Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Je suis actuellement en prépa scientifique, je me débrouille assez bien, mais je crois que je préfère la littérature, la philosophie à la science (même si la science me plaît aussi), les autres se lancent dans la science comme si elle était la vérité absolue, il n'y a pas de réflexion (le professeur de philo ne se préoccupe même pas de nous, et on n'a que deux heures de français-philo par semaine), c'est toujours le même mode de réflexion, on n'apprend en fin de compte pas grand chose : expliquer le monde, ça n'a jamais été le comprendre (même si Physique, Chimie et Maths sont en fait incapables d'expliquer).
Le problème est le suivant : peut-on passer d'une prépa S à une L (en cours d'année, ça me semble impossible), et, si c'est le cas, que faire après ? J'aime beaucoup la philosophie, le français, les langues (et avec l'histoire, ce sera plus dur), mais je ne vois pas tellement de métier où on ne ferait que de la philosophie par exemple (à part professeur).
Le pire est encore de se dire qu'il reste une année de prépa S à finir avant la prépa L (et je ne suis pas sûr d'être pris), même si je suis tout aussi prêt à aller jusqu'au bout dans la voie scientifique. Et, existe-t-il des prépas sans histoire ?

Que faire ?? Merci de vos réponses, et je vous demanderais de ne répondre que si vous vous y connaissez en orientation ou si vous avez été dans un cas semblable (et pas si vous avez juste une opinion !).
«1

Réponses

  • Que faire ?? Merci de vos réponses, et je vous demanderais de ne répondre que si vous vous y connaissez en orientation ou si vous avez été dans un cas semblable (et pas si vous avez juste une opinion !).
    Cela a le mérite d'être clair.

    Pour ce qui est de ta question principale, c'est à dire de passer en cours d'année d'une prépa scientifique à une prépa plutôt littéraire, je n'y répondrai pas car je ne sais pas, même si toute fois ça me parait peut probable. Attendons, cependant les réponses d'autres "plus spécialistes" en la matière ! :)

    En revanche pour ce qui concerne les emplois du temps dans ces prépa je m'y connais un peu puisque c'est ce qui m’intéresse pour l'an prochain. Je peux donc te dire que ce soit en prépa purement littéraire (c'est à dire en A/L), ou en B/L, il y aura quoiqu'il arrive de l'histoire, et ce environ 4/5hpar semaine. Autant te dire, si c'est vraiment ce que tu veux, tu ne pourra pas en échapper. Tu peux vérifier sur ces liens ou même en générale sur les sites des lycées qui dispensent l'enseignement de ces classes.
    http://www.classes-prepa.fr/pages/prepas-litteraires/hypokhagne/cours-hypokhagne-lsh-bl-al.html
    http://www.prepabl.fr/spip.php?article16
  • Il y avait un étudiant dans ce cas dans ma classe d'hypokhâgne, qui s'était réorienté après deux ans de prépa scientifique, c'était le major de notre classe : c'est donc possible. De plus, avec une année de prépa à ton actif tu auras sans doute une grande partie de la rigueur nécessaire.
    Je pense qu'il va te falloir attendre la fin de l'année en revanche, et ne pas viser une hypokhâgne trop haute, mais tout dépend en réalité de ton dossier scolaire.
  • Merci de vos réponses.

    Anaph0re_ : Ce qui me perturbe le plus est encore de me dire que je pourrais peut-être regretter mon choix... Que t'en dis ton ami d'ancienne prépa littéraire ? Est-ce qu'il est largué en cours ? Est-il très satisfait de son choix ?

    Audreydu27 : Pour l'histoire, tant pis, je m'y ferais, c'est juste que la méthode me fait défaut ; l'année de terminale, j'avais tendance à beaucoup apprendre par coeur les cours (jusqu'à retenir les phrases même), et je me suis toujours demandé si c'était une bonne méthode, si les autres faisaient ainsi. D'autre part, j'avais cru comprendre que la géographie était facultative, et la page que tu m'as montré montre qu'elle fait partie du tronc commun.
  • D'autre part, j'avais cru comprendre que la géographie était facultative, et la page que tu m'as montré montre qu'elle fait partie du tronc commun.

