Problème de traduction dans Moby Dick

Bonjour, il m'a semblé que cette rubrique était la meilleure pour poser ma question

J'ai un souci de comprehension avec un passage du livre Moby Dick :


They say that men who have seen the world, thereby
become quite at ease in manner, quite self-possessed in
company. Not always, though: Ledyard, the great New
England traveller, and Mungo Park, the Scotch one; of all
men, they possessed the least assurance in the parlor. But
perhaps the mere crossing of Siberia in a sledge drawn by
dogs as Ledyard did, or the taking a long solitary walk on
an empty stomach, in the negro heart of Africa, which was
the sum of poor Mungo’s performances—this kind of travel,
I say, may not be the very best mode of attaining a
high social polish. Still, for the most part, that sort of thing
is to be had anywhere
.

C'est le passage souligné qui me pose problème, j'ai mis le paragraphe entier pour la compréhension au cas où.

j'ai trouvé 2 traductions :
1)[...] ne sont pas la meilleure façon d'attraper un solide vernis mondain, chose qui, néanmoins, peut s'acquerir n'importe où.
2)Pourtant ce vernis est nécessaire presque partout où l'on va.

Quelqu'un serait-il en mesure de me dire laquelle des 2 traductions est correcte ?

Merci d'avance

Réponses

  • La première je pense.
  • Merci de la réponse,

    moi je penchais plutot pour la seconde ...
  • [...] doit être acquis partout.

    Pouvoir et devoir sont loin d'avoir le même sens.
    Mithridate a écrit:
    [...] doit être acquis partout.

    Pouvoir et devoir sont loin d'avoir le même sens.

    De toute façon, ici, je pense que se trouver correspondrait bien mieux.

    [...] se doit de se trouver partout.

    C'est lourd, mais c'est comme ça que je comprends la phrase. Tu pourras reformuler le tout, au pire !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.