Grammaire française Participe passé

13567129

Réponses

  • se retrouver avec ce jeune homme presque en chemise" : CC d'accompagnement ?
  • Merci Jehan ! ça m'aide à débroussailler un peu tout ça, pour m'occuper du reste.

    @Anne345: je pencherais plutôt pour le coi, comme l'a suggéré Jehan... Mais merci
  • En quoi serait-ce un complément essentiel ?
  • Je ne sais pas... ça dépend directement du verbe "se retrouver", ça apporte un sens au verbe... Et on ne peut pas vraiment le déplacer dans la proposition...
  • JehanJehan Modérateur
    Autres exemples de COI cités par Riegel (p. 402) : jouer avec le feu, danser avec sa femme...
  • Mais je ne vois pas en quoi le verbe régit la préposition de votre COI.
    Mme de Rénal aurait pu se retrouver contre Julien, sans lui, etc.
  • 1. On ne saurait penser à tout.

    On : pronom personnel indéfini (neutre) de la troisième personne.
    Ne : adverbe de négation
    Saurait : verbe savoir, 3°grp, conditionnel présent, 3°pers du sing, verbe transitif, voix active.
    Penser : verbe penser, 1° groupe, mode infinitif, temps : présent, verbe transitif, voix active.
    A : préposition simple
    Tout : pronom indéfini neutre

    Est-ce que c'est correct?
  • JehanJehan Modérateur
    On : pronom personnel indéfini (neutre) de la troisième personne du singulier.
    Ne : adverbe de négation.
    Saurait : verbe savoir, 3e grp, conditionnel présent, 3e pers. du sing. , verbe transitif, voix active.
    Penser : verbe penser, 1er groupe, mode infinitif, temps présent, voix active, transitif indirect.
    À : préposition simple.
    Tout : pronom indéfini neutre.
  • Merci Jehan...T'as vu, je commence à y voir clair. :D
  • Bonne année et bonjour à tous.
    Aidez-moi, s'il vous plait.
    Ce jour-là, M. d’Artagnan, ayant reçu ses dernières instructions du roi et fait ses adieux à ses amis, et pour le moment le nombre en était réduit à Planchet, se traça le plan de sa journée comme doit le faire tout homme occupé et dont les instants sont comptés, parce qu’il apprécie leur importance.

    Cette phrase m'est claire sauf la partie soulignée.

    1) La partie soulignée est-elle une incise ?

    2) Une incise peut-elle avoir le verbe conjugué ?
    Ne doit-on pas écrire "et pour le moment le nombre en étant réduit à Planchet" ?

    3) Quel est le référent du pronom 'en', des amis ?

    4) En somme, à combien de ses amis d'Artagnan a-t-il fais ses adieux ?

    Je souhaite que mes questions ne soient pas obscures.

    Merci, d'avance.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    1) La partie soulignée est-elle une incise ?

    2) Une incise peut-elle avoir le verbe conjugué ?

    Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Proposition_incise

    et l'exemple donné : Leurs chats, et ils en avaient beaucoup, avaient chacun leur panier.
    3) Quel est le référent du pronom 'en', des amis ?
    4) En somme, à combien de ses amis d'Artagnan a-t-il fais ses adieux ?
    Oui, "en" se rapporte aux amis. Leur nombre est réduit à un seul, Planchet. C'est donc au seul Planchet que d'Artagnan a fait ses adieux. La phrase est un peu humoristique.
  • Grand merci, lamaneur. :D


    Deux fois en un jour... ça serait trop.
    Mais j'ai encore une question.
    Pour d’Artagnan, il ne les vit même pas ; sa maison au pignon dentelé, aux fenêtres pleines de curieux, attirait, absorbait même toute l’attention dont il était capable.

    Il distingua dans la place et autour des maisons bon nombre de mousquetaires en congé, qui, les uns avec des femmes, les autres avec des amis, attendaient l’instant de la cérémonie. Ce qui le réjouit par-dessus tout, ce fut de voir que le cabaretier, son locataire, ne savait auquel entendre.

    Trois garçons ne pouvaient suffire à servir les buveurs. Il y en avait dans la boutique, dans les chambres, dans la cour même.


    Je ne peux pas trouver le référent (ou antécédent ?) du pronom relatif 'auquel'.

    Il y a 'les uns' et 'les autres', mais pas de nom singulier masculin ni avant ni après.

    Ce 'auquel', c'est 'à qui' ?

