Grammaire française Participe passé

12122242627131

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Winter69 a écrit:
    Ah du coup "se couper" serait .. réfléchi, non ?
    Oui, bien sûr.
    3) Me voilà embauché : "voilà" présentatif qui fonctionne avec "embauché", le "me" est la séquence.
    La séquence est "me + embauché." Me voilà embauché. Voilà Winter embauché.

    4) Nous nous sommes mis à travailler : construction pronominale réciproque.
    Non. Chacun ne met pas l'autre à travailler.
    "se mettre à" = commencer à.
    Sens très différent du verbe simple "mettre".
    Donc pronominal autonome.


    5) Il n'est pas nécessaire de remplir le chèque : présentatif "il n'est" et la séquence "pas nécessaire de remplir le chèque".
    Verbe être employé impersonnellement à la forme négative.
    Sujet réel : "(de) remplir le chèque".
    nécessaire : attribut du sujet.
    = Remplir le chèque n'est pas nécessaire.


    6) "Un soir t'en souvient t-il ? Nous voguions en silence .." : pas trouvé ? `peut-être auto-causatif ?
    Ce n'est pas un pronominal. T'en souvient-il ? Il t'en souvient. Cela reste en ta mémoire. Verbe occasionnellement impersonnel. Emploi vieilli et littéraire.

    10) Il s'est arrogé des privilèges exorbitants : construction pronominale auto-causative
    Verbe essentiellement pronominal, le simple "arroger" n'étant pas employé.
    Le " s' " a la valeur d'un COS (= à lui-même).


    11) "C'est ici que je suis né" : "'c'est", présentatif, "ici que je suis né", la séquence.
    Plutôt structure clivée. Mise en relief du CC de lieu "ici" par c'est...que.
    Je suis né ici > C'est ici que je suis né.


    12) Il s'agit d'émettre nos résultats : "s'agir", verbe proprement impersonnel + séquence
    Il est plutôt occasionnellement impersonnel : le verbe agir n'est pas toujours impersonnel.
    Et "s'agir" est un pronominal autonome, de sens très différent du verbe simple.


    15) Il s'est offert un voyage : verbe pronominal autonome ?
    Non. Le verbe "offrir" ne change pas de sens.
    Pronominal réfléchi, le "se" étant COS ( = à lui-même )


    18) L'orchestre s'entend mieux depuis le premier balcon : verbe pronominal autonome.
    Non : le verbe "entendre" garde son sens.
    L'orchestre s'entend mieux = L'orchestre est mieux entendu, on entend mieux l'orchestre.
    Pronominal à sens passif.
  • D'accord Jehan, merci beaucoup!
  • allabdoallabdo Membre
    Bonsoir,
    Voici une règle de grammaire «Le groupe nominal sujet (GNS) se trouve habituellement devant le verbe" Exemple :Les élèves font leurs devoirs.
    Ma question :Le verbe c’est « font » mais je voudrais connaitre sa ‘’face’ ‘et son ‘’dos’’ car pour moi devant « font » il y’a « leurs devoirs » et derrière il y'a « les élèves »
    Merci d’avance!
  • Un moyen mnémotechnique : devant = écrit avant.
  • Bonjour,

    Je m'interroge sur les éléments en gras des deux phrases ci-dessous :

    Mes parents, eux, sont partis en vacances.
    eux : pronom tonique, mais quelle est la fonction ? sujet ?

    Mes parents achètent des fleurs et font eux-mêmes des bouquets.
    eux-mêmes : pronom tonique renforcé par l'adjectif même, fonction : ??? Sujet ?

    Merci d'avance
  • Les sujets sont parents.
    Les pronoms sont des appositions au sujet, sous-entendu dans la seconde proposition de la seconde phrase.
  • BayardBayard Membre
    Bonjour,

    Je suis bien embêté pour l'analyse de la phrase suivante:

    Je pleure car je suis triste.

    La proposition introduite par "car" est-elle complément circonstancielle? Proposition indépendante? Les deux à la fois?

    Merci d'avance pour vos éclairages
  • Car est une conjonction de coordination, il s'agit donc de deux propositions indépendantes coordonnées, même si car introduit une valeur explicative.
  • JehanJehan Modérateur
    D'ailleurs, "car je suis triste" ne peut être complément circonstanciel, vu que ce n'est pas déplaçable :
    *Car je suis triste, je pleure.
  • BayardBayard Membre
    Très bien merci, je commence à y voir plus clair.

    Peut-on indiquer la fonction d'une proposition coordonée du coup (complément, attribut ou que sais je encore)?

    En outre, doit-on considérer le complément circonstanciel comme le complément d'une proposition, ou comme un groupe relativement autonome?
  • JehanJehan Modérateur
    Deux propositions coordonnées n'ont pas de fonction grammaticale l'une par rapport à l'autre, elles sont coordonnées l'une à l'autre, c'est tout.

    Qu'appelle tu "groupe autonome", pour le CC ?
    Puisque c'est un complément, il complète forcément quelque chose...
  • BayardBayard Membre
    Oui vous avez raison, en y réfléchissant il complète forcément une ou plusieurs propositions. :|

    Dernière question qui me taraude:Aujourd'hui est-il un complément circonstanciel ou un coordonant?
  • JehanJehan Modérateur
    Ne te laisse pas tarauder comme ça... ;)
    Aujourd'hui est un adverbe mobile et supprimable, donc un CC de temps.
  • paulangpaulang Membre
    Jehan a écrit:
    D'ailleurs, "car je suis triste" ne peut être complément circonstanciel, vu que ce n'est pas déplaçable :
    *Car je suis triste, je pleure.
    Et si l'on avait eu Je pleure parce que suis triste
    Car je suis triste, je pleure me hérisse en effet le poil, mais Parce que je suis triste, je pleure ne me choque pas. Ne me demandez pas pourquoi ? Je répondrai parce que. :)
  • JehanJehan Modérateur
    Parce que je suis triste, je pleure ne me choque pas.
    Ce n'est pas choquant.
    Parce que n'est pas une conjonction de coordination, mais de subordination.
    Et "parce que je suis triste" est une subordonnée circonstancielle de cause, déplaçable.
  • paulangpaulang Membre
    Comme l'écrit Anne dans son message 146 le car introduit un explication, mais c'est également le cas de parce que.
    j'entends bien que car coordonnant deux éléments ne peut se trouver qu'entre ces éléments d’où ce malaise ressenti.
    Il faut donc se souvenir des conjonctions de coordination (ce qui n'est pas insurmontable) et considérer ou espérer que les autres petits mots sont des conjonctions de subordination, ou se fier à son oreille.
    Il semble que ces considérations n'ont, si j'en juge par notre exemple, aucune incidence sur l'orthographe (ma seule ambition). Si c'est le cas, il est inutile que j'encombre mon ciboulot avec des notions que je ne retiendrai pas.
  • LaoshiLaoshi Membre
    N'encombre pas, n'encombre pas... :D
  • BayardBayard Membre
    Merci!

    Et dans la phrase suivante, comment analyseriez vous le groupe nominal "le responsable":

    C'est toi le responsable de cette affaire.

    J'aurais tendance à dire apposition au pronom "toi", mais sans réelle certitude. Qu'en pensez-vous?
  • Dans une apposition, n'y aurait-il pas une virgule entre "toi" et "le" ?
    Du genre : Toi, le responsable de cette affaire !
  • BayardBayard Membre
    C'est bien la question que je me pose.

    J'ai du mal à cerner cette notion. Par exemple, dans :

    Le fait qu'il vive encore me réjouit.

    Le groupe souligné est-il apposition?Ou est-ce une sorte de proposition relative?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.