Bonjour,
Je suis en L2 de Lettres anciennes
Nous avons au programme Phèdre de Sénèque.
Je cherche des étudiants qui pourraient m'aider à éclaircir quelques point obscurs.
par exemple ce vers
Hyppolite, V.3,4,5
" Celeri planta lustrate vagi
quae saxosae loca Parnetho
subiceta iacent,..."

que j'ai traduit par
"d'un pied agile parcourez en errant vagabonds
les lieux rocheux du Parnès
qui s'étendent en profondeur"

deux points, quelle est la nature et la fonction de "vagi", vocatig ou nominatif?
Parnes, ethis, mots grecs sur le modèle de la 3ème déclinaison pourquoi une terminaison de la deuxième déclinaison.
Merci pour votre aide.
Bien cordialement

Réponses

  • Il y un problème concernant le texte que tu as posté :
    - ou c'est saxoso, accordé à Parnetho
    - ou c'est saxosa, accordé à loca.


    1° vagi, que tu as bien traduit, est apposé à un vos sous-entendu (puisqu'on a ici un impératif), désignant les interlocuteurs d'Hippolyte, c'est à dire les chasseurs.
    2° Parnetho est en effet de la seconde déclinaison, c'est sans doute une variante non enregistrée par Gaffiot (qui ignore souvent les tragédies de Sénèque)
    Je traduirais, en lisant saxoso, plus logique :

    D'un pas leste, parcourez en vous dispersant les lieux qui s'étendent au pied du Parnès rocheux.
  • Il faudrait un Budé pour vérifier, mais on rencontre aussi, mais plus rarement, le plus logique Parnethi, y compris sur internet, voir : https://books.google.fr/books?id=zTXdvx09pCoC&pg=PA97
  • Merci beaucoup, effectivement, le Gaffiot n'aime pas Sénèque.
    J'ai corrigé en accordant saxosae à Parnetho.
    Merci beacoup.
    J'aurai d'autres questions, alors à bientôt.
  • Il faut alors admettre que Parnetho est féminin !
    Je n'ai hélas pas l'édition Budé pour consulter l'apparat critique...
  • Visiblement, les manuscrits se contredisent et par là les éditions modernes.
    Dans la dernière édition des Belles lettres, que j'ai reçue ce matin, il est écrit: "quae saxoso loca Parnetho", voilà qui est plus clair.
    La traduction est très intéressante aussi.
    Merci encore, je vais revoir tous les vers que je traduirai, j'aurai peut-être des questions.
    BC

    Une nouvelle enigme:

    Toujours ds Phedre de Sénèque.

    "O magna vasti Creta dominatrix freti
    cuius per omne litus innumerae rates
    tenuere pontum, quicquid Assyria tenus
    tellure Nerea peruium rostris secat,"

    je propose;
    O grande Crète, maîtresse des flots
    dont les innombrables vaisseaux ont tenu sur toute la côte,

    pour la suite, je ne trouve pas le sujet de "secat", quicquid ss doute?

    BIEN CORDIALEMENT
  • JERKO a écrit:
    Visiblement, les manuscrits se contredisent et par là les éditions modernes.
    Dans la dernière édition des Belles lettres, que j'ai reçue ce matin, il est écrit: "quae saxoso loca Parnetho", voilà qui est plus clair.
    La traduction est très intéressante aussi.
    Merci encore, je vais revoir tous les vers que je traduirai, j'aurai peut-être des questions.
    BC

    Une nouvelle enigme:

    Toujours ds Phedre de Sénèque.

    "O magna vasti Creta dominatrix freti
    cuius per omne litus innumerae rates
    tenuere pontum, quicquid Assyria tenus
    tellure Nerea peruium rostris secat,"

    je propose;
    O grande Crète, maîtresse des flots de la vaste mer
    dont les innombrables vaisseaux ont tenu sur toute la côte, par tout le rivage ont tenu la mer

    Pour la suite, je ne trouve pas le sujet de "secat", quicquid ss doute?
    Deux solutions :
    - Ou c'est quicquid (développant rates : "tout ce qui (en matière de navire...) fend de ses rostres... mais secat n'a pas de COD, ce qui est ennuyeux.
    - Ou c'est Nereus qu'il faut lire (cf Anne), il est sujet de secat et quicquid (développant alors pontum) est COD.


    Dans l'édition Budé, on a Nereus ou Nerea ?
    BIEN CORDIALEMENT
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.