Musset, Les Caprices de Marianne, acte II, scène 6

Bonjour,
je fais un commentaire sur cet extrait, et on sait que celui-ci est ''comédie dramatique'', mais comment dans cet extrait pouvons-nous justifier cette expression (peut-être avec la tonalité) ? sos merci de votre aide
«1

Réponses

  • Bonsoir a tous,


    Je suis en 1ere STG

    Pour demain j'ai un objet d'étude a réaliser sur l'acte II scene 6 !

    Projet de lecture : Quelle est l'utilité de cette dérniere scene qui semble s'ajouter au dénouement ?!

    J'ai bien essayer mais mes reponses sont assez vague !

    Merci de m'aider et de m'apporter une petite aide svp !

    Merci d'avance =)
  • ecris nous déjà tes réponses, on n'est pas là pour faire ton boulot :)
    On sera plus à même de te dire quelles sont les précisions à apporter à tes réponses.
  • Bonjour.
    Je poste mon plan de commentaire sur ce texte afin de vous demander votre avis :

    I] Moment d'éloquence funèbres
    1. Termes du cadre funéraire
    2. Éloge funèbre d'Octave
    3. Un portrait de Cœlio
    4. Octave confond son sort à celui de son ami.


    II] Le dédoublement d'Octave
    1. Octave se prend pour l'alter ego de Cœlio
    2. Il a toutes les caractéristiques du personnage romantique
    3. Une suite antithétique


    III] La solitude de Marianne
    1. Une distance entre Octave et Marianne
    2. Marianne tente de se rassurer
    3. Un contraste entre les propos de Marianne et d'Octave



    Et un deuxième mais lui sans les sous axes


    I] Une scène d'épilogue tragique
    II] Un monologue à deux


    Voici donc ma question : lequel pensez-vous être le mieux ?

    Merci à vous.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Le premier plan est meilleur.
    Mais il me semble mal ordonné.
    Il est dommage de finir sur solitude de Marianne alors que le projecteur est plutôt braqué sur Octave.
    Je crois qu'une troisième partie sur le héros romantique désabusé serait meilleure. La fin des Caprices est quand même un adieu à la vie.
  • pourriez vous me donnez des sous partie pour ces deux axes
    une scene d'epilogue tragique
    un monologue a deux
    s'il vous plait mon devoir est pour demain
    voila mon plan
    UNE SCENE D'EPILOGUE TRAGIQUE
    1 le sentiment de culpabilité
    2 un portrait de coelio

    pour le 2eme axe j'ai rien trouvé
    a l'aide
  • pourriez vous aussi m'aider sur cette question
    etudiez le role des differents personnages de la piece
    s'il vous plait aidez moi c'est pour demain
    merci d'avance
    est ce qu'il faut decrire les personnage? ET LEUR CONSEQUENCE SUR LES AUTRE
  • Mais Marianne a tout de même son importance au cœur de la pièce, en particulier dans cette scène d'ailleurs. Bien qu'il soit vrai aussi que celle ci est particulièrement concentrée sur Octave... je vais suivre tes conseils.
    Merci de votre aide.

    Edit : Yas (Yasmine, je suppose), pour la première question, il faut en effet parler des conséquences qu'ont leurs actions dans l'histoire ainsi que sur les autres personnages, leur rôle dans l'intrigue.
    La deuxième consiste à faire un plan détaillé de commentaire de la dernière scène (nous avons le même devoir), notre professeur nous a donné comme base le plan suivant :

    I] Une scène d'épilogue tragique
    II] Un monologue à deux

    Le plan que j'ai mis dans mon dernier message est de moi, et je trouve la dernière partie de mon professeur un peu étrange... enfin j'en comprend le sens, mais... enfin je ne sais pas.
    Bref, merci Jean-Luc une fois de plus pour ton aide je pense que je vais garder mon plan.

    Sinon, Yas, pour tes sous axes, je pense qu'ils sont bons. N'oublie pas d'étudier le champ lexical (ou les champs lexicaux) ainsi que la façon dont Octave parle.
    pour la deuxième partie, nousl'avons étudié dans le corpus "L'Aveu amoureux au théâtre", mais je ne sais pas si tu avais trouvé la réponse. Il faut étudier ici la relation Octave/Marianne, dire en quoi c'est un monologue "à deux" (pour cela, faire attention à la manière de parler des personnages).

    Sur ce, au plaisir.Excusez mon double post, c'est afin de remonter le topic.
    Je me suis demandée si la partie que vous m'avez donné, Jean-Luc, ne pourrait pas en être une quatrième : en effet, Marianne est un personnage qui a une forte importance. Voici donc ma demande : ma troisième partie sur Marianne pourrait devenir la deuxième, le dédoublement d'Octave la troisième, et le héros romantique désabusé en quatrième partie (il me semble que 4 parties est le maximum pour un commentaire).
    Je suis d'accord pour le fait que cette dernière scène soit un adieu à la vie, mais Marianne est le centre de la pièce, et la raison de tout ce qui s'est passé.
    Donc le plan suivant serait-il bon ?


    I] Moment d'éloquence funèbres

    II] La solitude de Marianne

    III] Le dédoublement d'Octave

    IV] Un héros romantique désabusé


    Merci beaucoup.


    EDIT
    Je viens de trouver des sous axes pour cette quatrième partie :

    IV]
    1. Un adieu à la vie
    2. Prise de conscience d'Octave du néant de sa vie
    3. Mort à l'intérieur, sans âme et sans espoir, destiné à la solitude


    Encore merci.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Rufus Shinra,

    Je réfléchirais encore car si Marianne est seule, Octave ne l'est pas moins.

