Bonjour bonsoir,
Voila je cherche quelques poèmes consacrés a une personne défunte... Des sortes de tombeaux poétiques pouvant aussi bien parler d'un être cher du poête, que d'un autre artiste à qui il rendrait hommage par exemple... vous auriez des idées à me proposer ? (autre que que demain dès l'aube si possible :) ) Car je suis un peu à cours...

Merci d'avance ! ;)

Réponses

  • PoloPolo Membre
    Tu peux voir dans la poésie de Stéphane Mallarmé : "Le tombeau d'Edgar Poe", "Toast funèbre" ou le tombeau à Verlaine dans ses Poésies.
  • Ou bien les Oraisons Funèbres, de Bossuet.
  • 76man76man Membre
    Tu as aussi le genre poétique de la déploration, cf. "Déploration sur le trespas de Florimont Robertet" de Marot.

    De Mallarmé, je sais qu'il existe aussi son Tombeau pour Anatole, recueil dédié à la mémoire de son fils mort à 9 ans.
  • UrsusUrsus Membre
    Pour la poésie contemporaine, il y a le Tombeau de Du Bellay de Michel Deguy. :)
  • La Servante au grand coeur... (Baudelaire).
    Sur la Mort de Marie (Ronsard).
  • Je vais lire tout ça !
    Merci beaucoup en tout cas ! :)
  • Je propose ce poème:

    SUR LA TOMBE D'UN ARTISTE

    Le quatuor émouvant, exprime ta détresse
    Le violon strident , crie ta souffrance aiguë
    Le rauque alto libère, un soupir douloureux
    La contrebasse grave, exhale un geignement.

    La vile infirmité, l'indigne surdité
    Sûrement t'abaissa, brusquement t'amoindrit.
    C'est la chape de plomb, c'est la sordide glu
    Sur le sol retenant l'oiseau qui s'envolait.

    Ta vie, qu'a-t-elle été? Ma vie, qu'a-t-elle été?
    Las, mon oreille entend, mais ne veut écouter
    Le jabotage usé, des mondaines soirées
    L'indécente clameur, des querelleurs humains .

    Le quatuor de ta vie, le quatuor de ma vie
    Les quatre plaies taillées, dans ma chair tourmentée
    Les quatre fers plantés, dans mon cœur déchiré
    Les quatre maux brisant, mon âme écartelée.

    Claude Fernandez

    L'artiste est Bedrich Smetana. Son tombeau se trouve au cimetière de Vyšehrad (Prague). Le poème évoque son quatuor autobiographique Quatuor de ma vie. Allusion aussi à sa maladie qui entraîna des troubles auditifs.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.