    Amicalement.
  • Entendre à est une construction vieillie de entendre.
    Aujourd'hui on écrirait "lequel entendre", lequel des mousquetaires, et même plus vraisemblablement, lequel écouter.
  • Anne345 a écrit:
    Entendre à est une construction vieillie de entendre.
    Aujourd'hui on écrirait "lequel entendre", lequel des mousquetaires, et même plus vraisemblablement, lequel écouter.

    Oui, je comprends.

    Mais, dans "Entre 'les uns avec des femmes' et 'les autres avec des amis', le cabaretier ne savait auquel entendre", n'y a-t-il pas de problème d'accord en nombre ?

    C'est ce que je veux savoir.

    Cordialement.
  • Pas s'il n'en écoute qu'un à la fois.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Le sens de "entendre à" n'est pas loin du vieux sens décrit par Littré de :
    2. Être occupé à. On n'entendit plus à autre chose qu'à faire toute la diligence possible.
    MALH., Le XXXIIIe livre de T. Live, ch. 9: De cette façon ayant à faire en deux lieux, et ne pouvant pas entendre partout, il en demeura une partie sur la place, l'autre jeta ses armes et s'enfuit
    LA CHAUSSÉE, Gouvern. I, 1: Cette femme n'entend qu'à donner des vapeurs
    Vieilli en ce sens.
    mais en fait, il s'agit ici d'une locution :
    Absolument. Ne pas savoir auquel ou à qui entendre, c'est-à-dire ne pas savoir à qui ou à quoi il importe de faire attention.
    VAUGELAS, Q. C. 536: Parmi tant de cris différents on ne sait auquel entendre
    HOLBACH, Essai sur les préj. ch. 13, dans DUMARSAIS, Oeuvres, t. VI, p. 316: L'homme ne sait donc à qui entendre ; sa volonté est le jouet continuel de divers motifs opposés qui se disputent le droit de le déterminer
    ou, comme le dit le TLFi :
    b) [Entendre + compl. d'obj. indir.] Vieilli
    Ne savoir auquel entendre. ,,Avoir affaire à plusieurs personnes à la fois et éprouver quelque embarras à les satisfaire`` (Ac. 1835-1932). Synon. ne savoir à qui entendre (Ac. 1932).Et son idée lui réussissait, car il ne savait plus auquel entendre. En effet, les villageois, qui avaient chaud, se disputaient ces sièges (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 159).
    Autrement dit, dans cette locution figée, auquel, qui aurait pu être à qui, renvoie non pas à une antécédent déterminé mais à un antécédent innomé.
    Le sens est le suivant : l'aubergiste a tant de clients qu'il ne sait où donner de la tête. D'Artagnan s'en réjouit car l'aubergiste est son locataire, et il ne pourra prétexter qu'il n'a pas d'argent pour éviter de payer le loyer.
  • Ton explication m'est on ne peut plus claire ; mon doute s'est d'un coup dissipé.

    J'habite avec trois femmes : ma mère, ma soeur et mon épouse.
    Quand je rentre après ma journée de travail, toutes m'adressent des intarissables plaintes.
    Et, je ne sais auquel entendre.


    Ai-je bien écrit ?


    Grand merci, lamaneur et Anne.
    Vous êtes trop aimables. :)
  • JehanJehan Modérateur
    La locution semble figée...
    Mais puisque dans ton cas il n'y a que des femmes, j'écrirais plutôt à laquelle entendre...
    Cela dit, attends d'autres avis !
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    La locution est aujourd'hui trop vieillie pour être généralement comprise et adaptée à des situations grammaticales telles que celle que tu présentes. "Auquel" heurte un peu la logique grammaticale, mais "à laquelle", plus logique, ne serait probablement pas beaucoup mieux compris.

    Solution première, l'esquive partielle : je ne sais à qui entendre, qui marche pour les deux genres (mais conserve le défaut d'être mal comprise aujourd'hui).
    Solution seconde, l'esquive totale : je ne sais où donner de la tête, qui évite cette locution obsolète.
    Solution radicale : mettre ces trois femmes plaintives à la porte ! Bon débarras. ;)
  • JehanJehan Modérateur
    lamaneur a écrit:
    Solution seconde, l'esquive totale : je ne sais où donner de la tête, qui évite cette locution obsolète.
    Ou alors, plus adaptée à ce cas précis :
    Je ne sais où donner de l'oreille.
    Mais c'est une variante toute personnelle et non officielle ! :P
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.