Hugo, Après une lecture de Dante

Bonjour,
J'aurai besoin d'aide pour une analyse littéraire sur le poème Après une lecture de Dante de Victor Hugo tiré des voies intérieures. Je n'arrive pas à trouver mes deux thèmes principaux (vie semée d'embûches, enfer,peur, pêchés.. ?) ainsi que mes idées secondaires et les figures de style qui peuvent soutenir cela.
Quand le poète peint l’enfer, il peint sa vie :
Sa vie, ombre qui fuit de spectres poursuivie ;
Forêt mystérieuse où ses pas effrayés
S’égarent à tâtons hors des chemins frayés ;
Noir voyage obstrué de rencontres difformes ;
Spirale aux bords douteux, aux profondeurs énormes,
Dont les cercles hideux vont toujours plus avant
Dans une ombre où se meut l’enfer vague et vivant !
Cette rampe se perd dans la brume indécise ;
Au bas de chaque marche une plainte est assise,
Et l’on y voit passer avec un faible bruit
Des grincements de dents blancs dans la sombre nuit.
Là sont les visions, les rêves, les chimères ;
Les yeux que la douleur change en sources amères,
L’amour, couple enlacé, triste, et toujours brûlant,
Qui dans un tourbillon passe une plaie au flanc ;
Dans un coin la vengeance et la faim, sœurs impies,
Sur un crâne rongé côte à côte accroupies ;
Puis la pâle misère, au sourire appauvri ;
L’ambition, l’orgueil, de soi-même nourri,
Et la luxure immonde, et l’avarice infâme,
Tous les manteaux de plomb dont peut se charger l’âme !
Plus loin, la lâcheté, la peur, la trahison
Offrant des clefs à vendre et goûtant du poison ;
Et puis, plus bas encore, et tout au fond du gouffre,
Le masque grimaçant de la Haine qui souffre !

Oui, c’est bien là la vie, ô poète inspiré,
Et son chemin brumeux d’obstacles encombré.
Mais, pour que rien n’y manque, en cette route étroite
Vous nous montrez toujours debout à votre droite
Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,
Le Virgile serein qui dit : Continuons !



Merci !

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Quelques pistes :
    - une vision pessimiste,
    - une imitation romantique de Dante,
    - le rôle du poète...
  • Merci beaucoup ! Pour ma part j'ai aussi trouvé que le poète décrit une descente aux enfers ? C'est une représentation des 9 cercles de l'enfer de Dante. Ai-je raison selon vous ? De plus si je ne me trompe pas une des thèmes principaux est les vices des humains et la peur ?? Qu'en dites-vous ?

    Merci encore bonne journée !
  • Bonjour à tous ! :)
    Je dois effectuer une analyse littéraire sur un poème de Victor Hugo, mais je ne suis pas certaine de l'analyse que j'ai effectuée sur ce poème, je suis présentement en train de construire mon plan, mais je ne suis certaine de rien. J'ai trouvé que ce poème parle de la descente aux enfers, des pêchés(vices) et de la peur. Mes deux thèmes principaux et mes sous thèmes sont les suivants:
    1- Représentation pessimiste du chemin de la vie


    2- Descente aux enfers( comme un descente d'un escalier où l'on voit une gradation des vices)
    -Vices
    -peur
    Comme vous pouvez le constater, je n'ai pas encore trouvé de sous thème pour ce qui est de la représentation pessimiste de la vie. Je vous joint le poème ci-dessous:
    Quand le poète peint l'enfer, il peint sa vie:
    Sa vie, ombre qui fuit de spectres poursuivie;
    Forêt mystérieuse où ses pas effrayés
    S'égarent à tâtons hors des chemins frayés;
    Noir voyage obstrué de rencontres difformes;
    Spirale aux bords douteux, aux profondeurs énormes,
    Dont les cercles hideux vont toujours plus avant
    Dans une ombre où se meut l'enfer vague et vivant!
    Cette rampe se perd dans la bruime indécise;

