Question sur la ponctuation

Bonjour,

Que pensez-vous de ce style-là :
Ils partirent 50 et arrivèrent 28 (on ne sait pas ce qui arriva aux autres...).

Trouvez-vous correct d'ajouter un point après une parenthèse qui se referme sur trois autres points de suspension ?

Réponses

  • Si la parenthèse contient une phrase complètement indépendante de la phrase précédente, la ponctuation reste indépendante :
    Ils partirent 50 et arrivèrent 28. (On ne sait pas ce qui arriva aux autres...)
  • Hum... Cela me parait étrange une phrase entièrement entre parenthèses ou même qui débute ainsi. Il me semble qu'une parenthèse s'insère dans une phrase, en tant que complément d'information.
  • Il n'est pas censé se trouver de ponctuation devant une parenthèse ouvrante. :)
    En fait, je ne mettrais pas de parenthèses, seule une virgule devant "on" suffirait.
  • Hum... Cela me parait étrange une phrase entièrement entre parenthèses ou même qui débute ainsi. Il me semble qu'une parenthèse s'insère dans une phrase, en tant que complément d'information.
    Voir par exemple http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3357
  • Bonjour,

    Pour éviter le problème des parenthèses, j'utilise des tirets.

    Sinon, j'aurais écrit la phrase telle qu'elle est proposée, avec le point final après la parenthèse. L'idée secondaire ou le complément d'information fait bien partie de la phrase.
  • Bonsoir~

    Je ne suis pas sûr si mon problème de compréhension provienne de la ponctuation ou pas.
    Je vous demande de l'aide.

    Voici une partie de 'Les Hauts de Hurlevent(Wuthering Heights)', extraite un peu longue pour le contexte :
    [...] Mais à l’exception d’une tache sombre émergeant çà et là, toute trace de l’existence de ces pierres avait disparu et mon compagnon a dû m’avertir fréquemment d’appuyer à droite ou à gauche alors que je me figurais suivre correctement les sinuosités de la route.
    Nous avons échangé peu de paroles, et il s’est arrêté à l’entrée du parc de Thrushcross en me disant que je ne pouvais plus me tromper. Nos adieux se sont bornés à un rapide salut, puis j’ai continué ma marche, réduit à mes seules ressources ; car la loge du portier est inoccupée jusqu’à présent. La distance de la porte du parc à la Grange est de deux milles ; je crois que je suis bien arrivé à en faire quatre, en me perdant au milieu des arbres et enfonçant jusqu’au cou dans la neige : désagrément que seuls peuvent apprécier ceux qui l’ont expérimenté.
    En tout cas, quels qu’aient été mes tours et détours, midi sonnait comme j’entrais dans la maison, ce qui faisait exactement une heure pour chaque mille du chemin ordinaire depuis les Hauts de Hurle-Vent.

    La partie en gras m'a donné pas mal de difficulté à en saisir le sens, et j'ai enfin interprété comme ceci :
    "désagrément que seuls, ceux qui l’ont expérimenté, peuvent apprécier"

    Je voudrais simplifier ma question :
    1. Mon interprétation est-elle correcte ?
    2. Parmi les deux phrases(syntagmes nominaux?), laquelle(lequel?) est plus souhaitable ?
    a) désagrément que seuls peuvent apprécier ceux qui l’ont expérimenté (comme le texte origine)
    b) désagrément que seuls peuvent apprécier, ceux qui l’ont expérimenté (avec virgule)


    Merci, d'avance.
  • Juste comme ça, pour répondre à ce qui avait été dit il y a très longtemps, on peut parfaitement placer un point ou une virgule après une parenthèse. En poésie, c'est même une figure de style, appelée parembole. Musset l'a par ailleurs utilisée maintes fois (cf. le sonnet de Bellatrix Donato), mais tout ça a déjà été dit plus haut...

    Je pense que la phrase dans le texte que tu proposes est déjà parfaitement bien ponctuée. Seuls ici a une valeur adverbiale. Je vois en "Seuls ceux" une unité inséparable. La phrase est donc, d'après moi, "désagrément que seuls ceux qui l'ont expérimenté peuvent apprécier". La tournure est plutôt restrictive.

    On pourra, par contre, dire :
    - désagrément que seuls ces gens, ceux qui l'ont expérimenté, peuvent apprécier
    Ou même
    - désagrément qu'eux seuls (ceux qui l'ont expérimenté) peuvent apprécier

    Je trouve malgré tout ces phrases d'une lourdeur insupportable. Ce que, toi, tu proposes, c'est une virgule placée avant un sujet inversé, ce qui est, dans ce contexte, syntaxiquement incorrect !
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    La partie en gras m'a donné pas mal de difficulté à en saisir le sens, et j'ai enfin interprété comme ceci :
    "désagrément que seuls, ceux qui l’ont expérimenté, peuvent apprécier"

    Je voudrais simplifier ma question :
    1. Mon interprétation est-elle correcte ?
    2. Parmi les deux phrases(syntagmes nominaux?), laquelle(lequel?) est plus souhaitable ?
    a) désagrément que seuls peuvent apprécier ceux qui l’ont expérimenté (comme le texte origine)
    b) désagrément que seuls peuvent apprécier, ceux qui l’ont expérimenté (avec virgule).
    L'interprétation est correcte, mais je l'écrirais sans virgule, de même que la phrase d'origine :
    désagrément que seuls ceux qui l’ont expérimenté peuvent apprécier
    désagrément que seuls peuvent apprécier ceux qui l’ont expérimenté

    D'autres constructions sont possibles :
    désagrément que ne peuvent apprécier que ceux qui l’ont expérimenté
    désagrément que peuvent seulement apprécier ceux qui l’ont expérimenté
    désagrément que peuvent apprécier seulement ceux qui l’ont expérimenté
    désagrément que ceux qui l’ont expérimenté peuvent seuls apprécier

    Par contre, avec virgule de préférence :
    désagrément que ceux qui l’ont expérimenté, et eux seuls, peuvent apprécier
    désagrément que ceux qui l’ont expérimenté peuvent apprécier, et eux seuls
  • Mithridate, lamaneur, vos explications sont adorables, faciles à comprendre !
    C'était donc une structure inversée.
    J'avais cru que le 'seuls' est un pronom. :(
    Merci mille fois, et bonne soirée !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.