Grammaire du français

1181182183184186

Réponses

  • JehanJehan Modérateur

    Oui, c'est cela. La conjonction comme et la locution conjonctive ainsi que introduisent des subordonnées conjonctives circonstancielles de comparaison.

  • Parfait ! Merci

    J'aurais deux dernières questions à propos des propositions :

    1) quand on a "ce qui" dans une phrase comme dans : "[Quand je ne vois pas] [ce qui est à mes pieds]" : le sujet de la partie "ce qui est à mes pieds", c'est "ce" ou "qui" ? Et s'agit il d'une proposition relative ?

    2) La locution conjonctive "sans que" marque t'elle l'opposition ou la concession (j'ai vu les deux sur internet, du coup j'ai un doute). Voici la phrase : "sans que honte et vergogne en leur cœur trouve lieu"

    Je vous remercie !

  • JehanJehan Modérateur
    15 avril modifié

    @glad.obl24

    1) quand on a "ce qui" dans une phrase comme dans : "[Quand je ne vois pas] [ce qui est à mes pieds]" : le sujet de la partie "ce qui est à mes pieds", c'est "ce" ou "qui" ? Et s'agit il d'une proposition relative ?

    D'un point de vue très analytique, "ce" est COD de "vois" et "qui" sujet de "est".

    Mais on considère l'ensemble "ce qui" comme un pronom composé appelé "cumulatif", qui introduit une relative périphrastique.

    2) La locution conjonctive "sans que" marque t'elle l'opposition ou la concession (j'ai vu les deux sur internet, du coup j'ai un doute). Voici la phrase : "sans que honte et vergogne en leur cœur trouve lieu"

    On parle de complément d'exclusion. La présence de honte et de vergogne est exclue.

  • Merci beaucoup ! Je ne connaissais pas du tout la relative périphrastique ... maintenant j'ai compris, Merci pour le lien très clair !

    Je n'avais jamais (aussi) entendu parler du complément d'exclusion, peut-être est-il appelé complément de restriction ? (c'est ce que j'ai vu sur internet)

  • JehanJehan Modérateur

    Le complément de restriction,c'est plutôt le complément introduit par sauf que, excepté que, mis à part que, sinon que, etc.

  • d'accord merci, je vais donc rester sur l'exclusion :)

  • Bonsoir,

    Pourriez-vous me dire comment l'on analyse la phrase suivante, s'il vous plaît :

    "Je suis heureux qu'il ait réussi."

  • JehanJehan Modérateur
    26 avril modifié

    Bonsoir.

    Je suis heureux : proposition principale.

    qu'il ait réussi : proposition subordonnée conjonctive complétive, complément de l'adjectif heureux.

    Voir ici le chapitre des complétives.



  • HippocampeHippocampe Membre
    26 avril modifié

    Mille mercis, Jehan.

    Je ne risquais pas de trouver cette réponse. Et quelle est la nature de "qu'" ?

    Conjonction de coordination ?

  • JehanJehan Modérateur

    Comme il introduit une subordonnée conjonctive, c'est une conjonction de subordination...

  • HippocampeHippocampe Membre
    26 avril modifié

    Bien bien, merci.

    Bonne nuit.

  • Bonjour,

    J'ai un léger doute sur la phrase "Le plus important est qu'elle veuille bien venir."

    Autant si la phrase avait été "L'important est qu'elle veuille bien venir." , la complétive [qu'elle veuille bien venir] aurait été attribut du sujet [L'important], adjectif substantivé.


    Or la forme superlative peut être inversée "Qu'elle veuille bien venir est le plus important": Est-il alors correct de dire que la complétive est aussi bien sujet qu'attribut du sujet suivant la tournure de la phrase ? Cela me dérange un peu, je n'arrive pas à me fixer sur la valeur du superlatif.... Merci de votre aide !

  • JehanJehan Modérateur

    Bonjour.

    Je pense que la forme superlative importe peu.

    On pourrait dire également Le principal est qu'elle vienne tout aussi bien que Qu'elle vienne est le principal.

    Il arrive fréquemment que le sujet et son attribut renvoient au même référentiel et soient ainsi permutables.

    Il y a une nuance de sens.

    Le principal / est qu'elle vienne, l'information donnée (le prédicat), c'est ce qui est le principal.

    Dans Qu'elle vienne / est le principal, l'information donnée (le prédicat) c'est le degré d'importance de la venue.

  • Bonjour, j'ai une question sur la prépostion: pourquoi on met dans les parenthèses " à la / au" ? Est-ce qu' "en" est possible?

    Madame, ces pommes sont vendues ( au ) kilo ou (à la ) pièce?

    Merci en avance pour votre réponse!

  • paulangpaulang Membre

    non mais

    Madame, ces pommes sont vendues en vrac (pas en sachet)

    Madame, ces pommes sont vendues (à la ) pièce ou (à l'unité)

  • @paulang Et si on dit aussi " ces pommes sont vendues combien le kilo", c'est ça?

  • paulangpaulang Membre
    30 avril modifié

    C'est bon, mais si c'est une question au vendeur on dira plus simplement :

    Ces pommes, c'est combien le kilo ?

    C'est combien le kilo ces pommes ?

    Certaines personnes s’abstiendront même du c'est dans les deux cas.

  • yvetteruanyvetteruan Membre

    Merci à paulang!

  • LennyLenny Membre

    Je voudrais analyser le mot en dans la phrase suivante : je vous en prie

  • JehanJehan Modérateur

    Bonjour.

    Je vous en prie.

    Il s'agit d'un pronom adverbial, complément du verbe prier.

    Mais il est difficile d'en donner la fonction précise, étant donné que "Je vous en prie" peut prendre différentes valeurs selon le contexte.

    Le sens de base étant "Je vous prie à propos de cela, je vous adresse une requête à propos de cela", on peut parler de "complément de propos".

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.