    Oui, pour la première année qui est commune. Après, si en 2e année tu te dirige vers une Khâgne Ulm tu n'en aura pas, enfin si tu ne la demande pas en option.
  • Bonsoir,

    Pour la personne qui est passée de prépa scientifique à littéraire, dont parle anaphore, elle est maintenant en L3 de lettres classiques, donc je ne pense pas qu'il regrette son orientation littéraire. Comme l'a dit anaphore il était major en hypokhâgne. En khâgne ça se passait un peu moins bien parce qu'il en avait marre d'être en prépa je crois (il avait fait 2 ans de prépa S) et du coup il n'a pas voulu cuber. Mais il avait de très grandes capacités tout particulièrement en lettres classiques.
    Il n'y a pas de raison que tu aies plus de difficultés que les autres, en arrivant en HK au contraire tu auras déjà un rythme de travail et une rigueur (bon il y a aussi une lassitude de la prépa qui peut arriver, surtout quand on la pense sur 2/3 ans, mais ça va vraiment le coup de faire au moins une HK). Après tout dépend de tes capacités dans les matières littéraires.

    Pour l'Histoire, c'est vraiment une matière pilier, tu ne pourras pas y échapper. Mais c'est une matière qui change complètement en HK. Pour la méthode tu apprendras, le par coeur est tout simplement impossible, il faut beaucoup de connaissances certes, mais il faut surtout comprendre les faits, beaucoup réfléchir, lire... On en fait d'une façon très différente du lycée, donc tu ne peux pas encore dire que tu n'aimes pas - comme tu ne peux pas vraiment encore savoir si tu apprécieras les enseignements de littérature et de philosophie... Quand on se lance dans des études supérieures littéraires c'est toujours un petit peu l'inconnu, mais on y trouve largement son compte !

    Et enfin pour les débouchés, il y a l'enseignement bien sûr, mais aussi la traduction, le journalisme, on peut aussi intégrer des écoles de commerce après la khâgne... Je ne sais pas ce qui t'attirerait ?

    En tout cas je comprends ta "frustration", j'ai fait une terminale S avec de très bons résultats mais je n'ai pas hésité à faire une HK et je ne le regrette absolument pas !! Et il y en a plein comme moi, il y a beaucoup d'anciens S (et ES) en HK, cela ne change rien. Et pour faire ton choix : si les études scientifiques ne te plaisent pas, c'est une chose, mais est-ce que tu penses que les métiers auxquels elles mènent te plairaient, est-ce que tu te vois bien être ingénieur dans une domaine que tu aimes par exemple ? C'est vrai que si ça ne te tente pas non plus, mieux vaut changer de voie...

    Bon choix !
  • Bonjour,

    Je connais également une personne qui est passée de prépa S à une prépa littéraire, après une seule année de prépa scientifique cette fois-ci. Elle a intégré une très bonne prépa littéraire avant d'entrer à l'ENS, donc cela semble lui avoir plutôt réussi. En revanche, pour ce qui est des aspects techniques du changement de prépa, je ne sais pas trop comment elle a fait...
  • Bonjour à tous, j'arrive sur ce sujet plusieurs mois après et très tardivement... J'espère vivement avoir une réponse !
    Je suis dans le même cas que ton ami Anaphore : je sors de deux années de prépa scientifique et je me rend compte que je ne veux pas devenir ingénieure mais bel et bien étudier les lettres et la philosophie.

    Comment ton ami a fait pour être accepté en B/L ? C'est une sélection sur ses bulletins des deux années de prépa scientifique + ceux de terminale et notes du bac ? Et peut-on éventuellement le contacter ?!? Son parcours et son témoignage m'intéresseraient vraiment beaucoup...
  • Salut potin.j,
    Je peux te répondre, je sors moi-même d'une MPSI et j'ai été acceptée pour rentrer en B/L en septembre. Par contre, je pense que tu t'y prends un peu tard car il faut passer par APB comme les lycéens, donc avant mars. Mais il y a peut-être moyen en appelant certains lycées qui ne remplissent pas leurs classes... Je ne sais pas trop comment ça se passe, mais tu peux toujours tenter. :)
    Pour la sélection, ils regardent en priorité les bulletins de lycée pour pouvoir comparer avec les autres, ainsi que les résultats au bac. Mais ils demandent les bulletins de prépa donc ils doivent les regarder aussi, et avoir fait une prépa scientifique est clairement avantageux pour une B/L car tu connais déjà une bonne partie du programme en maths, a fortiori si tu as fait une spé.
  • KochKoch Membre
    Certaines prépas recrutent lors de la procédure complémentaire. A mon époque, il n'y avait que des prépas privées. Je pense qu'il est très difficile (mais pas impossible pour celles de province) de faire le forcing auprès des prépas publiques pendant l'été. C'est beaucoup plus ouvert pour les privées (même celles qui sont très bien réputées comme Sainte-Marie de Neuilly).
    Sinon sache que c'est plutôt fréquent de voir des MP(SI) débarquer en BL, généralement ils s'en sortent bien puisque les mathématiques ne leur posent pas vraiment de problèmes, ce qui leur fait ça de moins à travailler.
  • 6 lycées proposent des places B/L en procédure complémentaire APB, 4 publics, dont même HIV, mais celui de Béziers...
  • KochKoch Membre
    6? C'est énorme je trouve. C'est une belle occasion pour Potin :) Quels sont ces lycées Anne.345 si ce n'est pas indiscret? Hormis, cette nouvelle prépa H4 :D
  • Alphonse DAUDET Nîmes
    HENRI IV Béziers
    Blanche De Castille (Privé) Nantes
    Notre Dame Saint Sigisbert (Privé) Nancy
    Albert Chatelet Douai
    Claude Monet Le Havre

