Fiches méthode Bac de français 2020

Bonjour, élève en première S je suis entrain de plancher sur un sujet de dissertation dont je n'ai encore pas trouver le plan. Le sujet est le suivant : "On ne peut aimer la poésie que si l'on aime être étonné" . Que pensez-vous du point de vue de Siméon?
Pour rédiger cette dissertation, j'ai un corpus de 5 textes qui sont les suivants : gérard de nerval FANTAISIE ; baudelaire LE VIN DES AMANTS ; paul eluard L 'AMOUREUSE ; verlaine ARIETTES OUBLIEES I et robert desnos LESESPACES DU SOMMEIL.
Merci de l'aide que vous pourrez m'apporter.
Mots clés :
«1

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Et toi, apprécies-tu seulement la poésie pour l'étonnement qu'elle te procure ?
  • Je pensais faire un plan avec thèse et antithèse. Faut-il que je parle de la poésie dans son ensemble en parlant surtout de la poésie lyrique qui est je pense le reflet de mes textes. Est-ce que mes pistes sont correctes ? Merci pour vos conseils
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Il faut d'abord définir ce que veut dire "étonné".
    En effet tu devrais en tirer ta problématique : la poésie réside-t-elle essentiellement dans les écarts...?
    Tu pourras répondre oui : regard nouveau, expression nouvelle, jeu avec le langage...
    L'écueil ici est de vouloir examiner les fonctions de la poésie: lyrisme, description, connaissance... alors que l'on te demande de rechercher ce qui constitue son essence.
  • Merci pour votre réponse. Donc si je comprends ce que vous dites en analysant la poésie lyrique je me trompe. Je suis un peu perdue dans tout cela quand on est plutôt scientifique que littéraire.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Tu ne te trompes pas en analysant la poésie lyrique, mais l'analyse ne doit pas porter sur le lyrisme en tant que tel, mais sur les procédés qui rendent l'expression des sentiments étonnante ou nouvelle : images, musicalité, force...
  • Bonjour, j'essaye depuis hier de faire un plan mais rien de ce que je fait ne m'apparait logique.
    Dites moi ce que vous en pensez.
    En introduction, je vais définir la notion d'étonnement et la notion de poésie. Ma problématique sera la suivante : Siméon dit que l'on a besoin d'etre étonné pour aimer la poésie ? Je vais essayer de répondre à cette question en annonçant mon plan.
    I La poésie lyrique : à quoi est-elle destinée (sentiments, émotions....)
    parler des images que la poésie renvoie, musicalité

    II ?

    Est ce que jusque-là, c'est correct ou pas.
    Merci beaucoup de votre aide
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Non, tu ne démarres pas bien.

    Définis d'abord ce que veut dire étonné.
    C'est ne pas se cantonner à la routine, à l'ordinaire, aux habitudes...
    Tu l'appliques au langage.
    Serait poétique tout ce qui n'est pas communication ordinaire, utilitaire, pure information ou désir plus ou moins conscient de rester en relation.

    A partir de là, tu peux démarrer ton plan.
  • D'abord merci jean luc pour votre aide qui m'est très précieuse.
    Mon plan va donc etre le suivant :
    introduction avec generalités sur la poésie, problématique et annonce du plan.
    une premere partie concernant l'étonnement : définition; application en littérature...
    une deuxième partie concernant la poésie lyrique
    conclusion en répondant à la question posée.

    MERCI BEAUCOUP
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Tu focalises trop sur le lyrisme.
    Je reprendrais plutôt un plan dialectique du type
    1 oui la poésie est étonnement : nouveauté, refus du cliché, de l'ordinaire...
    2 pourtant certains poètes ont essayé d'utiliser une langue ordinaire
    3 mais il faut reconnaître que leur travail sur cette langue conduit à retrouver par d'autres voies la fonction poétique du langage selon Jakobson.
  • Quels sont ces poètes qui ont essayé d'utiliser une langue ordinaire ?
    Est-ce que dans la première partie où je vais parler de l'étonnement je peux parler de la forme de la poésie, la musicalité, la poésie lyrique... ; là je ne pense pas être hors sujet
    MERCI BEAUCOUP.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Des poètes qui ont utilisé une langue ordinaire (langue de tous les jours, simple voire familière) : Prévert, Queneau, Réda, Ponge...
    Le travail formel (musicalité, rythmes...) doit figurer dans ta 3e partie.
    Pour l'étonnement, parle surtout des figures d'image qui traduisent des associations d'idées nouvelles, un regard nouveau, de tout ce qui n'est pas attendu, qui ne reflète pas les clichés...
    Appuie-toi sur ton corpus.
  • Bonjour, je suis perdu par rapport à votre plan qui pour moi n'est pas très clair étant donné que déjà le langage selon Jakobson je ne connais pas. Jusqu'à maintenant dans le parcours de ma scolarité, je n'ai jamais entendu parler de ce personnage à part avec vous. Cette année, nous n'avons pas traité le thème de la poésie. Est-ce que je ne pourrai pas faire un plan plus simple pour répondre à cette dissertation ? Merci d'avance.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Mais tu es libre de mener ta réflexion comme bon te semble !

    Pour finir, je te joins quelques renseignements utiles sur le linguiste Jakobson

    Pour être clair sans tomber dans les simplifications outrancières :
    La poésie ou fonction poétique du langage se discerne mieux en revenant aux études de linguistique par Jakobson.
    https://www.etudes-litteraires.com/caracteriser-texte.php
    On comprend alors que la poésie n'est pas liée à une forme, à un registre ou à un vocabulaire soutenu ou savant.
    La poésie réside dans le travail sur la langue pour donner à la fois sens, image et musicalité. La poésie se situe dans un agencement esthétique des mots. Ce n'est plus une communication utilitaire, mais une communication qui cherche à produire un plaisir très particulier, des émotions liées au pouvoir de représentation du langage et aux modes de fonctionnement de notre cerveau. On discerne aujourd'hui deux grands courants :
    · Le classicisme qui recherche la régularité, l'ordre, l'harmonie, les proportions…
    · La modernité qui se situe plus dans la rupture, la surprise, la nouveauté, les associations d'idées…
    Le carrefour dans la littérature française serait Baudelaire...
  • Alors voilà, j'ai comme sujet de dissertation : On ne peut aimer la poésie que si on aime être étonné. Que pensé vous de ce point de vue ?

    I Dans une certaine mesure la poésie nous étonne :
    1. Des réflexions proposer par les poètes
    2. Le poètes utilise des jeux de mots, des rimes, qui créent une certaine musicalité
    3. ?????

    II Mais la poésie ne nous étonne pas toujours :
    1. La poésie engagé
    2 La poésie qui " ne sert a rien " ( aucun sens, les poètes s'amuse avec les mots )
    3. ??
    Que pensez vous de mon plan? Et comment compléter les partie manquantes?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Je ne vois pas en quoi "les réflexions" proposées par les poètes seraient en soi étonnantes.
    Je ne vois pas en quoi la musicalité susciterait spécialement l'étonnement.

    Mais c'est sûrement une bonne idée de parler, entre autres, des jeux de mots.
    Cependant, pourquoi classer d'une part "jeux de mots" dans la poésie qui étonne, et classer d'autre part "le poète s'amuse avec les mots" dans la poésie qui n'étonne pas ? Ce n'est pas logique.

    Tu devrais davantage te demander tout ce que peut vouloir dire "aimer être étonné", tout ce que cela implique : être ouvert à l'inattendu, à l'inconnu, avoir envie découvrir de nouvelles façons de voir le monde, ne pas être enfermé dans ses certitudes, etc.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.