Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

1394041424345»

Réponses

  • Il est vrai que "suicidaire" était un peu hyperbolique... Mais c'etait intentionnel ; ça m'a permis de savoir que ce serait difficile mais envisageable sur le long terme.
    En effet, je suis tout à fait prêt travailler avec sérieux ! Déjà qu'avec sérieux ça va être dur, alors si je voulais me la couler douce sans travailler, pour le coup ce serait suicidaire ! ;)
    On n'est qu'en janvier (oui bon à deux jours près...) et la rentrée est en septembre : peut-être pourrais-je commencer de mon côté à un peu travailler le latin pour arriver avec un minimum de connaissances afin de dégraisser légèrement la masse de travail en début d'année scolaire prochaine... Vous pensez que ce serait inutile ou au contraire, une bonne idée ? Si c'est une bonne idée, de quel support pourrais-je me servir ? Une chaîne youtube sérieuse, un livre, un site internet etc. à me conseiller ?
    Oui, j'irai demander aux portes ouvertes. Sûrement, en outre, verrai-je des étudiants qui pourront me livrer leur témoignage.
  • J'ai commencé latin et grec en hypokhâgne, c'est possible dans certaines prépas.
    Dans la mienne les profs ont été adorables en acceptant de modifier leurs horaires pour que ce soit compatible.
    En fin d'année nous avions rattrapé (pour les meilleurs de la classe) le niveau des confirmés, d'ailleurs en khâgne il n'y a plus de distinction entre débutants et confirmés.
  • Voici un encourageant témoignage ! :) C'est formidable d'avoir des profs comme ça !


    Sans indiscrétion, étiez-vous plutôt dans une prépa bonne - voire excellente - ou bien de proximité ?

    Je me pose cette question car, en toute objectivité, je pense que mon dossier me permettrait d'obtenir une relativement bonne prépa provinciale.
    Seulement, je me dis que je serai peut-être plus aidé, soutenu et accompagné pour commencer deux langues anciennes dans une petite prépa où l'on rencontre moins de pression et de compétition, d'autant plus que le niveau des élèves étant plus faible dans les petites prépas, le fossé entre moi, grand débutant, et les continuants sera plus mince.
    Toutefois, je me dis aussi qu'aller dans une prépa mieux classée, par le fait justement d'une plus importante émulation, me motivera à travailler encore plus et donc à rattraper davantage mon retard en langues anciennes.

    Vous qui êtes déjá passé par là, que me conseillez-vous ? Une plus petite prépa où je serai davantage encouragé sans subir trop de pression ni de compétition, nuisibles surtout quand on est peu à l'aise dans un domaine comme moi, double débutant, ou une plus prestigieuse dans laquelle je serai poussé à travailler plus, me permettant de combler sûrement un peu mieux mes lacunes ?
  • cat75cat75 Membre
    J'étais dans une prépa parisienne moyenne. Le niveau d'exigence était élevé comme dans toutes les prépas, les profs excellents mais bienveillants et je n'ai senti aucune pression ni compétition ( dans mon cas personnel j'en aurais souhaité un peu plus !).
    En revanche le sujet des langues anciennes est à étudier en amont car je crois que j'ai eu de la chance, débuter dans les 2 langues n'est pas possible partout. C'est une question que je n'avais pas du tout envisagée en m'inscrivant mais tu as intérêt à te renseigner maintenant via les sites des lycées ou les journées portes ouvertes. Cela t'aidera peut-être à choisir ton lycée selon ce critère plutôt que celui du ( supposé) niveau.
    Et si plusieurs prépas proposent les 2 langues en débutant, pourquoi te censurer et ne pas demander les meilleures ?
  • Bonjour,

    je connais au moins une personne qui a réussi le concours d'entrée de l'ENS Ulm en option lettres classiques après trois ans de prépa et avoir commencé les deux langues anciennes en hypokhâgne. Ce n'est donc pas impossible (ni suicidaire).
    Pour ce qui est des concours de l'enseignement, comme l'a noté Laoshi, le fait d'avoir environ cinq ans devant soi rend un tel parcours d'autant moins invraisemblable (et sans doute de plus en plus fréquent, même si je n'ai aucune donnée à avancer).
    Cela demande du temps et du travail, bien sûr, mais commencer les deux langues anciennes en début d'études supérieures n'est à première vue plus un obstacle pour espérer suivre un cursus de lettres classiques.
    En revanche, il ne faut pas non plus négliger la difficulté administrative que fait remarquer cat75 : je connais plusieurs lycées où commencer les deux langues anciennes en hypokhâgne (à raison de deux fois quatre heures par semaine) est possible (Fénelon à Paris, Fustel de Coulanges à Strasbourg) mais au moins un autre - et pas des moindres - où, me semble-t-il, cette possibilité n'est pas prévue dans l'emploi du temps (Louis-le-Grand à Paris). Il faut donc te renseigner auprès des établissements qui t'intéresseraient pour avoir l'assurance de pouvoir te lancer !

    Bonne chance !
  • Amelie1Amelie1 Membre
    Bonjour,

    J'ai dans ma classe une personne qui cumule latin et grec débutant (en plus d'hda). Après, il faut avoir conscience de la charge de travail que cela représente. Les langues anciennes nécessitent un investissement régulier et plus ou moins intense en fonction de ses objectifs. Si tu es motivé et que tu aimes ces matières, ce projet me paraît faisable. Tu peux toujours prendre quatre langues à la rentrée (LVA, LVB, latin et grec débutant) pour te faire une idée avant de choisir définitivement à la Toussaint les trois langues que tu vas garder.
    J'ai même une amie helléniste débutante qui commence le latin à la rentrée, après un semestre donc. Encore une fois, l'administration peut se montrer souple mais l'effort à fournir pour rattraper le retard n'est pas à négliger.

    Il te reste six mois de terminale et deux mois de vacances d'été. Tu as le temps de t'y mettre d'ici la rentrée. Pour le grec, je te conseille le manuel Hermaion qui est très intuitif et efficace (une connaissance, après l'avoir travaillé intensément pendant les deux mois de vacances d'été, est passée en grec confirmé sans l'avoir passé au bac, et elle majore). Pour le latin, les livres qui ont été pour moi les plus efficaces sont les "Lingua latina per se illustrata". Tout est écrit en latin mais ils sont accessibles aux grands débutants en théorie. La difficulté augmente au fil des pages. Par contre, étudier la grammaire latine en parallèle me semble être préférable (et pour la compréhension du livre et pour les connaissances que tu dois acquérir). Tu pourras aussi apprendre du vocabulaire de base qui te sera grandement utile.

    Bonne soirée
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.