    Au bas de chaque marche une plainte est assise,
    Et l'on y voit passer avec un faible bruit
    Des grincements de dents blancs dans la sombre nuit.
    Là sont les visions, les rêves, les chimères;
    Les yeux que la douleur change en sources amères,
    L'amour, couple enlacé, triste, et toujours brûlant,
    Qui dans un tourbillon passe une plaie au flanc;
    Dans un coin la vengeance et la faim, sœurs impies,
    Sur un crâne rongé côte à côte accroupies;
    Puis la pâle misère au sourire appauvri;
    L'ambition, l'orgueil, de soi-même nourri,
    Et la luxure immonde, et l'avarice infâme,
    Tous les manteaux de plomb dont peut se charger l'âme!
    Plus loin, la lâcheté, la peur, la trahison
    Offrant des clefs à vendre et goûtant du poison;
    Et puis, plus bas encore, et tout au fond du gouffre,
    Le masque grimaçant de la Haine qui souffre!

    Oui, c'est bien là la vie, ô poète inspiré,
    Et son chemin brumeux d'obstacles encombré.
    Mais, pour que rien n'y manque, en cette route étroite
    Vous nous montrez toujours debout à votre droite
    Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,
    Le Virgile serein qui dit: Continuons!


    Un gros merci !
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Ton plan ne semble pas tenir compte des six derniers vers...
    Pourtant, ce n'est sans doute pas pour rien qu'ils concluent le poème !
    Oui, c'est bien là la vie, ô poète inspiré,
    Et son chemin brumeux d'obstacles encombré.
    Mais, pour que rien n'y manque, en cette route étroite
    Vous nous montrez toujours debout à votre droite
    Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,
    Le Virgile serein qui dit: Continuons!

    Est-ce vraiment si pessimiste ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    yoyo.cowgirl a écrit:
    Merci beaucoup ! Pour ma part j'ai aussi trouvé que le poète décrit une descente aux enfers ? C'est une représentation des 9 cercles de l'enfer de Dante. Ai-je raison selon vous ? De plus si je ne me trompe pas une des thèmes principaux est les vices des humains et la peur ?? Qu'en dites-vous ?
    Merci encore bonne journée !

    Oui, c'est exact, mais il faut que tu examines en contrepoint quelle doit être l'attitude du poète.
  • Après mûre réflexion, voici mes thèmes principaux et mes sous-thèmes:

    ENFER
    -Descente aux enfers( les cercles de Dante et compare comme une descente, gradation comme un escalier)
    -peur

    LA VIE
    -Vices (haine, luxure, avarice...)
    -Misère humaine (faim, misère...)

    Par contre, je ne comprend pas où je devrais inclure l'attitude du poète ?
    Dans ma conclusion je parlerai du rapprochement avec les cercles de l'enfer de Dante.
    Qu'en dites-vous ?

    Merci BEAUCOUP BEAUCOUP de m'éclairer !!!!!!!! :)
  • Effectivement !!!! Merci beaucoup !
  • Tu oublies de parler du rôle du poète, qui est explicité comme l'a dit Jean dans les six derniers vers, et au début du poème — les deux premiers vers si ma mémoire est bonne.
  • Bonjour :)
    Par contre je ne sais pas comment les inclure dans mon analyse. La fonction du poète (observateur ?) doit-elle être un thème principal ???

    merci
  • Mais justement, est-ce que le poète n'est qu'un observateur, se borne-t-il à décrire platement l'Enfer ? N'oublie pas que c'est inspiré par la Divine Comédie de Dante, dans laquelle Dante plonge — à un moment — dans l'Enfer avec Virgile. ;)
  • Ah ! Je crois que je viens de comprendre tout le sens du poème maintenant un GROS merci ! Donc le poète se représente comme étant Dante si je comprend bien ??? Mais que serait alors mes thèmes principaux et mes sous thèmes , je n'arrive toujours pas à les formuler :( ??

