’un pour lever la doute que j'avais, d'où la réponse de Laoshi m'a été suffisante.
    Comme tu le sais, le français distingue entre le masculin et le féminin.
    Si tu écris "je ne suis pas très douée", ce "e" sous-entend que tu es du sexe féminin. Alors, il faut aussi accorder d'autres verbes de la même manière : je me suis lancée.
    Mais en fait, tu me sembles très douée et tu écris très bien. Il y a quelques petites fautes sur les mots que je signale par la couleur rouge, je te laisse les corriger si tu le désires.
    La version de Galland des Contes des Mille et Une Nuits a enchanté mon enfance et il m'arrive de les relire encore avec beaucoup de plaisir. Mais elle est effectivement écrite dans une langue très particulière, celle du 17e siècle, et donc beaucoup de tournures ne sont plus employées aujourd'hui, ce qui est bien dommage !
  • Merci beaucoup pour vos remarques, j'ai effectué les corrections nécessaires, j'espère qu'elles sont correctes :)
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Bravo. Avec une telle détermination, je ne doute pas que tu vas progresser très rapidement. Ça fait plaisir à lire !
  • 24 juil. modifié

    Bonjour,

    Je ne suis pas sûr si je comprends très bien l'emploi des temps dans la phrase suivante que je viens de rencontrer sur la site du CNRTL :

    Car s'il eût été le moins du monde de mèche avec Albertine, il ne m'eût jamais avoué qu'il l'avait laissée libre de onze heures du matin à six heures du soir. [Proust, La Prisonnière.]

    Je n'arrive pas à déterminer s'il s'agit du (plus-que-parfait du) subjonctif ou bien du conditionnel passé dans l'un ou l'autre des deux cas et pourquoi ou pourquoi pas. Ils me paraissent tous les deux le même de toute façon.

    Je serais très reconnaissant si vous me pouviez aider à démêler ce problème.

    Merci d'avance.

  • JehanJehan Modérateur

    Bonsoir.

    Car s'il eût été le moins du monde de mèche avec Albertine, il ne m'eût jamais avoué qu'il l'avait laissée libre de onze heures du matin à six heures du soir.

    = Car s'il avait été le moins du monde de mèche avec Albertine, il ne m'aurait jamais avoué qu'il l'avait laissée libre de onze heures du matin à six heures du soir.

    C'est le plus-que-parfait du subjonctif employé avec la valeur modale d'un conditionnel passé, emploi qu'on appelle parfois "conditionnel passé 2e forme".

    Dans la principale, c'est l'exact équivalent d'un conditionnel passé. Dans la subordonnée hypothétique, c'est le parfait équivalent du plus-que-parfait de l'indicatif que l'on emploie usuellement.

  • Dans les deux cas donc (principale & subordonnée), le temps employé est celui du "conditionnel passé 2e forme" ?

  • JehanJehan Modérateur

    Dans les deux cas, il s'agit du subjonctif plus-que-parfait, avec une valeur modale hypothétique particulière qui fait parfois appeler cet emploi "conditionnel passé 2e forme". Dans cet emploi modal particulier, le subjonctif plus-que-parfait est l'équivalent exact d'un conditionnel passé "normal". Et dans une subordonnée de condition introduite par si, il est l'équivalent du plus-que-parfait de l'indicatif modal à valeur de conditionnel passé.

    Exemple :

    Si vous m'eussiez appelé, je vous eusse aidé.

    = Si vous m'aviez appelé, je vous aurais aidé.

    = Vous m'auriez appelé, je vous aurais aidé.

  • Bonjour,

    Qu'entend-on par "valeur modale" ? Il me semble que c'est ce qu'il faut expliquer en premier.

    Je n'ai pas trouvé d'explications dans le forum sur ce point. S'il y a une explication quelque part, milexcus. Et je n'ai pas trouvé d'explications claire sur le Net.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.