Grammaire du français

J'avoue avoir un doute sur l'analyse de la phrase ci-dessous :

Les enfants regardent le spectacle de la fête foraine.

Regardent : Verbe
Les enfants : sujet
Le spectacle de la fête foraine : COD

Pouvons nous dire :
le spectacle : COD
de la fête foraine : COS ?

J'ai la même interrogation sur l'exemple suivant :

Les loteries attirent un grand nombre de badauds :
un grand nombre : COD
de badauds : COS ?

D'avance merci :)
«134567187

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    "de la fête foraine" n'est pas COS du verbe, mais complément du nom "spectacle".
    Ce complément précise de quel spectacle il s'agit.
    C'est donc bien tout le groupe "le spectacle de la fête foraine" qui est COD de "regardent".

    "de badauds" n'est pas COS du verbe, mais complément du nom "nombre".
    C'est donc bien tout le groupe "un grand nombre de badauds" qui est COD de "attirent".
  • Très bien ! Je vous remercie beaucoup !!
  • J'aurais analysé "un grand nombre de" comme un déterminant indéfini.
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, effectivement... Ce qui ferait de "badauds" le nom-noyau du COD.
  • Bonjour: qui pourrait m'aider à analyser grammaticalement la phrase suivante, les différentes propositions (nature et valeur) et surtout le subjonctif indispensable ou non: "Mon immodestie n'était pas telle que je ne me rendisse compte qu'elle n'était pas seulement attirée par ma personne mais aussi par d'autres intérêts....". C'est le "tel que..+ négation(s) qui me trouble.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Quelques indices peut-être :

    Mon immodestie n'était pas telle que je ...
    équivaut à :
    -Mon immodestie n'était pas au point que je ...
    -Mon immodestie n'était pas si grande que je ...
    -je n'étais pas immodeste au point de
    Ce tour réclame en effet le subjonctif, à cause de la formulation négative :
    je ne suis pas si gros que je ne puisse m'asseoir sur cette chaise
    Au positif, ce serait l'indicatif :
    je suis si gros que je ne peux m'asseoir sur cette chaise.

    Évidemment votre analyse permettra de distinguer deux tours différents
    je ne suis pas si gros que tu le crois
    je ne suis pas tel que tu le crois

    et
    je ne suis pas si gros que je ne puisse m'asseoir sur cette chaise
    je ne suis pas tel que je ne puisse m'asseoir sur cette chaise.


    La phrase étudiée est très bien construite, à l'ancienne, avec un parfum de XVIIIe siècle. L'imparfait du subjonctif respecte la concordance des temps alors en usage.

    On simplifierait probablement aujourd'hui en :
    Je n'étais pas immodeste au point de ne pas me rendre compte qu'elle ...
  • Mon immodestie n'était pas telle : proposition principale,
    que je ne me rendisse compte : PSC CC de conséquence. Le verbe de cette proposition est au subjonctif car la principale est négative. Sans négation, on aurait : mon immodestie était telle que je ne me rendais pas compte ... lamaneur a expliqué tout cela.
  • merci infiniment....
  • Bonjour !

    Aidez-moi s'il vous plait ; je n'arrive pas à comprendre la structure ni le sens d'une phrase à cause de deux verbes 'venir(venant, venir)'.
    Voici la phrase en question (c'est une partie des paroles de chanson).
    Te souviens-tu de cet enfant, quand son auréole s'allumait d'un sourire, dans la cour d'école venant sa mère venir, quand la tête entre deux mamelles il disait "Maman, t'es la plus belle".

    1. Qui est le sujet du participe présent 'venant' et de l'infinitif 'venir' ?
    2. Le verbe 'venir' étant intransitif, quelle peut être la fonction de 'sa mère' ?

    J'attendrais vos réponses amicales.
  • BillMBillM Membre
    Bonjour,

    Sur la plupart des sites décelés par [url=https://www.google.fr/search?q=Te+souviens-tu+de+cet+enfant,+quand+son+auréole+s'allumait+d'un+sourire]google[/url], on trouve, non pas venant, mais le participe voyant.
  • Ah, merci BillM !
    J'ai bien compris. :D
  • comment faut-il analyser l'expression en gras dans la phrase ci-dessous :

    Maintenant qu'un conflit armé entre l'Iran et les États-Unis est imminent, beaucoup de journalistes hésiteront à y aller.

    L'ensemble serait-il tout simplement un complément de nom (de détermination), ou faudrait-il séparer un conflit armé de entre l'Iran et les États-Unis et si oui, quelle serait la fonction syntaxique de cette dernière partie?
  • Comment s.v.p. analyser l'expression en gras dans la phrase ci-dessous :

    À présent qu'il a reçu une grosse promotion, il se prend très au sérieux et n'adresse plus la parole à personne.

    Faudrait-il considérer que se prendre (très) au sérieux est tout simplement une locution et renoncer à l'analyse? Mais il y a aussi d'autres "compléments" : comme se prendre pour ceci ou cela. Merci pour votre aide.
  • Personnellement, j'ai toujours considéré prendre au sérieux (et a fortiori se prendre au sérieux et se prendre très au sérieux) comme une locution verbale.
  • comment faut-il analyser l'expression en gras dans la phrase ci-dessous :
    Maintenant qu'un conflit armé entre l'Iran et les États-Unis est imminent, beaucoup de journalistes hésiteront à y aller.


    Peut-être s'agit-il d'une épithète détachée postposée au SN qui la précède (le conflit israélo-palestinien pour le conflit entre les Palestiniens et l'État d'Israël) ?
    Maintenant qu'un conflit américano-iranien est imminent...
  • JehanJehan Modérateur
    Une épithète détachée serait séparée par une virgule.
    Tout ceci est un GN.
    Déterminant : un
    Nom-noyau : conflit
    Adjectif épithète liée : armé
    Complément du nom-noyau : entre l'Iran et les États-Unis
  • Mea culpa ! je voulais dire "liée"... C'est vrai qu'un complément du nom-noyau serait bien plus approprié...
  • JehanJehan Modérateur
    En ce qui concerne se prendre au sérieux, j'ai du mal à le considérer comme une locution verbale non analysable.

    se = pronom réfléchi COD
    prendre = considérer
    (prendre au sérieux, prendre au tragique, prendre à la légère, prendre à la rigolade....)
    au sérieux (au tragique, à la rigolade, etc.) ; formellement, c'est un COS; sémantiquement, c'est un complément de manière.
  • merci pour ces analyses.

    J'ai encore une question semblable concernant l'usage de la préposition entre. Dans la phrase ci-dessous :
    Il y a un mois, la tension politique était très forte entre la Chine et le Japon.

    comme analyseriez-vous la partie en gras?
    Complément du noyau adjectival fort, ou la considériez-vous comme un syntagme à part et si oui lequel?
  • Complément du SN la tension politique.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.