Fiches méthode Bac de français 2020

13»

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Et n'oublie pas de nous proposer en même temps la première strophe remaniée selon les indications de Gabiana...
  • Voici les rimes remaniées, j'espère que le métrage est correct cette fois-ci :

    Dont les lèvres vermeilles, en feu, me souriant,
    Incendièrent mon cœur, siège des sentiments.

    Après réflexion j'ai donc décidé de réserver ces deux vers pour la fin du sonnet, voici donc la première strophe :

    En contemplant la rue je vis une merveille,
    Se distinguant telle une fleur un jour d’hiver,
    Dont les pétales, semblables aux rayons du soleil,
    Illuminaient, éclipsaient, ce ciel couvert.

    Pouvez-vous me corriger les éventuelles erreurs de métrage ?
  • JehanJehan Modérateur
    Euh... tu veux dire "erreurs de métrique", plutôt ? ;)
  • Oui oui c'est cela :)

    Sinon voici le sonnet, j'attend vos réponses avec impatiences afin de l'ajuster :

    En contemplant la rue je vis une merveille, C’EST BON
    Se distinguant telle une fleur un jour d’hiver,
    Dont les pétales, semblables aux rayons du soleil,
    Illuminaient, éclipsaient, ce ciel couvert.

    Tandis que j’admirais sa chevelure sauvage,
    Elle me guettait avec ses yeux étincelants,
    Fauve passion, pouvant même aller jusqu’à
    Ignorer toute chasteté en souriant.

    En savourant son air satisfait et sauvage,
    D’ores et déjà captif de son charme obsesseur,
    Je me réjouissais de lui être offert en gage.

    Ô beauté fatale au regard attendrisseur,
    Dont les lèvres vermeilles, en feu, me souriant, C’EST BON
    Incendièrent mon cœur, siège des sentiments. C’EST BON
  • JehanJehan Modérateur
    En contemplant la rue je vis une merveille,
    Se distinguant telle une fleur un jour d’hiver,
    Dont/ les /pé/ta/les,/ sem/bla/ble/s aux/ray/ons/ du/ so/leil (14 syllabes, c'est trop !)
    Illuminaient, éclipsaient ce ciel couvert. (juste, mais à condition de dire "ci-el"... )

    Tan/dis/ que /j’ad/mi/rais/ sa/ che/ve/lu/re/sau/vage, (13 syllabes, c'est trop)
    El/le/ me/ guet/tait/ a/vec/ ses/ yeux/ é/tin/ce/lants, (13 syllabes, c'est trop)
    Fauve passion, pouvant même aller jusqu’à (Cela ne rime pas avec "sauvage")
    Ignorer toute chasteté en souriant.

    En savourant son air satisfait et sauvage, (C'est maladroit d'utiliser à la rime le même mot qu'au vers 5)
    D’o/re/s et /dé/jà/cap/tif/ de/ son /char/me ob/ses/seur (13 syllabes, c'est trop),
    Je me réjouissais de lui être offert en gage.

    Ô beauté fatale au regard attendrisseur, (On dit "attendrissant"... un "attendrisseur", c'est pour attendrir la viande.)
    Dont les lèvres vermeilles, en feu, me souriant,
    Incendièrent mon cœur, siège des sentiments.
  • Merci beaucoup pour ton aide, je corrige le tout dès maintenant :)
  • JehanJehan Modérateur
    Et pour mieux compter les syllabes, aide-toi du rappel que j'avais fait plus haut à Sandragon :
    Jehan a écrit:
    Ce qui compte, c'est le nombre de syllabes prononcées à haute voix.
    À l'intérieur d'un vers, le e avant une voyelle n'est jamais prononcé.
    Mais un e avant consonne est prononcé.
    Le e de la syllabe finale est muet.


    C'est un trou de verdur(e) où chant(e) une rivièr(e) (Rimbaud)
    Sè-tun-trou-de-ver-du-rou-chan-tu-ne-ri-vièr' : 12 syllabes prononcées.
  • J'ai bien compris cela mais j'ai encore quelques difficultés par exemple je ne comprend toujours pas pourquoi il y a 2 syllabes à "charme", le e final est bien muet non ?
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, le (e) de charme est bien muet, puisque le mot suivant (obsesseur) commence par une voyelle : charm(e) obsesseur .
    On prononce à haute voix : "char-mob-ses-seur"
    Où est le problème ?
  • Au temps pour moi je pensais qu'il y avait 2 syllabes uniquement pour le mot "charme", tout est clair désormais !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.