    en espérant qu'APB mette ses fichiers à jour, même en août...
  • KochKoch Membre
    Tiens, Daudet c'est étonnant, c'est une ancienne BL pourtant.
    Attention à Claude Monet qui, de mon temps, n'avait pas de khâgne... Je ne sais pas si ça s'est arrangé avec le temps!
    Châtelet, c'est un lycée très agréable et sérieux, je l'avais visité en terminale quand je cherchais encore ma voie :) Comme H4, ils vont un peu pâtir du manque d'expérience sur ce concours. Mais l'avantage de Douai, c'est qu'ils ont depuis longtemps des prépas scientifiques, commerciales et littéraires. En tout cas, c'est une très bonne nouvelle que des BL soient crées!
    Blanche et Notre-Dame étaient déjà en procédure complémentaire à mon époque.
  • Salut!
    Je ne sais pas où en sont les deux personnes qui envisageaient de changer, mais je voulais essayer de répondre aux questions générales de ce sujet.
    Je suis passée d'une prépa EC à une prépa HK en cours d'année; je pensais finir l'année et postuler pour une Hk l'année d'après, mais mon lycée m'a proposé de changer en cours d'année: il comportait une filière EC et une filière littéraire, quatre classes au total, donc la proximité a beaucoup joué (j'étais aussi dans ce lycée depuis la sixième).
    Pour ceux qui souhaiteraient se réorienter vers une khâgne, je pense donc qu'en-dehors de la procédure APB, il est plus simple d'aller vers des lycées privés, et de contacter la direction soit en demandant un entretien, soit en apportant une lettre de motivation (accompagnée des bulletins justifiant une capacité de travail et un niveau suffisants) expliquant les raisons de la réorientation. Les prépas privées sont souvent attentives à la motivation d'un élève, et il faut leur montrer qu'elles peuvent vous faire confiance, que votre décision est cohérente, très réfléchie et que vous n'allez vous démotiver au bout de deux mois. Mais c'est aussi possible de contacter des prépas publiques. D'une manière, je vous conseille de toujours aller voir directement les responsables, en personne, lorsque vous êtes dans un cas un peu particulier.
    Sur le choix de la filière littéraire et ses débouchés, j'ai moi aussi hésité en voyant les taux d'intégration qui restent assez faibles, très inférieures à la filière EC que je suivais. Mais je ne regrette absolument pas mon choix: pour un élève bosseur et de bon niveau, les débouchés sont très larges: les écoles de commerce sont tout à fait accessibles pour ceux qui s'y intéressent, et l'ens également (beaucoup de personnes se retrouvent admissibles sans l'avoir jamais envisagé). Il faut évidemment réfléchir à la perspective de poursuivre ses études à la fac dans la matière choisie (lettres, philo, langues, histoire, géographie...), mais dans tous les cas, la formation est tellement riche que personne ne regrette de l'avoir choisie.
  • KochKoch Membre
    D'accord avec ce qui est dit au-dessus. Notamment sur la multiplicité des débouchés -on ne s'en rend pas toujours compte au début- surtout si l'on tient compte des filières sélectives de l'université qui offrent de très bonnes alternatives.
    Mais je souhaite quand même minimiser un peu le propos de petitdemon sur l'ENS et ses résultats. Le concours BL est extrêmement dur (toutes les matières ont le même coef et il n'y a pas de programme ou alors un programme très vaste) et élitiste (cf le petit nombre d'admis). L'admissibilité ne vient pas de nulle part. Il suffit de regarder le taux de sous-a dans les bons lycées de province (en comparant avec leur filière AL par exemple) pour voir qu'il faut quand même s'arracher pour être bien classé.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.