    DESCENTE EN ENFER

    VIE DE MISÈRE
  • JehanJehan Modérateur
    Donc le poète se représente comme étant Dante si je comprend bien ???
    Non... Le poète (Victor Hugo) s'adresse au poète Dante ("vous").
    Dans la Divine Comédie, Dante est accompagné du poète Virgile (le "génie au front calme" qui dit "Continuons" ).
    Oui, c’est bien là la vie, ô poète inspiré,
    Et son chemin brumeux d’obstacles encombré.
    Mais, pour que rien n’y manque, en cette route étroite
    Vous nous montrez toujours debout à votre droite
    Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,
    Le Virgile serein qui dit : Continuons !

    La vie est encombrée d'obstacles, c'est vrai, mais... continuons.
  • Bonjour ! :)
    Je dois trouver un champ lexical dans ce poème pour prouver la présence de romantisme. J'aimerais trouver un champ lexical sur un des sujets suivants : le désespoir , mal de vivre, douleur. Il m'est nécessaire que je puisse trouver 3 mots.

    mal de vivre
    Infâme, immonde

    Désespoir

    Douleur
    Souffre

    Comme vous pouvez voir, je ne suis pas certaine de mes réponses. De plus je peine à justifier pourquoi l'auteur emploie ces mots et le lien entre ceux-ci. Voici le poème

    Merci beaucoup !
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,
    yoyo.cowgirl a écrit:
    Je dois trouver un champ lexical dans ce poème pour prouver la présence de romantisme. J'aimerais trouver un champ lexical sur un des sujets suivants : le désespoir , mal de vivre, douleur. Il m'est nécessaire que je puisse trouver 3 mots.

    Il est toujours dangereux de vouloir plaquer une idée préconçue.

    Le mal de vivre n'est pas présent explicitement. Ce qui ressort est une vision noire, pessimiste de la vie humaine pervertie par les vices.
    Le romantisme de ce texte réside surtout dans ces références au cauchemar (songe fantastique). Tu devrais trouver sans peine trois termes qui l'évoquent.
  • Jean-Luc a raison, mais d'un autre côté, pour prouver le mal de vivre et la douleur, ce n'est pas si difficile :

    Quand le poète peint l’enfer, il peint sa vie :
    Sa vie, ombre qui fuit de spectres poursuivie ;
    Forêt mystérieuse où ses pas effrayésS’égarent à tâtons hors des chemins frayés ;
    Noir voyage obstrué de rencontres difformes ;
    Spirale aux bords douteux, aux profondeurs énormes,
    Dont les cercles hideux vont toujours plus avant
    Dans une ombre où se meut l’enfer vague et vivant !
    Cette rampe se perd dans la brume indécise ;
    Au bas de chaque marche une plainte est assise,
    Et l’on y voit passer avec un faible bruit
    Des grincements de dents blancs dans la sombre nuit.
    Là sont les visions, les rêves, les chimères ;
    Les yeux que la douleur change en sources amères,
    L’amour, couple enlacé, triste, et toujours brûlant,
    Qui dans un tourbillon passe une plaie au flanc ;
    Dans un coin la vengeance et la faim, sœurs impies,
    Sur un crâne rongé côte à côte accroupies ;
    Puis la pâle misère, au sourire appauvri ;
    L’ambition, l’orgueil, de soi-même nourri,
    Et la luxure immonde, et l’avarice infâme,
    Tous les manteaux de plomb dont peut se charger l’âme !
    Plus loin, la lâcheté, la peur, la trahison
    Offrant des clefs à vendre et goûtant du poison ;
    Et puis, plus bas encore, et tout au fond du gouffre,
    Le masque grimaçant de la Haine qui souffre !

    Oui, c’est bien là la vie, ô poète inspiré,
    Et son chemin brumeux d’obstacles encombré.
    Mais, pour que rien n’y manque, en cette route étroite
    Vous nous montrez toujours debout à votre droite
    Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,


    Tout le poème est une image de la vie du poète, comme l'indique le premier vers, et ces métaphores ne reflètent pas vraiment le bien-être et la joie de vivre !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.