    Alors ?
    Pour le plan, je te proposerais une structure ternaire plus équilibrée :
    1 Une atmosphère funèbre
    2 Octave/Coelio : la tragédie du double
    3 des héros romantiques désabusés
    a) la solitude de Marianne détrompée
    b) l'adieu à la vie d'Octave
    c) une jeunesse sacrifiée ou les amours impossibles
  • Merci beaucoup, encore désolée pour tous ces changements.
    La raison pour laquelle j'insiste un peu sur Marianne est qu'elle est importante, mais je ne parle de sa solitude que dans une seule partie, contrairement à Octave où j'en parle quasiment dans les trois (évidement il y a toujours un rapprochement).
    Bref, vu que mon devoir est à rendre pour demain, je vais faire avec ce que j'ai.

    Encore merci de votre aide.
  • pensez vous que mon mes sous partie sont bien ;)

    I/ UN MONOLOGUE A DEUX
    1) la perte du plaisir
    2) opposition entre octave et coelio
    ou
    1/ la solitude de marianne
    2/ l'adieu a la vie d'octave
    merci beaucoup
  • Bonjour.
    Je poste ce message pour poser une question sur les différentes figures de style : en effet, dans la scène 6 des Caprices, à un moment, Octave dit " C'est moi qu'ils ont tué, c'est moi [...] ", y'a-t-il un nom pour cette façon que le personnage a de parler de son ami défunt en parlant de lui ?
    J'ai un exemple : pour Thérèse Raquin de ZOLA, à un moment, le narrateur dit "il était étonné, il n'avait jamais vu cette femme", or c'est faux, c'est juste qu'une nouvelle image d'elle lui apparaissait. Y'a-t-il un nom pour ce procédé s'il vous plaît ?

    Merci beaucoup.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Les seules figures de style sont des procédés d'insistance :
    - forme tonique du pronom moi,
    - présentatif c'est... que
    - répétition...

    Octave s'identifie à Coelio, se substitue à lui, mais ce n'est point une figure de style, simplement l'expression d'un sentiment très fort de sympathie, d'admiration et sans doute d'auto-culpabilité.
  • Bonjour,

    Jai un commentaire composé a faire pour demain, sur l'acte II scène 6 des Caprices de Marianne, alors mon introduction, une de mes deux parties ainsi que ma conclusion sont faites cependant je ne trouve pas de sous parties pour l'axe : l'éloge funèbre de coelio, si quelqu'un voudrait bien m'aider. . .Merci.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Avec le texte ce serait plus facile :
    Acte Second
    Scène Sixième

    Un cimetière.
    Octave et Marianne, auprès d'un tombeau.
    OCTAVE. - Moi seul au monde je l'ai connu. Cette urne d'albâtre, couverte de ce long voile de deuil, est sa parfaite image. C'est ainsi qu'une douce mélancolie voilait les perfections de cette âme tendre et délicate. Pour moi seul, cette vie silencieuse n'a point été un mystère. Les longues soirées que nous avons passées ensemble sont comme de fraîches oasis dans un désert aride ; elles ont versé sur mon cœur les seules gouttes de rosée qui y soient jamais tombées. Coelio était la bonne partie de moi-même ; elle est remontée au ciel avec lui. C'était un homme d'un autre temps ; il connaissait les plaisirs et leur préférait la solitude ; il savait combien les illusions sont trompeuses, et il préférait ses illusions à la réalité. Elle eût été heureuse la femme qui l'eût aimé.
    MARIANNE. - Ne serait-elle point heureuse, Octave, la femme qui t'aimerait ?
    OCTAVE. - Je ne sais point aimer , Coelio seul le savait. La cendre que renferme cette tombe est tout ce que j'ai aimé sur la terre, tout ce que j'aimerai. Lui seul savait verser dans une autre âme toutes les sources de bonheur qui reposaient dans la sienne. Lui seul était capable d'un dévouement sans bornes ; lui seul eût consacré sa vie entière à la femme qu'il aimait, aussi facilement qu'il aurait bravé la mort pour elle. Je ne suis qu'un débauché sans cœur ; je n'estime point les femmes : l'amour que j'inspire est comme celui que je ressens, l'ivresse passagère d'un songe. Je ne sais pas les secrets qu'il savait. Ma gaieté est comme le masque d'un histrion ; mon cœur est plus vieux qu'elle, mes sens blasés n'en veulent plus. Je ne suis qu'un lâche ; sa mort n'est point vengée.
    MARIANNE. - Comment aurait-elle pu l'être, à moins de risquer votre vie ? Claudio est trop vieux pour accepter un duel, et trop puissant dans cette ville pour rien craindre de vous.
    OCTAVE. - Coelio m'aurait vengé si j'étais mort pour lui comme il est mort pour moi. Ce tombeau m'appartient ; c'est moi qu'ils ont étendu sous cette froide pierre ; c'est pour moi qu'ils avaient aiguisé leurs épées ; c'est moi qu'ils ont tué. Adieu la gaieté de ma jeunesse, l'insouciante folie, la vie libre et joyeuse au pied du Vésuve! Adieu les bruyants repas, les causeries du soir, les sérénades sous les balcons dorés ! Adieu Naples et ses femmes, les mascarades à la lueur des torches, les longs soupers à l'ombre des forêts ! Adieu l'amour et l'amitié ! ma place est vide sur la terre.
    MARIANNE. - Mais non pas dans mon coeur, Octave pourquoi dis-tu : Adieu l'amour ?
    OCTAVE. - Je ne vous aime pas, Marianne; c'était Coelio qui vous aimait.
    Analyse les qualités qu'Octave reconnaît à Coelio : générosité, courage, idéalisme... Tu as ici le thème du double, Coelio représentant la meilleure part du héros romantique.
  • Merci grace à sa je pense que je devrais pouvoir men sortir ! Merci beaucoup
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.